Jean de Vogüé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean Alexandre Melchior de Vogüé, né à Paris le , et mort le à Maincy (Seine-et-Marne), est un résistant français (mouvement CDLR).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Paris (7e arrondissement), il est le fils de Robert de Vogüé et de Lucie Sommier, le petit-fils de Charles Jean Melchior de Vogüé et d'Alfred Sommier.

Il entre à l'École navale en 1917 et termine la Première Guerre mondiale dans la flotte de Méditerranée[1]. Il quitte la Marine et dirige son entreprise de sucrerie familiale.

Mobilisé en 1939 à la mission navale française de Londres, il participe en 1940 à l'évacuation de Dunkerque.

Il rejoint la Résistance en 1942, dans le mouvement Combat, puis dans le mouvement Ceux de la Résistance, dont il devient un des dirigeants. Il représente ce mouvement au Comité parisien de la Libération. Au printemps 1944, avec Pierre Villon et Maurice Kriegel-Valrimont, il est l'un des trois dirigeants du comité d'action militaire (COMAC) créé par le Conseil national de la Résistance (CNR)[2],[3] Il est alors connu sous le pseudonyme de Vaillant. Il est délégué par le CNR à l'Assemblée consultative provisoire (-).

Après cet épisode, il abandonne toute carrière politique, pour se consacrer à ses affaires industrielles. Il est président-directeur général de la Compagnie nouvelle de Sucreries réunies et vice-président de la raffinerie Lebaudy-Sommier.

Lors de son décès, Pierre Villon, ancien secrétaire général du CNR, lui rend un hommage vibrant, déclarant que « Jean de Vogüe, bien qu'issu d'une des familles du grand capital, a été un patriote passionné. Il a toujours appuyé, sans hésitation, tout ce qui pouvait contribuer au développement de la lutte. »[4].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Jean de Vogüé épouse en 1927 Hélène Jaunez (1908-2003), fille de Maximilien Jaunez et de Jeanne de Montagnac. Tous deux ont un fils :

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Piketty, notice « Jean de Vogüe », in Dictionnaire historique de la Résistance, coll. « Bouquins », Robert Laffont, 2006.
  2. Éloge de l’engagement : Maurice Kriegel-Valrimont, 11 décembre 2008, rediffusion d'un reportage de François Ruffin du 2 mars 2006, sur la-bas.org, consulté le 14 décembre 2008.
  3. Fabrice Bourrée, « Jean de Vogué », sur museedelaresistanceenligne.org.
  4. L'Humanité, 20 septembre 1972, « Jean de Vogüe, ancien membre du COMAC, est décédé. »

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]