ESCP Business School

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ESCP Europe)
ESCP Business School
Logo de ESCP Business School.
Histoire
Fondation
1er décembre 1819
Statut
Type
Forme juridique
Société anonyme à capitaux publics
Fondateur
Président
Philippe Houzé
Directeur
Léon Laulusa
Devise
It all starts here
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
8000
Enseignants
950
Enseignants-chercheurs
160
Budget
159 millions d'euros
Localisation
Pays
Ville
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris

L'École supérieure de commerce de Paris (ESCP) est une grande école de commerce française et un établissement d'enseignement supérieur consulaire de droit privé à capitaux publics[1] situé dans le 11e arrondissement de Paris. L'école, fondée en 1819, est considérée comme la doyenne mondiale des écoles de commerce et de gestion[2]. Elle est implantée à Paris, Londres, Berlin, Madrid, Turin et Varsovie.

L'établissement dispense un enseignement dans le domaine des sciences économiques, sociales et de management. Des enseignements de droit, de finance, de gestion des ressources humaines, de communication, de marketing, de management culturel et de création d’entreprise sont également proposés. Le groupe ESCP propose ainsi un grade de master à travers son cursus « Grande École » post-préparatoire, un bachelor in business administration (BBA), des mastères spécialisés ainsi qu'un diplôme de master of Business Administration (MBA).

Reconnue pour son excellence, l'ESCP est régulièrement citée comme l'une des meilleures écoles de commerce en France et dans le monde pour ses diplômes d'établissements de Master en management et de MBA, dans des revues grand public comme le Financial Times[3], Le Figaro étudiant, L’Étudiant ou Top Universities[4],[5],[6]. En France, elle côtoie généralement dans les classements HEC, l'ESSEC, l'EDHEC et l'EM Lyon, l'ESCP y étant placée de la 2e à la 3e place selon les publications[7],[8],[9]

Histoire[modifier | modifier le code]

ESCP Business School.
Hôtel de Sully.
Fronton de l'ESCP Berlin, Heubnerweg 8-10.

École supérieure de commerce de Paris[modifier | modifier le code]

Fondée sous le nom d'École Spéciale de Commerce et d'Industrie en 1819 par deux anciens soldats de Napoléon, Germain Legret et Amédée Brodart, elle est la plus ancienne des écoles de commerce au monde[10]. Les deux fondateurs s'inspirent du projet de Vital Roux qui était de créer une école où la pédagogie serait construite sur la base d’opérations de commerce simulées, selon une progression dans la complexité des affaires enseignées[11]. L'un des fondateurs de l'école, Germain Legret, avait d'ailleurs ouvert deux autres écoles de commerce à Paris, la première en 1815 et la seconde en 1818. Ces deux écoles avaient cependant fermé leurs portes rapidement[12]. De fait, le programme pédagogique de l'ESCP comprenait à ses débuts un enseignement général en écriture, en langues étrangères, arithmétique et géographie, ainsi que des enseignements de spécialités propres à cette école : tenue des livres, comptabilité, règles et usages du commerce. En outre, des exercices et travaux pratiques étaient proposés aux élèves. Il s’agissait, selon la pédagogie imaginée par Vital Roux, de les confronter à des situations concrètes. De cette façon — après leur avoir inculqué les techniques et éléments rudimentaires du monde des affaires — les élèves étaient mis en situation de gérer une maison de commerce ayant plusieurs boutiques et des produits multiples. Ils devaient ensuite faire de même en changeant d'échelle ; cette fois-ci dans un cadre international. Ces exercices préfiguraient la pédagogie basée sur l'étude de cas, aujourd'hui utilisée dans la plupart des écoles de commerce à travers le monde.

Elle a immédiatement réussi à attirer des étudiants internationaux[13]. À titre d'exemple, la promotion de 1824 comprenait 118 élèves, dont 36 étrangers : 7 Espagnols, 2 Havanais, 5 Brésiliens, 5 Hollandais, 4 Allemands, 2 Grecs, 2 Portugais, 2 Américains, 2 Chiliens, 1 Savoyard, 1 Italien, 1 Suédois, 1 Russe et 1 Haïtien[14]. Toutefois, elle n'était pas la seule école de commerce ouverte aux profils internationaux : d'autres écoles de commerce ainsi que certaines écoles polytechniques formant des étudiants au commerce accueillaient aussi des étrangers dès le début du dix-neuvième siècle en Europe[15],[16].

L'institution s'attachait à diffuser, dans la France de l'époque, les principes de l'économie politique et de la liberté commerciale.

Elle est la première des grandes écoles de commerce « nées de la révolution industrielle et de la volonté de la bourgeoisie marchande et banquière d'instaurer une formation aux affaires »[17]. On retrouve aussi dans les textes fondateurs de l'ESCP une ambition patriotique. Elle se devait, tout comme les autres écoles de commerce créées par la suite en France, d’être un instrument de développement économique du pays contre ses adversaires, d’abord l’Angleterre puis l’Allemagne.

Adolphe Blanqui, de l'Institut, devient le directeur de l'établissement de 1830 à 1854[18]. Disciple de Jean-Baptiste Say, il accéléra, sur ses fonds propres, le développement de l'école, qui dut déménager deux fois en deux ans pour faire face à l'augmentation du nombre d'élèves venant grossir ses rangs [10]. Sous sa direction, l'ESCP se développe. Après le décès de Blanqui, c'est Gervais de Caen, son adjoint qui lui succède à la tête de l'établissement jusqu'à sa mort brutale en 1868. Jeanne Blanqui en hérite, mais elle n'a alors que 17 ans. Elle n'a d'autre choix que de la céder à la Chambre de Commerce. Dans le même temps, les élèves de l'École se sont vu retirer le droit de sortir en uniforme par le Ministère à la suite de la participation de certains d'entre eux à des échauffourées lors d'une sortie à Vincennes[19].

Jusqu’en 1871, l’enseignement était organisé en « comptoirs »[20] (années) — les spécialisations sont nées ensuite. La section de Navigation Maritime est apparue en 1908, la section coloniale en 1913 et la section hôtelière en 1916[21].

L'École spéciale de commerce et d'industrie de Paris s’est d’abord établie dans les locaux de la banque Laffitte, rue de Grenelle-Saint-Honoré avant de s’installer à l’hôtel de Sully, puis sous son nom École Supérieure de Commerce, elle s'implante au 47 rue des Tournelles de 1830 à 1832, au 59 boulevard Beaumarchais de 1832 à 1838 et enfin au 102 rue Amelot[22]. Finalement, le , l'école s'installa dans ses nouveaux locaux du 79 avenue de la République, à Paris — adresse qu'elle occupe toujours aujourd'hui. Ce site abrite donc des bâtiments fin XIXe siècle, ainsi qu'un immeuble plus récent, édifié en 1970, par l'architecte d'origine suisse Léonard Morandi.

C'est à cette époque que l’École Supérieure de Commerce de Paris commença à former des entrepreneurs, d’abord avec quelques cours spécialisés avant d’ouvrir des mastères spécialisés en entrepreneuriat dans les années 1990[23]. L'école construisit même une identité organisationnelle entrepreneuriale à partir des années 1990, identité toujours active dans les années 2020[24].

École européenne des affaires[modifier | modifier le code]

En 1973, la CCIP lance l’École européenne des affaires (EAP - European School of Management Studies) et inaugure le concept d'école multi-campus. Elle était établie à l'origine dans trois grandes villes : (Paris, Oxford et Düsseldorf) et a été la première grande école a délivrer deux diplômes européens : le diplôme français de « Grande école » et, ayant aussi statut d'université en Allemagne, le Diplom Kaufmann/frau.

En 1985, à la demande du gouvernement de Berlin, le campus allemand est déplacé de Düsseldorf à Berlin et en 1987, le campus de Madrid est inauguré. En 2005, le campus britannique d'Oxford est déplacé à Londres.

ESCP Business School[modifier | modifier le code]

En 1999, ESCP et l’EAP fusionnent pour donner naissance à ESCP-EAP European School of Management, à l’initiative de la Chambre de commerce et d'industrie de Paris (CCIP), à laquelle elles appartiennent toutes les deux, qui deviendra ESCP Europe le . Il s'agissait alors, selon les promoteurs de cette fusion, de permettre l'alliance de la qualité académique et des moyens de ESCP Business School au modèle pédagogique européen, original, de l'EAP. En outre, le regroupement des deux écoles devait permettre la constitution d'un établissement d’enseignement disposant d'une taille critique sur le marché international des formations supérieures au management.

Le , ESCP Europe prend le statut d'Établissement d'enseignement supérieur consulaire[25], à but non lucratif, ce qui lui confère une personnalité morale de droit privé, juridiquement autonome de la Chambre de Commerce et d’Industrie Régionale de Paris Île-de-France.[26]

Statut et organisation[modifier | modifier le code]

Le financement de l’ESCP Business School est assuré par les frais de scolarité facturés aux étudiants des différents programmes, la formation continue, les contrats de recherche et, depuis le lancement de la Fondation ESCP en 2006, les dons des anciens élèves.

ESCP est depuis 2018 un Établissement d'enseignement supérieur consulaire, dont le principal actionnaire est la CCIR Paris Île-de-France et les deux actionnaires minoritaires l'Association des Anciens ESCP et la Fondation ESCP. La diminution des subventions publiques via la CCIR a amené ESCP à se développer fortement entre 2015 et 2020[27].

Programmes[modifier | modifier le code]

Campus de Paris.
Campus de Berlin.
Campus de Londres.
Campus de Turin.

Bachelor Le programme Bachelor in Management (BSc) se positionne comme un programme en « 3 ans - 3 pays », visé à la fois en France par le Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation et en Allemagne par le Sénat de Berlin.

Le programme a été classé 1er des Bachelors en 3 ans d'écoles de commerce par Le Parisien en 2020[28].

En 2019, la composition de la promotion est de 71 % de non français, avec 80 différentes nationalités représentées.

Après la création du « Tsinghua Track » en 2018, il est possible, pour les étudiants du BSc d’effectuer leur troisième année en Chine, grâce à la signature d’un accord avec l’université Tongji de Shanghai.

Master in Management[modifier | modifier le code]

Le MIM fondé en 1819 est le programme historique de ESCP Business School, les candidats, admis sur concours après une classe préparatoire ou sur dossier après un diplôme universitaire, représentent 70 nationalités. Ce programme est classé deuxième en France par le Financial Times et quatrième dans le monde[29]. Le parcours académique se déroule sur deux à quatre ans, en fonction du niveau d'admission (Bac+2 ou Bac+3) et de la durée des stages en entreprises.

Ce programme permet d'obtenir le diplôme « Grande École » d'ESCP Business School, le grade de master est alors conféré de droit à ses titulaires, ainsi qu'un ou deux des diplômes suivants, pour les étudiants, en fonction de leur parcours sur les différents campus :

  • European Master of Science in Management grade universitaire post-graduate conféré par The City University, London ;
  • Diplom-Kaufmann/-Kauffrau un diplôme d’État visé en Allemagne ;
  • Laurea Magistrale in Economia reconnu au niveau Bac+5 en Italie ;
  • Espagne Master Europeo en Administración y Dirección de Empresas conféré par l'Universidad Carlos III de Madrid.

Le MBA in International Management[modifier | modifier le code]

Le MBA in International Management est une formation généraliste internationale à la gestion et aux affaires, dans un contexte européen. Ce programme est structuré comme un MBA. Une courte expérience professionnelle d'environ 2 ans est recommandée. Les 230 à 250 étudiants admis sur concours peuvent ensuite choisir d’étudier dans deux des cinq campus de ESCP Business School ou sur un campus partenaire. Le programme dure 12 mois (6 mois dans chacun des 2 pays choisis), les accords avec les campus partenaires permettent, sous certaines conditions, d'obtenir aussi le M.B.A (double-diplôme) de l'institution partenaire. Le diplôme du programme européen d'enseignement supérieur en management est visé par le Ministère de l'Éducation nationale et le grade de master est conféré à ses titulaires. Le MBA in International Management prépare à des carrières en management général, en conseil, en finance et en marketing notamment. Il a reçu le « EFMD Accredited Programme[30] » en 2019 pour cinq ans.

Executive MBA[modifier | modifier le code]

L’Executive MBA a une durée de 18, 22 ou 30 mois. Ce programme se compose de 9 cours fondamentaux, 10 cours électifs (parmi plus de 50 proposés et dispensés sur les cinq campus de l’École) et 5 séminaires internationaux. L'originalité principale du programme consiste dans le fait que les participants suivent les 9 cours fondamentaux sur un seul campus, puis ils se déplacent d'un campus à l'autre en fonction des électifs qu'ils choisissent. Les 5 séminaires sont communs à l'ensemble de la promotion. Environ 120 managers se destinant à des postes de dirigeants sont sélectionnées chaque année dans ce programme classé 4e mondial en progression de carrière par le Financial Times en 2019. En 2020, il est classé 7e mondial par ce même journal. Il a reçu le « EFMD Accredited Programme[30] » en 2019 pour cinq ans.

Mastères spécialisés et MSc[modifier | modifier le code]

ESCP Business School propose 12 Mastères Spécialisés (MS), 8 MSc labellisés par la Conférence des grandes écoles (CGE) et 4 Masters of Science délivrant le grade de Master allemand sont tous dédiés à un domaine ou à un secteur d’activité particulier.

Ces programmes sont principalement accessibles aux étudiants ayant déjà acquis un master ou ayant un bachelor avec au minimum 3 ans d’expérience professionnelle.

En 2017, l'école lance l'Executive Master in International Business (EMIB), le premier diplôme 100 % en ligne de l'école[31].

En 2020, son Master in Finance est classé deuxième meilleur au monde par le Financial Times[32].

Le , la CEFDG (Commission d'évaluation des formations et diplômes de gestion) a émis un avis favorable qui permet à ESCP de délivrer à ses 19 programmes MS et MSc le diplôme d'Études Avancées en Management International des Entreprises (DEAMIE - Bac+5, niveau 7), visé et conférant le grade de Master pour une durée de 5 ans à compter de la rentrée académique de septembre 2021[33].

Formation continue[modifier | modifier le code]

ESCP Business School propose des programmes en formation continue sur les clés du management conçus pour les professionnels et les entreprises. Pour les particuliers, il existe un panel de formations.

Par ailleurs, ESCP Business School a mis en place une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE). La VAE est accessible aux candidats salariés, non salariés ou bénévoles, ayant exercé une activité professionnelle d’au moins 5 ans en tant que cadre-dirigeant ou dirigeant.

Depuis juillet 2021, ESCP a créé en partenariat avec l'Armée de Terre un diplôme de "professional doctorate Tactique et commandement opérationnel » à destination des officiers de l’armée de Terre[34].

Programmes doctoraux[modifier | modifier le code]

L'ESCP dispose d'une école et est habilité à délivrer des doctorats.

Classements[modifier | modifier le code]

L'ESCP est généralement classée dans les toutes premières écoles de commerce de France (top 3) et d'Europe[35],[36],[37],[38]. Avec un salaire annuel brut hors primes en France de 55 480€ en moyenne en 2023, il s'agit de l'école de commerce française la plus rémunératrice, devant l'EDHEC Business School (53 700€) et HEC Paris (52 863€)[39].

Organisation[modifier | modifier le code]

Anciens directeurs[modifier | modifier le code]


Budget[modifier | modifier le code]

Pour l'année 2020, le budget de ESCP Business School s'élevait à 120 millions d'euros.

Un système de bourses et d'exemption partielle des frais de scolarité permet qu'aucun élève des différents programmes ne puisse accéder à l'école pour des questions financières et à compter de la rentrée 2021, la scolarité des boursiers (échelons 4 à 7) sera entièrement prise en charge par l’école[40].

Campus[modifier | modifier le code]

ESCP Berlin
ESCP Berlin

ESCP Business School est un établissement qui dispose de plusieurs campus, fruit de sa fusion avec l'EAP en 1999 [41]

Tous les étudiants circulent entre les différents campus et reçoivent tous le diplôme de la même institution, reconnu par les instances nationales des différents pays d'Europe où l'école est établie.

Frais de scolarité[modifier | modifier le code]

Avec le désengagement financier des Chambres de commerce[44], les frais de scolarité ont crû, comme dans les autres écoles de commerce. Ceux-ci varient en 2023 selon les formations entre 19 000 et 26 000 euros[45].

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Nombre d'étudiants à l'année (tous diplômes confondus) : 7 100, répartis entre les six campus de l'ESCP Business School. Particularité de cet établissement multiculturel : moins de la moitié des étudiants sont français. Les autres viennent du reste de l'Europe, mais également d'Asie, d'Afrique, du Moyen-Orient ou d'Amérique[source secondaire souhaitée].

Sont notamment passés par les salles de classe de ESCP Business School :

Politiques[modifier | modifier le code]

Dirigeants d'entreprise[modifier | modifier le code]

Personnalités des médias, de l'édition et de la culture[modifier | modifier le code]

Créateurs d'entreprise[modifier | modifier le code]


Enseignants et chercheurs[modifier | modifier le code]

Dirigeants associatifs[modifier | modifier le code]

Sportifs[modifier | modifier le code]

Partenariats en France[modifier | modifier le code]

Sorbonne Alliance[modifier | modifier le code]

En 2020, ESCP rejoint Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris 3 Université Sorbonne-Nouvelle pour fonder Sorbonne Alliance[source secondaire souhaitée] et constituer une structure de recherche sur les sciences humaines, de formation et de services aux étudiants à échelles nationale et européenne.

Accords avec des universités[modifier | modifier le code]

Les étudiants ont la possibilité de poursuivre, en parallèle de leurs études à ESCP Business School, des formations dans les universités suivantes[50] :

Accords avec des écoles d'ingénieurs[modifier | modifier le code]

Les étudiants de ESCP Business School, peuvent obtenir un double diplôme avec plusieurs écoles d'ingénieurs :

En Italie, ESCP Business School s'est associée à l'École polytechnico de Turin pour monter un programme commun de master en sciences de l'ingénieur. D'une durée de trois ans, ce programme est destiné à des étudiants déjà titulaires d’un diplôme d’ingénieur de premier degré. Au terme du cursus, les étudiants obtiennent une Laurea magistrale in Ingegneria Gestionale du Politecnico di Torino et le diplôme Grande École de ESCP Business School.

Accords avec d'autres types d'écoles[modifier | modifier le code]

  • Les étudiants du cursus Master in Management de ESCP Business School peuvent aussi obtenir un double diplôme des écoles suivantes : Institut Français de la Mode (fashion management) et Ferrandi Paris (Hotel management) ;
  • Par ailleurs, les étudiants peuvent postuler au programme Prep'ENA Sorbonne.

Autres partenariats[modifier | modifier le code]

Partenariats internationaux[modifier | modifier le code]

Partenaires des pôles européens[modifier | modifier le code]

Ces établissements covalident les parcours des étudiants de l'ESCP Business School sur les divers pôles européens du groupe. En conséquence, les titres universitaires obtenus par les étudiants sont reconnus par les instances universitaires nationales au Royaume-Uni, en Italie et en Espagne. En Allemagne, l'ESCP Business School à Berlin a un statut de Grande École scientifique et relève directement du système d’enseignement supérieur allemand financé par le Gouvernement régional de Berlin. Elle peut à ce titre délivrer seule un diplôme reconnu dans par le système universitaire allemand, tout comme l'ESCP Business School Paris en France.

Ce système de covalidation est unique en Europe et permet aux étudiants du programme Grande École de sortir de l'ESCP Business School avec trois diplômes de trois pays européens différents en poche. Et ce, tout en restant au sein de la même institution en suivant un parcours pédagogique cohérent et évolutif d'une durée de trois ans.

Campus associé[modifier | modifier le code]

L'École supérieure des affaires (ESA) de Beyrouth (Liban), fondée en 1996, compte parmi les écoles de commerce les plus en vue au Proche-Orient. Son existence résulte d'un accord de coopération entre la France et le Liban. Son pilotage a été confié à la CCIR Paris Ile de France qui la gère en tant que pôle associé de l'ESCP Business School, en liaison avec le ministère des Affaires étrangères français et la Banque centrale du Liban. Les élèves de l'ESA obtiennent pour chaque programme proposé un diplôme d'établissement ainsi qu'un diplôme de l'ESCP Business School ou d'une autre université ou grande école partenaire.

Cette école dispose également d'une antenne au Bahreïn.

Accords d'échange[modifier | modifier le code]

Accords dans le cadre du programme Grande École : Dans le cadre de ce programme de formation, 38 accords d'échange avec des universités partenaires ont été signés, sur tous les continents.

Accords de coopération pédagogique[modifier | modifier le code]

  • École supérieure algérienne des affaires (ESAA) ;
  • Institut marocain de management (IMM) ;
  • Centre franco-vietnamien de formation à la gestion (CFVG) de Hanoï.

Personnalités liées à l'ESCP[modifier | modifier le code]

Professeurs-chercheurs[modifier | modifier le code]

Le corps professoral est réparti sur les cinq campus et compte 178 enseignants attitrés (hors intervenants), dont 163 professeurs permanents, parmi lesquels Jean-Marc Daniel, Ghislain Deslandes, Frédéric Fréry, Isaac Getz, Andreas Kaplan, Didier Marteau, Daniel Rouach et plusieurs professeurs affiliés, parmi lesquels Jean-Pierre Raffarin, Christian de Boissieu, Joachim Bitterlich… Ils enseignent le management interculturel, la comptabilité, le droit, l'économie, l'entrepreneuriat, la finance, les langues, le marketing, la psychologie, les méthodes quantitatives, les sciences politiques, la stratégie, etc.

Étudiants[modifier | modifier le code]

Recherche[modifier | modifier le code]

Centres de recherche[modifier | modifier le code]

  • Centre d'étude des transferts de technologies et des processus d'innovation ;
  • Centre d’étude et de recherche Amérique Latine-Europe ;
  • Centre de recherche en distribution et commerce électronique ;
  • Centre de Recherche en Management et Histoire Financière ;
  • Centre de recherche en philosophie économique ;
  • Centre de recherche en management public ;
  • Centre de Recherches sur l’Individu et la Société Hypermodernes (CRISHYP) ;
  • Centre d'Études et de Recherches Sociologiques (CERS) ;
  • RFID European Lab.

Chaires de recherche[modifier | modifier le code]

à Paris :

  • Finance de marché - stratégie d'investissement et d'arbitrage (avec OTCex Group) ;
  • Stratégie des risques et Performance (en partenariat avec KPMG) ;
  • Entrepreneuriat (en partenariat avec Ernst & Young) ;
  • Santé (en partenariat avec Johnson & Johnson) ;
  • Contrôle interne et maîtrise des activités (en partenariat avec IFACI) ;
  • Marketing et Communication ;
  • Dirigeance d'entreprise ;
  • Transformation et innovation financière avec BNP Paribas CIB, créée en 2013.

à Berlin :

  • Finance ;
  • Management international et stratégique ;
  • Marketing international ;
  • Marketing ;
  • Organisation & recherche empirique ;
  • Management des ressources humaines & leadership interculturel ;
  • Économie ;
  • Systèmes d'information ;
  • Institut pour la gestion de l'environnement.

Publications[modifier | modifier le code]

Le European Management Journal[52][source insuffisante] est une publication professionnelle. Édité en langue anglaise par ESCP Business School et l'université de Glasgow aux éditions Elsevier, ce bimensuel s'adresse à des chercheurs, des doctorants et des professionnels. Il vise à diffuser les derniers articles de recherche en management dans un contexte européen.

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

La bibliothèque des deux campus parisiens de ESCP Business School a une collection constituée d'un peu plus de 40 000 ouvrages (en sciences de gestion, droit, sociologie, etc.) et de 750 périodiques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mentions légales », sur ESCP Business School (consulté le ).
  2. (en) « Business Schools Post-Covid-19: A Blueprint for Survival, Andreas Kaplan », sur Taylor&Francis (consulté le ).
  3. (en) « Masters in Management 2022 - Business school rankings from the Financial Times », sur rankings.ft.com (consulté le ).
  4. « Classement 2023 des écoles de commerce », sur Le Figaro Etudiant (consulté le ).
  5. (en) « QS Business Master's Rankings 2023: Management », sur Top Universities (consulté le ).
  6. « Classement 2022 des grandes écoles de commerce », sur L'Étudiant (consulté le ).
  7. « Le classement des écoles de commerce par la rédaction de Challenges », sur Challenges (consulté le ).
  8. « European Business School Rankings 2022 - Business school rankings from the Financial Times », sur rankings.ft.com (consulté le )>
  9. « Classement 2023 des grandes écoles de commerce », sur L'Étudiant (consulté le ).
  10. a et b (en) « Adrien Jean-Guy Passant: Between filial piety and managerial opportunism: The strategic use of the history of a family business after the buyout by non-family purchasers, Entreprises et Histoire, Volume 91, Issue 2, pp.62-81, 2018 ».
  11. Exposé de Jean-Pierre Nioche, Professeur, in « Pratique et théorie dans l’enseignement de la gestion ». Intervention à l’école de Paris du management, le 20 mai 1997.
  12. Adrien Jean-Guy Passant, À l’origine des écoles de commerce : ESCP Business School, la passion d’entreprendre, L'Harmattan éditions, (ISBN 978-2-343-18659-7).
  13. Adrien Jean-Guy Passant, À l’origine des écoles de commerce : ESCP Business School, la passion d’entreprendre, Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-343-18659-7), p. 79 et 80.
  14. A. Renouard, Histoire de l'École supérieure de commerce de Paris, Raymond Castell éditions, 1999.
  15. (en) « Adrien Jean-Guy Passant: The early emergence of European commercial education in the nineteenth century: Insights from higher engineering schools, Business History, Volume 61, Issue 6, pp.1051-1082, 2019 »
  16. (en) « Adrien Jean-Guy Passant: Issues in European business education in the mid-nineteenth century: A comparative perspective, Business History, Volume 58, Issue 7, pp.1118-1145, 2016 »
  17. Patrice De Fournas, « Quelle identité pour les grandes écoles de commerce fraņçaises ? », Gestion et management. École Polytechnique X,‎ .
  18. Ghislain Deslandes (2019), "European Management Teaching and Research: Reflections on the Life and Work of A. Blanqui", European Management Journal, https://doi.org/10.1016/j.emj.2019.10.005.
  19. Adrien de Tricornot, « L’ESCP Europe, l’entreprise faite école », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244).
  20. Marianne Blanchard, Les Écoles supérieures de commerce : Sociohistoire d'une entreprise éducative en France, Classique Garnier, .
  21. Adrien Jean-Guy Passant, À l’origine des écoles de commerce : ESCP Business School, la passion d’entreprendre, L'Harmattan éditions, (ISBN 978-2-343-18659-7).
  22. Le génie civil no 661, .
  23. « Adrien Jean-Guy Passant: Making European managers in business schools: A longitudinal case study on evolution, processes, and actors from the late 1960s onward, Enterprise & Society, Volume 23, Issue 2, pp. 478-511, 2022 »
  24. « Adrien Jean-Guy Passant: The organizational identity of business schools: Toward an entrepreneurial redefinition? A longitudinal case study of a European business school, Revue de l’Entrepreneuriat, Volume 21, Issue 1, pp. 22-64, 2022 »
  25. Le statut d'Établissement d'enseignement supérieur consulaire (EESC) a été introduit par la « loi Mandon », Article 43 - LOI n° 2014-1545 du 20 décembre 2014.
  26. « L’établissement d’enseignement supérieur consulaire ESCP Europe installe sa nouvelle gouvernance | CCI Paris Île-de-France », sur cci-paris-idf.fr (consulté le ).
  27. « Autonomie et renouveau académique pour ESCP Europe », sur Monde des grandes écoles et universités, (consulté le ).
  28. Classement 2020.
  29. « Masters in Management 2023 - Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le )
  30. a et b EFMD Accredited Programme
  31. « ESCP Europe : son Executive Master in Business 100% online ! », sur MCE TV, (consulté le ).
  32. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le )
  33. « L'ESCP obtient le grade de master pour 19 programmes MS et MSc », sur Studyrama Grandes Ecoles, (consulté le )
  34. « L'ESCP crée le premier doctorat professionnel à destination des officiers de l’armée de Terre », sur Planete Grandes Ecoles - PGE, (consulté le ).
  35. Gheorge Cerescu, « Classement 2021 des grandes écoles de commerce », sur L'Étudiant,
  36. Louise Cuneo, Claire Lefebvre, « Notre palmarès 2022 des grandes écoles de management est sorti ! », sur Le Point, (consulté le )
  37. « Classement 2021 Écoles de commerce », sur Figaro Étudiant
  38. Agnès Millet, « Classement du Financial Times : les écoles de commerce françaises confortent leur position en 2021 », sur L'Étudiant,
  39. Marion Perroud, « Le classement 2023 des écoles de commerce post-prépa », sur Challenges, (consulté le )
  40. le figaro, « Frank Bournois (ESCP): «Nous voulons 20% d’étudiants boursiers par promotion» », sur Le Figaro Etudiant (consulté le )
  41. JEAN-CLAUDE LEWANDOWSKI, « L'ESCP-EAP, expressément « transeuropéenne » », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  42. (it) « Il Miur “promuove” la Business School Escp a università straniera in Italia », sur Il quotidiano della Formazione, dell'Università e della Ricerca (consulté le ).
  43. Max Arengi, « Après l'Europe, ESCP s'attaque à Dubaï », sur Business Cool, (consulté le )
  44. « HEC Paris, Essec, ESCP : la hausse des frais de scolarité fait peser « un risque d'exclusion sociale » », sur Les Échos, (consulté le ).
  45. La Rédaction, « Les frais de scolarité à ESCP en 2023 », sur Business Cool, (consulté le )
  46. Alexandre Métivier, « BnbLord, la conciergerie du futur », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  47. « Givenchy annonce son nouveau CEO », sur HYPEBEAST, (consulté le )
  48. Julia Garel, « Givenchy nomme Renaud de Lesquen en tant que nouveau PDG », sur fashionunited.fr, (consulté le )
  49. « Une nouvelle dynamique pour Ascoma - Actualité », sur Les Échos de l'Éco (consulté le )
  50. Liste des doubles diplômes.
  51. http://www.onisep.fr/Toute-l-actualite-nationale/Etudes-apres-le-bac/Convention-ESCP-Europe-ENA-quels-changements-pour-les-etudiants
  52. Sur elsevier.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]