Il pleure dans mon cœur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Portrait de Paul Verlaine par Frédéric-Auguste Cazals dessiné à la mort de l'auteur.

Il pleure dans mon cœur est un poème de Paul Verlaine paru dans le recueil Romances sans paroles en 1874.

Contexte[modifier | modifier le code]

Auparavant, Paul Verlaine a déjà écrit trois recueils, Poèmes Saturniens en 1866, Fêtes Galantes en 1869 et La Bonne Chanson en 1870. Ce quatrième, Romances sans paroles, a été écrit entre mai 1872 et avril 1873, soit une période très marquante dans la vie du poète : sa relation avec Arthur Rimbaud[1]. La première version est envoyée à Edmond Lepelletier en mai 1873[2], et les impressions commencent en novembre de la même année[3] alors qu'il est en prison à Mons à la suite de l'incident en Belgique avec Rimbaud.

Il pleure dans mon cœur est le troisième poème du recueil, il fait partie de la section première section : Ariettes oubliées.

Contenu[modifier | modifier le code]

Ce texte est un poème en vers constitué de quatre quatrains hexasyllabiques et d'un schéma de rime assez particulier : ABAA. On observe également un enjambement deux par deux des vers.

Paul Verlaine y raconte sa tristesse à travers la comparaison « Il pleure dans mon cœur comme il pleut sur la ville » et, aux vers suivants, on comprend qu'elle est douloureuse : « Quelle est cette langueur qui pénètre mon cœur ? ». Cette idée revient tout au long du poème puisque le mot « cœur » est répété à cinq reprises exprimant toujours un sentiment de négativité : « Pour un cœur qui s’ennuie », « Dans ce cœur qui s’écœure », etc. Cependant, le poète explique au dernier vers qu'il ignore la raison de ce malheur : « C’est bien la pire peine de ne savoir pourquoi, sans amour et sans haine, mon cœur a tant de peine ! ».

Le poème contient une épigraphe : « Il pleut doucement sur la ville. (Arthur Rimbaud.) »[4].

Interprétations musicales[modifier | modifier le code]

Claude Debussy mettra en musique le poème, comme il le fera pour plusieurs autres tirés du même recueil, en 1888, sous forme de mélodie pour voix et piano.

Ce poème a aussi été mis en chanson par de nombreux artistes contemporains, dont:

  • Christophe Bourdoiseau (album "La mort du loup")[5]
  • Laurent de Kiev (album "De Musset à Sardou")[6]
  • Phil Guiseppi (album "Parce que c'est Verlaine")[7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopædia Universalis, « Romances sans paroles, Paul Verlain - Fiche de lecture » (consulté le )
  2. Gallica, Bibliothèque nationale de France, « Correspondances de Paul Verlaine à Edmond Lepelletier », (consulté le )
  3. Gallica, Bibliothèque nationale de France, « Correspondances de Paul Verlaine à Edmond Lepelletier », 24 au 28 novembre 1873 (consulté le )
  4. Paul Verlaine, « Il pleure dans mon cœur », sur fr.wikisource.org (consulté le )
  5. « Paul Verlaine - Il pleure dans mon coeur - Chanson » (consulté le )
  6. « Il pleure dans mon coeur (Paul Verlaine / Laurent de Kiev) » (consulté le )
  7. « CHANSON D'AUTOMNE / PHIL GUISEPPI / VERLAINE » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]