Gouvernement Gaston Eyskens III (remanié)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Eyskens III (remanié)

Royaume de Belgique

Description de cette image, également commentée ci-après
Roi Baudouin
Premier ministre Gaston Eyskens
Formation
Fin
Durée 6 mois et 24 jours
Composition initiale
Coalition
Femmes 0
Hommes 24
Représentation
Chambre des représentants
125 / 212
Sénat
63 / 106
Drapeau de la Belgique

Le gouvernement Gaston Eyskens III (remanié) était un gouvernement belge composé de sociaux-chrétiens (PSC-CVP) et de libéraux (PL-LP). Il comportait 20 ministres et 4 ministres-sous-secrétaires d'État et gouvernait du au .

Le soutien du gouvernement précédent à l'indépendance du Katanga ne faisait pas l'unanimité en son sein, poussant à un remaniement ministériel permettant l'expression d'une ligne pro-Katanga beaucoup plus dure.

L'indépendance du Congo conduit à l'aggravation de la situation économique de la Belgique, souffrant déjà d'un important endettement public. Cela amène le gouvernement à faire voter la Loi unique dont la contestation conduit à la grève générale de l'hiver 1960-1961. Si la reprise du travail a lieu rapidement en Flandre et à Bruxelles, ce n'est pas le cas en Wallonie, où le climat devient de plus en plus insurrectionnel : la gare des Guillemins, à Liège, est saccagée. André Renard, leader syndical de la FGTB wallonne, réclame le fédéralisme économique. Des rumeurs de subversion communiste au sein du mouvement de grève se diffusent. Si la loi finit par être votée en février 1961, elle a provoqué une radicalisation des milieux syndicaux wallons, amenant en 1961 à la fondation du Mouvement populaire wallon. L'unité du pays devient incertaine. Le PSC-CVP se divise en interne : si Eyskens souhaite conserver la coalition au pouvoir, Théo Lefèvre est favorable à une alliance avec les socialistes. Finalement, Baudouin dissout le Parlement le 20 février 1961 et appelle à des élections anticipées[1].

Composition[modifier | modifier le code]

Ministère Nom Parti
Premier ministre Gaston Eyskens PSC-CVP
Ministre de la Coordination économique André Dequae PSC-CVP
Ministre de la Défense nationale Arthur Gilson PSC-CVP
Ministre de l’Éducation publique Pierre Harmel PSC-CVP
Ministre de la Santé publique et de la Famille Paul Meyers PSC-CVP
Ministre des Communications et de la Coordination sociale Paul-Willem Segers PSC-CVP
Ministre de la Prévoyance sociale Léon Servais PSC-CVP
Ministre des Classes moyennes Paul Vanden Boeynants PSC-CVP
Ministre des Finances Jean Van Houtte PSC-CVP
Ministre des Affaires étrangères Pierre Wigny PSC-CVP
Vice-président du Cabinet et ministre de l'Intérieur René Lefebvre PL-LP
Ministre de la Justice Albert Lilar PL-LP
Ministre des Affaires africaines Harold Charles d'Aspremont Lynden PSC-CVP
Ministre de l'Emploi et du Travail Yves Urbain PSC-CVP
Ministres de la Coordination des Réformes institutionnelles Raoul Vreven PL-LP
Ministre des Travaux publics et de la Reconstruction Omer Vanaudenhove PL-LP
Ministre de l'Agriculture Albert de Vleeschauwer, puis Charles Héger PSC-CVP
Ministre de l'Instruction publique Charles Moureaux PL-LP
Ministre des Affaires économiques Jacques Van der Schueren PL-LP
Ministre du Commerce extérieur Jacques Van Offelen PL-LP
Ministre-sous-secrétaire d'État au Budget Willy De Clercq PL-LP
Ministre-sous-secrétaire d'État aux Postes, Télégraphes et Téléphones Albert De Gryse PSC-CVP
Ministre-sous-secrétaire d'État à l’Énergie Roger de Looze PL-LP
Ministre-sous-secrétaire d'État aux Affaires culturelles Renaat Van Elslande PSC-CVP

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]