Furyfest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un festival de musique
Cet article est une ébauche concernant un festival de musique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Furyfest est un festival de musique extrême (hardcore, punk...) créé en 2002 sous le nom de Hardcore Furyfest.

La deuxième édition a lieu à Rezé en 2003, puis le festival s'installe au Parc des expositions du Mans[1] sous le nom de Furyfest. Le festival n'a plus lieu, car l'entreprise qui gérait ce festival a rencontré des problèmes financiers et matériels, et dépose le bilan fin 2005. Le successeur du Furyfest est le Hellfest qui se déroule désormais à Clisson (Loire-Atlantique).

Historique[modifier | modifier le code]

Lancements et débuts[modifier | modifier le code]

Une première association est créée en 2000 à Clisson sous le nom de « CLS CREW » dans le but d'organiser des concerts de hardcore et de punk dans la région de Nantes, ce qui permet de programmer des groupes comme Arkangel ou Poison the Well. Le succès rencontré par ces concerts permet de lancer un premier festival en . Celui-ci prend le nom de Furyfest et réunit 400 personnes devant Agnostic Front, à Clisson, dans une salle du complexe sportif du Val-de-Moine[2].

Le festival est relancé les années suivantes. Celui-ci attire 7 000 personnes pour Sick of It All et Youth of Today en 2003. Le format passe à deux jours et, faute de disponibilité de salle à Clisson, la Halle de la Trocardière (Rezé) héberge cette seconde édition. Le fonctionnement du festival est lui aussi revu : l'association « MAN.IN.FEST » est créée pour se charger de l'organisation de celui-ci[2], l'édition 2003 ayant dégagée 30 000 euros de bénéfice, Benjamin Barbaud, un des fondateurs, devient salarié de la structure[3]. En 2004[2], le festival déménage au Mans et se tient au Parc des expositions faisant face au circuit Bugatti[4] où il attire 21 000 spectateurs pour Slipknot et Soulfly.

Après un déficit en 2004, l'édition 2005 héritant du passif, l'équipe organisatrice se décide à léguer les droits du festival à d'autres promoteurs et à se limiter à l'organisation. Cette fois-ci 30 000 entrées sont enregistrées au Mans, en trois jours, pour assister sur trois scènes aux concerts de Slayer, Motörhead, ou Anthrax, mais les problèmes financiers s'aggravent[2], avec la disparition des promoteurs partis avec 600 000 euros de recette[3], ce qui signe la fin de ce festival[2].

Programmation[modifier | modifier le code]

2002[modifier | modifier le code]

  • Agnostic Front
  • Burn Hollywood Burn
  • Inside Conflict
  • Right For Life
  • Skarhead
  • Strife
  • ValueXDriven
  • Revive

2003[modifier | modifier le code]

2004[modifier | modifier le code]

2005[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Festival : Fury Fest - Parc des Expositions - VisualMusic.org, 27 juin 2004
  2. a, b, c, d et e « Hellfest », sur hellfest.fr (consulté le 20 mars 2014).
  3. a et b Stéphane Vandangeon, « Musique. Le pape du metal », sur letelegramme.fr,‎ (consulté le 20 mars 2014).
  4. Vanessa Ferrere, « Cinq choses à savoir sur le festival Hellfest », L'Express,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]