Anti-Flag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anti-Flag
Description de cette image, également commentée ci-après

Anti-Flag au Warped Tour de Chula Vista, en Californie, le 27 juin 2012.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Punk rock[1], punk hardcore, skate punk[2], hardcore mélodique
Années actives Depuis 1988
Labels New Red Archives, Go Kart Records, A-F Records, Fat Wreck Chords, RCA Records, SideOneDummy Records, Spinefarm Records
Site officiel www.anti-flag.com
Composition du groupe
Membres Justin Sane
Chris #2
Chris Head
Pat Thetic
Anciens membres Lucy Fester
Andy Flag
Jamie Cock

Anti-Flag est un groupe de punk américain, originaire de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Anti-Flag est un groupe de plus en plus populaire aux États-Unis malgré sa position politique. Ce groupe est aussi très populaire en Europe, au Canada (spécialement au Québec), et dans d'autres pays du monde.

Le style musical d'Anti-Flag contient un vaste étalage d'idéaux libertaires et exprime une forte résistance contre le fascisme ; les organisations religieuses et le nationalisme. Il est l'un des quelques groupes boycottés à la suite des attaques terroristes du 11 septembre 2001. Les appels d'Anti-Flag à la paix et à l'unification après ces attaques furent impopulaires dans l'élan de nationalisme entretenu par le gouvernement Bush.

Le groupe est souvent assimilé comme anti-patriotique et anti-américain par beaucoup, mais la détermination d'Anti-Flag s'est uniquement endurcie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1988–1996)[modifier | modifier le code]

Anti-Flag fut formé en 1988 par le chanteur et guitariste Justin Sane et le batteur Pat Thetic[1]. Pendant les premières années du groupe, plusieurs guitaristes et bassistes se sont succédé, dont la sœur de Justin, Lucy Fester (alias Lucy Geever-Conroy) qui appartenait au groupe Toothpaste de Chicago. Le groupe ne se solidifie pas et se disperse après un unique concert[3]. En 1993, Justin et Pat reforment le groupe, avec Andy Flag à la basse[3].

Trois premiers albums (1997–1999)[modifier | modifier le code]

En 1997, Anti-Flag sort son premier album, Die for the Government, sur le label New Red Archives. Andy Flag quitte le groupe pendant l’été 1997 à cause de différends avec Justin[1]. Sean Whelan, du groupe The Bad Genes, originaire de Pittsburgh, complète le groupe à la basse pendant une brève période. Il jouait également dans un autre groupe, 57 Defective, avec le guitariste Chris Head, qu’il présente à Anti-Flag. Chris Head joue tout d’abord de la basse, mais, à la fin de l’année 1997, Jamie Cock est recruté en tant que bassiste, permettant à Chris Head de changer pour la seconde guitare, qu’il préférait. La composition actuelle du groupe est complétée avec l’arrivée de Chris Barker (alias Chris #2) en 1999, replaçant Jamie Cock à la basse. En 1998, le groupe publie son deuxième album, Their System Doesn't Work For You. Il est composé des neuf morceaux du split Anti-Flag/d.b.s. (Death by Stereo) de 1996 North America Sucks, et de dix morceaux inédits. Le groupe décide de sortir l’album indépendamment, et Their System Doesn't Work For You devient l’album de début de leur propre label A-F Records.

En 1999, Anti-Flag publie l’album A New Kind of Army sur Go-Kart Records/A-F Records, abordant des thèmes comme l’avortement, la corruption politique, le racisme, le fascisme, l’enfance tourmentée, la brutalité policière, et l’union de la jeunesse américaine. La page de couverture se déplie en un poster sur lequel figure la phrase « Too smart to fight. Too smart to kill. Join now. A new kind of army. » (« Trop intelligent pour combattre. Trop intelligent pour tuer. Rejoins maintenant. Une autre sorte d’armée »). Le groupe ajoute une phrase en bas de la couverture disant « Anti-Flag does not mean Anti-American. Anti-Flag means anti-war. Anti-Flag means unity. » (« Anti-Flag ne signifie pas Anti-Américain. Anti-Flag signifie anti-guerre. Anti-Flag signifie union »).

Fat Wreck Chords (2000–2004)[modifier | modifier le code]

Anti-Flag en 2010.

En 2000, Anti-Flag est invité à participer au Vans Warped Tour. Pendant ce temps, les membres d’Anti-Flag rencontrent Fat Mike du groupe NOFX et propriétaire du label Fat Wreck Chords. Cette rencontre engendre une amitié qui mène à la sortie de deux albums d’Anti-Flag sur ce label.

En 2001, Anti-Flag s’associe avec le producteur de musique punk Mass Giorgini pour enregistrer l’album Underground Network, sorti sur Fat Wreck Chords. La sortie de l’album est sans doute la sortie du groupe du hardcore underground vers un style plus grand public. L’album continue de traiter de la question du fascisme (surtout des néonazis infiltrant la scène hardcore) et la politique étrangère des États-Unis. Il s'agit du premier album à renfermer le désormais habituel livret contenant des essais d’historiens et commentateurs politiques, notamment du Professeur Howard Zinn. Anti-Flag sort l’album Mobilize sur A-F Records en février 2002[4]. Il est composé de huit nouvelles pistes studios et huit pistes d’autres albums enregistrées en concerts.

Après les attentats du 11 septembre 2001, Anti-Flag montre contre la pression pour la guerre avec le titre 911 for Peace. Pendant ce temps, de nombreux de magasins de musique retirèrent les albums d’Anti-Flag's de leurs rayons, leur musique étant considérée comme « anti-américaine »[5]. En 2003, Anti-Flag sort l’album The Terror State sur Fat Wreck Chords. Il critique principalement la guerre contre le terrorisme de l’administration George W. Bush. Le livret de l’album contient encore des essais du groupe et de commentateurs politiques. Les paroles de la chanson Post-War Breakout sont à l’origine écrites par Woody Guthrie. La musique de la piste a été arrangée par les membres d'Anti-Flag, Guthrie ne les ayant jamais fixé sur papier.

Le 8 octobre 2004, Le député américain Jim McDermott fit un discours à la Chambre des députés, remerciant Anti-Flag de s’efforcer à encourager les jeunes d’aller voter[6].

RCA Records (2005–2009)[modifier | modifier le code]

Anti-Flag au Warped Tour en 2006.

En 2005, Anti-Flag signe un contrat de deux albums avec le label RCA[7]. Dans une interview avec le journal britannique The Guardian, Justin Sane explique l’accord du groupe avec ce label important : « Nous avons été démarchés par les grandes maisons de disques pendant les sept ou huit dernières années, mais nous avons pensé que nous avions un impact là où nous étions. Elles n'ont jamais accepté de nous donner un contrôle complet. Cette fois, ils (RCA) étaient prêts à nous laisser toute latitude sur ce que nous enregistrerions, l'artwork, ceux avec qui nous partirions en tournée. Nous ne serons pas censurés. Si nous voulions saisir une chance d'être écouter à grande échelle, alors c'était le moment. Nous sommes restés confidentiels bien trop longtemps[8]. »

Le premier de ces deux albums, For Blood and Empire, sort le . Le thème principal de l’album est la critique de la mauvaise gestion de la guerre contre le terrorisme par le gouvernement des États-Unis. Le titre This is the End (For You My Friend), de l’album For Blood and Empire, apparait dans le jeu vidéo Madden NFL 2007[9] et dans NHL 07[10], et s’écarte du thème de la guerre pour revenir vers celui des jeunes en difficultés. Ils terminent leur tournée des États-Unis, War Sucks, Let's Party, en avril et travaillent sur des projets annexes comme l'African Well Fund.

Tout au long de la carrière d’Anti-Flag, beaucoup d’autres groupes sont ajoutés à leur label A-F Records, dont The Code, Pipedown, Much the Same, The Vacancy, The Unseen, Modey Lemon, Thought Riot, et Tabula Rasa. Le , Anti-Flag révèle sur leur site que leur nouvel album serait intitulé The Bright Lights of America. Produit par Tony Visconti (David Bowie, T. Rex), il sort le 1er avril 2008. Le single The Bright Lights of America sort exclusivement sur iTunes, le 12 février 2008. Un clip vidéo de ce titre sort quelques semaines plus tard. Sur la tournée avec le groupe canadien Billy Talent en Europe pendant l’année 2008, Justin Sane et Chris#2 rejoignent le chanteur Ben Kowalewicz et le guitariste Ian D'Sa pour chanter leur nouveau titre Turn Your Back, de leur prochain album. Ils jouent également sur la version single de la chanson.

En mars 2009, Anti-Flag est forcé d’annuler une série de dates de tournée après que Justin Sane se casse la clavicule en sautant maladroitement de la scène pour arrêter une bagarre dans la foule au UEA LCR à Norwich[11].

SideOneDummy (2009–2014)[modifier | modifier le code]

Anti-Flag au Warped Tour de Chula Vista, en Californie, le 27 juin 2012.

Le 30 septembre 2008, Chris#2 poste sur son blog, nowarwithoutwarriors.blogspot.com que le groupe avait commencé à travailler sur leur septième album studio. Le 2 décembre, Anti-Flag commença l’enregistrement, avec The Economy is Suffering... Let it Die. Le 31 mars 2009, Anti-Flag annonce que leur prochain album, The People or the Gun, sortirait sur SideOneDummy le . Le groupe enregistre l’album dans un studio qu’ils montent eux-mêmes. Le premier titre de l’album Sodom, Gomorrah, and Washington DC (Sheep in Shepherd's Clothing) pouvait être écouté sur anti-flag.com. Le 1er mai 2009, le groupe joue un ensemble de reprises de The Clash à Hoodwink, East Rutherford, New Jersey[12].

En septembre 2009, Anti-Flag est appelé à jouer à une protestation du G-20 dans leur ville natale Pittsburgh, mais l’organisateur annule le concert à cause de sévères restrictions de stationnement et de forte présence policière dans le voisinage immédiat[13]. Cependant, le groupe continua de prendre personnellement part aux protestations. En novembre 2009, Anti-Flag soutient les étudiants qui protestaient à Vienne. Ils firent un discours au bâtiment principal de l’Université de Vienne que les étudiants contrôlaient et un représentant des étudiants vient parler à leurs deux concerts à Vienne.

Anti-Flag au Soundwave Festival en 2010.

En janvier 2010, Anti-Flag fait une tournée aux États-Unis, assisté par Aiden, Cancer Bats, et divers groupes dont des groupes locaux pour jouer les premières parties. La tournée est sponsorisée par Amnesty International, Peta 2, Greenpeace et Innes Clothing (qui a organisé une collecte de vêtements pour les sans-abris locaux et des refuges pour les jeunes). Le groupe continua avec une tournée australienne, en jouant au Soundwave Festival en février 2010, avec des groupes comme AFI, Paramore, Escape the Fate, A Day to Remember, HIM entre autres, et deux dates en têtes d’affiches, assistés par Alexisonfire et Comeback Kid. Pendant l’été 2010, le groupe joue dans divers festivals comme Ruisrock et Woodstock en Beauce, ainsi que les quelques dernières dates du Vans Warped Tour en août. En septembre, le groupe fait une tournée canadienne avec The Menzingers, suivie par la tournée européenne du Vans Off the Wall Music Tour en octobre avec The Swellers et Pulled Apart by Horses.

Le groupe fait son retour sur scène en mars 2011, avec une tournée en Amérique du Sud avec This Is a Standoff[14], puis en faisant la première partie de My Chemical Romance de deux dates aux États-Unis en avril. En mai–juin 2011, le groupe retourne en Europe pour jouer au Slam Dunk Festival, et faire la première partie de System of a Down le 2 juin à Milan, en Italie. Le 21 juin 2011, Justin Sane annonce qu’Anti-Flag travaillait sur un nouvel album. Sane a aussi annoncé son projet d’album solo, en travaillant sur de la musique folk[15]. Le nouvel album du groupe, The General Strike, est sorti le 20 mars 2012.

Le groupe organise le 3 mai 2012 son festival ANTIFest au Forum de l'Université de Hertfordshire. L'ANTIFest est aussi organisé au Backstage Werk à Munich, en Allemagne, le 14 juillet 2013. En juin 2014, Anti-Flag annonce un nouvel album intitulé A Document of Dissent: 1993-2013[16]. Il s'agit d'une compilation qui comprend des chansons enregistrées entre 1993 et 2013, et est publiée le 21 juillet 2014.

Spinefarm Records (depuis 2015)[modifier | modifier le code]

Le 16 janvier 2015, le groupe annonce un neuvième album studio, intitulé American Spring, au label Spinefarm Records. L'album est publié le 26 mai 2015[17]. Plus tard en 2015, Anti-Flag publie une compilation intitulée Cease Fires, publiée le 18 décembre 2015[18].

ANTIFest[modifier | modifier le code]

L'ANTIFest est le propre festival d'Anti-Flag. Il est organisé le 3 mai 2012 au Forum de l'Université de Hertfordshire. Il comprend des groupes punk comme The Bouncing Souls, The Menzingers, Red City Radio, The Computers, et The Skints, et des volontaires d'associations comme Amnesty International, PETA, et Emmaüs[19]. L'ANTIFest 2013 est organisé au Backstage Werk à Munich, en Allemagne, le 14 juillet avec ZSK, Strike Anywhere, The Computers et Apologies, I Have None[20].

Militantisme politique[modifier | modifier le code]

Les engagements d’Anti-Flag incluent la création des groupes The Underground Action Alliance, Military Free Zone (un groupe pour protester contre une clause du No Child Left Behind Act, qui donne aux recruteurs de l’armée l’accès automatique aux détails personnels des étudiants) et The Bright Lights.

Ils participent à de nombreuses manifestations, dont deux en soutien à Rage Against the Machine. Ils jouent en 2008 devant la convention nationale du Parti républicain[21]. Ils devaient être le dernier groupe à jouer, mais quand les organisateurs ont appris que Rage Against The Machine allaient jouer après eux, ils coupèrent l’alimentation de la scène et Rage Against The Machine joua deux titres à l’aide de mégaphones.

Le groupe joue un concert acoustique à la manifestation « Occupy Wall Street » à New York, le 8 octobre 2011[22].

Ils soutiennent régulièrement des organisations politiques telles que Democracy Now! ; PETA, qui furent un de leurs sponsors pour leur tournée The Economy Sucks Let's Party en 2010 ; Amnesty International, à qui le groupe donna de l’argent de la vente de The People and the Gun, et qui furent également un de leurs sponsors de leur tournée The Economy Sucks Let's Party ; Greenpeace, avec qui le groupe travaille pour convaincre les leaders mondiaux de participer à la conférence sur le climat de Copenhague et qui furent également un de leurs sponsors de leur tournée The Economy Sucks Let's Party ; Useless, avec qui ils vendirent des t-shirt sérigraphiés en édition limitée pour amasser des fonds pour le projet Kandorwahun, tout en augmentant la visibilité de Useless.

Le titre Die for Your Government est chanté par des manifestants anti-guerre qui ont temporairement bloqué une route pour empêcher les troupes américaines d’aller se déployer en Irak en août 2010[23],[24],[25],[26]. Ils apparaissent dans le documentaire de 2010 Sounds Like A Revolution, à propos de la nouvelle musique engagée en Amérique.

Symbole[modifier | modifier le code]

La Gun Star est le symbole du groupe Anti-Flag, créée par le guitariste Chris Head. Elle est à l’origine utilisée pour la couverture de l’album Mobilize, puis pour les objets commercialisés. Elle est formée de cinq M16 cassés en deux, organisés en forme d’étoile.

Influences[modifier | modifier le code]

Le groupe cite avoir d’innombrables influences, bien que les plus importantes soient : The Clash, Bad Religion, Woody Guthrie, Bob Dylan, Billy Bragg, Generation X, The Smiths, Crass, Dead Kennedys, Fear, Johnny Cash, Aus-Rotten, Refused, Fugazi, The Pixies, Less Than Jake, Rage Against the Machine, Bouncing Souls, et Alkaline Trio[27].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Lucy Fester - basse (1988–1989)
  • Andy Flag - basse, chœurs, chant occasionnel (1993–1994)
  • Brian Curran - basse (1994–1996)
  • Sean Whelan - basse (1996–1997)
  • Jamie « Cock » Towns - basse (1997)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Splits[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Tunrcoat
  • 2004 : Death of a Nation
  • 2004 : Post-War Breakout
  • 2005 : The Press Corpse
  • 2006 : 1 Trillion Dollar$
  • 2006 : This Is the End (for You My Friend)
  • 2006 : War Sucks, Let's Party
  • 2006 : Emigre (2006)
  • 2008 : The Bright Lights of America
  • 2008 : The Modern Rome Burning
  • 2008 : Turn You Back (avec Billy Talent)
  • 2009 : When All The Lights Go Out
  • 2009 : Sodom, Gomorrah, Washington D.C.
  • 2010 : The Economy Is Suffering
  • 2012 : A Brief Misunderstanding of Kings and Queens
  • 2012 : The Neoliberal Anthem

Vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Turncoat (2003)
  • Death of a Nation (2004)
  • Post-War Breakout (2004)
  • The Press Corpse (2006)
  • 1 Trillion Dollar$ (2006)
  • This Is the End (for You My Friend) (2006)
  • War Sucks, Let's Party (2006)
  • The Bright Lights of America (2008)
  • The Modern Rome Burning (2008)
  • When All the Lights Go Out (2009)
  • The Economy Is Suffering...Let It Die (2010)
  • This Is The New Sound (2012)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mike DaRonco, « Anti-Flag | Biography & History », AllMusic (consulté le 26 septembre 2015).
  2. (en) « Reviews for The General Strike by Anti-Flag », Q, Metacritic.
  3. a et b (en) « Band History (archives) » (consulté le 6 mars 2017).
  4. (en) « Mobilize (2002) Review », sur PunkNews (consulté le 6 mars 2017).
  5. (en) Alternative Communication: :::ANTI-FLAG FAN PAGE:::
  6. (en) Voting Is Going To Be The In Thing In 2004
  7. (en) « Anti-Flag signs to RCA Records », sur PunkNews (consulté le 6 mars 2017).
  8. (en) « Anti-Flag to incite May Day masses », sur The Guardian (consulté le 6 mars 2017).
  9. (en) « Madden NFL 07 Soundtrack », sur IGN, (consulté le 6 mars 2017).
  10. (en) « NHL 07 Soundtrack Revealed », sur IGN, (consulté le 6 mars 2017).
  11. (en) « Anti-Flag rages back with punkest record in years », sur Post-Gazette, (consulté le 6 mars 2017).
  12. (en) Ambrose, Anthony, « inTuneMusic Online: Hoodwink @ East Rutherford 5/1 » (consulté le 11 mai 2009).
  13. (en) « Anti-Flag and State Radio plan G20 protest performance », sur PunkNews (consulté le 6 mars 2017).
  14. (pt) « Anti-Flag e This is a Standoff O Carioca Club não estava tão cheio - e deixou o público muito mais à vontade para cantar e dançar bastante », sur guiadasemana.com.br (consulté le 6 mars 2017).
  15. (en) Name, « INTERVIEW: Anti-Flag (NXNE 2011) « », Blaremagazine.com, (consulté le 6 décembre 2011)
  16. (en) « Anti-Flag Announce "A Document of Dissent" », Punknews.org, (consulté le 26 septembre 2015)
  17. (en) « Anti-Flag.com », Anti-Flag.com, (consulté le 16 janvier 2015).
  18. (en) « A-F Records », A-F Records.
  19. (en) « Anti-Flag Announces ANTIFest », ThePunkSite.com (consulté le 1er septembre 2012).
  20. (en) « Just Announced! ANTIfest 2013 will be in Munich, Germany, on July 14th! », anti-flag.com (consulté le 4 octobre 2013).
  21. (en) Anti-Flag, « There Is No War Without Warriors: Anti-Flag and Rage Against The Machine Ripple Effect Show at the Republican National Convention in Minneapolis, Minnesota », Nowarwithoutwarriors.blogspot.com, (consulté le 6 décembre 2011).
  22. (en) Ben Yakas, « Videos: Anti-Flag Perform Afternoon Acoustic Set For Wall Street Occupiers », Gothamist, (consulté le 6 décembre 2011).
  23. (en) Jeremy Schwartz, « Austin news, sports, weather, Longhorns, business », Statesman.com, (consulté le 6 décembre 2011).
  24. (en) Fort Hood Disobeys, « Fort Hood Disobeys », Forthooddisobeys.blogspot.com, (consulté le 6 décembre 2011).
  25. (en) GonzoMuckraker, « Anti-war veterans protest at Ft. Hood », YouTube, (consulté le 6 décembre 2011).
  26. (en) « Direct Action at Fort Hood & Resistance Against Deployment of 3rd Armored Cavalry Regiment to Iraq | ZGraphix on », Blip.tv (consulté le 6 décembre 2011).
  27. (en) US, « Anti-Flag | Gratis muziek, tourneedata, foto's, video's », Myspace.com, (consulté le 6 décembre 2011).

Liens externes[modifier | modifier le code]