Famille de La Forest Divonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

de La Forest
Armes de la famille.
Armes de la famille : de La Forest

Blasonnement De sinople à la bande d'or chargée (frétée) de 4 sautoirs de gueules
Devise Tout à travers
Branches du Chatelard, d'Apremont, de Rian, de Somont, de Rumilly et de Divonne.
Période XIVe siècle (filiation prouvée)- XXIe siècle
Pays ou province d’origine Comté de Savoie
Fiefs tenus Aspremont, Bâtie-d'Albanais, Bonvillard, Brison, Cevins, le Chatelard, Chevelu, Colliette, la Croix, Cuchet, Divonne, Dullin, la Forest, Grammont, Grignon, La Barre, Loëx, Lucey, Manigod, Murs, Nernier, Pontchy, Pont-de-Beauvoisin, Reano, Rian, Rougemont, Rumilly, Saint-Alban, Saint-Laurent, Sainte-Croix, Somont, Toisinge, Val-d'Isère, Vérel, Villarbasse.
Demeures Apremont, Cuchet, Divonne, La Forest, Rumilly-sous-Cornillon, Somont
Charges Chambellan du duc de Savoie
Ambassadeur de Savoie
Gouverneur de Nice
Fonctions militaires Gouverneur du château de Chambéry
Lieutenant général
Maréchal des camps et armées du roi
Brigadier
Colonel
Fonctions ecclésiastiques Abbé de Tamié (1645)
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1773 et 1787

La famille de La Forest puis de La Forest Divonne, originaire de Savoie, fait partie de la noblesse d'extraction chevaleresque sur preuves de l'an 1398. Elle est admise aux Honneurs de la Cour de France en 1773. Elle est classée parmi les familles subsistantes de la noblesse française (L à Z).

La famille de La Forest-Divonne est originaire de la commune de Saint-Jean-de-Chevelu (comté de Savoie) dans laquelle se trouve la maison forte de La Forest. La filiation prouvée remonte à Guillaume de La Forest, damoiseau, institué châtelain de Rossillon, dans le Bugey, en 1398.

Elle adhère à l'ANF en 1935[1].

Elle compte parmi ses membres des personnalités de la cour de Savoie, des officiers généraux ou encore Louis de La Forest Divonne élevé à la dignité de pair de France en 1827, pairie héréditaire pour sa famille.

Origines[modifier | modifier le code]

On trouve des porteurs de ce nom dès le XIIIe siècle mais ces personnages ne sont pas rattachés à la filiation prouvée :

La famille de La Forest-Divonne est originaire de Savoie, du lieu de La Foresta près d'Yenne. Elle est mentionnée au XIVe siècle en Bugey[4],[5],[6] où sa filiation prouvée débute en 1398[4],[5],[6],[7],[8] avec Guillaume de Laforest, Ier du nom, damoiseau, institué châtelain de Rossillon et d'Ordonnaz par lettres patentes du 27 février 1398.

Les lettres patentes de Louis XV (1749), érigeant la seigneurie de Divonne en comté de La Forest, indiquent que la famille de La Forest « dès le Xe siècle était considérable en Savoie où elle a possédé les premières charges de la cour des ducs de Savoie ». Toutefois Louis de La Roque écrit à ce sujet : Les lettres patentes de Louis XV qui érigent en comté la baronnie de Divonne et quelques autres terres en faveur de Gilbert de La Forest portent que la famille de l'exposant était considérable en Savoie dès le Xe siècle et que les ducs de Savoie accordèrent le titre de comte aux enfants mâles de cette maison qui a eu l'honneur de leur être alliée. Nous voyons là un exemple des exagérations et des inexactitudes qui s'introduisaient dans les motifs des lettres patentes. En effet, loin de remonter au Xe siècle, la maison de La Forest ne parait que dans les actes vers la fin du XIIIe siècle et n'établit sa filiation suivie qu'à partir de 1398. On ne voit pas par les actes connus qu'elle ait été alliée à la maison de Savoie[6].

Branches[modifier | modifier le code]

La famille de La Forest donna les branches suivantes :

  • d'Apremont, éteinte au XVIe siècle dans la maison de Dortans [5],[7].
  • du Chatelard, éteinte au XVe siècle[5],[7].
  • de Rian, éteinte au XVIe siècle[5],[7].
  • de Somont, éteinte au XVIIIe siècle[5],[7].
  • de Rumilly et de Divonne, subsistante [5],[7].
Branche de La Forest Divonne 

Cette branche est issue de Gilbert I de La Forest (1623-1706) marié à Jeanne-Françoise de Symond, veuve de Laurent de Gingins, baron de Divonne avec une fille unique, Bonne de Gingins, qui entra chez les religieuses bernardines, et testa en 1663 en faveur de son beau-père, lui léguant la baronnie de Divonne. Son fils, Albert-Eugène de La Forest est l’auteur de la branche française de La Forest Divonne et le premier à en porter le nom.

La famille de La Forest Divonne fut reçue aux honneurs de la cour en 1773[9] et en 1787[10].

Armes et devise[modifier | modifier le code]

  • De sinople à la bande d'or chargée (frétée) de 4 sautoirs de gueules.
  • Cimier : une aigle de sable éployée, becquée et armée de gueules, surmontée d'une « couronne ducale ». Sa Majesté le roi Humbert Ier d'Italie confirma par lettres patentes du 2 mai 1889 l'usage de la couronne ducale pour les membres de la famille de La Forest-Divonne[11].
  • Support : Deux lions au naturel, debout armés et lampassés de gueules.
  • Devise: Tout à travers.

Titres et charges[modifier | modifier le code]

  • « baron d’Apremont » , « baron de La Bastie d'Albanais », « baron de Divonne » (possession d'anciennes baronnies[6]).
  • Comte de Verel : érection par Charles-Emmanuel, duc de Savoie, des terres de Verel et de Dullin en comté par lettres patentes du 28 février 1594 en faveur de Claude-Charles de La Forest[6],[5].
  • Comte de La Croix : érection par Christine de France, duchesse de Savoie, de la seigneurie de la Croix en comté, par lettres patentes du 23 mars 1640 en faveur de François de la Forest sieur de la Barre en Bugey[6],[5].
  • Comte de Rumilly : érection par Jeanne Baptiste de Savoie-Nemours, duchesse de Savoie, de la seigneurie de Rumilly par lettres patentes du 29 octobre 1698 en faveur de François Emmanuel de la Forest sieur de Rumilly[6],[5].
  • Comte de La Forest, érection par Louis XV de la terre de Divonne en comté de La Forest par lettres patentes de mai 1749 en faveur de Gilbert de La Forest[5],[6],[5].
  • Pair de France héréditaire en 1827[12] pour Louis de La Forest Divonne (1765-1838)[7].
  • Baron Pair héréditaire sur institution d'un majorat de pairie en 1829 pour Louis de La Forest Divonne (1765-1838)[7].

Guillaume de La Forest est bailli de Faucigny pour la période de 1441 à 1445[13].

Certains membres ont été châtelains de[14] :

Propriétés[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des propriétés ayant été possédées par la famille de La Forest :

Personnalités[modifier | modifier le code]

Alliances[modifier | modifier le code]

Les principales alliances de la famille de La Forest-Divonne sont : de Cordon, de Thoire, de Bonnivard (1488), de Somont (1515), de Chesnay (1547), du Crest, de Viry, de Symons (1655), de Soubeyran (1680), de Borsat (1724), de Rivoire de La Tourette (1751), de Suremain de Flamerans (1769), de Labaig de Viella (1829), de Villeneuve de Vence (1834), de Busseul (1841), Pélissa (1849), de Perthuis (1853), de Jouffroy d'Abbans (1853), de Maillé de La Tour-Landry (1857), Nompère de Champagny, de Guignard de Saint-Priest (1865), Le Roux de Puisieux (1873), de Gangnières de Souvigny (1877), Simon de La Rochette (1877), du Roure de Beaujeu (1878), Marescotti-Ruspoli (1887), Bertera (1897), Audenried (1890), du Chastel de La Howarderie, de Lévis-Mirepoix, de Gontaut-Biron, de Lassus Saint-Geniès, de Forton, Humann-Guilleminot, de La Tour du Pin, de Montalembert, de Malherbe, Gardey de Soos, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Annuaire de l'ANF, Albédia, Aurillac, 2017, p.45.
  2. Timoléon Chapperon, Chambéry à la fin du XIVe siècle, éditions Dumoulin, 1863, p.XX.
  3. Samuel Guichenon, Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, éditeur Guillaume Barbier, 1660, p.XX.
  4. a b c d e et f Edmond Révérend Du Mesnil,Armorial historique de Bresse, Bugey, Dombes, Pays de Gex, Valromey et Franc-Lyonnais, d'après les travaux de Guichenon, d'Hozier, impr. de A. Vingtrinier, Lyon, 1872, p. 266 (lire en ligne).
  5. a b c d e f g h i j k l m n o et p André Borel d'Hauterive, Annuaire de la noblesse de France, volume 17, 1860, page 184 à 190.
  6. a b c d e f g h i j k et l Louis de La Roque, Bulletin de la société héraldique et généalogique de France, 1886, pages 67-68.
  7. a b c d e f g et h Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, volume 4, p.31.
  8. Philippe Du Puy de Clinchamps, L'ancienne noblesse française en 1955, page 329.
  9. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française-Chapitre Savoie, Robert Laffont, 2007, p.112.
  10. Étienne de Séréville et Fernand de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 584.
  11. Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de l'ancien duché de Savoie, volume 2, page 440, 1892.
  12. Raoul de Warren, Les pairs de France au XIXe siècle, notice 254, Les cahiers nobles, 1959, réédités en 1999, éditions ICC.
  13. Jean-Marie Lavorel (1846-1926), « Cluses et le Faucigny », Mémoires & documents publiés par l'Académie salésienne, no 11,‎ , p. 213-216 (lire en ligne).
  14. « SA - Comptes des châtellenies, des subsides, des revenus et des judicatures », sur le site des Archives départementales de la Savoie - enligne.savoie-archives.fr (consulté en février 2018), p. 3
  15. Aurélie Jacques, « L'empreinte du passé », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2017)
  16. Base Mérimée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]