Force d'intervention de la Police nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FIP.

FIPN
Force d’intervention de la Police nationale
Image illustrative de l’article Force d'intervention de la Police nationale
Écusson de la FIPN

Création Depuis le 1er décembre 2009
Pays Drapeau de la France France
Branche Police Nationale
Rôle Contre-terrorisme
Prise d'otages
Effectif 500
Composée de RAID
BAC de la préfecture de police de Paris
Garnison Bièvres
Lille
Strasbourg
Lyon
Marseille
Nice
Bordeaux
Rennes
Paris
Pointe-à-Pitre
Nouméa
Saint-Denis de La Réunion
Commandant Jean-Baptiste Dulion

La force d’intervention de la Police nationale (FIPN) est une structure de la Police nationale française visant à coordonner les différentes unités d'intervention de la Police nationale et regroupant le RAID et la Brigade anticommando (BAC) de la Préfecture de Police de Paris.

En pratique, la FIPN joue un rôle d'information et de préparation des personnels des unités qui la composent. Si elle est activée opérationnellement, ces unités passent sous le commandement du chef du RAID.

Présentation[modifier | modifier le code]

Créée officiellement en janvier 2011, la force d’intervention de la Police nationale coordonne, sous l'autorité du chef du RAID, les groupes d’interventions suivants :

Sa mission est de préparer les unités la composant et, si elle est activée, de les déployer opérationnellement sous le commandement du chef du RAID.

Commandement[modifier | modifier le code]

Opérations[modifier | modifier le code]

La première opération d'ampleur de la FIPN s'est déroulée le 9 janvier 2015 contre le preneur d’otages de la Porte de Vincennes, Amedy Coulibaly[6].

Écusson de la FIPN sur l'épaule d'un agent du RAID (2015).

Ses unités (RAID et BRI-BAC) sont également intervenues ensemble - sans que la FIPN soit officiellement activée - lors des attentats du 13 novembre 2015 en France et notamment lors des assauts du Bataclan (dirigé par la BRI) et de Saint-Denis (dirigé par le RAID). Dans les deux cas, selon le vocabulaire des unités d'intervention, l'une des deux unités était "menante" et l'autre "concourante" [7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du 16 avril 2018 portant diverses dispositions relatives au recrutement, à la formation, aux missions et à l'organisation des services composant la force d'intervention de la police nationale en outre-mer portant sur le transformation du GIPN de Nouméa en antenne RAID le en avril 2018 (effective le 2 mai) et annonçant la transformation des GIPN de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) et de Saint Denis (La Réunion) en antennes RAID le 1er mars 2019 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036819061&categorieLien=id
  2. « Arrêté du 5 janvier 2011 ».
  3. La Force d'Intervention de la Police Nationale – FIPN, sur le site fipn-sdlp.fr (consulté le 20 janvier 2016).
  4. « Qui est le nouveau patron du Raid ? », Julie Saulnier, L'Express.fr, 12 avril 2013 (consulté le 20 janvier 2016).
  5. Le nouveau patron du Raid, Jean-Baptiste Dulion, prend ses fonctions, Europe 1, 20 mars 2017.
  6. « Attentat à Charlie Hebdo : un dispositif policier et militaire inédit en France », Le Parisien.fr - 9 janvier 2015.
  7. Jean-Michel Fauvergue avec la collaboration de Caroline de Juglart - Patron du RAID - Mareuil Éditions 2017 et Danielle Thiéry avec la collaboration de Christophe Molmy La BRI Histoire d'une unité d'élite Mareuil Éditions 2018

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]