Guillaume de Thieulloy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillaume de Thieulloy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (45 ans)
Nom de naissance
Guillaume Jourdain de ThieulloyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Journaliste, politologue, militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinction
Prix Raymond-Aron (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Guillaume Jourdain de Thieulloy, né le , est un politologue, journaliste et militant politique français.

Docteur en études politiques, il est un spécialiste de la théologie politique et de la philosophie thomiste. Militant catholique, il détient par ailleurs l'entreprise GT éditions, qui assure la diffusion des sites Nouvelles de France, Le Salon beige et L'Observatoire de la christianophobie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause. Considérez son contenu avec précaution. Améliorez-le ou discutez-en. (mai 2018)

Guillaume Jourdain de Thieulloy est issu d'une famille de marchands picards anoblis sous le règne du roi Louis XV. Son ancêtre Robert François Jourdain (1685-1757), marchand, échevin d'Amiens, a acquis la noblesse par une charge de secrétaire du roi, maison et couronne de France près la Grande Chancellerie de France (20 décembre 1737-1757)[1],[2]. Vers la même époque, il a reçu d'une tante en donation la seigneurie de Thieulloy, dont il prit le nom[3]. Un autre de ses ancêtres, Edmond Jourdain de Thieulloy (1801-1886) a été fait comte romain et comte Jourdain de Thieulloy par le pape Pie IX en 1856[4].

Formation[modifier | modifier le code]

Guillaume de Thieulloy obtient en juin 2002 le titre de docteur en études politiques de l'École des hautes études en sciences sociales pour sa thèse dirigée par Pierre Manent : La pensée politique néothomiste : étude à partir du cas de Jacques Maritain[5]. Sa thèse obtient en 2002 le prix Raymond-Aron[6].

Il fut de 2003 à 2014 l'un des assistants parlementaires de Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP au Sénat[7].

Activités médiatiques[modifier | modifier le code]

Détenteur de l'entreprise de presse GT éditions, Guillaume de Thieulloy est à la tête d'un véritable réseau de médias[7]. Ancien journaliste à Famille chrétienne[8], il finance et dirige la publication[7] de L'Observatoire de la christianophobie[9] blogue qui recense — les « actes anti-chrétiens » en France et des persécutions à l’international —, est directeur de publication[7] de Le Salon beige[9] — blogue catholique conservateur —. Il dirige également Nouvelles de France[9] — revue libérale-conservatrice de « réinformation » — qu'il a cofondée en 2010, L'Osservatore Vaticano — blogue d'actualité sur l'Église catholique —, le portail Riposte catholique[9] — fédérant plusieurs blogs catholiques —, le magazine Les 4 Vérités — hebdomadaire libéral et chrétien — ou encore les éditions Muller[7]. Il est également le créateur du Collectif Famille Mariage (CFM) et préside Defensor Christi[9], une association (loi 1901) ayant vocation à « mettre en place une mission de sensibilisation au parlement à Bruxelles et à créer un groupe de défense juridique des chrétiens au niveau européen[7] ».

En 2013, il fait partie des parrains du projet Notre antenne, qui aboutit l'année suivante à la création de TV Libertés[10].

De mars 2014 à juin 2016, il anime l'une des deux parties du Libre journal de chrétienté, dirigé par Daniel Hamiche sur Radio Courtoisie[11],[12]. Il présente ensuite, à partir de septembre 2016, l'émission religieuse Terres de mission sur TV Libertés, avec Jean-Pierre Maugendre, président de l'association Renaissance catholique[13], et Daniel Hamiche[14].

Positionnement politique[modifier | modifier le code]

En 2012, il lance un appel à un référendum sur le site d'Égalité et Réconciliation, pour s'opposer à l'immigration[7].

En 2014, il s'associe à Béatrice Bourges pour dénoncer des ouvrages proposés aux enfants, et présents dans certaines bibliothèques municipales. Il s'oppose également à la loi Léonetti[9].

Selon Valeurs actuelles, Guillaume de Thieulloy se définit comme royaliste légitimiste[15].

Au titre de président de Defensor Christi, il critique ce qu'il qualifie « d'atmosphère délétère en train de plomber la paix civile en France » et « d'hystérie antichrétienne[9] ».

En 2016, à l'occasion du premier tour de la primaire présidentielle des Républicains, il se positionne pour le candidat Jean-Frédéric Poisson[16].

À partir de 2018, il participe aux activités de Mouvance France[17].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, 2002, page 106.
  2. Nicolas-Philippe Piot, Noms dits et autres friandises : recueil à l'usage de ceux qui veulent distinguer dans la France d'aujourd'hui le vrai noble du faux noble ou du noble d'apparence, Patrice du Puy, , 429 p., texte imprimé, monographie, 1 vol., 21 cm (ISBN 978-2-908003-48-2 et 2-908003-48-1, OCLC 556946534, notice BnF no FRBNF42119193, présentation en ligne)[réf. incomplète]
  3. Christine Favre-Lejeune, Les secrétaires du roi de la Grande Chancellerie de France. Dictionnaire biographique et généalogique (1672-1789), Paris, Sedopols, 1986, 3 vol. (ISBN 2-904177-07-8)
  4. Henri Jougla de Morenas, Grand armorial de France, tome 4, page Tome 4.
  5. Référence sur le catalogue SUDOC (avec résumé).
  6. « Prix Raymond Aron : Lauréats », sur le site web de l'association hébergé par l'EHESS
  7. a, b, c, d, e, f et g Mikael Corre, « La nouvelle croisade des catholiques intégristes », Le Monde des religions,‎ (lire en ligne).
  8. Famille chrétienne
  9. a, b, c, d, e, f et g Jean-Paul Gautier, Les extrêmes droites en France : De 1945 à nos jours, Syllepse, coll. « Mauvais Temps », 498 p. (ISBN 9782849505700, lire en ligne), p. 368
  10. Fabien Lécuyer, « Vers une « télévision patriotique française » ? », sur 7seizh.info, .
  11. « Libre Journal de chrétienté », sur Radio Courtoisie.fr (consulté le 5 avril 2014).
  12. http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2016/06/daniel-hamiche-chass%C3%A9-de-radio-courtoisie.html.
  13. Gildas Ailes, « Zoom d’été : A la rencontre de Terres de Mission », TV Libertés,‎ (lire en ligne)
  14. « Terres de mission », sur TV Libertés (consulté le 6 septembre 2017)
  15. Bastien Lejeune, « La « réinfosphère » crève l'écran », Valeurs actuelles, no 4171,‎ , p. 26-32.
  16. Guillaume de Thieulloy, « Pourquoi je voterai Poisson au premier tour de la primaire », sur Nouvelles de France, (consulté le 14 novembre 2016).
  17. https://www.lesalonbeige.fr/mouvance-france-pour-elaborer-un-projet-applicable-en-cas-dalternance/.
  18. Voir sommaire en ligne sur le site de l'éditeur

Liens externes[modifier | modifier le code]