André Borel d'Hauterive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Borel d'Hauterive
Borel d'Hauterive.png

Borel d'Hauterive par Nadar

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Fratrie

André Borel d'Hauterive, nom de plume d' André-François-Joseph Borel, né le à Lyon, mort le à Paris, est avocat, historien, généalogiste puis conservateur à la bibliothèque Saint-Geneviève de 1844 à 1884.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'André Borel, quincaillier à Lyon au n° 24 de la rue des Quatre-Chapeaux[1], et de Magdeleine Victoire Garnaud, qui eurent quatorze enfants, il est le frère du poète romantique Pétrus Borel.

Docteur en droit, élève de l'École des chartes de la promotion de 1835, il y obtient en 1837 le diplôme d'archiviste paléographe.

Avocat à la Cour impériale puis attaché aux travaux historiques du ministère de l'instruction publique, il devient secrétaire et professeur de l'École des chartes (), bibliothécaire à la bibliothèque Sainte-Geneviève (1864) puis conservateur adjoint du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale ()[2].

Fondateur de la Revue historique de la noblesse de France, dont il a assuré la parution de 1841 à 1843, il a ensuite publié l’Annuaire de la noblesse de France (fondé sous le titre d’Annuaire de la pairie et de la noblesse de France et des maisons souveraines de France), de 1843 à 1892 (il a été publié jusqu'en 1931). Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur la généalogie de familles nobles.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Annuaire de la Pairie et de la Noblesse de France et des maisons souveraines de l'Europe à partir de 1842.
  • Armorial de la généralité d'Amiens : Artois et Picardie d'après les manuscrits d'Hozier. 1856
  • Sous les pseudonymes de Carl Egger, Ernest Valery, Adrien Moreau, Hippolyte Raineval, et Mattéphile Lerob Dictionnaire des pseudonymes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Luc Steinmetz, Pétrus Borel: un auteur provisoire, Lille : Presses universitaires, 1986.
  2. « Le Cabinet historique: moniteur des bibliothèques et des archives, Volume 9 p32 »
  3. Article Carl Egger du Dictionnaire des pseudonymes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]