Fusil Type 56

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Type 56
image illustrative de l’article Fusil Type 56
Marin chinois défilant avec un fusil Type 56.
Présentation
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Type semi-automatique
automatique
Munitions 7,62 × 39 mm
Fabricant Arsenaux chinois/Norinco
Période d'utilisation 1958-1973 (Type 56 pour les Forces armées chinoises)
Production Entre 10 et 15 millions d'exemplaires
Poids et dimensions
Masse (non chargé) Type 56 : 3,8 kg (Version 1965)/4,5 kg (version 1958)
Type 56-1: 3,7 kg
Type 56-2: 3,9 kg
Type 56/C : 3,2 kg
Masse (chargé) 4-5 kg
Longueur(s) 1 100 mm baïonnette au clair/ 874 mm crosse déployée/654 mm minimum (type 56-1 & 56-2)
765 mm ou 563 mm (selon la position de la crosse) pour le type 56-C
Longueur du canon 415 mm ou 345 mm (56-C)
Caractéristiques techniques
Mode d'action emprunt de gaz
culasse rotative
Portée pratique 600 a 800 m
Cadence de tir 600 coups par minute
Vitesse initiale 735 m/s
Capacité 30 coups
Variantes Type 56-1/56-2/56-S OU 56-C

Le fusil d'assaut Type 56 est une copie chinoise du AK-47. Il était répertorié par l’Armée populaire de libération comme pistolet mitrailleur. Le Type 56 se distingue surtout de l’AK-47 par la présence d’une baïonnette repliable sous le canon.

Présentation[modifier | modifier le code]

La conception du Type 56 s’est révélée très satisfaisante. L’arme est très fiable et tolérante vis-à-vis des rudes conditions des champs de bataille.

Le FA Type 56 a été construit en grand nombre et exporté dans de nombreux pays. Il a été employé par les fantassins chinois en association de la carabine Type 56 des années 1960 à la fin des années 1980. Certains sont encore opérationnels dans des unités de seconde ligne et d’entraînement.

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Tout comme les carabines et la mitrailleuse Type 56, ce fusil tire la cartouche chinoise 7,62 x 39 mm Type 56 (version nationale de la 7,62 mm M43 soviétique). Il utilise un chargeur courbe de 30 cartouches. Il fonctionne grâce à un système d’emprunt des gaz. Les premiers exemplaires ont une carcasse en acier mais dès 1965 ils reçoivent un boîtier en tôle emboutie semblable à celui de l'AKM. Les 56-1 et 56-3 sont eux aussi construits par emboutissage. Ces armes fonctionnent normalement même après une immersion totale dans la boue ou l’eau. Le chromage intégral du canon assure leur efficacité même à très basses températures. Tous les Types 56 tirent en mode semi-automatique ou automatique et ont une portée effective d’environ 300 m. En théorie, la cadence de tir est d'environ 600 coups par minute. En pratique, elle devient de 100 coups par minute en rafale ou 40 coups par minute en semi-auto. Les Type 56-1 et Type 56-2 peuvent recevoir un lance-grenade.

Variantes militaires chinoises[modifier | modifier le code]

Le Type 56 exista en plusieurs versions :

  • Le Type 56 d’origine avec une crosse en bois fixe mais sans baïonnette pliante fabriqué sur le modèle de l'AK-47.
  • Le Type 56 avec une crosse en bois et la baïonnette pliante est le plus répandu.
  • Le Type 56-1 avec une crosse métallique se pliant sous l’arme. L’absence de kit d’entretien caractérise les Types 56-1.

Enfin à partir de 1988, les Arsenaux chinois on crée une version pour armer les unités commandos : le Type 56 C en dans les rangs des forces spéciales de l'APL ( et notamment au sein des nageurs de combat de la Marine chinoise).

Une AKM chinoise pour l'export : le Fusil Type 56-II[modifier | modifier le code]

Soldat gambien armé d'un Type 56-II (avec crosse para mais sans baïonnette pliante) à l'entraînemment au camp militaire sénégalais de Thies en Juillet 2012.

Conçu en 1965 pour l'exportation uniquement à partir de 1966, la version AKM du 56, réalisée par emboutissage et donc plus légère, est appelée Type 56-II ou Type 66. Cette version n'a pas le frein de bouche du modèle russe. Comme le modèle réglementaire chinois, il existe avec les 2 types de crosses. La baïonnette pliante étant présente ou non sur cette variante export. A partir de 1980 apparait le Type 56-2 à crosse repliable latéralement mais sans baïonnette.

Variantes civiles[modifier | modifier le code]

Les marchés du tir sportif et de la défense personnelle en Amérique du Nord (essentiellement Drapeau du Canada Canada et Drapeau des États-Unis États-Unis) ont permis à Norinco de vendre des carabines semi-automatiques sous les noms de :

  • Type 56S pour Type 56 Sporter, appelée ensuite MAK-90 (Model of the AK)-1990 (90 cm/3,5 kg). Cette arme fut utilisée par les braqueurs impliqués dans la Fusillade de North Hollywood. Les Mohawks, en partie venus de Kahnawake, d'Akwasasne et d'autres provinces du Canada, armés d'armes automatiques Norinco 56S( mais aussi M16 et mitrailleuse Browning M2) ont occupé une forêt de pins abritant un cimetière d'Oka, village proche de Montréal provoquant une crise en 1990.
  • NHM 91 : version à crosse fixe en bois (avec trou pour le pouce) et canon long de 51 cm.
  • Type 84S : c'est le Norinco 56S chambré pour la cartouche de .223 Remington (90 cm/3,2 kg/chargeur de 30 coups moins cintré).


La version carabine semi-automatique du fusil Type 56 fut également exporté sur ces marché par Poly Technologies sous les noms de AKS-762 (calibre d'origine) et AKS-223 (calibre .223 Rem.).


Un AKM fabriqué au Cambodge avec crosse et garnitures teintes en noir. Il possède la carcasse en tôle emboutie du Type 56-II. Les baïonnette pliante et baguette de nettoyage sont ici absentes.
Type 56 (en haut) & AK-47S (en bas).
La famille des AK chinoises, de droite à gauche : Type 56-1, Type 84S (.223 Remington) et Type 56.
Marin bangladais s'entraînant au tir avec un fusil Type 56-2 de fabrication locale.

Diffusion & carrière militaires[modifier | modifier le code]

Un djihadiste d'AQMI dans le nord du Mali, en 2012[réf. nécessaire], armé d'un Fusil Type 56.

Moins cher que les AK-47/AKM originales, le FA chinois (surtout en version 1965 et Type 56-1) fut vendu aux armées et guérillas des pays suivants :

Il se retrouve aussi entre les mains de nombreux groupes paramilitaires et organisations terroristes parmi lesquels :

Variantes non chinoises[modifier | modifier le code]

Le Type 56 fut produit en Albanie et au Cambodge (version 1965) durant les années 1960 et 1970 en raison du soutien de la RPC à Enver Hoxha et aux Khmers rouges. Il est toujours produit en Iran (DIO KL 7,62 (Type 56)/KLS 7,62 (Type 56-1)/KL 7,62 (avec garnitures en matière plastique), produit initialement pour contrevenir à l'embargo durant la Guerre contre l'Irak) au Bangladesh (Bangladesh Ordnance Factory Type 56 SMG, version originale) et au Soudan (Military Industry Corporation Maz). A ces pays s'ajoute l'Algérie qui a opté dans les années 1980 pour le Type 56-II :

  • Pistolet Mitrailleur Modèle 89 ou AKM. Son calibre reste calibre 7.62 x 39 mm à crosse fixe en bois. Arme individuelle qui équipe l'infanterie (utilisant déjà le Type 56 chinois) et les gendarmes algériens du Détachement spécial d'intervention. Il s'agit du Fusil Type 56 dans sa version 1965 produit sous licence chinoise[1]. Le PM 89 est munie d'une baïonnette-couteau.
  • Pistolet Mitrailleur Modèle 89-1 ou AKMS. calibre 7.62 x 39 mm à crosse métallique repliable sous l'arme. Arme individuelle qui équipe les parachutistes et les forces spéciales mais aussi de nombreux fantassins. Deuxième version du Pistolet Mitrailleur Modèle 89 fabriqué à Kenchela dans les Aurès. Surnommé « khenchlakov » du fait qu'il est fabriqué dans l'usine de construction mécanique de Khenchela. Cette chaine de montage fut créée avec l'aide de techniciens de l'entreprise publique bulgare Arsenal AD .

Références culturelles (bd et cinéma)[modifier | modifier le code]

  • Le Norinco Type 56

Symbolique du Viêtcong, le FA Type 56 apparaît notamment dans des films ou des séries télévisées sur la Guerre du Viêt Nam comme Eastern Condors, L'Enfer du devoir (TV), Platoon , Retour vers l'enfer ou Une balle dans la tête. Il arme aussi les l'armée birmane, conformément à la réalité, dans Largo Winch 2, alors que dans le dytique original de la série BD (albums La Forteresse de Makiling / L'Heure du Tigre) les soldats du Myanmar portent des HK G3A3 (une preuve de la documentation sérieuse de Jean Van Hamme/Philippe Francq).

Familiers des guerres civiles africaines il arme les pirates somaliens dans Capitaine Phillips, les soldats sierra-léonnais et les enfants-soldats du RUF dans Blood Diamonds, les combattants des Armée de résistance du Seigneur et Armée populaire de libération du Soudan dans Machine Gun ou les rebelles tutsis dans Hotel Rwanda .

La Kalachnikov chinoise équipe aussi les alliés ou ennemis des Américains dans Green Zone (soldats irakiens) ou dans La Chute du faucon noir (miliciens somaliens du général Mohamed Farrah Aidid).

C'est également l'arme de divers malfrats dans Crime Story, Banlieue 13 (dans son remake Brick Mansions est visible un Norinco Type 56-2 importé légalement au Canada où fut tourné ce film), Sabotage ou Zulu. Mais le plus célèbre braqueur fictif maniant un FA Type 56-1 est Trejo (joué par Danny Trejo dans Heat de Michael Mann). Enfin il est aisément reconnaissable sur la couverture de l'album BD Pour Maria sur laquelle ladite Maria en porte une, sans baïonnette pliante, en bandoulière (dans le triptyque sud-américain de XIII avec El Cascador et Trois montres d'argent, les rebelles du Costa Verde utilisent aussi des AK-47 et des AKM roumaines) mais aussi sur celle de Pukhtu primo de DOA .

  • Norinco 84
  • Norinco Mak-90

Références culturelles (jeux vidéo)[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Cette notice est issue de la lecture des revues spécialisées de langue française suivantes :

Bibliographie française[modifier | modifier le code]

Le fusil chinois est abordé dans la plupart des ouvrages traitant de l'AK-47 :

  • Dominique Venner, Les Armes de combat individuelles, Grancher, 1977
  • Dominique Venner, Les Armes soviétiques, Grancher, 1980
  • Edouard Ducourau, Le Kalashnikov, Éditions du Guépard, 1982
  • Stanislas de Haldat, Kalachnikov. L'AK47 à la conquête du monde. La Sirène. 1993
  • Jean Huon, Histoire de la Kalashnikov à l'épreuve de tous les combats, ETAI, 2011
  • Collectif, Armes d'Assaut du Monde, Missions Spéciales Productions, 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des fusils d'assaut

Références[modifier | modifier le code]

  1. « ForcesDZ - AKM Kalashnikov [Dotation] », sur Forcesdz.com (consulté le 28 juillet 2016)