Gouvernement Renkin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le gouvernement Renkin est un gouvernement catholique-libéral qui gouverna la Belgique du jusqu'au [1].

Pour faire face à la crise, le gouvernement Renkin essaya de faire payer les frais de la crise au peuple, en imposant des mesures impopulaires, ce qui eut pour effet d'aggraver la crise[2]. Les libéraux, présents au gouvernement, demandent la dissolution du parlement. Le roi retire sa confiance à Renkin et fait alors appel à l'ancien Premier ministre Charles de Broqueville pour présider le Conseil.

Composition[modifier | modifier le code]

Ministère Nom Parti
Premier et ministre de l'intérieur et de la santé publique Jules Renkin Parti catholique
Ministre des affaires étrangères Paul Hymans Parti libéral
Ministre des arts et des sciences Robert Petitjean Parti libéral
Ministre de justice Fernand Cocq Parti libéral
Ministre des finances Maurice Houtart Parti catholique
Ministre de l’agriculture Emile van Dievoet Parti catholique
Ministre des travaux publics Jules Van Caenegem Parti catholique
Ministre de l'industrie, du travail et de la prévoyance sociale Hendrik Heyman Parti catholique
Ministre des communications Philip Van Isacker Parti catholique
Ministre des PTT François Bovesse Parti libéral
Ministre de la défense nationale Léon Dens Parti libéral
Ministre des colonies Paul Crokaert Parti catholique

Notes et références[modifier | modifier le code]

Remaniements[modifier | modifier le code]

  • 23 mai 1932
    • Jules Van Caenegem (Parti catholique) démissionne comme ministre des travaux publics et est remplacé par Gustave Sap
    • Philipe Van Isacker (Parti catholique) démissionne comme ministre des communications et est remplacé par Pierre Forthomme (Parti libéral)
    • Paul Crokaert (Parti catholique) démissionne comme ministre des colonies et est nommé ministre de la défense nationale, en succession du démissionnaire Léon Dens (Parti libéral)
    • Paul Tschoffen (Parti catholique) est nommé ministre des colonies, en succession du démissionnaire Paul Crokaert (Parti catholique).