Edmond Lepelletier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Edmond Lepelletier
Image dans Infobox.
Edmond Lepelletier par Henri Avenel dans La Presse française au vingtième siècle, édité par Flammarion, en 1901.
Fonction
Député de la Seine
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
VittelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfants
Parentèle
Michel Hirsch (d) (gendre)
René Viviani (gendre)
Alphonse Humbert (beau-frère)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Distinction

Edmond Adolphe Le Pelletier de Bouhélier dit Edmond Lepelletier, né le dans le quartier des Batignolles à Paris et mort le à Vittel, est un journaliste, poète et homme politique français, apparenté[1] à Paul Verlaine dont il fut l'ami d'enfance[2]. Il a été un témoin de son temps signalé notamment par Catulle Mendès.

Il est en outre député de la Seine de 1902 à 1906 et maire-adjoint de Bougival.

Biographie[modifier | modifier le code]

Edmond Lepelletier est le fils d'Auguste Alfred Le Pelletier de Bouhélier (1816-1868) et de Caroline Catherine Marie (1819-1871).

Il a une sœur, Laure, épouse d'Alphonse Humbert (1844-1922), membre de la Commune, qui fut déporté à Nouméa et devint député de la Seine (1893-1902).

Il reste aujourd'hui connu essentiellement pour avoir été l'un des premiers biographes de Verlaine (1907)[3]. Il a le mérite de donner la version de Verlaine. Ayant rencontré Rimbaud « à deux ou trois reprises », il propose un portrait plutôt critique du jeune poète, pour mieux disculper Verlaine. Son ouvrage fera réagir l'ex-Madame Paul Verlaine, Mathilde Mauté qui écrira ses mémoires à la suite de la publication de sa biographie de Verlaine. Elles ne seront publiées qu'en 1935.

Marié en premières noces à Jeanne Rougelet, Edmond Lepelletier est le père de l'écrivain Saint-Georges de Bouhélier (1876-1947) et d'Isabelle (morte en 1923), épouse de René Viviani, président du Conseil.

Il a épousé en secondes noces Eugénie Thérèse Dumoulin (née en 1856), fille d'Eugène Dumoulin, peintre, père de Louis-Jules Dumoulin (1860-1924), peintre paysagiste.

Initié en franc-maçonnerie, il est fondateur et vénérable maître de la loge Les Droits de l'Homme sis à Paris[4]. Dans cette loge, il est un ardent opposant au boulangisme, antidreyfusard, il devient membre de la ligue des patriotes en 1898, il est exclu de la franc-maçonnerie[5].

Élu conseiller municipale de Bougival, il est ensuite élu conseiller municipal aux Batignolles en 1900. Il devient député nationaliste de 1902 à 1906[5]

Il est inhumé à Rueil-Malmaison (actuel département des Hauts-de-Seine).

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d'honneur (1882)
  • Officier de la Légion d'honneur (1913)

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Parlementaires de la Seine sous la IIIe République.
  2. Jean-Baptiste Baronian, Verlaine, Gallimard, 2008 (ISBN 9782070322978)
  3. Paul Verlaine : sa vie, son œuvre, Paris, Mercure de France, , voir notamment pp. 332 et 337-338
  4. Daniel Ligou, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, Presses universitaires de France, , 5e éd. (1re éd. 1986), 1 376 p. (ISBN 2-13-055094-0), p. 701Voir et modifier les données sur Wikidata .
  5. a et b Julien Rycx, La franc-maçonnerie et la crise boulangiste : 1886-1891, Éditions du Septentrion, , 232 p. (ISBN 978-2-7574-2855-9), p. 202-203Voir et modifier les données sur Wikidata .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catulle Mendès, Le Mouvement poétique français de 1867 à 1900, Éditions Fasquelle,
  • « Edmond Lepelletier », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes[modifier | modifier le code]