Faaa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Faaʻa)
Aller à : navigation, rechercher
Fa'a'ā
Aéroport international Tahiti Fa'a'ā
Aéroport international Tahiti Fa'a'ā
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité Polynésie française
Subdivision Îles du Vent
Île Tahiti
Intercommunalité Syndicat "Te Oropaa"
Maire
Mandat
Oscar Temaru
2014-2020
Code postal 98704
Code commune 98715
Démographie
Gentilé Inconnu
Population
municipale
29 719 hab. (2012)
Densité 874 hab./km2
Géographie
Coordonnées 17° 33′ 03″ S 149° 35′ 51″ O / -17.550961, -149.59739717° 33′ 03″ Sud 149° 35′ 51″ Ouest / -17.550961, -149.597397  
Altitude Min. 0 m – Max. 1 493 m
Superficie 34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

Voir la carte administrative de Polynésie française
City locator 14.svg
Fa'a'ā

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

Voir la carte topographique de Polynésie française
City locator 14.svg
Fa'a'ā
Liens
Site web Mairiefaaa.pf

Fa'a'ā (Faaa selon le Code officiel géographique) est une commune de la Polynésie française située sur l'île de Tahiti dans l’archipel de la Société, mitoyenne de la capitale Papeete. Fa'a'ā est la ville plus peuplée de Polynésie française avec une population de 29 851 habitants (recensement 2007).

Depuis 1960, elle est la première vision des cinq archipels pour les voyageurs arrivant à l’aéroport international. À l'écart des installations aéroportuaires, les vallées et flancs de montagnes de Fa'a'ā sont des zones résidentielles recherchées pour leur proximité avec le cœur administratif et économique de ce Pays d'outre-mer français.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Carte des communes de Tahiti : Fa'a'ā

La commune de Fa'a'ā est située au nord-ouest de l'île de Tahiti face à Mo'orea dans les Îles du Vent dans l'archipel de la Société en Polynésie française. Son climat est tropical.

Fa'a'ā est limitrophe des communes de Pape'ete à l'est, Pīra'e au sud-est et Puna'auia au sud. Pīra'e n'est pas directement accessible par la route n'étant limitrophe qu'en montagne. L'Océan Pacifique borde tout le littoral.

Rose des vents Océan Pacifique Pīra'e Rose des vents
N Pape'ete
O    Fa'a'ā    E
S
Puna'auia

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Fa'a'ā est de type tropical maritime humide[1]. Il est divisé en deux grandes saisons :

Relevé météorologique de Fa'a'ā
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température moyenne (°C) 26 26 27 26 26 25 24 24 24 25 26 26 25
Précipitations (mm) 304 236 171 124 107 69 57 49 62 92 148 282 1 699
Source : Weatherbase[2]


Liste des records[modifier | modifier le code]

Vitesse maximale:

Température:

Précipitations:

  • Hauteur annuelle la plus forte : 2 489 mm mesurée en 1965
  • Hauteur annuelle la plus faible : 940 mm mesurée en 1972
  • Hauteur quotidienne la plus forte : 366 mm mesurée le

Source: Météo-France[1].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Deux routes permettent la traversée de Fa'a'ā de Pape'ete à Puna'auia :

  • La route de ceinture (RT1) au niveau de la mer serpente au pied de la montagne. Elle permet l'accès à tous les quartiers de la ville par des voies perpendiculaires côté montagne.
  • La route de dégagement ouest (RDO) inaugurée en 1975[3] est une rocade chevauchant plus haut dans la montagne les routes d'accès aux différents quartiers. Cette 2 fois 2 voies à la vitesse limité à 90 km/h a permis la réduction des bouchons mais uniquement à Fa'a'ā. L'entrée et la sortie de la RDO restent toujours problématiques à ses extrémités aux heures de pointe.

Les travaux pour une troisième route (la route des coteaux) devaient démarrer en 2010, pour une réalisation achevée en 2015[4]. Elle devait traverser la commune haut dans la montagne en reliant Tīpaeru'i (Pape'ete) à Miri (Puna'auia). Sa construction, confrontée à une opposition des propriétaires terriens devant être expropriés, n'aura finalement jamais eu lieu.

Transports en commun[modifier | modifier le code]
Transports aériens[modifier | modifier le code]
Le parking de l'aéroport.

Fa'a'ā accueille l’aéroport international de Tahiti-Fa'a'ā, inauguré en 1961[5]. Avec 1 511 340 passagers accueillis en 2007, c'est le principal point de départ et d'arrivée des voyageurs en Polynésie, aussi bien pour les vols internationaux (Chili, États-Unis d'Amérique, Japon, Nouvelle-Calédonie, Nouvelle-Zélande) que pour les vols intérieurs.

C'est à proximité directe de l'aéroport que se trouve la base aérienne 190 (BA 190). Celle-ci permet à l'armée de prépositionner différents moyens aériens (avions, hélicoptères)[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

De nombreux logements précaires sont situés dans la zone de sécurité aéroportuaire. Les autorités ont prévu des travaux de résorption de cet habitat insalubre qui débuteront en 2009 et s'acheveront en 2011[7].

Grâce notamment à la défiscalisation, il existe côté montagne de nombreux immeubles et lotissements résidentiels de luxe[8],[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Autrefois, le nom tahitien usuel de ce district était Tefana (te fana = l'arc) ou Tetaha (te taha = le côté, le flanc (de montagne)). Fa'a'ā signifierait la « vallée de feu » (fa’a = la vallée, 'ā = allumée, flambante, incandescente).

Faaa est l'orthographe officielle du nom de la commune française[10].

En 2008, l'orthographe usuelle du nom de la commune est Faaʻa, souvent transcrit Faa'a ou Faa’a dans les documents en français[11] quand la véritable consonne polynésienne (nommée ʻeta en tahitien) transcrivant le coup de glotte[12] n’est pas disponible. Pourtant aucune des deux graphies utilisées pour l'enseignement du tahitien ne reconnait cet usage :

Histoire[modifier | modifier le code]

Sites archéologiques[modifier | modifier le code]

Sur les hauteurs de Saint-Hilaire, se trouvent quatre marae : Tefana i Ahurai a tama, Raitua, Tea Pata et Taumata. La pointe Tataa, où se trouve l’hôtel Beachcomber, est un site dit funéraire (« fare tupapau »). À Puurai existe un site de la santé, où l’on pratiquaient la médecine traditionnelle et où officiaient les tahua. Enfin la zone de Pamatai à Tavararo abritait les activités agricoles et de pêche[15].

Fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La construction de l’aéroport international en 1960-61 engendrera un bouleversement géographique et économique majeur. Deux grands hôtels seront construits le Beachcomber et l’Hôtel Tahiti devenu Sheraton puis Hilton.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune de Fa'a'ā est administrée par un conseil municipal de 35 membres, dirigé par le maire Oscar Manutahi Temaru, leader de l’ancien groupe politique UPLD, assisté par 10 adjoints. Le conseil règle par ses délibérations les affaires de la commune et répond aux souhaits de sa population par l'intermédiaire des services de la mairie qui compte cinq directions chapeautées par une direction générale.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Fa'a'ā
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1977 Francis Sanford RI Instituteur
1977 1983 Alfred Helme    
1983 en cours Oscar Temaru UPLD Retraité des douanes françaises

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La principale prison de Polynésie est le centre pénitentiaire de Fa'a'ā Nu'utānia[16]. L'établissement est ouvert depuis 1970 et se situe à environ 5 km de Pape'ete, sur la commune de Fa'a'ā, au fond de la vallée à Nu'utānia. Il est situé dans le ressort de la cour d'appel et du tribunal de grande instance de Papeete.

Cet établissement accueille les personnes incarcérées en provenance des différents archipels de Polynésie française. Il se compose d'un quartier maison d'arrêt et d'un centre de détention. Il est mixte et accueille aussi bien les adultes que les mineurs. Les détenus semi-libres ou bénéficiant d'un placement extérieur sont hébergés dans la partie centre de détention.

Ce centre pénitentiaire avec un taux moyen d’occupation de 250% (348 détenus pour une capacité de 139 places) est depuis 2006 le plus surpeuplé de France et d'Outre-mer[17]. La livraison en deux phases d'une extension de 130 places est prévue en 2010.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 29 719 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1971. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1971 1977 1983 1988 1996 2002 2007 2012
11 442 16 950 21 927 24 048 25 888 28 182 29 851 29 719
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2004[22].)
Histogramme de l'évolution démographique


Faa'a est la commune la plus peuplée de la collectivité, mais elle ne bénéficie pas du statut de chef-lieu. Cette place revient à sa voisine Papeete.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Télévision : Les studios de RFO se trouvent au nord du quartier de Pāmata'i.

Économie[modifier | modifier le code]

En décembre 2014, un complexe commercial s'ouvre à Auae, quartier contigu à Papeete. Il comprend un hypermarché sous enseigne Carrefour, 25 boutiques et une aire de restauration. Il emploie 350 personnes[23].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les sculptures du Fare Collier[24]
  • La cascade de la Fautau’a (Mont Marau)[24]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Climat polynésien », Météo France [lire en ligne]
  2. « Historical Weather for Faaa », Weatherbase,‎ (consulté en )
  3. « L’insoutenable développement urbain de l’île de Tahiti : politique du « tout automobile » et congestion des déplacements urbains », sur Les Cahiers d'Outre-mer,‎ 2005
  4. « Une route des coteaux au-dessus de Fa'a'ā » [lire en ligne]
  5. SETIL Aéroports, Historique
  6. Ministère de la Défense (France), BA 190 - Tahiti Faa'a (Tahiti)
  7. « Résorption de l'Habitat insalubre de Hotuārea, à Fa'a'ā », Présidence de la Polynésie française [lire en ligne]
  8. « Te Fana no 8 », Maire de Fa'a'ā, [lire en ligne]
  9. Pāmata'i Hills [lire en ligne]
  10. Article 104, Loi organique no 2004-192 du 27 février 2004 portant statut d'autonomie de la Polynésie française (1), « La circonscription des îles du Vent comprend les communes de : Arue, Faaa, Hitiaa O Te Ra, Mahina, Moorea-Maiao, Paea, Papara, Papeete, Pirae, Punaauia, Taiarapu-Est, Taiarapu-Ouest et Teva I Uta. » [lire en ligne]
  11. Exemple d’orthographe simplifiée dans la version en ligne (limitée par le jeu de caractères utilisé) des bases de données INSEE : Codes officiels géographiques; seule la version parue dans le Journal officiel fait foi pour l’orthographe exacte.
  12. Pour voir l’orthographe et la graphie exacte, consultez le site officiel de la mairie de Faaʻa
  13. Pour transcrire le tahitien, nous avons choisi le code graphique proposé par le linguiste et écrivain Duro Raapoto, p. IX, En dehors des textes scientifiques, l'usage veut que l'on transcrive les noms propres sans indiquer les longueurs ni les occlusives glottales. Si le nom est composé de plusieurs unités lexicales, celles-ci sont accolées., p. 286, Tahitien Ia ora na de Mirose Paia et Jacques Vernaudon, ISBN 2-84246-079-0
  14. Les voyelles doubles sont séparées par un coup de glotte : Fa'a'ā, extrait du Glossaire du roman L'arbre à pain de Célestine Hitiura Vaite (Auteur), Henri Theureau (Traduction), ISBN 978-2-915654-04-2
  15. Te Fana, no 17, [lire en ligne]
  16. Ministère de la Justice, Faaa
  17. Haut-commissariat de la Polynésie française, Dossier de presse sur l'extension Nuutania
  18. Assemblée nationale, Avis sur le projet de loi de finance 1999 : TOME VIII IV.A.1. L’insertion de la Polynésie française dans son environnement régional : « Par ailleurs, trois communes polynésiennes ont conclu un jumelage avec leurs équivalents étrangers. Il s’agit de […] Faa’a (Île de Tahiti) avec Fujimi/Fuchimachi (Japon) […] »[lire en ligne]
  19. http://www.faaa.pf/ville/partenariats-et-jumelage/jyanging/
  20. http://www.faaa.pf/ville/partenariats-et-jumelage/mc-kay/
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 1996, 2002, 2007, 2012.
  23. JPV, « Pacific Plaza : le centre commercial et le Carrefour Auae ouvrent mardi », Tahiti Infos,‎ (lire en ligne)
  24. a et b Tahiti Heritage