Les Amies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Amies
Auteur Paul Verlaine
Pays France
Genre sonnets
Éditeur Auguste Poulet-Malassis
Lieu de parution Paris
Date de parution Décembre 1867
Chronologie

Les Amies est une plaquette de poèmes de Paul Verlaine publiée clandestinement sous le pseudonyme de Pablo de Herlagnez en décembre 1867. Elle rassemble six sonnets, la plupart érotiques, consacrés à l'homosexualité féminine. C'est le deuxième recueil publié par Verlaine après Poèmes saturniens paru en 1866.

Genèse et histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

Après la parution des Poèmes saturniens, Verlaine se consacre à plusieurs projets simultanément. Tout en composant les poèmes de son futur recueil Fêtes galantes, il compose plusieurs poèmes dans d'autres genres, et il collabore au journal littéraire et satirique Le Hanneton, dirigé par Eugène Vermersch, où il publie le 8 août 1867 un sonnet intitulé « Sappho », à propos de la poétesse grecque antique de ce nom[1].

Le recueil est imprimé en Belgique par l'éditeur bruxellois Auguste Poulet-Malassis, connu pour publier des écrits alors considérés comme licencieux, comme Les Fleurs du mal de Baudelaire. La plaquette est tirée à cinquante exemplaires dont huit, destinés à l'auteur, ne parviennent pas immédiatement à Verlaine, ayant été saisis par la douane à la frontière qu'ils devaient passer dans une expédition de contrebande ; Verlaine les récupère un peu plus tard au cours d'un voyage en Belgique[2]. Le recueil est condamné à la destruction par le tribunal correctionnel de Lille le 6 mai 1868, en même temps qu'une cinquantaine d'ouvrages dont Les Épaves de Baudelaire, pour « outrages à la morale publique et religieuse ainsi qu'aux bonnes mœurs ». Poulet-Malassis lui-même n'est pas poursuivi en justice, mais le libraire bruxellois chargé de vendre le livre en France, Charles Sacré-Duquesne, est condamné par la justice à un an d'emprisonnement et à 2000 francs d'amende, tandis que son épouse est condamnée à quatre mois d'emprisonnement et 500 francs d'amende, le tout pour « colportage sans autorisation[2] ». Un second tirage est malgré tout imprimé début 1869 avec de très légères corrections. En 1870, une deuxième édition puis une troisième édition paraissent, mais ce sont des contrefaçons auxquelles Verlaine n'a pas collaboré.

En 1872-1873, Verlaine pense à nouveau au recueil et demande à son éditeur et ami Lepelletier de les lui envoyer à Londres où il voyage avec Rimbaud ; mais son altercation avec le poète et sa condamnation à la prison l'empêchent de mener à bien ce qui était peut-être un projet de réédition. Un projet de réédition est lancé par son ami Léo d'Orfer en 1883, mais n'aboutit pas. Le recueil est finalement publié à nouveau en 1884, dans La Revue indépendante du mois d'octobre. Verlaine décide ensuite de regrouper les poèmes des Amies dans son recueil Jadis et naguère, mais ils n'y sont pas insérés, peut-être en raison des réticences de l'éditeur Vanier ; c'est dans Parallèlement qu'elles sont finalement rééditées en 1889[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Les Amies se compose de six sonnets : « Sur le balcon », « Pensionnaires », « Per amica silentia », « Printemps », « Été » et « Sappho ».

Analyse[modifier | modifier le code]

Les Amies relève de la poésie érotique féminine, sujet que Verlaine traite à nouveau par la suite avec les poèmes groupés sous le titre « Filles » dans Parallèlement en 1889 puis le recueil Femmes paru sous le manteau en 1890 qui est franchement pornographique[1]. À l'époque où Verlaine publie Les Amies, la poésie érotique, notamment le thème du lesbianisme, n'est pas une nouveauté : des poèmes érotiques paraissent dans des recueils comme le Parnasse satyrique du XIXe siècle et le Nouveau Parnasse satyrique du XIXe siècle en 1864 et 1866[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Olivier Bivort,Notice des Amies, dans Verlaine, Fêtes galantes. La Bonne Chanson, précédées des Amies, Paris, Livre de poche classique, 2000, p. 6-11.
  2. a b et c Olivier Bivort, Note sur l'établissement du texte des Amies, dans Verlaine, Fêtes galantes. La Bonne Chanson, précédées des Amies, Paris, Livre de poche classique, 2000, p. 33-40.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Verlaine, Les Amies - six sonnets consacrés aux amours saphiques, enrichi de dessins de Henri Farge gravés par Léon Marotte, Éditions A. Messein, 1921.
  • Paul Verlaine, Œuvres poétiques complètes, texte établi et annoté par Yves-Gérard Le Dantec, édition revue, complétée et présentée par Jacques Borel, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1962. Édition augmentée : 1989.
  • Paul Verlaine, Œuvres poétiques, textes établis avec chronologie, introduction, notes, choix de variantes et bibliographie par Jacques Robichez, Classiques Garnier, 1969. Édition revue : Dunod, Classiques Garnier, 1995.
  • Verlaine, Fêtes galantes. La Bonne Chanson, précédées des Amies, édition critique établie, annotée et présentée par Olivier Bivort, Paris, Librairie générale française, Livre de poche classique, 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :