Gare de Charleroi-Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gare du Sud (homonymie).
Charleroi-Sud
Image illustrative de l'article Gare de Charleroi-Sud
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Charleroi
Quartier Centre-Ville
Adresse Square des Martyrs du 18-Août
6000 Charleroi
Coordonnées géographiques 50° 24′ 16″ nord, 4° 26′ 19″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Marchandises
Caractéristiques
Ligne(s) 124, Bruxelles-Midi à Charleroi-Sud
130, Namur à Charleroi-Sud
130A, Charleroi-Sud à Erquelinnes (frontière)
Voies 12
Quais 11
Historique
Mise en service
Correspondances
Métro léger M1 M2 M3 M4
Bus 1/3, 15/25/35, 18, 43/83, 52, 67, 68, 70, 71/74, 85, 86, 109A, 170, 173,

A (Aéroport)

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Charleroi-Sud

Géolocalisation sur la carte : Hainaut

(Voir situation sur carte : Hainaut)
Charleroi-Sud

Géolocalisation sur la carte : Charleroi

(Voir situation sur carte : Charleroi)
Charleroi-Sud

Géolocalisation sur la carte : Charleroi (ville)

(Voir situation sur carte : Charleroi (ville))
Charleroi-Sud

La gare de Charleroi-Sud est une gare ferroviaire belge située au sud du centre de la ville de Charleroi, dans la province de Hainaut, en région wallonne.

Elle occupe une place importante dans le réseau ferroviaire de la région wallonne. Avec plus de 11 200 embarquements par jour de semaine, c'est la quatrième gare wallonne la plus fréquentée après Namur, Ottignies et Liège-Guillemins[1].

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Charleroi-Sud est un nœud ferroviaire d'où rayonnent les lignes :

... ainsi que la « dorsale wallonne »

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1843, la Compagnie de l'État Belge étend son réseau ferré dans le Hainaut. Après avoir relié Bruxelles à Mons, elle embranche en gare de Braine-le-Comte une ligne vers Charleroi et Namur. À l'époque, il était question de doubler les voies d'eau, jugées trop lentes, mais qui présentent l'avantage d'avoir cristallisé les villes et industries. La liaison directe (par Nivelles) vers la capitale ne sera inaugurée qu'en 1874. En 1848, la Société du chemin de fer de l'Entre-Sambre-et-Meuse inaugure un tronçon vers Walcourt et Morialmé, importants sites d'exploitation extractive.

En 1852, la Compagnie du Nord Belge, relie Charleroi à son réseau français, via Erquelinnes. En 1855, La Compagnie du Grand Central Belge, qui s'est constituée en rassemblant diverses compagnies privées, relie Ottignies à Charleroi-Ouest et la ligne 132 vers Walcourt

Gare du Sud au début du XXe siècle

En 1874, l'actuel bâtiment est inauguré. À l'époque, il ressemble fort à celui de Liège Guillemins, démoli depuis. Sa structure est assez classique des principales gares de passage construites à cette époque (Arlon, Namur, Mons, Tournai) : Un pavillon central, réservé à l'accueil des voyageurs, encadré par deux ailes reprenant un buffet et les services annexes, et deux pavillons d'extrémité. Le tout dégageant une impression ostensiblement imposante, le train étant à l'époque le symbole du progrès qui se répand dans l'ensemble du pays. Un important maillage de lignes industrielles se développe ensuite dans le bassin charbonnier, sidérurgique et industriel carolorégien. Plusieurs gares de formation sont établies afin de composer les convois qui sont expédiés aux quatre coins du pays, et par delà les frontières.

En 1949, la ligne vers Bruxelles est la seconde ligne principale à être électrifiée (après la ligne Bruxelles - Anvers, électrifiée en 1935).

En 1984, la gare est reliée à Charleroi-Ouest par une voie unique franchissant la Sambre sur un pont en courbe où la vitesse des convois est limitée à 30km/h.

En 2005, l'extérieur du bâtiment est rénové. L'intérieur le sera progressivement par la suite, avec notamment la couverture d'une partie du large quai de la voie 1 afin d'en faire une petite galerie commerciale et de service. Le revêtement des quais est également remplacé. Les annonces à quai étaient introduites par les premières notes de l'hymne populaire au Pays de Charleroi jusqu'en 2009, date à laquelle le speaker a été remplacé par un système de synthèse vocale. En 2011, la gare rénovée est inaugurée.

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Cabine de signalisation.
La voie 8 et le quai des voies 9 et 10 surplombé par le ring R9
Autorail 4603 qui fut installé comme monument de 1999 à 2015.

Cette gare est équipée d'un système d'annonces vocales et digitales automatiques des trains (PIDAAS)[2].

Elle comporte 12 voies, la 8e n'étant pas accessible via les quais. Ces voies sont généralement utilisées comme suit : les voies 1 à 3 accueillent les trains L Ottignies - Tamines, parfois des trains vers Nivelles et Bruxelles, les voies 4 et 5 reçoivent les trains IC vers Bruxelles, Anvers (et Essen), la voie 6 est utilisée par le train L Charleroi - Mons, les voies 7 et 9 reçoivent les trains IR et IC de la dorsale wallonne. Les convois de marchandises transitant par Charleroi utilisent également ces deux voies. Enfin, les voies 10 à 12 sont utilisées par les trains vers Walcourt et Couvin, Erquelinnes ou Braine-le-Comte.

Les voies sont surplombées par le R9 (le boulevard périphérique qui ceinture le centre de Charleroi) et par une cabine de signalisation, construite en 1984, qui a des allures de tour de contrôle aérien. Au pied de cette tour, placé en monument le long de la voie 1, sera installée en 1985 la locomotive à vapeur 41.195. Elle sera remplacée en 1999 par un autorail de la série 46 (le 4603) qui y restera jusqu'à la fin 2015, date à laquelle il ira rejoindre la 41.195 au Stoomcentrum Maldegem[3],[4].

Desserte[modifier | modifier le code]

Les principales relations passant par Charleroi-Sud sont :

  • une desserte intercity I cadencée à l'heure (et même à la demi-heure en semaine depuis décembre 2007 et la mise en œuvre de l'intercity N, ce dernier ne circule pas le week-end) entre Charleroi-Sud et Anvers-Central/Essen via Bruxelles
  • une desserte intercity D, cadencée à l'heure, sur la "Dorsale wallonne" (entre Lille/Tournai et Liègre/Herstal)
  • une offre "interregio" entre Jambes/Namur et Tournai. Au fil du temps, cette desserte a été scindée ou regroupée avec d'autres tronçons (par exemple Jambes - Charleroi - Bruxelles - Essen au début des années 2000). Cet IR ne circule pas le week-end, remplacé par l'IC D qui marque alors tous ses arrêts.
  • Des relations omnibus vers Mons, Braine-le-Comte (via Manage), Tamines, Ottignies (prolongée anciennement vers Wavre), Erquelinnes / Jeumont (en correspondance avec le TER Nord - Pas de Calais). Ces relations sont cadencées à l'heure en semaine, toutes les deux heures le week-end, le train L Ottignies-Tamines est alors scindé en deux tronçons: Ottignies-Charleroi et Charleroi-Namur.
  • Une desserte "qualité totale" vers Couvin, composée de trains interregio desservant un nombre réduit d'arrêts toutes les deux heures environ, et de trains omnibus qui sont aussi les seuls à circuler le weekend. Cette relation présente un horaire qui n'est plus parfaitement cadencée, ce qui est une exception à la SNCB depuis l'avènement du plan IC-IR de 1984 qui avait généralisé ce principe.
  • Divers trains d'heure de pointe (P) de et vers Bruxelles, Namur, Luttre/Nivelles, Ottignies, Couvin et Erquelinnes.
  • En saison touristique, divers trains ICT (trains touristiques) vers Blankenberge (en semaine pendant les grandes vacances et le week-end) et Bierges-Walibi (le week-end).

Intermodalité[modifier | modifier le code]

La gare est desservie par le métro léger de Charleroi et les bus du TEC via la station Sud. Les voyageurs peuvent à la fois se diriger vers la Ville Haute par l'ouest, et vers les nombreuses écoles et hôpitaux de Charleroi par l'est. De là part également le bus A qui la relie directement à l'aéroport de Charleroi Bruxelles-Sud.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.dhnet.be/actu/belgique/bruxelles-midi-premiere-gare-du-pays-namur-premiere-gare-wallonne-528cc8d03570b69ffddd9f72
  2. Didier Albin, « Charleroi Sud à la pointe de l’info trafic », L'Avenir,‎ (lire en ligne)
  3. (nl) « "Grootste relikwie uit Eerste Wereldoorlog" », sur http://deredactie.be, (consulté le 21 février 2016)
  4. Gwenaël Piérart, « Le 4603 quitte Charleroi-Sud », En lignes, no 131,‎ , p. 25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Anvers-Central Marchienne-au-Pont IC Terminus Terminus
Brussels-Airport-Zaventem Marchienne-au-Pont IC Terminus Terminus
Mouscron La Louvière-Sud IC Tamines Namur
Mons Marchienne-au-Pont IC Châtelet Liège-Palais
Tournai
ou Lille-Flandres
La Louvière-Sud IC Tamines Namur
Terminus Terminus IC Jamioulx
ou Berzée
Couvin
Wavre Charleroi-Ouest SNCB Terminus Terminus
Blankenberge Marchienne-au-Pont SNCB Terminus Terminus
Ottignies Charleroi-Ouest P Terminus Terminus
Erquelinnes Marchienne-Zone P Terminus Terminus
Luttre Marchienne-au-Pont P Terminus Terminus
La Louvière-Sud Marchienne-au-Pont P Terminus Terminus
Schaerbeek Marchienne-au-Pont P Châtelet Jemeppe-sur-Sambre
Schaerbeek Marchienne-au-Pont P Châtelet Châtelet
Terminus Terminus P Jamioulx Walcourt
ou Mariembourg
ou Couvin
Terminus Terminus P Couillet Namur
Ottignies
ou Wavre
Charleroi-Ouest L Couillet Jambes
Basse-Wavre Charleroi-Ouest L Couillet Namur
Erquelinnes Marchienne-Zone L Terminus Terminus
Luttre Marchienne-au-Pont L Terminus Terminus