Henri Jougla de Morenas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Henri Jougla de Morenas
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Zacharie Jougla (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Grand Armorial de France (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Henri Jougla, dit Jougla de Morenas, né le à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) et mort le (à 51 ans) à Paris[1], est un héraldiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Jougla, naît dans une famille d'industriels. Son père, Zacharie Jougla exerce l'activité de conducteur principal des Ponts-et-Chaussées et sa mère, Célestine Pujolas serait descendante des seigneurs de Morenas.

En 1901, les deux frères Joseph et Zacharie Jougla implantent à Joinville une usine pour la fabrication industrielle de quarante mille plaques photographiques par jour. Avec l’aide du neveu de Louis Ducos du Hauron (l’inventeur de la photographie en couleurs). En 1907, l’usine Jougla sort les premières plaques couleurs du monde, les Omnicolor, avant les autochromes des frères Lumière. Le , c’est la fusion Lumière-Jougla et le lancement des appareils photos de marque « Lumière ». L’usine Lumière-Jougla disparaît en 1966.

Henri Jougla s'est marié deux fois : le , à Saint-Mandé (Val-de-Marne), avec Azeline Jeanne Marie Pauline Gouya et le , à Paris (XXe), avec Gilberte Paulette Bouquier. Il est inhumé au cimetière de Joinville-le-Pont.

Œuvre : le Grand Armorial de France[modifier | modifier le code]

Henri Jougla de Morenas est l'auteur des quatre premiers tomes du Grand Armorial de France, publiés entre 1934 et 1952, avec le sous-titre Catalogue général des armoiries des familles nobles de France, comprenant les blasons des familles ayant possédé des charges dans le royaume et de celles ayant fait enregistrer leurs armoiries en 1696, de la noblesse de l'Empire, des anoblissements de la Restauration, donnant les tableaux généalogiques de familles confirmées dans leur noblesse entre 1660 et 1830.

Comme l'expliquent les membres du comité de rédaction chargé d'achever les deux derniers tomes, dans leur avertissement aux lecteurs, paru en 1948 à la suite du sixième tome, l'objectif de cette publication ambitieuse était de composer un « tableau général et historique des familles françaises » et « d’établir en toute indépendance, sans complaisance comme sans parti-pris, le catalogue des anciennes familles françaises ».

Les sept tomes de cet ouvrage, parus dans le désordre, ont été numérisés par les soins de Philippe Palasi, spécialiste de l'héraldique, au sein d'un inventaire électronique européen qui recense plus de 160 000 armoiries :

  • [1934] Tome I : De Van des Aa à Bataillon[2] ;
  • [1938] Tome II : De La Batardie à Coëtlogat de Clegrio[3] ;
  • [1935] Tome III : De Coëtlogat de Clegrio à de Fieubert[4] ;
  • [1939] Tome IV : De des Fieux à de Martimprey[5] ;
  • [1948] Tome V : De Martin à de Richaud[6] ;
  • [1948] Tome VI : De Richaudeau à Zylof de Steenbourg et de Wynde[7] ;
  • [1952] Supplément : De Abadie de Nodrest à Zoller / Additions et corrections aux armes et généalogies des six volumes[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Joinville-le-Pont (94) : cimetière - Cimetières de France et d'ailleurs », sur landrucimetieres.fr (consulté le ).
  2. [PDF] Tome 1 [lire en ligne].
  3. [PDF] Tome 2 [lire en ligne].
  4. [PDF] Tome 3 [lire en ligne].
  5. [PDF] Tome 4 [lire en ligne].
  6. [PDF] Tome 5 [lire en ligne].
  7. [PDF] Tome 6 [lire en ligne].
  8. [PDF] Tome 7 [lire en ligne].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]