Sébastien Meurant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sébastien Meurant
Illustration.
Fonctions
Sénateur français
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 8 jours)
Élection 24 septembre 2017
Circonscription Val-d'Oise
Groupe politique LR
Conseiller départemental du Val-d'Oise

(2 ans, 6 mois et 8 jours)
Avec Emilie Ivandekics
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Domont
Prédécesseur Robert Daviot
Successeur Gilles Ménat
Maire de Saint-Leu-la-Forêt

(9 ans et 7 mois)
Élection
Réélection mars 2014
Prédécesseur Jean Le Gac
Successeur Sandra Billet
Biographie
Date de naissance (49 ans)
Lieu de naissance Enghien-les-Bains (Val-d'Oise)
Nationalité Française
Parti politique UMP
LR
Diplômé de Institut des hautes études de Défense nationale
Profession Dirigeant d'un cabinet de conseils en ressources humaines

Sébastien Meurant, né le à Enghien-les-Bains, est un homme politique français, sénateur pour le Val-d'Oise depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

À Saint-Leu-la-Forêt, il est conseiller municipal d'opposition au maire, Jean Le Gac, de 2001 à 2008. Il ravit la municipalité en 2008, mettant fin à 30 ans de gestion municipale de gauche[1]. Il est réélu en 2014, la liste qu'il conduit l'emportant dès le premier tour.

Il est condamné[2] en 2012 par le tribunal correctionnel de Paris pour diffamation après avoir qualifié en 2010 Ali Soumaré de « délinquant multirécidiviste ».

Il se présente aux élections départementales de 2015, en binôme avec Émilie Ivandekics, sur le canton de Domont, et remporte cette élection face au FN.

En 2017, il se présente aux élections sénatoriales, et est élu[3]. Il a notamment pour collaborateur parlementaire Guillaume de Thieulloy[4]. Se trouvant en situation de cumul de mandats, il opte pour le mandat de sénateur et renonce à ses fonctions de maire et à son mandat de conseiller départemental[5]. Il se fait remplacer à la mairie par sa deuxième adjointe, Sandra Billet, et sur le canton, par Gilles Ménat, adjoint au maire de Baillet-en-France.

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017[6]. L'année suivante, Sébastien Meurant appelle, dans le mensuel conservateur L'Incorrect, à dialoguer notamment avec le Rassemblement national (RN)[7]. Il est élu à la tête de la fédération LR du Val-d'Oise peu après, face à la sénatrice pécressiste Jacqueline Eustache-Brinio[8]. En 2019, il participe avec d'autres élus des Républicains à un dîner avec Marion Maréchal[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Parisien, « Quatre nouveaux maires dans le vent », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  2. Le Point magazine, « Deux élus UMP condamnés pour avoir diffamé Ali Soumaré », sur Le Point, (consulté le 21 janvier 2020)
  3. « La droite val-d’oisienne aura trois représentants au sénat », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2017)
  4. https://www.vice.com/fr/article/d3mzpq/comment-les-cathos-tentent-de-semparer-des-gilets-jaunes.
  5. Alexandre Boucher, « Sandra Billet, nouvelle maire de Saint-Leu-la-Forêt : Élu sénateur en septembre, Sébastien Meurant (LR) a passé le relais ce mercredi soir à sa deuxième adjointe », Le Parisien, édition du Val-d'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2017) « Loi sur le non-cumul des mandats oblige, Sébastien Meurant, devenu sénateur le 24 septembre dernier, a choisi de passer le relais à sa deuxième adjointe chargée des affaires scolaires, de l’enfance, de la jeunesse et des sports. (...) « Une page se tourne. Tout ce que j’ai fait, je l’ai fait avec cœur, sincérité et humilité, lance celui qui a également démissionné du conseil départemental où il siégeait depuis 2015 (Ndlr : son suppléant Gilles Ménat va le remplacer) ».
  6. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  7. Pierre Lepelletier, « Un sénateur LR prône le dialogue avec le Rassemblement national », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juillet 2020).
  8. « Le Parisien, 13 octobre 2018 »
  9. Paul Laubacher, « Marion Maréchal dîne en secret avec des élus LR pour « briser la digue » », sur Nouvelobs.com, L'Obs, (consulté le 15 juillet 2020).

Liens externes[modifier | modifier le code]