Famille de Vogüé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vogüé (homonymie).
Famille de Vogüé
Image illustrative de l'article Famille de Vogüé
Armes

Blasonnement D'azur, au coq d'or barbé et crêté de gueules.
Devise « Fortitudine et Vigilancia »,
« Sola vel voce leones terreo »
Période depuis 1084, XIe siècle ou XIIIe - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Vivarais
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Saint Empire Drapeau de la France France Royaume d'Espagne
Fiefs tenus Aubenas, Vogüé
Demeures Château de Vaux-le-Vicomte, château de Commarin château de Vogüé hôtel de Vogüé (rue Fabert), château de la Verrerie, château de Châteauneuf, hôtel de Vogüé (Dijon), château d'Arlay, château de Thoiry, château de Pornic
Charges Pair de France, députés, archéologue, diplomates, Académicien, hommes de lettres, industriel, régent de la Banque de France, maires, chefs d'entreprises
Fonctions militaires Lieutenant général des armées du roi, officiers
Fonctions ecclésiastiques Évêque
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1763, 1770
Autres Grands d'Espagne de première classe

La famille de Vogüé olim d'Alex[1] est une famille de la noblesse française subsistante. Elle est originaire du Vivarais. Son patronyme vient de la terre de Vogüé près d'Aubenas (Ardèche). Elle possédait également depuis le XIIIe siècle la terre de Rochecolombe, sous le nom de laquelle elle était parfois désignée jadis. Les Vogüé devinrent au XIXe siècle l'une des principales dynasties des affaires françaises. Elle compta des résistants, dont deux déportés.

Plusieurs personnalités en sont issues ou y sont apparentées dont des industriels, des banquiers, des militaires, des baillis, des moines, deux membres de l'Académie française, des hommes politiques, des notables, etc.

Armes et devises[modifier | modifier le code]

Elle porte : d'azur, au coq d'or, becqué, barbé, crêté et ergoté de gueules[2].

La famille a deux devises :

  • la plus ancienne : Fortitudine et Vigilancia (Courage et Vigilance) ;
  • la plus "récente", inscrite sur un tableau (visible au château) peint pour une certaine occasion et représentant les armes Vogüé Sola vel voce leones terreo (J'effraie les lions d'un seul cri) qui depuis est restée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des origines à Melchior II[modifier | modifier le code]

Si les premières traces remontent à 1084, la généalogie précise de la famille est connue à partir du début du XIIIe siècle[3].

Par ailleurs, on peut citer un Bertrand de Vogüé, attesté en 1084 : conjointement avec sa femme Bermonde et ses fils Jean et Raymond, il contribua à fonder le monastère de Saint-Martin de la Ville-Dieu ; de même, un Raymond de Vogüé a fait partie de la troisième croisade (1189-1192). Une Catherine de Vogüé épouse en 1317 Eustache II de La Mastre, c'est la fille de Pierre II de Vogüé (mort avant 1317), lui-même fils de Pons de Vogüé et de Laure de N. Pons est peut-être le frère de Raymond II et oncle de Raymond III[4].

Régis Valette dans Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle mentionne comme principe de noblesse l'année 1256[1].

  • Raymond Ier
    • Audibert I (ca 1208-1246)
      • Raymond II , seigneur de Rochecolombe, de Saint-Maurice et de Lanas, cité dans un acte du 8 des calendes de novembre 1250 épouse Guilhelme de Laudun
        • N. de Vogüé épouse Amédée d'Alès (1284)
          • Amédé (1280-1346) épouse N.
            • Raymond IV (1307-1347) épouse Rixende de Mirabel
              • Audibert III (1352-1417) épouse Jeanne Salmand
                • Pierre IV (1416-1469), bailli épiscopal, épouse Marguerite Bernard
                  • Antoine X, seigneur de Lanas, teste en 1503, épouse Jeanne de Caissac. De cette union, naissent dix enfants, dont trois seront religieux.
                    • Jean, fait chevalier des ordres au camp de Salces, épouse le Gabrielle de Cayres d'Antraigues. De cette union, naissent neuf enfants.
                      • Guillaume, chevalier, seigneur de Rochecolombe et de Lanas, épouse le Antoinette de Galiens, de Védène, alias des Issarts. De cette union, naissent six enfants.
                        • Melchior I, fait construire le château de Vogüé, chevalier des ordres du roi, épouse le Dorothée de Montfaucon
                          • Georges, grand bailli du Vivarais, épouse le Françoise de Grimoard de Beauvoir du Roure. Ils sont les auteurs de la branche des « marquis de Vogüé ».
                            • Melchior II (1639-1706), grand bailli du Vivarais, colonel de cavalerie, épouse le Gabrielle de Motier de Champetières.
                        • Louis, qui épouse en 1605 Marguerite du Peloux, dame de Gourdan. Ils sont les auteurs de la branche dite « de Gourdan ».

De Melchior II à nos jours[modifier | modifier le code]

Photo d'Eugène Melchior, due au photographe Nadar.

Les personnages notoires auxquels l'encyclopédie consacre des articles détaillés sont, familialement, reliés de la façon suivante[5] :

  • Melchior II de Vogüé (1639-1706), grand bailli du Vivarais, colonel de cavalerie, épouse le Gabrielle de Motier de Champetières. De cette union, naissent treize enfants, dont Cérice, le deuxième.
    • Cérice François de Vogüé (1683-1729), bailli du Vivarais, baron d'Aubenas et de Vogüé par lettres patentes en 1713 après avoir acheté la baronnie d'Aubenas. Le , il épouse Marie Lucrèce de Tournesy, dame de Poussan. De cette union naissent quinze enfants, puis en 1726 Anne de Serre. De cette seconde union, naissent cinq enfants.
      • Charles François Elzéar de Vogüé (1713-1782), baron d'Aubenas et de Vogüé, lieutenant-général, est titré marquis en 1731 et accède à la grandesse d'Espagne. Il épouse le Marie Madeleine de Truchet de Chambarlac (1705-1765). De cette union, naissent six enfants dont Cérice, l'aîné.
        • Melchior Cérice François de Vogüé (1732-1812), marquis de Vogüé, maréchal de camp. En 1763, il épouse Jeanne Marie Thérèse du Bouchet de Sourches (1743-1765) puis le Catherine Louise Bouhier de Versailleu (1749-1783) et en 1802 Louise Pernelle Sophie de La Forest-Divonne (1764-1843). Par son deuxième mariage, il prend possession d'un hôtel particulier à Dijon, devenu Hôtel de Vogüé, et depuis revendu à la commune de Dijon.
          • Charles François Elzéar de Vogüé (1781-1807), marquis de Vogüé, lieutenant-général. Le , il épouse Adélaïde Louise Zéphirine de Damas (1784-1838).
            • Léonce Louis Melchior de Vogüé (1805-1877), marquis de Vogüé, homme politique. Le , il épouse Henriette Marie Marguerite de Machault d'Arnouville (1808-1864).
              • Charles Jean Melchior de Vogüé (1829-1916), marquis de Vogüé, diplomate et archéologue, membre de l'Académie française. Le , il épouse sa cousine Adélaïde Marguerite de Vogüé (1835-1860) (voir ci-dessous) puis en 1866 Béatrix Claire des Monstiers-Mérinville (1845-1876).
                • Louis Antoine Melchior de Vogüé (1868-1948), marquis de Vogüé, épouse le Louise Marie Charlotte d'Arenberg (1872-1958)
                  • Melchior de Vogüé (1893-1965), marquis de Vogüé, directeur de banque. Le , il épouse Geneviève Brincard (1898-1974)
                    • Pierre de Vogüé (1921-2011), Marquis de Vogué, résistant, haut fonctionnaire, puis industriel et homme d'affaires, fondateur de la SCOR. Marié a Geneviève de Thomasson.
                    • Guillaume de Vogüé, (né en 1947), industriel, marié a Marie-Liesse d'Harcourt (4 enfants, trois filles et un fils)
                    • Antoine de Vogüé (1923-1998)), homme politique français, agriculteur. Il épouse Françoise de Hautecloque.
                    • Adalbert de Vogüé (1924-2011), bénédictin, historien du monachisme.
                  • Bertrand Pierre Hélie de Vogüé (1901-1987), adjoint au maire de Reims, président de la Commission d'exportation des vins de France (1969-1974). Il épouse le Simone de Mun (1905-1994).
                • Robert de Vogüé (1870-1936), comte de Vogüé, président de compagnie d'assurances. Le , il épouse Lucie Sommier (1874-1946).
              • Ursule de Vogüé (1828-1908) épouse en 1847 Charles de Bryas (1820-1879)
            • Charles Louis de Vogüé épouse en 1834 Élisabeth de Béranger
        • Florimond Annet Innocent de Vogüé (1732- ), comte de Vogüé, colonel de carabinier. Il épouse en 1753 Marie Anne de Cadolle de Montelus.
          • Eugène Jacques Joseph Innocent de Vogüé (1777-1854) épouse le Laure Angélique Marie Françoise de Sibeud de Beausemblant ( -1863)
            • Marie Victoire Raphaël de Vogüé (1815- ), baron de Vogüé épouse au Canada en 1846 Hastings Henriette Anderson
        • Jacques Joseph François de Vogüé (1740-1787), prélat catholique, évêque de Dijon

Portraits[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jougla de Morenas, Grand armorial de France
  • Régis Valette, Catalogue de la noblesse française subsistante au XXIe siècle
  • Marguerite de Vogüé, La fontaine du cerf. Histoire de Louis et Louise, marquis et marquise de Vogüé, 1868-1958 (1983)
  • Marquis de Vogüé, Une famille vivaroise, éditions Champion, Paris 1912
  • Les papiers personnels de la Famille de Vogüé sont copiés et conservés aux Archives nationales sous la cote 567AP[6] . • Melchior de Vogüé (1893-1965), marquis de Vogüé, directeur de banque. Le , il épouse Geneviève Brincard (1898-1974) : Lire un petit portrait datant de 1955, à la destinée peu banale de ce banquier devenu moine à La-Pierre-qui-vire (Yonne), monsieur le marquis Melchior de Vogüé (1893-1965) et de son épouse, se trouve dans le chapitre “Ouvrez toutes les portes !” du livre “Ce siècle appelle au secours” de Gilbert Cesbron, éditions Robert Laffont, 1955, et en pages 18 à 22 dans la collection “J’ai lu” no 365 de 1975.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Étienne Pattou, Famille de Vogüé, maison ancienne attestée depuis 1084, mise à jour le , [lire en ligne]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Régis Valette, Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle, 2002, page 190.
  2. Revue Héraldique et généalogie, p. 372 du no 169, qui cite trois ouvrages comme référence : Grand armorial de France de Raoul de Warren, tome VI, p. 493, Armorial de la noblesse du Languedoc de Louis de La Roque, tome I, p. 513 et Armorial du Vivarais, p. 494.
  3. Revue Héraldique et généalogie, notamment p. 99 du no 166, p. 371 et 372 du no 169, à partir de l'ouvrage publié en 1912, Une famille vivaroise du marquis de Vogüe, de l'ouvrage de X. Gigord, La noblesse de la sénéchaussée du Vinneneuve de Berg en 1789.
  4. Une famille vivaroise du marquis de Vogüé, ouvrage cité dans la revue Héraldique et généalogie, p. 300 du no 176.
  5. La généalogie de la famille est connue par l'ouvrage publié en 1912, Une famille vivaroise du marquis de Vogüé. Des extraits ont été publiés à plusieurs reprises dans la revue Héraldique et généalogie, notamment p. 256 du no 136,
  6. Voir la notice dans la salle des inventaires virtuelle des Archives nationales.