Michael Pakenham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Michael Pakenham
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activité
UniversitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Michael Colin Pakenham est un universitaire britannique, né le à Rowhedge (Essex) et mort le [1], considéré comme un important spécialiste de la littérature française de la deuxième moitié du XIXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Son père est irlandais, et sa mère, anglaise. De 1954 à 1957, il passe une licence de français à l'Université de Manchester[2].

Il est docteur en littérature française avec une thèse consacrée au journal La Renaissance littéraire et artistique fondé en 1872.

Parcours[modifier | modifier le code]

Il est nommé professeur au Lycée Thiers entre 1951 et 1952, puis au lycée à Nice jusqu'en 1955[2].

Il s'est surtout consacré à l'étude de l'œuvre et de la vie de Paul Verlaine, dont il a notamment commencé à publier la Correspondance[3]. Il a également écrit de nombreuses études sur des auteurs de la période symboliste et a découvert une version du poème « Les Effarés » d'Arthur Rimbaud.

Deux volumes d'hommages réunissant de nombreux chercheurs lui ont été dédiés : Le champ littéraire, 1860-1900 : études offertes à Michael Pakenham, édité par Keith Cameron et James Kearns en 1996[4] et Le Chemin des correspondances et le champ poétique. À la mémoire de Michael Pakenham, direction Steve Murphy, éditions Classiques Garnier, coll. « Rencontres », n° 159, 2016.

Durant plus de quarante ans, il a été professeur à l’Université d'Exeter.

En 2012, il est nommé officier des Arts et des Lettres.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • (éd.) Louis-Xavier de Ricard, Petits mémoires d'un Parnassien ; Adolphe Racot, Les Parnassiens, Paris, Lettres modernes, 1967.
  • « Index de la correspondance » de Germain Nouveau établi d'après l'édition de ses œuvres complètes ; Errances et errements d'un poète, Bibliothèque de la Pléiade, 1970, par Pascal Pia. Commentaires de Michael Pakenham. Compte rendu de la « Chanson des gueux » par Largillière, Exeter, 1971.
  • (éd.) Anatole France, Croquis féminins ; Catulle Mendès, Figurines des poètes ; Adolphe Racot, Portraits-cartes, University of Exeter, 1979.
  • (éd.) Germain Nouveau, Pages complémentaires, University of Exeter, 1983.
  • (éd.) Paul Adam, Symbolistes et décadents, University of Exeter, 1989.
  • (éd.) Madame Paul Verlaine, Mémoires de ma vie, Seyssel, éd. Champ Vallon, 1992.
  • Cabaner, poète au piano, Paris, l’Échoppe, 1994. [En collaboration avec Jean-Jacques Lefrère]
  • (éd.) Edgar Allan Poe, Le corbeau, trad. de Stéphane Mallarmé, ill. par Édouard Manet[5], Paris, Séguier, 1994.
  • « Paris à l'eau-forte de Richard Lesclide » in Pierre Laforgue (éd.), Pratiques d'écritures. Mélanges de poétique et d'histoire littéraire offerts à Jean Gaudon, coll. « Bibliothèque du XXe siècle », Paris, Klincksieck, 1996, p. 65-79.
  • (éd.) Charles Baude de Maurceley, La vérité sur le salon de Nina de Villard, Paris, Librairie la Vouivre, 2000.
  • (éd.) Catulle Mendès, La maison de la vieille, Seyssel, éd. Champ Vallon, 2000. [en coll. avec J.-J. Lefrère et J.-D. Wagneur]
  • (éd.) Paul Verlaine, Correspondance générale (tome I, 1857-1885), Paris, Fayard, 2005. (ISBN 978-2213619507)
  • (éd.) Portraits littéraires..., Tusson, éd. du Lérot, 2007.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Commissaire associé de La Dame aux éventails ; Nina de Callias, modèle de Manet, Musée d’Orsay, 2000

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nécrologie sur lekti-ecriture.
  2. a et b Jean-Baptiste BARONIAN, Dictionnaire Rimbaud, Groupe Robert Laffont, , 1203 p. (ISBN 978-2-221-14662-0, lire en ligne)
  3. Parue chez Fayard, tome 1, 2005.
  4. Publié à Amsterdam chez Rodopi.
  5. Il s'agit d'une étude sur l'édition de Richard Lesclide publiée originellement à la Librairie de l'eau-forte.

Liens externes[modifier | modifier le code]