Fiquefleur-Équainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fiquefleur-Équainville
Fiquefleur-Équainville
L'église Saint-Georges de Fiquefleur
 Inscrit MH (1992).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Bernay
Canton Beuzeville
Intercommunalité CC du Pays de Honfleur-Beuzeville
Maire
Mandat
Michel Prentout
2014-2020
Code postal 27210
Code commune 27243
Démographie
Gentilé Equainvillais
Population
municipale
701 hab. (2015 en augmentation de 8,68 % par rapport à 2010)
Densité 72 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ 30″ nord, 0° 18′ 42″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 113 m
Superficie 9,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Normandie

Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Fiquefleur-Équainville

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 14.svg
Fiquefleur-Équainville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fiquefleur-Équainville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fiquefleur-Équainville

Fiquefleur-Équainville est une commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fiquefleur-Équainville est une commune située dans le Nord-Ouest du département de l'Eure et limitrophe de celui du Calvados. Selon l'atlas des paysages de Haute-Normandie, elle appartient à la région naturelle du Lieuvin[1]. Toutefois, l'Agreste, le service de la statistique et de la prospective du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt, la classe au sein du pays d'Auge (en tant que région agricole)[2].

Communes limitrophes de Fiquefleur-Équainville[3]
La Seine
Ablon (Calvados) Fiquefleur-Équainville[3] Fatouville-Grestain
Manneville-la-Raoult Manneville-la-Raoult Saint-Pierre-du-Val

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Ficquefleu en 1221.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les communes de Fiquefleur et d'Équainville fusionnent en 1844.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Michel Prentout DVD Chef d'entreprise
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2015, la commune comptait 701 habitants[Note 1], en augmentation de 8,68 % par rapport à 2010 (Eure : +2,63 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
456463511427420423450573594
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
618633544525316532502542512
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517523505435463404444437464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
476462430477496563623632641
2013 2015 - - - - - - -
692701-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Fiquefleur-Équainville compte un édifice inscrit au titre des monuments historiques :

  • L'église Saint-Georges (XIe, XVe, XVIe et XVIIe)  Inscrit MH (1992)[8]. Il s'agit d'un des plus anciens monuments romans de Normandie[8].
L'église Saint-Pierre d'Équainville.

Par ailleurs, de nombreux autres édifices sont inscrits à l'inventaire général du patrimoine culturel :

  • L'église Saint-Pierre (XIIe, XIIIe, XIVe et XVIe)[9] ;
  • Le presbytère (XIXe) au lieu-dit Équainville[10] ;
  • La mairie (XIXe) au lieu-dit Équainville[11] ;
  • L'école (XIXe) au lieu-dit Équainville[12] ;
  • Trois manoirs : le premier du XVIIIe siècle au lieu-dit le Favril[13] ; le deuxième du XVIe siècle au lieu-dit la Rue[14] ; le troisième des XVIIe, XVIIIe, XIXe et XXe siècles au lieu-dit la Loge[15] ;
  • Deux maisons : l'une du XIXe siècle au lieu-dit Équainville[16], l'autre du XVIIe siècle au lieu-dit le Haut-de-la-Côte de Fiquefleur[17] ;
  • Une demeure du XVIIIe siècle[18] ;
  • Deux fermes : l'une des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles au lieu-dit le Vert Buisson[19], l'autre du XVIIIe siècle au lieu-dit les Monts-Hativets[20].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Terrain acquis par le conservatoire du littoral[modifier | modifier le code]

  • Rives de Seine sud - 27[21].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

  • Estuaire de la Seine[22].
  • Estuaire et marais de la Basse Seine[23].

ZNIEFF de type 1[modifier | modifier le code]

Cette ZNIEFF s'étend également sur les communes de Fatouville-Grestain et de Berville-sur-Mer pour le département de l'Eure et sur les communes de La Rivière-Saint-Sauveur, Ablon et Honfleur pour le département du Calvados.

La majeure partie de cette ZNIEFF est occupée par une saulaie-bétulaie sur sable et par des fourrés dunaires à Argousiers. Leur localisation sur les alluvions récentes de la Seine font de cette zone un site naturel quasiment unique en Normandie. Ce milieu est complétée par des canaux, des mares, des prairies humides pâturées, des phragmitaies, des petits secteurs de dunes fixées et des mégaphorbiaies.

Du point de vue floristique, ce site abrite des espèces botaniques rares à très rares voire protégées au niveau régional ou même national : le Lotier à feuilles étroites (Lotus corniculatus ssp. tenuifolius), l'Ophioglosse langue-de-serpent (Ophioglossum vulgatum), la Pyrole des dunes (Pyrola rotundifolia var. arenaria), la Menthe pouliot (Mentha pulegium), le Polypogon de Montpellier (Polypogon monspeliensis), le Saule argenté (Salix repens arenaria), le Troscart des marais (Triglochin palustre), la Corrigiole des rives (Corrigiola littoralis), la Laîche arrondie (Carex diandra), l'Amarante blanche (Amaranthus albus), l'Amaranthe à feuilles marginées (Amaranthus blitoides), le Plantain des sables (Plantago arenaria), etc.
Des orchidées occupent également cette zone : l'Epipactis des marais (Epipactis palustris), l'Orchis à fleurs lâches (Orchis laxiflora), le Souchet brun (Cyperus fuscus), la Lentille d'eau sans racine (Wolffia arrhiza), la Patience maritime (Rumex maritimus), la Patience des marais (Rumex palustris) et la Belladone (Atropa belladonna), etc.

Du point de vue faunistique, est à relever la présence d'orthoptères dont notamment la Courtillière (Gryllotalpa gryllotalpa) et le Tétrix des vasières (Tetrix ceperoi) et de papillons dont certaines espèces très rares, voire protégées au niveau national (le Sphinx de l'épilobe (Proserpinus proserpina), Euxoa cursoria, Parastichtis suspecta, Apamea oblonga, Chorthodes extrema, Arenostola phragmitidis, Chilodes maritimus, etc.).

Enfin, la diversité offerte par ces milieux est favorable à la nidification de nombreux oiseaux tels que la Bouscarle de Cetti (Cettia cetti), le Loriot (Oriolus oriolus), l'Hirondelle de rivage (Riparia riparia), le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis), le Râle d'eau (Rallus aquaticus), le Vanneau huppé (Vanellus vanellus), le petit Gravelot (Charadrius dubius), le Martin-pêcheur (Alcedo atthis), le Rossignol philomèle (Luscinia megarhynchos), le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus), etc.

Sites classés[modifier | modifier le code]

Site inscrit[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Lieuvin », sur Atlas des paysages de la Haute-Normandie (consulté le 18 février 2017).
  2. « Zonages », sur Agreste (consulté le 18 février 2017).
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. a et b « Église paroissiale Saint-Georges-de-Fiquefleur », notice no PA00099641, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Église Paroissiale Saint-Pierre », notice no IA00054633, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Presbytère », notice no IA00054638, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Mairie », notice no IA00054631, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « École », notice no IA00054632, base Mérimée, ministère français de la Culture
  13. « Manoir », notice no IA00054637, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Manoir », notice no IA00054636, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Manoir », notice no IA00054630, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Maison », notice no IA00054642, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. « Maison », notice no IA00054641, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. « Demeure », notice no IA00054635, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. « Ferme », notice no IA00054640, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « Ferme », notice no IA00054639, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. « Rives de Seine sud - 27 », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 novembre 2015)
  22. « Estuaire de la Seine », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 novembre 2015)
  23. « Estuaire et marais de la Basse Seine », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 novembre 2015)
  24. « Les alluvions », sur Muséum national d'Histoire naturelle - Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 10 novembre 2015)
  25. « L'église, l'if géant et le cimetière de Fiquefleur », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 17 juillet 2017).
  26. « L'église et le cimetière d'Équainville », sur Direction Régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement Normandie (consulté le 17 juillet 2017).
  27. « La rive gauche de l'embouchure de la Seine », sur Carmen - L'application cartographique au service des données environnementales (consulté le 29 janvier 2016)