Helem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Helem (arabe : حلم) est une organisation libanaise à but non lucratif, fondée à Montréal (Québec) en 2004, avec une importante filiale en France. L'objectif de l'organisation est d'améliorer le statut légal et social des individus lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels (LGBT) au Liban et au sein de la communauté libanaise à l'étranger. Le nom complet de Helem est (en arabe : حماية لبنانية للمثليين) prononcé ḥimāya lubnāniya lil-mithliyīn et traduit en français ainsi : Société libanaise de protection des Homosexuels (lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels). C'est le premier groupe de défense des questions LGBT dans le monde arabe[1], l'acronyme Helem signifie également rêve en arabe.

Déclaration de mission[modifier | modifier le code]

Helem mène un combat pacifique pour l'émancipation des droits des lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels (LGBT) au Liban, et lutte contre la discrimination sous toutes ses formes : juridique, sociale et culturelle.

Identité[modifier | modifier le code]

Helem (l'acronyme arabe de « Société libanaise pour la protection des lesbiennes, des homosexuels, des Bisexuels et des transsexuels ») est une organisation non gouvernementale à but non lucratif enregistrée au Québec (Canada) depuis le 11 février 2004. Tel que mentionné dans la constitution de la charte de Helem, son action englobe le Liban et le Canada. Helem a également établi des comités de soutien en France, en Australie, et aux États-Unis. Bien qu'elle se concentre sur la question des gais et lesbiennes, l'adhésion à Helem est ouverte à toute personne qui partage ses valeurs fondées sur la déclaration universelle des droits de l'Homme. Helem est également fortement opposé à n'importe quelle forme de discrimination ou de ségrégation, dans les services qu'elle offre ou dans le combat qu'elle mène.

Statut juridique[modifier | modifier le code]

Objectifs[modifier | modifier le code]

Le but premier de Helem est l'abrogation de l'article 534 du code pénal libanais qui punit « des rapports sexuels contre nature ». Cette loi est arbitrairement employée pour cibler la communauté LGBT en violant l'intimité de ses membres et en leur refusant même les droits humains les plus élémentaires. L'abrogation de cet article de loi permettra de réduire la persécution sociale dont est victime cette communauté. De plus, cela sera un pas en avant pour obtenir la pleine égalité que réclame la communauté gaie au Liban. L'autre objectif principal de Helem est de contrer l'épidémie de SIDA et des infections sexuellement transmissibles tout en préconisant la défense du droits des patients.

Champs d'actions[modifier | modifier le code]

Plans[modifier | modifier le code]

La préoccupation principale de Helem est de permettre l'épanouissement de la communauté gaie au Liban tant par l'émancipation de ses droits et que par une prise de conscience générale des besoins médicaux, et en termes de soins de santé. Helem établit des rapports sur la situation des droits de l'Homme et un suivi complet sur chacun des cas particuliers de persécution et/ou de discrimination. Helem dispose d'un centre communautaire qui offre des informations utiles, et mène une lutte efficace contre l'homophobie. Helem participe également à toutes sortes d'activités qui relèvent de la société civile libanaise, ce qui lui permet un rayonnement culturel et d'accomplir ses objectifs. Après tout, les communautés lesbienne, gaie, bisexuelle et transsexuelle font partie intégrante du tissu social libanais.

Publications[modifier | modifier le code]

  • 1- "Koutayeb mosh A'an el nabat": Livre sur la santé sexuelle des personnes gais et lesbiennes.
  • 2- "Homophobie" - le livre
  • 3- "Mythes et faits à propos de l’homosexualité
  • 4- "Connaissez vos droits" (pamphlet)
  • 5- "Ohebohom Walaken" ("Aimez-les quand même !") : Livre destinés aux familles des individus gais et lesbiennes.

Activités[modifier | modifier le code]

Le documentaire Libre de rêver, réalisé par Helem, décrit, par les témoignages d'hommes et de femmes arabes vivant à Montréal, la situation des arabophones aux prises avec l'homophobie[2].

Prix et Trophées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Carine Torbey, « Lebanon's gays struggle with law », BBC,‎ 29 août 2005 (consulté le 14 juil. 2008)
  2. a. « Libre de rêver (documentaire) », Courrier Ahuntsic & Bordeaux-Cartierville,‎ 26 octobre 2010 (lire en ligne).
    b. André-Constantin Passiour, « Briser un tabou! Festival du monde arabe de Montréal : L'ouverture vers les LGBT », Fugues, vol. 30, no 8,‎ novembre 2013, p. 14 (ISSN 0831-1625, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]