Détachement spécial d'intervention

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir DSI.

Détachement spécial d'intervention (DSI)
Image illustrative de l’article Détachement spécial d'intervention
Écusson du DSI

Création 1989
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Allégeance Forces armées algériennes
Branche Gendarmerie nationale algérienne
Type Forces spéciales
Rôle Contre-terrorisme
libération d'otages
protection rapprochée.
Garnison Alger
Couleurs Vert
Devise neutraliser et non pas tuer[1]
Mascotte Aigle noir
Guerres Guerre civile algérienne
Batailles Prise d'otages de Tiguentourine
Commandant Colonel Abdallah Djebari

Le détachement spécial d'intervention (DSI) est une unité d'intervention d'élite de la gendarmerie nationale algérienne. Il est spécialisé dans la lutte antiterroriste, la libération d'otages et la protection rapprochée des hautes personnalités[2]. En 2013, il participe à la libération de plusieurs personnes pendant la prise d'otages d'In Amenas[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le DSI est née le 27 août 1989 par un décret présidentiel et placé sous le commandement de la gendarmerie nationale cette unité est l'équivalent algérien du GIGN français, le DSI est l'unité d'élite de la gendarmerie algérienne.

Formation[modifier | modifier le code]

Les gendarmes passent un stage de six mois dans l'unité du DSI et ce après avoir passé le test, à la fin du stage, les meilleurs resteront à l'unité du DSI pour une formation plus poussée équivalent de 1 400 heures pédagogiques. Ils devront suivre des cours intensifs dans toutes les matières et seront initiés à toutes les techniques propre à l'unité, utiles dans l’accomplissement de leur mission, des cours de plongée, des gestes de premiers secours, des stages pour les maîtres chiens, les techniques de parachutisme, de tir d'usage d’explosifs et de protection rapprochée et de sport de combat (karaté, boxe, combat à mains nues, combat à main armée et techniques d'escalade d'immeubles ou de reliefs, bases de retrait des criminels), sont au menu de ces sessions quotidiennes. Ils sont supervisés par de véritables professionnels de sports de combat.

Les opérateurs sont en formation presque permanente et chaque membre suit un entrainement quotidien. L'entrainement de tir est quotidien, chaque élément peut se rendre quand il le désire au stand de tir. Des tests de tir comprenant des épreuves chronométrées, de tir sélectif, de précision, à longue distance, sont évalués par les instructeurs de la cellule d'entrainement dont la plupart sont aguerris d'expérience. Les opérations d'entrainement de différents scénarios, toujours à balles réelles, sont revues et débriefés pour corriger chaque action et essayer d’améliorer sa technicité. Ils s'entraînent également souvent de nuit sous JVN sur tous types de situations dans les 13 sites qui leur sont réservés. des exercices à partir d’un hélicoptère avec des techniques de rappel mais également sur la conduite rapide et des techniques de base dans le domaine des négociations et de la prise d’otages. Le DSI a fait bénéficier un nombre de promotions d'élites de pays africains d’une formation en matière d’intervention et de protection rapprochée.

Missions[modifier | modifier le code]

Colonne d'assaut du DSI à l'entrainement.

Les missions principales du DSI sont

  • la lutte anti-terroriste et la libération d'otages
  • la neutralisation de forcenés ou de malfaiteurs dangereux
  • la participation à des opérations de police judiciaire
  • l'escorte et du transfert de détenus dangereux
  • la protection rapprochée et l’escorte de hautes personnalités.
  • Mission d'assistance civile
Un membre du DSI participe à une escorte

Principales opérations[modifier | modifier le code]

Le DSI a mené des centaines d'opérations depuis sa création, aussi bien la libération d'otages que l'interpellation de forcenés (« neutralisation » dans le jargon de l'unité). Parmi les opérations les plus connues:

  • Prise d'otages massive d'In Amenas (Tiguentourine): Le 16 janvier 2013, une colonne de quatre véhicules tout-terrains, transportant une trentaine de terroristes puissamment armés, traverse la frontière algéro-libyenne, s’empare du complexe gazier de Tiguentourine, situé à 40 km d'In Amenas, et prend en otages les 800 travailleurs, dont 130 étrangers, qui s'y trouvent. Les forces spéciales donnaient l'assaut qui se solde par l'élimination de 27 membres du commando terroriste, l'arrestation de trois autres et la mort de 37 otages[4].

Équipements[modifier | modifier le code]

Le DSI comme toutes les forces spéciales au monde ont des équipements spécifiques à chaque intervention (casques, gilets tactiques, gilet pare-balles). Les opérateurs du DSI ont un équipement moderne de dernière génération, le DSI fait partie des meilleures unités anti-terroristes d'Afrique, du Bassin méditerranéen.

Armes de poing[modifier | modifier le code]

  • Glock 17 en 9 × 19 mm Parabellum, est l'arme de poing visiblement la plus utilisée, utilisée par les plongeurs du Groupe en raison de sa haute résistance à l'eau. Il est fréquemment équipé d'une lampe tactique Insight Technology M3 LED ou M6 avec laser intégré. Version modifiée en l'absence de loquet de sécurité.
  • Beretta 92 FS
  • Caracal

Fusils d'assaut[modifier | modifier le code]

Pistolet mitrailleur[modifier | modifier le code]

Fusils mitrailleur[modifier | modifier le code]

Fusils de précision[modifier | modifier le code]

Fusil à pompe[modifier | modifier le code]

Autres armes[modifier | modifier le code]

Équipement individuel[modifier | modifier le code]

  • Casque PASGT, casque à visière pare-balles
  • Combinaison tactique verte, Ghillie (Sections d'appuis et TELD)
  • Gilet pare-balles
  • Gilet Ciras
  • Gilet tactique
  • Appareil de transmission individuel
  • Gants kevlar
  • Appareil de vision nocturne
  • Cagoule
  • Garniture genoux; coudes
  • Holster
  • Lunettes de protection

Moyens d'intervention[modifier | modifier le code]

Terrestre[modifier | modifier le code]

Aérien[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]