Léon Vanier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Vanier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
Nationalité
Activité
Publisher logo - Léon Vanier.png

Marque ou logotype

Léon Vanier (Paris, - ), est un éditeur et un libraire français, célèbre pour avoir été l'éditeur de Paul Verlaine.

Parcours[modifier | modifier le code]

Entré à l'âge de quinze ans chez le libraire parisien Gosset, Léon Vanier ouvre sa propre boutique vers 1872 au 6 rue Hautefeuille. En 1876, il commence à éditer des militaria, notamment des ouvrages de Sahib ou de son ami Henri de Sta qu'il légende [1], et publie ses souvenirs de la guerre franco-prussienne dans Les vingt-huit jours d'un réserviste où il raconte son expérience de sergent de mobiles durant le siège de 1870.

Il déménage en 1878 au 19 quai Saint-Michel, adresse qui restera celle de sa maison d'édition jusqu'à la fin[2]. À sa mort en 1896, sa veuve reprend le flambeau, puis revend le fonds et le local fin 1902 à Albert Messein, qui forme en janvier 1903 la raison sociale Librairie Léon Vanier, Messein Succr. Le fonds Vanier se trouvait en vente jusque dans les années 1950.

La Librairie Léon Vanier fut célèbre pour avoir édité les poètes symbolistes de la Bohème et les « Modernes » comme Verlaine, Rimbaud, Jules Laforgue, Jean Moréas, Gustave Kahn, Laurent Tailhade, Stéphane Mallarmé, Tristan Corbière, René Ghil, etc. Dès 1884, il commence à publier les œuvres complètes de Verlaine, assurant à celui-ci des moyens de subsistances[3].

L'un des ouvrages les plus étranges, et des plus rares, publiés par Vanier, reste Têtes de pipe de L.-G. Mostrailles[4], illustré de 21 photographies d'Émile Cohl (1885).

Vanier fut également revuiste (Paris moderne, 1881-1883) et accueillit de nombreux illustrateurs comme André Gill (Les Hommes d'aujourd'hui), Adolphe Willette ou Manuel Luque.

Les éditions Vanier poursuivent leur activité après la mort de leur créateur et ce sont elles qui éditent ainsi Valery Larbaud, en 1908[5].

Oeuvres[modifier | modifier le code]

  • Les vingt-huit jours d'un réserviste, racontés par lui-même et dessinés par un autre, Léon Vanier, 1876
  • Nouvel alphabet militaire, Léon Vanier, 1883
  • La vie à cheval, Léon Vanier, 1885
  • La Lune. Histoire, description et particularités par le bibliopole Vanier, Léon Vanier, 1894

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Verlaine, Léon Vanier, monographie publiée dans la revue Les Hommes d'aujourd'huino 320, vers janvier 1888 ; texte sur wikisource
  • Albert Messein, « Historique de la maison Vanier », catalogue Messein, janvier 1914
  • Michael Pakenham (édit.), Correspondance générale de Verlaine, I, 1857-1885, Paris, Fayard, 2005 (ISBN 978-2213619507)
  • Françoise Cestor, Jean-Didier Wagneur, « Vanier, Léon », Dictionnaire encyclopédique du Livre, Tome 3, Paris, Cercle de la Librairie, 2011, p. 945-947 (ISBN 978-2765409878)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Armée française: Nouvel Alphabet militaire- Texte explicatif de Vanier, illustration de Sta - Léon Vanier Editeur- Paris- 1883.
  2. Vers 1890, l'éditeur indique sur certains de ses livres : Léon Vanier, bibliopole.
  3. M. Pakenham, Correspondance. op. cit.
  4. Sous ce pseudonyme, se cacheraient Léo Trézenik (pseud. de Léon Épinette) et Georges Rall, de la revue Lutèce, proche de Vanier (J.-F. Jeandillou, Supercheries littéraires: La vie et l’œuvre des auteurs supposés, Genève, Droz, 2001, p. 215.).
  5. Voir Daniel Lefèvre, Introduction à l'étude des Poésies de A. O. Barnebooth, de Valéry Larbaud : http://www.poesie-daniel-lefevre.fr/Larbaud-LesPoesiesDeBarnabooth-presentation.pdf