Jacques de Mahieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mahieu.
Ne doit pas être confondu avec Jacques Girault.
Jacques de Mahieu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
Buenos AiresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jacques GiraultVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jacques Girault, mieux connu sous son pseudonyme de Jacques de Mahieu, né le à Marseille (Bouches-du-Rhône) et mort le (à 74 ans) à Buenos Aires (Argentine), est un professeur argentin d'origine française, docteur en Science Politique et en Sciences économiques.

En 1972 il fonde l’Institut des Sciences de l’Homme de Buenos Aires et progressivement ses activités s’orientent vers la sociologie, l’anthropologie et l’ethnologie où il développe des théories racialistes.

Ses recherches sur les civilisations amérindiennes et ses découvertes sont diffusées dans le monde entier et accueillies favorablement en France par la Nouvelle Droite durant les années 1970. Il est l'auteur de plusieurs livres accréditant notamment l’hypothèse selon laquelle les Vikings mais surtout les Templiers connaissaient les Amériques bien avant Christophe Colomb et a participé également à la revue de réalisme fantastique Kadath[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Girault gérant de L'Etudiant français signature

Jacques Auguste Léon Marie Girault, l'ainé de cinq garçons naît le à Marseille dans une famille plutôt aisée. Professeur de philosophie après des études de lettres à l'Université d'Aix-en-Provence, il devient membre de l'Action française et soutient Pétain et le régime de Vichy.

Tout en préparant un doctorat en sociologie, il milite encore et toujours à l’Action française ; il est un fervent adepte de Charles Maurras et également un ardent pétainiste. En avril 1939 il préside l'A.G.C (Association Georges Cadoudal)[Note 1] à Marseille[3]. De janvier 1941 à janvier 1942 il écrit des articles dans l'Action française et dans L'Etudiant français [4] dont il est gérant. C'est pourquoi, se sentant menacé à l'arrestation de son mentor à Lyon en , Jacques Girault prépare un exil en Argentine. Passant en 1944 par la Suisse puis la Belgique, il embarque en Suède en 1946 sur le Gripsholm direction New-York[5].

Accueilli en Argentine sous sa nouvelle identité, Jacques de Mahieu devient proche de Perón et sera un des idéologues du mouvement péroniste. Il enseignera la philosophie dans les universités de Mendoza, San Luis, Buenos Aires, Rio de Janeiro, Salvador .

En 1969 à Barcelone, lors de la Xème assemblée du Nouvel ordre européen et sur proposition du mouvement celtique, il fonde avec Gaston-Armand Amaudruz l'« Institut supérieur des sciences psychosomatiques, biologiques et raciales du Québec» dont il s'auto-proclame docteur honoris causa.

La chute du régime l'oblige à vivre quelque temps au Brésil[6], puis il revient avec le renouveau de Perón et est naturalisé argentin en 1973. Il est plus connu en Argentine sous le nom de Jaime Maria de Mahieu.

Il a appartenu au comité de patronage de Nouvelle École[7].

Il meurt à Buenos Aires le . Plusieurs médias écrivent que Jacques de Mahieu est également connu pour avoir fait partie de la 33e division SS de grenadiers volontaires Charlemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. Toutefois la chronologie de sa vie entre fin 1944 et mai 1945 rend invraisemblable cette allégation[réf. nécessaire].

Son fils Xavier-Marie se consacre aux travaux de son père jusqu'à sa mort en 2018[8].

Livres[modifier | modifier le code]

en français[modifier | modifier le code]

en espagnol[modifier | modifier le code]

  • Video: «Europa y el nacionalsocialismo : desde el tratado de Versalles »
  • La Agonía del Dios Sol,
  • El Rey Vikingo del Paraguay
  • La Geografía Secreta de América
  • La Economía Comuntaria, Buenos Aires 1964, Universidad Argentina de Ciencias Sociales.
  • El Estado Comuntario, Buenos Aires 1973, Ediciones La Bastilla (2da. edición).
  • Tratado de Sociología General, Buenos Aires 1969, Centro Editor Argentino.
  • Proletariado y Cultura, Buenos Aires 1967, Editorial Marú.
  • Maurras y Sorel, Buenos Aires 1969, Centro Editor Argentino.
  • Fundamentos de Biopolítica, Buenos Aires 1968, Centro Editor Argentino.
  • Diccionario de Ciencia Política, Buenos Aires 1966, Books International.
  • Evolución y Porvenir del Sindicalismo, Buenos Aires 1954, Ediciones Arayú.
  • La Inteligencia Organizadora, San Luis 1950, Editorial San Luis.
  • Filosofía de la Estética, San Luis 1950, Universidad Nacional de Cuyo.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'association Georges Cadoudal née du cercle Georges Cadoudal est l'association étudiante d'obédience action française la plus importante de Marseille en 1939[2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Comité d'honneur Kadath
  2. A.G.C dans L'étudiant français sur gallica
  3. L'étudiant français mai 1939 sur gallica
  4. Article de L'étudiant français 1941 sur gallica
  5. "Gripsholm" liste des passagers sur familysearch
  6. Fiche consulaire Brésil 1956 sur familysearch
  7. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 180.
  8. http://argentinatoday.org/2018/01/05/fallecio-xavier-marie-de-mahieu-el-hijo-de-jacques-de-mahieu/.