Mariage entre personnes de même sexe en Suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mariage entre personnes de même sexe en Suisse est l'extension du mariage civil aux personnes de même sexe. Il consiste en la possibilité pour un couple de deux hommes ou de deux femmes de contracter un mariage civil, auparavant réservé à un homme et une femme.

Son introduction fait suite à une initiative parlementaire du groupe vert'libéral déposée en (porte-parole : Kathrin Bertschy) et adoptée par l'Assemblée fédérale le . Le , échéance du délai référendaire, plusieurs groupes d'opposants annoncent avoir rassemblé le nombre de signatures requises pour déclencher une votation populaire.

Contexte[modifier | modifier le code]

La première initiative parlementaire tentant d'instaurer le mariage civil pour tous date de . Elle est déposée par la députée écologiste Ruth Genner le sous le nom de « Union de couples du même sexe »[1]. Cette initiative parlementaire vise à « modifier le code civil suisse (CC), la loi sur la nationalité (LN) et l'ordonnance sur l'état civil (OEC) de manière à régler le mariage entre personnes du même sexe ». Elle est classée sans suite par le Conseil national, le [1].

En 2013, le Parti démocrate-chrétien (PDC) dépose une initiative populaire intitulée « Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage » qui vise à mettre fin à la différence fiscale entre couples mariés et concubins mais qui inscrit aussi dans la constitution la définition du mariage comme l'union entre un homme et une femme. Cette initiative est refusée le par le peuple à 50,8 % avec 54 979 voix de plus en faveur du non (« oui » 1 609 328, 1 664 217 « non ») alors que la majorité des cantons (16,5 : 6,5) l'approuve.

Les Vert'libéraux, trouvant le texte discriminatoire[2], déposent le la présente initiative parlementaire, dont le porte-parole est la conseillère nationale Kathrin Bertschy[3].

Sondages[modifier | modifier le code]

Sondages sur le mariage civil pour tous en Suisse
Institut Période Échantillon Pour Contre
Ifop [4] 506 personnes représentatives 63 % non indiqué
LégerMarketing [5] 1 000 personnes représentatives 54 % non indiqué
Gfs Zurich [6] 1 009 personnes représentatives 71 % 23%
Gfs Zurich [7] 1 011 personnes représentatives 69 % 25%
Tamedia [8],[9] 17 143 personnes, résultats pondérés 72 % 25 %
Pew Research Center avril–[10] 1 686 personnes aléatoires, résultats pondérés[11] 75 % 24 %
Gfs Zurich [12] 1 012 personnes représentatives 81 % 18%
gfs.bern [13] 1 012 personnes représentatives 80 % non indiqué
Gfs Zurich [14] 1 012 personnes représentatives 82 % 17%

Procédure parlementaire[modifier | modifier le code]

Initiative parlementaire « Mariage civil pour tous »[modifier | modifier le code]

L’initiative déposée par les Vert'libéraux en [15] propose plusieurs modifications des articles 14 et 38 de la Constitution fédérale de la Confédération suisse. Voici les modifications constitutionnelles telles qu'elles figurent dans le texte déposé initialement[3] :

«  La Constitution fédérale sera modifiée comme suit :

Art. 14 Droit au mariage, à l'union (nouveau) et à la famille

Al. 1

Le droit au mariage, à l'union (nouveau) et à la famille est garanti.

Al. 2

Les formes d'union régies par la loi sont ouvertes à tous les couples quels que soient leur sexe ou leur orientation sexuelle.

Art. 38 al. 1 première phrase

La Confédération règle l'acquisition et la perte de la nationalité et des droits de cité par filiation, par union (supprimer "par mariage") ou par adoption. (...)  »

— Groupe vert'libéral (porte-parole : Kathrin Bertschy), Initiative parlementaire « Mariage civil pour tous »

Décisions préliminaires[modifier | modifier le code]

Le , la Commission des affaires juridiques a procédé à l'examen préalable de l'initiative parlementaire[16]. Elle y donne suite par 12 voix contre 9 et 1 abstention[16]. Le , la commission homonyme du Conseil des États approuve cette décision par 7 voix contre 5 et 1 abstention[16]. La commission a chargé l’administration de lui indiquer les conséquences que pourrait avoir l'introduction d'un mariage civil pour tous sur le plan juridique et de lui présenter plusieurs manières de le mettre en œuvre dans la législation[16].

En , l'Office fédéral de la justice produit et publie un tableau synoptique relevant des convergences et différences entre les deux types d'unions[17].

À la vue de la charge de travail, la commission propose de prolonger le délai de traitement pour deux ans[16],[18]. Lors de la séance d'été 2017, le Conseil national accepte cette proposition par 118 voix contre 71 et 2 abstentions alors que la minorité demandait le classement de l'initiative[19],[20],[21].

En , l'Office fédéral de la justice rend compte des conséquences juridiques du mariage pour tous dans un rapport de 8 pages adressé à la commission[22]. Le rapport propose plusieurs options : modifications de la constitution ou directement de la loi, révision unique ou projet en deux étapes[22].

Loi en plusieurs étapes[modifier | modifier le code]

En , la commission annonce qu'elle a décidé de procéder par 14 voix contre 11 à une révision en plusieurs étapes et par 16 voix contre 9 de le faire au niveau de la loi et non de la constitution[23],[24],[25]. Elle demande à l'administration d'élaborer un projet d'ici à [23], sans les questions liées à la procréation médicalement assistée et aux rentes pour le conjoint survivant[24],[25],[26],[27]. Certaines associations de défense des droits aux homosexuels, comme VoGay, sont déçues. Selon Mehdi Künzle et Caroline Dayer[24], on prolonge ainsi les inégalités de traitement. Barbara Lantheman de l'Organisation suisse des lesbiennes indique que le projet sous cette forme « ne sert à rien » et ne fait que perpétuer une loi d'exception[27]. La CAJ-N toutefois décide d'entrer en matière sur le sujet de la PMA et sur la question des rentes de veuve via un autre texte législatif[28].

La procédure de consultation débouche, le , sur une nette majorité de prises de position des membres de la société civile, des syndicats, des associations, partis, églises et groupes de pression en faveur de l'introduction du mariage civil pour tous (128 sur 154). Une majorité de 97 prises de positions sur 154 soutient par ailleurs la variante incluant la PMA[29]. Le Conseil fédéral devait organiser le au plus tard une nouvelle votation sur l'initiative populaire « Pour le couple et la famille - Non à la pénalisation du mariage » du PDC, qui définissait le mariage comme l'union entre un homme et une femme, la première votation ayant été invalidée en raison de chiffres erronés publiés par le Conseil fédéral dans la brochure officielle des explications de la votation. Le , le PDC annonce cependant qu'il retire son initiative et qu'il souhaite désormais un nouveau texte sans définition constitutionnelle hétéro-normée du mariage[30].

Vote sur le texte final[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil national approuve l'introduction dans le texte de la PMA (124 voix contre 72[31]) pour les couples de femmes, les autorisant à accéder au don de sperme avant d'approuver le texte au vote sur l'ensemble[N 1] par 132 voix contre 52. Le texte final est soutenu unanimement par tous les partis, à l'exception d'une large majorité de députés de l'UDC (11/53) et du PDC (8/25) et de la totalité des membres du PEV (3) de la Lega (1) et de l'UDF (1).

Au Conseil des États[32] (second conseil), la proposition est traitée par la Commission des affaires juridiques (CAJ-E). Son président Beat Rieder déclare que « [s]a commission a reçu une expertise qui indique que cette initiative parlementaire est contraire à l’article 14 de la Constitution » (garantie du mariage et de la famille)[33]. Le , la CAJ-E décide par 7 voix contre 6 qu'aucun changement de la Constitution n'est nécessaire, suivant l’avis de droit établi par l’Office fédéral de la justice le 7 juillet 2016[34]. En outre, la commission approuve le maintien dans le texte de la PMA par 8 voix contre 1 et 3 abstentions. Elle adopte le projet par 7 voix contre 1 et 4 abstentions[35].

Le , le Conseil des États adopte le mariage pour tous, par 22 voix contre 15 et 7 abstentions[36]. Les libéraux-radicaux, socialistes et verts présents votent tous en faveur, alors que tous les représentants du PDC (à l'exception de Charles Juillard), de l'UDC le rejettent. Les articles sur le mariage civil, l'adoption conjointe, la naturalisation facilitée, le changement administratif simplifié d'un partenariat enregistré en mariage et la suppression du droit aux dommages et intérêts en cas de rupture des fiançailles sont adoptés conformément à la version du Conseil national[37]. Le texte adopté par le Conseil des États s'éloigne toutefois du projet initial du Conseil national sur l'accès au don de sperme pour les lesbiennes[38].

Le Conseil national procède à l'élimination des divergences le . Il approuve le texte voté par le Conseil des États avec une PMA autorisée avec recours auprès d'une banque de sperme suisse, afin que l'enfant puisse accéder à ses origines à l'âge de sa majorité. Il approuve le texte intégrant l'accès à la PMA par 133 voix contre 57 et une abstention[39].

Le vote sur l'ensemble a lieu le . Le Conseil des États approuve le texte par 24 oui contre 11 non et 7 abstentions[40], le Conseil national par 136 oui contre 48 non et 9 abstentions[41].

Les députés socialistes, libéraux-radicaux et verts approuvent en bloc le projet dans la Chambre des cantons[40]. Les représentants UDC votants[N 2] et Thomas Minder (indépendant siègeant dans le groupe UDC) rejettent le projet[40]. Chez les députés PDC, quatre sont en faveur, mais cinq le rejettent[40].

Vote sur l'ensemble au Conseil des États (18 décembre 2020)[40],[42]
Groupe Pour Contre Abstention Excusé / NPPV[N 3]
Parti démocrate-chrétien 4 5 3 1
Parti libéral-radical 7 - 4 1
Parti socialiste 9 - - -
Union démocratique du centre - 5 - 1[N 2]
Les Verts 4 - - 1
Indépendant - 1 - -
Résultat 24 11 7 4

Le groupe UDC rejette aux deux-tiers le projet au Conseil national (33 sur 52 voix votantes[N 4])[41]. Les groupes libéral-radical, socialiste, des Verts et des vert'libéraux votent en bloc en faveur du projet[41]. Alors qu'ils siègent dans le même groupe, le PBD et le PDC (pas encore fusionné dans Le Centre au moment du vote) votent différemment : les bourgeois démocratiques sont tous en faveur, mais une majorité relative des démocrates chrétiens votent contre (11 voix contre, 9 pour et 4 abstentions et un non votant)[41]. Les évangéliques rejettent également en bloc le projet[41].

Vote sur l'ensemble au Conseil national (18 décembre 2020)[41]
Groupe Pour Contre Abstention Excusé / NPPV[N 3]
Union démocratique du centre 14 33 5 1[N 4]
Parti socialiste 36 - - 3
Parti libéral-radical 29 - - -
Les Verts 28 - - 1
Parti démocrate-chrétien 9 11 4 1
Parti vert'libéral 15 - - 1
Parti bourgeois-démocratique 3 - - -
Parti évangélique - 3 - -
Ligue des Tessinois 1 - - -
Parti suisse du travail 1 - - -
solidaritéS - - - 1
Union démocratique fédérale - 1 - -
Résultat 136 48 9 7

Référendum[modifier | modifier le code]

Lancement et aboutissement[modifier | modifier le code]

L'Union démocratique fédérale (UDF) annonce en , alors que la loi n'a pas encore été définitivement adoptée par le Parlement, vouloir lancer un référendum[43],[44].

Le texte de loi est publié dans la Feuille fédérale le , déclenchant ainsi le délai pour la récolte de 50 000 signatures ; le délai référendaire court jusqu'au [45],[46].

Au lancement de la collecte des signatures en , deux comités séparés demandent le référendum. Le premier, mené par l'UDF, s'intitule « Non au mariage pour tous » et le second, mené par des parlementaires membres de l'Union démocratique du centre (UDC) et du parti Le Centre[47], rejoints par la suite par le Parti évangélique suisse[48], s'intitule « Non au don de sperme pour les couples de même sexe ». Un troisième comité se lance par la suite, intitulé « Non à l'enfant-marchandise », constitué principalement de députés UDC valaisans[49] sous l'étiquette « Fondation pour la Famille ».

Le Blick rapporte fin février 2021 qu'après 50 jours de collecte, moins de 25 000 signatures sur 50 000 auraient été récoltées. Toutefois, le président de l'UDF estime que son comité référendaire réussira à faire aboutir le référendum[50]. Le 12 avril 2021, les opposants au « mariage pour tous » annoncent déposer à la Chancellerie fédérale 59 176 signatures certifiées[51]. Le 27 avril 2021, celle-ci constate formellement l'aboutissement du référendum, avec 61 027 signatures valables : la loi adoptée par le parlement doit donc être soumise à votation[52].

Votation populaire[modifier | modifier le code]

Le , le Conseil fédéral fixe la date de la votation au [53].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le vote sur l'ensemble est le vote qui clôt la première lecture d’un projet d’acte, après la discussion par article. Portant sur l'objet dans son entier, il permet aux députés d'exprimer le cas échéant leur changement d'opinion. Cf. Services du Parlement, « Lexique du Parlement », sur www.parlement.ch (consulté le 24 mai 2021).
  2. a et b En tant que président du Conseil des États, Alex Kuprecht ne vote que pour départager les voix.
  3. a et b N'a pas participé au vote.
  4. a et b En tant que président du Conseil national, Andreas Aebi ne vote que pour départager les voix.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b 98.453 – Initiative parlementaire Union de couples du même sexe, parlement.ch, consulté le 19 août 2015
  2. Les Vert'libéraux veulent le mariage pour tous, Tribune de Genève, consulté le 17 avril 2014
  3. a et b « 13.468 Mariage civil pour tous », sur parlament.ch, Parlement suisse, (consulté le 16 juillet 2018)
  4. IFOP, « Enquête sur la droitisation des opinions publiques européennes » [PDF], , p. 12
  5. (de) Mehrheit der Schweizer für Ehe zwischen Homosexuellen, blick.ch, consulté le 22 février 2015
  6. (de) Die Mehrheit der Schweizer befürwortet die Homo-Ehe, gfs-zh.ch, consulté le 10 décembre 2020
  7. Les Suisses pour l'introduction du mariage pour tous, selon un sondage, rts.ch, consulté le 10 décembre 2020
  8. « Sondage thématique Tamedia: la Suisse livre son opinion » [PDF], sur tamedia.ch,
  9. (de) « Schweiz: Große Mehrheit für Ehe für alle », queer.de,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  10. (en-US) « 6. Religion and society », Pew Research Center's Religion & Public Life Project,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2018)
  11. (en-US) « International survey methodology : Religion in Western Europe 2017 - Switzerland », Pew Research Center,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  12. Sondage téléphonique omnibus au sujet du mariage civil pour toutes et tous, de l’adoption et de la procréation médicalement assistée (PMA) (2019 & 2020), gfs-zh.ch, consulté le 10 décembre 2020
  13. Plus de 80% des Suisses sont favorables au mariage pour les couples de même sexe, letemps.ch, consulté le 10 décembre 2020
  14. Sondage téléphonique omnibus au sujet du mariage civil pour toutes et tous, de l’adoption et de la procréation médicalement assistée (PMA) (2019 & 2020), gfs-zh.ch, consulté le 10 décembre 2020
  15. « Les Vert'libéraux veulent le mariage pour tous », rts.ch,‎ (lire en ligne [audio], consulté le 19 juillet 2018)
  16. a b c d et e Commission des affaires juridiques du Conseil National, « 13.468 n Iv. pa. Groupe GL. Mariage civil pour tous : Rapport de la Commission des affaires juridiques » [PDF], sur parlament.ch, Parlement suisse,
  17. Office fédéral de la justice, « Initiative parlementaire 13.468 «Mariage civil pour tous» : Tableau synoptique: «Mariage et partenariat enregistré: principales convergences et différences» », sur parlament.ch, Parlement suisse,
  18. ATS, « Le mariage pour tous n'est pas pour tout de suite », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  19. « Bulletin officiel : Initiative parlementaire groupe vert'libéral. Mariage civil pour tous. », Session d'été 2017 du Conseil national, sur parlament.ch, Parlement suisse, (consulté le 19 juillet 2018)
  20. Kathrin Ammann, « On dit aussi ‘pacsé’ », SWI swissinfo.ch,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  21. « Le mariage pour tous est toujours en discussion », Tribune de Genève,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juillet 2018)
  22. a et b Office fédéral de la justice, « 13.468 n Iv. pa. (groupe vert’libéral) Mariage civil pour tous : Présentation des conséquences du mariage pour tous dans les différents domaines du droit » [PDF], sur parlament.ch, Parlement suisse,
  23. a et b Commissions des affaires juridiques, « Communiqué de presse : un pas de plus en direction du mariage civil pour tous », sur parlament.ch, Parlement suisse, (consulté le 19 juillet 2018)
  24. a b et c « L'idée d'un mariage pour tous progresse à Berne » [vidéo], sur Play RTS, (consulté le 19 juillet 2018)
  25. a et b « Un mariage au rabais? », sur lenouvelliste.ch, (consulté le 19 juillet 2018)
  26. Gustavo Kuhn, « Mariage pour tous édulcoré? », Le Courrier,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  27. a et b François Touzain, « Un mariage pas si égalitaire dans les plans du Parlement », 360°,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2018)
  28. La Suisse pourrait autoriser le mariage homosexuel, L'Est républicain, consulté le 7 juillet 2018
  29. « Le mariage civil pour tous a rencontré un franc succès lors de la consultation », sur www.parlament.ch (consulté le 20 février 2020)
  30. « Le PDC retire son initiative », sur www.laliberte.ch (consulté le 25 juin 2020)
  31. (de + fr) « Gesamtabstimmung - Vote sur l'ensemble », Assemblée fédérale, (consulté le 14 décembre 2020).
  32. « Le Conseil national dit oui au mariage et à la PMA pour toutes et tous », sur rts.ch, (consulté le 11 juin 2020).
  33. Dimitri Mathey, « Mariage pour tous: le oui du National se heurte au juridisme de Beat Rieder et de sa commission », Le Nouvelliste,‎ (lire en ligne).
  34. « N° référence: CO0.2180.109.7.181563 / 232.01/2014/00018/ Dossier 232.01-002 (13.468) », sur parlement.ch, (consulté le 13 novembre 2020).
  35. « Courte majorité pour la mise en oeuvre de l'initiative parlementaire «mariage civil pour tous» par la voie législative », sur parlement.ch, (consulté le 13 novembre 2020).
  36. (de + fr) « Gesamtabstimmung - Vote sur l'ensemble », Assemblée fédérale, (consulté le 15 décembre 2020).
  37. ATS, « Le mariage doit également être accessibles aux couples homosexuels », sur parlement.ch, (consulté le 2 décembre 2020).
  38. « Le Conseil des Etats accepte le mariage pour tous », sur rts.ch, (consulté le 1er décembre 2020).
  39. (de + fr) « Gesamtabstimmung - Vote sur l'ensemble », Assemblée fédérale, (consulté le 14 décembre 2020).
  40. a b c d et e (de + fr) « Gesamtabstimmung - Vote sur l'ensemble », Assemblée fédérale, (consulté le 18 décembre 2020).
  41. a b c d e et f (de + fr) « Gesamtabstimmung - Vote sur l'ensemble », Assemblée fédérale, (consulté le 18 décembre 2020).
  42. Services du Parlement, « Membres du Conseil des États A–Z », sur parlament.ch (consulté le 2 avril 2021).
  43. Union démocratique fédérale, « Mariage pour tous: L’UDF se prépare pour le référendum », sur udf-suisse.ch, (consulté le 21 décembre 2020)
  44. Katy Romy, « Après le mariage pour tous, des combats restent à mener », sur swissinfo.ch, (consulté le 21 décembre 2020).
  45. « Mariage civil pour tous », sur www.parlament.ch (consulté le 2 mars 2021).
  46. « Code civil suisse (Mariage pour tous). Modification du 18 décembre 2020 », Feuille fédérale, no 57,‎ , p. 9607-9616 (lire en ligne).
  47. ats/fgn, « Un deuxième référendum contre le mariage pour tous en préparation », sur rts.ch, (consulté le 11 janvier 2021).
  48. (de) « EVP unterstützt Referendum gegen Samenspende », sur ref.ch, (consulté le 11 janvier 2021).
  49. [https://mariage-homosexuel.ch/index.php/fr/ Référendum contre la modification du Code civil suisse (Mariage pour tous) NON à l'enfant-marchandise!], mariage-homosexuel.ch, consulté le 17 janvier 2021
  50. (de) Harzige Unterschriftensammlung - «Ehe für alle»-Gegner rufen zum Gebet auf, Blick, consulté le 20 mars 2021
  51. « La PMA, un enjeu du référendum contre le "mariage pour tous" déposé lundi à Berne », sur RTS (consulté le 13 avril 2021)
  52. ATS, « Il y aura un vote sur le mariage pour tous, le référendum a officiellement abouti », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 27 avril 2021)
  53. « Objets de la votation populaire du 26 septembre 2021 », sur www.admin.ch, (consulté le 24 mai 2021)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]