Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal (CCLGBTQ+)
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Organisme de bienfaisance
But améliorer la condition des personnes LGBTQ+
Surnom CCLGBTQ+
Zone d’influence Québec
Fondation
Fondation 17 août 1988
Identité
Siège Montréal, Québec
Présidente Clara Torrent
Vice-président André Ho
Directeur général Christian Tanguay
Site web ccglm.org


Le Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal (CCLGBTQ+) est un organisme sans but lucratif situé à Montréal, au Québec, fondé le [1].

Le CCLGBTQ+ agit auprès des membres des communautés LGBTQ+ en favorisant la concertation et en suscitant la prise en charge du développement communautaire et social par les individus et les organismes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 13 juillet 2016, à l’occasion d’une assemblée générale spéciale, le Centre Communautaire des gais et lesbiennes de Montréal (CCGLM), suite à plusieurs concertations publiques, décide d’adopter un nom plus représentatif de la réalité des communautés LGBTQ+ desservies: Centre Communautaire LGBTQ+ de Montréal (CCLGBTQ+)[2].

Du 7 au 13 août 2016, le Centre participe au Forum social mondial à Montréal, par son implication au sein du comité autogéré Diversité, genres et sexualités[3],[4]. Le 12 août 2016 il supervise la conférence LGBT « Au-delà de la haine, acquis et luttes à venir de la communauté LGBT »[5]. Avec les autres membres du comité autogéré il est récipiendaire du prix Initiative par excellence remis par le Gala Arc-en-ciel organisé par le Conseil québécois LGBT en 2016[6].

Action[modifier | modifier le code]

Le Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal vise le développement de la qualité de vie des personnes LGBTQ+ et a pour objectif de faciliter la formation de comités d'étude, de recherche, d'accueil, d'information et d’intervention auprès des populations LGBTQ+, notamment auprès des migrants et réfugiés[2],[7].

Il met sur pied un centre d’informations juridiques, composé d'étudiants en droit pro-bono de l'université McGill et de l'Université de Montréal, chapeautés par des avocats du cabinet McCarthy Tétreault[8]. Le Centre soutient les migrants et réfugiés LGBTQ+ à Montréal dans leur processus de demande d’asile et d’immigration[2].

Bibliothèque à livres ouverts[modifier | modifier le code]

Logo de la Bibliothèque à livres ouverts

La « Bibliothèque à livres ouverts » (BALO) créée en 1991 par Benoit Migneault, est un centre de documentation spécialisé dans les questions liées à la diversité sexuelle[9], avec plus de 20 000 documents[10],[11] (romans, essais, recueils de poésie, bandes dessinées, périodiques, livres académiques, films, documentaires, littérature jeunesse) touchant de près ou de loin aux réalités des communautés LGBTQ+. Dans le cadre d'un atelier Wikimédia, Benoit Migneault précise cependant que lorsqu'il a entamé son travail au regard du centre de documentation, un travail d'importance avait déjà réalisé, quelques années plus tôt, par une bénévole transexuelle. Celle-ci avait mis en place un catalogue imprimé du fonds documentaires, qui comportait environ trois cents documents, et avait apposé des cotes Dewey sur les documents présents.

Benoit Migneault a ainsi pris la suite du travail déjà réalisé et a informatisé le catalogue tout en y ajoutant un nombre important de nouveaux documents. Les nouveautés ajoutés au fonds documentaire provenaient généralement de services de presse. En effet, afin de bonifier la collection du centre de documentation, il réalisait des recensions dans différents périodiques québécois, ce qui lui permettait d'accéder à des services de presse qu'il versait ensuite au centre. S'est également ajouté la mise en place d'un cadre de classement permettant le repérage de dossiers verticaux dans lesquels on retrouvait environ 2000 à 3000 articles, pamphlets ou autres opuscules de petits formats ainsi que différents ouvrages de littérature grise.

Toujours selon Benoit Migneault, l'élaboration de plans de classement, destinés à des fonds d'archives, et le catalogage du contenu de ces derniers ont également été réalisé pendant sa présence au centre (1991-1996).

Les fonds d'archives portaient notamment sur plusieurs organismes communautaires qui se sont mis en place autour des premiers balbutiements d'événements entourant la notion de fierté gaie dans la communauté montréalaise, à savoir des organismes orientés vers une célébration gaie de la Saint-Jean-Baptiste (le Comité organisateur de la fête nationale du Québec[12] et Gai-e-lon-la[13]) ainsi qu'un autre dont le mandat portait sur la mise en place d'une marche de la fierté gaie portant le nom de Gairilla[14].

La bibliothèque est un espace sécuritaire et accessible pour toutes et tous[15], seul centre de documentation spécialisé dans les questions liées à la diversité sexuelle au Québec[2],[16].

Elle a reçu en 2015 un don pour développer sa collection de livres jeunesse et de bandes dessinées sur les enjeux LGBT pour les intervenants et les familles[17]. En 2017, elle reçoit le prix Newlen-Symons décerné par l'American Library Association (ALA) et récompensant l’excellence des services offerts aux communautés de la diversité sexuelles[15],[18].

Mission[modifier | modifier le code]

La BALO a pour mission de rassembler, de conserver de manière permanente et de diffuser le patrimoine documentaire de la diversité LGBTQ+ et tout document qui s'y rattache et qui présente un intérêt culturel, de même que tout document relatif à la diversité et publié dans toutes langues confondues.

Description[modifier | modifier le code]

La BALO rassemble, conserve et diffuse le patrimoine documentaire de la diversité LGBTQ+. Elle offre aussi les services d'une bibliothèque publique.

Historique[modifier | modifier le code]

En 2013, Michel Tremblay fait don de 30 ouvrages littéraires pour compléter l'ensemble de son œuvre dans la collection (69 œuvres en français et 10 œuvres en anglais).

En 2014, la bibliothèque procède à la migration sur le SIGB Koha, un logiciel libre et open source.

En septembre 2016, la bibliothèque est finaliste au Gala Arc-en-ciel par le Conseil québécois LGBT dans la catégorie « Projet par Excellence »[19].

En novembre 2016, elle est finaliste pour le « Prix Relève » à la soirée Prix Diversité en Gouvernance organisé par Concertation Montréal[20].

En 2017, la BALO se voit discerner le prix Newlen-Symons par la Table Ronde LGBT de l'American Library Association pour l'excellence des services auprès des communautés LGBT[21],[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mission | CCGLM », sur www.ccglm.org (consulté le 31 juillet 2017).
  2. a, b, c et d « RAPPORT FINAL.pdf », sur Google Docs (consulté le 31 juillet 2017).
  3. « Organisation | Centre communautaire des gais et lesbiennes de Montréal | Forum social mondial 2016 », sur fsm2016.org (consulté le 31 juillet 2017).
  4. « Les enjeux lesbiens, gais, bisexuels, trans*, queer, intersexes, aromantiques et asexuels », sur www.newswire.ca (consulté le 31 juillet 2017).
  5. « Grande conférence : Au-delà de la haine : acquis et luttes à venir de la communauté LGBT | Forum social mondial 2016 », sur fsm2016.org (consulté le 31 juillet 2017).
  6. « Initiative - Conseil québécois LGBT », sur conseil-lgbt.ca (consulté le 31 juillet 2017).
  7. « L'ABQLA vous invite à la Bibliothèque à livres ouverts », sur http://www.abqla.qc.ca, (consulté le 2 août 2017).
  8. « Centre communautaire LGBTQ+ de Montréal/CCGLM | L'Annuaire des professionnels au service des immigrants », sur L'Annuaire des professionnels au service des immigrants (consulté le 31 juillet 2017).
  9. (en) « L'ABQLA vous invite cordialement à visiter la Bibliothèque à livres ouverts | ABQLA | L'Association des bibliothécaires du Québec Library Association », sur www.abqla.qc.ca (consulté le 2 août 2017).
  10. Antoine Simon, « Communautés LGBTQ+ : «La lutte est à tous les jours» », Journal métro,‎ (lire en ligne).
  11. « Bibliothèque à livres ouverts | CCGLM », sur www.ccglm.org (consulté le 31 juillet 2017).
  12. Marcel Couture, « Le Comité organisateur de la fête nationale du Québec répond », Le Berdache,‎ , p. 5.
  13. Mario Michel, « La Gai-e-lon-la 1981 », Le Berdache,‎ , p. 6-7.
  14. François Brunet, « La semaine de la Gairilla », Le Berdache,‎ , p. 5-6.
  15. a et b Antoine Simon, « Centre communautaire LGBTQ+: une bibliothèque où il fait bon vivre », Journal métro,‎ , p. 12 (lire en ligne).
  16. (en) Michael David MILLER, « Guides: LGBTQ+ Studies: LGBTQ+ in Montréal », sur libraryguides.mcgill.ca (consulté le 26 octobre 2017).
  17. « 10 000$ pour les gais et lesbiennes », La Presse,‎ (lire en ligne).
  18. (en) « Open Book Library awarded 2017 GLBTRT Newlen-Symons Award for Excellence in Serving the GLBT Community », ALA News,‎ (lire en ligne).
  19. « GALA ARC-EN-CIEL: Annonce des nominations 2016 - Conseil québécois LGBT », Conseil québécois LGBT,‎ (lire en ligne).
  20. « Soirée Prix Diversités en gouvernance : tout un succès ! – Concertation Montréal », sur concertationmtl.ca (consulté le 31 juillet 2017).
  21. (en) SBIRES, « The Newlen-Symons Award for Excellence in Serving the GLBT Community », Round Tables,‎ (lire en ligne).
  22. (en) JAMUNDSEN, « Open Book Library awarded 2017 GLBTRT Newlen-Symons Award for Excellence in Serving the GLBT Community », News and Press Center,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

ArtIcles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]