Burning Heads

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Burning Heads
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Punk rock, punk hardcore[1], hardcore mélodique, heavy metal[1], metal alternatif[1], skate punk, reggae[2], dub[2]
Années actives Depuis 1987
Labels Opposite Productions, Epitaph Records, Fnac Music, Euthanasie, Flitox Records, PIAS, Sony Music, Create to Destroy Records
Site officiel www.burningheads.propagande.org
Composition du groupe
Membres Thomas Viallefond
Jyb
Pierre Mestrinaro
Mikis Luzeux
Anciens membres Patrick "Jal" Jalaux
Philippe Agogué
Doud
Eric "Fonfon" Fontaine

Burning Heads est un groupe de skate punk mélodique français, originaire d'Orléans. Il est fortement influencé par le hardcore mélodique californien (Dag Nasty) et quelques signatures d'Epitaph Records (en particulier Bad Religion).

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts et années 1990[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1987 à Orléans[1], et se compose au départ de Thomas (ex. Komintern Sect) à la batterie, Phil à la guitare, Jal à la basse et Doud au chant, remplacé au tournant de la décennie par Pierre (officiant également dans DDT) à la guitare et au chant.

Leur première tournée en compagnie des Thompson Rollets (groupe de Périgueux) qui passe par l'Italie et l'Espagne est l'un des actes fondateurs du groupe[2].

Après plusieurs singles (dont Hey You sur le label angevin Black & Noir), ils signent leur premier album éponyme avec Semetery, une filiale de Fnac Music. Enregistré en janvier 1992 par Donnell Cameron (ingénieur du son américain, ayant travaillé avec Bad Religion, Rancid, Blink 182, etc.) celui-ci contient notamment un reprise de Making Plans for Nigel d'XTC.

En 1993, les Burning Heads sont choisis par Noir Désir pour faire partie des groupes chargés d'assurer leur première partie lors de la tournée Tostaky. Cette tournée assure une plus grande visibilité au groupe orléanais et lui permet de jouer pour la première fois devant des milliers de personnes et dans des salles prestigieuses comme La Cigale ou l'Olympia[2].

Par la suite, le groupe signe au label Play It Again Sam (PIAS), et y publie Dive en 1994[1], avec aux commandes Jack Endino (ingénieur du son de la période Sub Pop de Mudhoney et Nirvana). Cette même année est marquée par le remplacement de Jal par JYB de DDT.

Signature Epitaph Records[modifier | modifier le code]

Le groupe orléanais a l'occasion de rejoindre à la fin des années 1990 la division européenne du prestigieux label Epitaph Records (The Offrings, NOFX...) spécialisé en Punk mélodique. Be One With the Flames sort en 1998[1].

Après avoir composé et sélectionné une dizaine de morceaux entre mars et juin 1999, le groupe s'envole pour la Californie, effectue quelques concerts à Los Angeles, dont une prestation live sur les ondes de KXLU (ce concert sera publié en 2017 par le label Nineteen Something). En juillet, les Burning Heads rejoignent le Hansek Studio et l'Ironwood Studio à Seattle pour mettre en boite les 14 titres d'un nouvel album : Escape. L'album est enregistré et produit par Jack Endino qui avait déjà travaillé avec le groupe sur l’album Dive. Sorti en Europe le sur Epitaph Europe (la maison mère ayant refusé de distribuer l’album aux États-Unis), le disque se vend à 15 000 exemplaires, ce qui est loin des objectifs commerciaux du label. À la suite de cet album, Epitaph rond le contrat qui les lie au Burning Heads, le groupe doit alors changer de label[3].

Escape sort tout de même aux États-Unis en septembre 2000 sur le label indépendant Victory Records [4] et se vend autour de 1000 exemplaires en Amérique du Nord [5]

Ces disques punk rock chez Epitaph comportent quelques morceaux reggae/dub tels que, All's Fine et Babylon by Skate.

Années 2000[modifier | modifier le code]

Au début des années 2000, les Burning Heads passent de la signature d'un gros label indépendant (Epitaph) au label rock d'une grosse major (Yelen du groupe Sony)[6]. Ils sortent en 2001, Opposite, un album à part dans leur discographie, car intégrant de nombreux morceaux reggae, electro dub, drum and bass, dans la veine de groupes punk des années 1980 tels The Brigades[7]. L'album terminé, Phil quitte le groupe (tout comme leur manager), puis est remplacé par (Éric « Fonfon » Fontaine), ancien membre de Kidnap et Hoax. Une tournée avec High Tone et NRA (nl) suit la sortie d'Opposite[5].

En 2003, un deuxième album, enregistré dans des conditions confortables par Fred Norguet[6] est publié chez Yelen : Taranto.

En 2004, un album-concept avec Alif Sound System confirme un goût toujours plus prononcé d'explorer de nouveaux horizons musical. Lors de la tournée Incredible Rock Machine Tour avec les Uncommonmenfrommars, les deux groupes effectuent 50 dates en 50 jours grâce à leur tourneur commun et ainsi ils ont joué tous les soirs du 17 mars au 6 mai 2004.

Las de passer d'un label à un autre, et afin de mettre en œuvre leur conception de la production musicale libérée des contraintes de l'industrie du disque (pas réellement en phase avec leurs engagements plutôt libertaires), les Burning Heads finissent par passer à l'autoproduction en créant Opposite Prod, sur lequel paraissent Incredible Rock Machine (split avec Uncommonmenfrommars, pochette dessinée par le batteur-chanteur des Hard Ons), Bad Time For Human Kind (2006), Opposite 2 (2007), un nouvel album reggae, et Spread the Fire (2009). Ce dernier album est ensuite sorti aux États-Unis, avec un nouveau mixage, lors de leurs tournées avec The Adolescents.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En juin 2011, le groupe sort Hear this, leur onzième album, avant d'entamer une nouvelle tournée marathon dans l'hexagone. Aux dernières nouvelles, Burning Heads prévoit de sortir un nouveau EP 7", 2 titres qui sera coproduit par Crapoulet et CanISay? Records.

L'été 2014, les Burning Heads effectuent une tournée de 27 dates aux États-Unis, ils se produisent notamment à Pittsburgh avec D.O.A., à Las Vegas avec Subhumans ou à San Diego avec The Adolescents[8]. En fin d'année, le groupe publie un nouvel album, Choose Your Trap en hommage à leurs 25 ans de carrière[9].

En 2015, le groupe fait l'objet d'un album hommage, intitulé Fire Walks With Me, coproduit par Buzz Off Records, Kicking Records et Blackout Productions[10].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Ancien membre[modifier | modifier le code]

  • Patrick "Jal" Jalaux - basse (1987 - 1993)
  • Philippe Agogué - guitare (1987 - 2001)
  • Eric "Fonfon" Fontaine - guitare (2001 - 2005)
  • Doud - Chant (1987 - 1990)

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 1992 : Burning Heads (Semetery/WMD/Fnac Music ; réédition Fair & Square)
  • 1994 : Dive (PIAS)
  • 1996 : Super Modern World (A Donf', PIAS)
  • 1997 : The Weightless Hits (compilation de faces B et EP ; Flitox Records, PIAS)
  • 1998 : Be One With the Flames (Epitaph Europe)
  • 1999 : Escape (Epitaph Europe)
  • 2001 : Opposite (Yelen, Sony)
  • 2003 : Taranto (Yelen, Sony)
  • 2004 : Never Trust a Punk… (projet commun avec Alif Sound System sous le nom de BHASS Project)
  • 2006 : Bad Time for Human Kind (Opposite Prod)
  • 2007 : Opposite 2 (Opposite Prod)
  • 2009 : Spread the Fire (Opposite Prod, réédite en 2010 aux États-Unis)
  • 2011 : Hear this (Opposite Prod)
  • 2014 : Choose Your Trap (Opposite Prod, Euthanasie)

Splits[modifier | modifier le code]

EP et singles[modifier | modifier le code]

  • 1990 : Hey You SP (Black & Noir Records)
  • 1990 : Reds SP (Flying Charentaise)
  • 1992 : Making Plans For Nigel EP (Semetry Records)
  • 1994 : Boooooo Hoooo SP (PIAS)
  • 1998 : Wise Guy EP (Epitaph Europe)
  • 2011 : EP (Crapoulet)

Live[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Live KXLU 1998 (Nineteen Something)

Album hommage[modifier | modifier le code]

  • 2015 : Fire Walks With Me

Reprises[modifier | modifier le code]

  • 2015 : A Burning heads Tribute : Fire Walks With Me (Buzz Off, Kicking Records, BlackOut Prod!) - premier album des Burning Heads intégralement repris par 15 groupes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) Mike DaRonco, « Burning Heads Biography », sur AllMusic (consulté le 10 avril 2017).
  2. a b c et d « Burning Heads », sur trip-hop.net (consulté le 10 avril 2017). Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « :1 » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. « Range Tes Disques : Burning Heads | NOISEY », sur NOISEY (consulté le 14 janvier 2016)
  4. (en) « Burning Heads », sur Victory Records (consulté le 9 mai 2017)
  5. a et b « Burning Heads », Kérozène,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  6. a et b « Burning Heads », Kérozène,‎ , p. 25 (lire en ligne)
  7. « Burning Heads : Opposite - 13 Juin 2002 - Sony Music », sur trip-hop.net (consulté le 10 avril 2017).
  8. « Interview : Burning Heads », sur Metalorgie (consulté le 28 août 2017)
  9. « leur 25ème anniversaire avec un nouvel album », sur mowno.com (consulté le 10 avril 2017).
  10. « Un tribute album aux Burning Heads : Fire Walks With Me », sur musique.jeuxactu.com (consulté le 10 avril 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]