Liste des communes de la Polynésie française

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres listes de communes, voir Listes des communes de France.

Cette page recense les communes de la collectivité d'outre-mer de la Polynésie française. La Polynésie française comprend de très nombreuses îles appartenant à plusieurs archipels mais est administrativement divisée en 48 communes au [1]., dans cinq subdivisions (ou districts) adaptées aussi à la législation coutumière locale.

Les noms des communes de la Polynésie française sont orthographiés conformément aux indications du Code officiel géographique[2],[Note 1].

L’île (inhabitée) de Clipperton (à l’est de l’océan Pacifique Nord, au large du Mexique) ne lui est pas administrativement rattachée, mais est seulement gérée administrativement au nom de l’État français (et non de celui du gouvernement polynésien) par le haut commissaire de la République résidant en Polynésie française. Les collectivités locales de Polynésie française n’ont aucun rôle dans la gestion de cette île non polynésienne très éloignée.

Par subdivision[modifier | modifier le code]

Communes et subdivisions administratives de la Polynésie française.

Le découpage en communes résulte notamment de la loi no 71-1028 du 24 décembre 1971 (JO du 25 décembre 1971) et du décret no 72-407 du 17 mai 1972 (JO des 20 mai 1972 et 9 juillet 1972).

Le découpage en cinq subdivisions (communément appelés archipels), dont la liste suit, résulte du décret no 72-408 du 17 mai 1972 (JO du 20 mai 1972) :

Liste des communes[modifier | modifier le code]

Les mêmes communes (la Polynésie française comptait 259 596 habitants au total en 2007, pour une densité de population moyenne de 74 hab./km2). La population moyenne des communes est 5 408 habitants, tandis que la population médiane est 2 173 habitants, très largement supérieures à la population moyenne et médiane des communes françaises (1 542 et 380 habitants respectivement)[3].


Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Modifier
Anaa 98711 55,95 811 (2017) 14 modifier les données
Arue 98712 16,00 10 243 (2017) 640 modifier les données
Arutua 98713 45,00 1 664 (2017) 37 modifier les données
Bora-Bora 98714 49,00 10 549 (2017) 215 modifier les données
Faaa 98715 34,00 29 506 (2017) 868 modifier les données
Fakarava 98716 2 682,00 1 637 (2017) 0,61 modifier les données
Fangatau 98717 14,25 296 (2017) 21 modifier les données
Fatu-Hiva 98718 84,00 612 (2017) 7,3 modifier les données
Gambier 98719 46,00 1 535 (2017) 33 modifier les données
Hao 98720 65,00 1 258 (2017) 19 modifier les données
Hikueru 98721 15,00 275 (2017) 18 modifier les données
Hitiaa O Te Ra 98722 218,00 10 033 (2017) 46 modifier les données
Hiva-Oa 98723 316,00 2 243 (2017) 7,1 modifier les données
Huahine 98724 74,00 6 075 (2017) 82 modifier les données
Mahina 98725 51,60 14 763 (2017) 286 modifier les données
Makemo 98726 100,00 1 508 (2017) 15 modifier les données
Manihi 98727 25,00 1 141 (2017) 46 modifier les données
Maupiti 98728 14,00 1 286 (2017) 92 modifier les données
Moorea-Maiao 98729 134,00 17 816 (2017) 133 modifier les données
Napuka 98730 12,00 284 (2017) 24 modifier les données
Nuku-Hiva 98731 387,80 2 951 (2017) 7,6 modifier les données
Nukutavake 98732 13,50 295 (2017) 22 modifier les données
Paea 98733 65,00 13 021 (2017) 200 modifier les données
Papara 98734 93,00 11 680 (2017) 126 modifier les données
Papeete 98735 17,40 26 926 (2017) 1 547 modifier les donnéesmodifier les données
Pirae 98736 35,00 14 209 (2017) 406 modifier les données
Pukapuka 98737 5,00 163 (2017) 33 modifier les données
Punaauia 98738 76,00 28 103 (2017) 370 modifier les données
Raivavae 98739 16,00 903 (2017) 56 modifier les données
Rangiroa 98740 139,00 3 657 (2017) 26 modifier les données
Rapa 98741 40,61 507 (2017) 12 modifier les données
Reao 98742 18,00 587 (2017) 33 modifier les données
Rimatara 98743 9,13 872 (2017) 96 modifier les données
Rurutu 98744 29,00 2 466 (2017) 85 modifier les données
Taha'a 98745 88,00 5 234 (2017) 59 modifier les données
Tahuata 98746 69,00 653 (2017) 9,5 modifier les données
Taiarapu-Est 98747 15,00 12 701 (2017) 847 modifier les données
Taiarapu-Ouest 98748 104,00 8 078 (2017) 78 modifier les données
Takaroa 98749 35,00 1 175 (2017) 34 modifier les données
Taputapuatea 98750 88,00 4 792 (2017) 54 modifier les données
Tatakoto 98751 7,90 259 (2017) 33 modifier les données
Teva I Uta 98752 120,00 10 254 (2017) 85 modifier les données
Tubuai 98753 45,00 2 217 (2017) 49 modifier les données
Tumaraa 98754 71,00 3 721 (2017) 52 modifier les données
Tureia 98755 38,00 336 (2017) 8,8 modifier les données
Ua-Huka 98756 83,40 674 (2017) 8,1 modifier les données
Ua-Pou 98757 105,00 2 213 (2017) 21 modifier les données
Uturoa 98758 16,00 3 736 (2017) 234 modifier les données

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les noms de communes et localités peuvent contenir souvent une consonne glottale supplémentaire, notée par l’apostrophe (normalement inversée pour la distinguer de l'apostrophe d’élision française, aussi remplacée plus rarement par un accent grave sur la voyelle suivante) en tahitien ou dans les autres langues polynésiennes ou mélanésiennes ; cette apostrophe est encore absente de l’ancienne toponymie officielle française, bien que le tahitien ait un statut officiel reconnu localement (en plus du français) dans la législation coutumière de la collectivité. Les sites officiels des communes correspondantes affichent ces apostrophes. Leur graphie peut donc varier d’une source officielle à l’autre (et en fonction de la date de leur publication), mais il est préférable de les conserver ou de les rétablir là où elles ont été trop souvent omises (les sources les plus récentes n’omettent plus ces apostrophes glottales, même s’il est courant d’utiliser les mêmes apostrophes qu’en français). En revanche, la notation des voyelles longues (normalement avec un macron en chef) est pratiquement toujours omise des toponymes polynésiens.

Références[modifier | modifier le code]