Le Fantôme noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Fantôme noir
Personnage Disney
Image illustrative de l’article Le Fantôme noir
Ombre portée du Fantôme noir
à l'exposition « Mickey & Donald, tout un art »,
festival d'Angoulême 2013.

Nom original Phantom Blot
Espèce Chien anthropomorphe
Sexe Masculin
Lieu de résidence Mickeyville
1re apparition
Mickey contre le Fantôme noir
(Mickey Mouse outwits The Phantom Blot)
Univers Mickey Mouse

Le Fantôme noir (Phantom Blot, littéralement la Tache fantôme en version originale anglaise) est un personnage de fiction de l'univers de Mickey Mouse, créé en 1939 par Merrill De Maris et Floyd Gottfredson pour les studios Disney.

Criminel presque insaisissable portant un suaire noir qui lui donne l'apparence d'un fantôme, ce génie du mal est l'un des pires ennemis de Mickey Mouse. « Tour à tour (...) génie du crime, inventeur extravagant ou roi de l'évasion », il signe ses forfaits en laissant derrière lui des messages maculés d'une tache d'encre noire.

Le Fantôme noir est tout d'abord appelé Tache fantôme en France[1]. Après Gottfredson, il est utilisé régulièrement par les dessinateurs d'histoires italiennes et françaises, dans lesquelles il n'hésite pas à s'acoquiner ponctuellement avec d'autres criminels comme Pat Hibulaire.

Comic strip originel : Mickey Mouse outwits The Phantom Blot[modifier | modifier le code]

Appareil photo bon marché des années 1930.
Le maillot noir et la cagoule de Fantômas annoncent le suaire du Fantôme noir[2].

Scénarisé par Merrill De Maris et publié aux États-Unis sous le format de 97 bandes quotidiennes du au 1939[3], le comic strip relatant le premier affrontement entre Mickey Mouse et le Fantôme noir est « sans doute la meilleure histoire » dessinée par Floyd Gottfredson, qui conçoit ici « son méchant le plus mémorable », estime l'universitaire Thomas Andrae. Dans cette aventure plutôt sombre qui reflète le climat paranoïaque engendré par les débuts européens de la Seconde Guerre mondiale, Mickey tente d'appréhender un ténébreux agent à la solde d'une puissance étrangère convoitant la formule d'une matière radioactive. Probablement inspirée par Les Six Napoléons, une enquête de Sherlock Holmes[4], l'intrigue repose sur une succession de vols et destructions d'appareils photos, dont l'un renferme clandestinement la formule en question[2]. À un moment donné, l'héroïque souris parvient à échapper à son ennemi grâce à un tunnel construit dans son jardin, sachant qu'« un jour, il sera utile », autre allusion voilée aux angoisses inhérentes au conflit mondial[5].

Nommé initialement The Blot (« la Tache »)[6], l'énigmatique bandit est représenté de manière sépulcrale, entièrement couvert d'un long suaire noir avec juste deux trous verticaux et blancs, sans pupilles, en guise d'yeux. Ce linceul, assorti de larges manches et de gants ébénins[7], lui confère l'apparence d'un « spectre noir[2] » doté de facultés presque surnaturelles[6] du fait de sa capacité de surgir brusquement de nulle part, d'espionner tout un chacun sans attirer l'attention, et d'imiter silencieusement la démarche des individus qu'il suit à la trace comme leur ombre[8].

Son costume et sa sinistre manie de laisser derrière lui des messages comminatoires signés d'une tache d'encre (d'où son nom en version originale)[9],[10] rappellent notamment le scélérat déguisé en chauve-souris noire dans un précédent comic strip de Mickey, The Bat Bandit of Inferno Gulch (1934)[11]. D'autres personnages aux silhouettes crépusculaires — comme le « Renard » dans la bande dessinée Mickey Mouse in Death Valley (1930) ou le chirurgien cinglé dans le dessin animé The Mad Doctor (1933)[n 1] — semblent témoigner de la lente gestation du Fantôme noir dans l'esprit du dessinateur attitré de Mickey Mouse. Ainsi transparaît sa fascination[2] pour la tradition fictionnelle des criminels masqués dont les méfaits s'étalaient dans les roman-feuilletons aussi bien que dans les serials des années 1910 avec Pearl White, incarnation de l'innocence persécutée (Les Mystères de New York, Le Masque aux dents blanches...) tandis qu'en Europe, les films de Louis Feuillade imposaient l'emblématique Fantômas[11],[2]. Prodigue « en figures mystérieuses qui n'étaient dévoilées — quand elles l'étaient ! — qu'après moult péripéties et autres rebondissements », cet imaginaire essaime ensuite dans les bandes dessinées d'aventure et comics policiers « hard-boiled » des années 1930, tels Dick Tracy, Dan Dunn et Red Barry, où se manifestent d'inquiétants « villains » camouflant leurs traits[n 2].

The Blots. Créés par Walt Hoban pour son comic strip Jerry on the Job, ces deux jeunes jumeaux afro-américains représentent l'une des sources d'inspiration de Floyd Gottfredson pour le nom et l'apparence du Fantôme noir.

Parmi les sources d'inspiration de l'antagoniste de Mickey, Gottfredson mentionne les deux jumeaux afro-américains nommés The Blots, personnages secondaires du comic strip de Walt Hoban, Jerry on the Job. Ces enfants agissent à l'unisson en calquant mutuellement leurs gestes. Ils sont dessinés « noirs comme le charbon » en contraste avec leurs lèvres épaisses et yeux blanc laiteux. Dans le même ordre d'idées, l'artiste de Disney songeait confusément à l'expression péjorative « nigger in the woodpile (en) » (« le négro dans le tas de bois ») qui désigne quelque chose ou quelqu'un de suspect et de dissimulé, autre exemple des images racistes employées à l'époque[2].

Dangereusement intelligent[8], le Fantôme noir est également dépeint comme un criminel sadique, dont la spécialité est d'emprisonner Mickey dans des pièges ingénieux destinés à le tuer via des dispositifs complexes qui relèvent de la cruauté purement gratuite[15]. Suivant le principe de la réaction en chaîne propre aux machines extravagantes du dessinateur Rube Goldberg, le procédé semble s'étendre à l'ensemble du scénario : « un mécanisme se déclenche qui voit se succéder ballet des formes et pittoresque des situations [...], en suscitant une atmosphère qui possède sa logique propre ». De cette façon, « Gottfredson joue avec les conventions d'un genre [...]. L'emprunt aux grands thèmes du serial permet surtout d'opacifier à l'extrême le déroulement d'une enquête plutôt classique dans son principe[11]. »

Au surplus, un certain cynisme donne le ton à l'histoire puisque le vertueux Mickey en vient à adopter les méthodes de son lugubre adversaire, en arborant parfois lui-même un costume noir afin de voler les appareils photos tant convoités, y compris des propres mains d'une petite fille. De la sorte, le comics renvoie à la crainte d'un avilissement moral menaçant l'Amérique, potentiellement contrainte de s'abaisser au niveau des belligérants de l'Axe[2]. Par ailleurs, l'aventure présente pour la première fois le personnage du commissaire Finot (Chief O'Hara en version originale) et offre la deuxième apparition de l'inspecteur Duflair (Detective Casey), renforçant ainsi la tonalité policière du scénario[16] tout en établissant le rôle caractéristique de détective-justicier que Mickey rendossera ultérieurement en tant qu'auxiliaire des forces de l'ordre dans les fumetti de l'Italien Romano Scarpa[17].

Les physionomies de Walt Disney et Adolphe Menjou ont probablement inspiré le visage du Fantôme noir.

À la fin de l'histoire, le Fantôme noir est capturé puis démasqué[5]. Son visage ressemble à celui d'un gentleman canin[18] avec des petites oreilles pendantes[19], des cheveux gominés et un museau agrémenté de fines moustaches élégantes[18] rappelant celles du patron de Gottfredson, Walt Disney lui-même[5]. Il est envisageable d'y reconnaître également les traits de l'acteur américain Adolphe Menjou[20], connu pour son répertoire de « fripouilles désinvoltes[19]. »

L'histoire complète du comic strip quotidien paru en 1939 est rééditée en 1941 dans la série Four Color publiée par Dell Comics. Ce premier volume d'envergure entièrement consacré à la souris de Disney paraît sous le titre Mickey Mouse outwits The Phantom Blot[21],[22], trouvaille qui fixe définitivement le nom du personnage : « The Phantom Blot » (« la Tache fantôme ») au lieu de la simple dénomination « The Blot »[6],[8]. D'une longueur et d'une ambiance inhabituelles pour les comics de l'époque, le one shot remporte un grand succès en permettant à Walt Disney Productions de toucher une redevance sur 427 057 exemplaires[23].

Dans ses strips postérieurs, Gottfredson ne réutilise plus le personnage du Fantôme noir, sans doute pour ne pas cantonner Mickey dans le registre du détective-justicier. Au demeurant, l'humour noir qui imprègne Mickey Mouse outwits The Phantom Blot détonne quelque peu au sein des comics Disney[17]. La cruauté caractérisant les méthodes du fuligineux Fantôme n'a été que très occasionnellement exploitée par d'autres auteurs. Rééditée en 1949 par Dell Comics[6], l'histoire de Gottfredson est même redessinée par Dick Moores pour adoucir certaines scènes. Dans un contexte moralisateur particulièrement difficile pour les comics[24], l'histoire est derechef publiée en 1955 chez Dell Comics[6] dans une version censurée. Treize planches sont redessinées par Paul Murry, qui édulcore plusieurs pièges mortels en remplaçant notamment un revolver par un marteau, et une corde destinée à pendre Mickey par un espadon qui menace de l'embrocher[25],[26]. L'histoire originelle due au talent de Gottfredson n'en marque pas moins plusieurs auteurs de bandes dessinées, dont l'Italien Romano Scarpa[5] et le Japonais Osamu Tezuka. Ce dernier s'inspire de la poursuite finale entre Mickey et le Fantôme noir pour la dynamique séquence d'ouverture de son manga d'aventure La Nouvelle Île au trésor (1947), entre autres réminiscences graphiques[27],[28].

Histoire éditoriale[modifier | modifier le code]

Le Fantôme noir intervient dans un peu plus de 860 histoires, dont environ 310 ont été publiées en France selon les statistiques établies par la base INDUCKS en [29]. Le personnage se caractérise « tour à tour [comme] génie du crime, inventeur extravagant ou roi de l'évasion[10]. »

Après sa première apparition dans Mickey Mouse outwits The Phantom Blot (1939), le criminel masqué subit une éclipse éditoriale aux États-Unis jusqu'aux années 1960. Il en va autrement en Italie où le scénariste et dessinateur Romano Scarpa demeure fasciné depuis son adolescence par la sombre histoire d'espionnage imaginée par Merrill De Maris et Floyd Gottfredson. Du reste, Scarpa en reprend la structure narrative (un secret dissimulé dans plusieurs objets successivement dérobés) pour son fumetto intitulé Mickey et le mystère de Kali (1958)[5]. Au préalable, secondé par le scénariste vétéran Guido Martina en 1955, le jeune Scarpa réemploie le Fantôme noir (Macchia Nera, littéralement « Tache noire » en version italienne) dans un « long thriller » de 76 pages, Mickey et le Double Secret du Fantôme Noir (Topolino e il doppio segreto di Macchia Nera)[30],[14]. Depuis, le personnage ressurgit régulièrement dans les histoires européennes, et notamment dans les aventures transalpines où il s'impose comme l'ennemi juré de Mickey[31]. Son apparence varie selon les pays et les dessinateurs : si, dans les histoires françaises publiées dans Le Journal de Mickey, il n'enlève jamais sa cagoule et son drap noir (allant même jusqu'à porter d'autres masques et vêtements par-dessus), il apparaît fréquemment sans masque et ne porte parfois même pas son costume dans les bandes dessinées réalisées par des auteurs italiens. D'ailleurs, les traducteurs du périodique français Mickey Parade prennent la liberté de le traiter comme un personnage différent lorsqu'ils publient les fumetti où il se manifeste sans son suaire. Ainsi, à plusieurs reprises, il se voit attribuer le nom d'Al Bandy (dans le premier Mickey Parade), de Jo Crisse ou même de Jo Larapine, sans référence à son identité de Fantôme noir. Dans la version originale italienne, au contraire, il porte toujours son nom de Macchia Nera, même lorsqu'il n'est pas revêtu de son costume[19].

La décennie 1960 voit la réapparition du Fantôme noir aux États-Unis. S'avisant peut-être de la créativité italienne autour du personnage, la maison d'édition Gold Key Comics publie « Le Retour du Fantôme noir »[32] (The Return of the Phantom Blot, 1964)[33], une histoire de 32 pages échelonnées en quatre épisodes dans Walt Disney's Comics and Stories no 284-287, avec Paul Murry aux dessins. En guise de prologue, tandis qu'il regarde les coupures de presse que Dingo collectionne en souvenir de ses exploits, Mickey déclare à son ami que le Fantôme noir était « le pire criminel qu'il ait jamais affronté. » Peu de temps après, la ville connaît une vague de cambriolages signés de la tristement célèbre tache d'encre mais curieusement, aucun bien n'est volé durant ces effractions. Toujours en prison, le véritable Fantôme ne semble pas lié à l'affaire. Pat Hibulaire profite du chaos ambiant pour commettre de fructueux larcins mais il est vaincu par l'imitateur du Fantôme, lui-même arrêté par Mickey : l'imposteur se révèle finalement être Dingo, victime d'un dédoublement de personnalité à la suite d'un choc sur la tête. La dernière page de l'aventure comporte un encadré publicitaire annonçant, à compter du , le lancement d'un périodique Gold Key Comics entièrement consacré au Fantôme noir[32]. Cette publication à son nom dure le temps de sept numéros (1964-1966), où il est introduit dans les histoires de l'univers des canards[34]. Loin de l'inquiétant génie du mal de Floyd Gottfredson et des fumetti italiens, ces comics dépeignent volontiers le Fantôme noir comme un bandit « nettement moins redoutable et plus vantard[14] » ; il se fait ainsi rosser par Grand-Mère Donald après une piteuse tentative de vol de sac à main[19]. Même son habileté mimétique à la filature, rare emprunt à Gottfredson, sert ici de ressort comique[8].

Au cours des années 1970, on retrouve le personnage dans plusieurs récits de l'auteur italien Giorgio Cavazzano. Au Brésil, il est très utilisé par Ivan Saidenberg et Carlos Edgard Herrero en tant qu'adversaire de Super Popop, l'identité super-héroïque de Popop[34]. Toujours en veine de personnages extravagants, les deux auteurs brésiliens s'inspirent de Riri, Fifi et Loulou pour doter aussi le Fantôme noir de trois neveux[35] qui gardent constamment leurs suaires ; ces copies conformes miniatures de leur oncle se signalent dans deux histoires publiées en 1975, inédites en France[36],[37]. En 1971, le collectif d'auteurs de comics underground Air Pirates publie Air Pirates Funnies, une parodie érotique où un quatuor de méchants Disney (le Fantôme noir, Maître Chicaneau, Pat Hibulaire et Grand Loup) kidnappent Mickey et Minnie pour les garder en otages dans un dirigeable[38].

En France, la première apparition du Fantôme remonte à la publication en feuilleton du comics de Gottfredson et De Maris dans Le Petit Parisien du au [39],[3]. Ultérieurement, c'est au tour d'un remake de la même histoire, redessinée par Bill Wright et Dick Moores en 1949, de connaître une publication française en 1952 sous le titre « Mickey et la Tache fantôme » dans Les Belles Histoires Walt Disney no 48[40]. Ce n'est qu'en 1965 que le forban encagoulé fait son entrée dans le périodique hexagonal Le Journal de Mickey no 662[41]. Lors des années 1980, le malfaiteur vêtu de noir s'affiche régulièrement dans les pages de cet hebdomadaire grâce aux histoires réalisées par le Français Claude Marin[34].

En Italie, les scénaristes Andrea Sani, Leonardo Gori et Luca Boschi ainsi que le dessinateur Tiberio Colantuoni conçoivent une suite à l'histoire imaginée par Scarpa en 1955 avec Un coup à dormir debout (Topolino e il grande colpo di Macchia Nera, 1993)[42],[34]. Durant les années 2000, le scénariste italien Casty met en scène le Fantôme noir dans différents récits qui respectent les éléments préalablement mis en place par Scarpa[17]. Dans Une mince affaire ! (Topolino e il caso sottilissimo, 2006)[43] de Casty et Lorenzo Pastrovicchio, le bandit devient littéralement une « tache noire », aplat noir en deux dimensions conforme à son pseudonyme Blot[44]. La même année débute Le Cycle des magiciens (Wizards of Mickey), saga italienne de fantasy où l'apprenti sorcier Mickey participe à un grand tournoi de magie tout en cherchant à retrouver son maître Néréus capturé par le Fantôme noir et ses larbins commandés par Pat Hibulaire[45],[46]. Par ailleurs, le Fantôme intègre le groupe de super-vilains « Bad-7 » opposé aux super-héros de la série Les Ultrahéros (Ultraheroes) lancée en 2008[47]. Enfin, à compter de 2012, Casty et Lorenzo Pastrovicchio réalisent également plusieurs histoires de la série Darkenblot[48] qui met le méchant aux premières loges dans la ville futuriste Robopolis ; cette fois-ci, il recourt massivement à la technologie pour se débarrasser de Mickey, en s'emparant notamment d'un redoutable exosquelette motorisé[44],[49].

Apparitions à la télévision[modifier | modifier le code]

La première apparition du Fantôme noir en dessin animé remonte à 1987. Dans « Tout le monde sur le pont » (« All Ducks on Deck »), épisode no 63 de La Bande à Picsou[50],[51], il capture Balthazar Picsou et infiltre un espion au sein de l'United States Navy (où Donald sert sous les drapeaux)[52]. Afin de renforcer sa présence menaçante, les yeux du Fantôme sont représentés rouges et non blancs. Par ailleurs, sa bouche apparaît à même le suaire, conformément aux représentations « cartoonesques » de certains dessinateurs qui assimilent presque son déguisement à une véritable peau[53]. Le personnage se montre assez « fanfaron », à l'instar de sa mouture dans les comics américains des années 1960[14]. En version originale, c'est Frank Welker qui lui prête sa voix[54].

En 1999, le criminel masqué apparaît également dans « Mickey contre le Fantôme noir » (« Mickey Foils the Phantom Blot »), épisode de la série Mickey Mania (Mickey Mouse Works)[50],[55] où il vole le mystérieux colis que le professeur Ludwig Von Drake souhaitait confier au service de livraison assuré par Mickey, Donald et Dingo[56]. Dépeint derechef « très bravache », le Fantôme noir se rapproche davantage ici de la version machiavélique dessinée par Gottfredson en 1939[14]. En 2002, ce dessin animé est incorporé au sein de l'épisode « Le Club du crime » (« House of Crime ») de Tous en boîte (Disney's House of Mouse)[57],[50]. La même année, cette série offre au Fantôme noir l'occasion d'un autre mauvais coup dans l'épisode « Mickey and the Color Caper » : le gredin escamote les couleurs du monde entier en vue de devenir le Fantôme arc-en-ciel tandis que Mickey, Donald et Dingo tentent de contrecarrer son plan multicolore[58].

En 2016, on aperçoit fugacement le Fantôme noir interrogé par Minnie Mouse au sujet d'énigmatiques vols de chaussettes dans l'épisode « Le Mystère des chaussettes perdues » (« Sock Burglar ») de la série Mickey Mouse supervisée par Paul Rudish[59].

Une version un peu différente du personnage est ensuite mise en scène dans le reboot de La Bande à Picsou en 2017. Le Fantôme noir s'y manifeste initialement lors d'un caméo à la fin du dernier épisode de la saison 2, Invasion Lunaire ! (Moonvasion!), avant de devenir un méchant secondaire mais régulier. Dans la série, il est membre d'une organisation criminelle nommée F.O.W.L.[60]. Miss Tick est responsable de la destruction de son village d'origine dont il est le seul survivant. Depuis, il déteste la magie et veut se venger de la sorcière. Il possède d'ailleurs un gant capable d'aspirer la magie, d'apparence similaire au Gant de l'infini de Thanos[61]. Le bandit est doublé par Giancarlo Esposito en version originale[62].

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • La Bande à Picsou (DuckTales), « Tout le monde sur le pont » (« All Ducks on Deck »), épisode diffusé initialement aux États-Unis le , rôle doublé par Frank Welker.
  • Mickey Mania (Mickey Mouse Works), « Mickey contre le Fantôme noir » (« Mickey Foils The Phantom Blot »), épisode diffusé initialement aux États-Unis le , rôle doublé par John O'Hurley.
  • Disney's tous en boîte (Disney's House of Mouse), « Mickey and the Color Caper », épisode diffusé initialement aux États-Unis le , rôle doublé par John O'Hurley.
  • Disney's tous en boîte (Disney's House of Mouse), « Le Club du crime » (« House of Crime »), épisode diffusé initialement aux États-Unis le , rôle doublé par John O'Hurley. Une longue séquence de ce dessin animé reprend l'épisode « Mickey Foils The Phantom Blot » de la série Mickey Mania.
  • Mickey Mouse, « Le Mystère des chaussettes perdues » (« Sock Burglar »), épisode diffusé initialement aux États-Unis le , caméo muet.
  • La Bande à Picsou (DuckTales), série télévisée diffusée de 2017 à 2021, rôle doublé par Giancarlo Esposito.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Le Fantôme noir est l'antagoniste principal du jeu vidéo Epic Mickey (2010), conçu par Warren Spector. Cette version du personnage n'est pas un humain recouvert d'un suaire noir, mais un véritable spectre, créé accidentellement lorsque Mickey renverse un dissolvant dans le monde de la désolation où vivent les personnages oubliés de Disney[63]. Avec l'aide du savant fou (The Mad Doctor), le Fantôme noir ravage entièrement Wasteland[64].

Nom à travers le monde[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de l'Allemagne Allemagne : Das schwarze Phantom
  • Drapeau de l'Angleterre Angleterre : The Phantom Blot
  • Drapeau du Brésil Brésil : Mancha Negra, Borrao Vermelho
  • Drapeau de la République populaire de Chine Chine : 幽灵黑鬼 (Yōulíng hēi guǐ)
  • Flag of Esperanto.svg Collectivité espérantophone : la fantoma Makulo
  • Drapeau de la Colombie Colombie : Mancha Negra
  • Drapeau du Danemark Danemark : Sorte Slyngel
  • Drapeau de l'Espagne Espagne : Mancha Negra, Borrón
  • Drapeau de la Finlande Finlande : Mustakaapu
  • Drapeau de la Grèce Grèce : Μαύρο Φάντασμα (Mav́ro Fándasma)
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie : Hantu Tinta
  • Drapeau de l'Islande Islande : Svarti Skuggi
  • Drapeau de l'Italie Italie : Macchia Nera
  • Drapeau du Japon Japon : オバケの妖怪ブロット (Obake no Yōkai Burottu), ブラックファントム (Burakku Fantomu)
  • Drapeau de Malte Malte : il-fantażma l-iswed
  • Drapeau de la Norvège Norvège : Spøkelseskladden
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : Zwarte Schim, Platneus
  • Drapeau de la Pologne Pologne : Fantomen
  • Drapeau de la Suède Suède : Spökplumpen

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. The Mad Doctor est un cartoon d'épouvante réalisé par David Hand, puis librement adapté par Gottfredson en 1932-1933 sous le titre Le Château Blaggard[12],[13].
    Bien que le personnage du « savant fou » semble a priori assez éloigné du « génie du crime international », il convient de noter que le scientifique en blouse blanche apparaît initialement dans le dessin animé comme une « silhouette mystérieuse recouverte de noir des pieds à la tête », avec une cagoule qui dissimule ses traits. De même, son « penchant pour les nuits sombres et orageuses » et sa capacité à inspirer l'effroi ne sont pas sans préfigurer le Fantôme noir[14],[2].
  2. Dick Tracy met en scène le chef du gang de la croix pourpre, qui dissimule la moitié supérieure de sa tête sous un masque noir, tandis que le redoutable Frank Redrum, alias The Blank, semble ne pas avoir de visage. L'infâme Eviloff porte une cagoule dans Dan Dunn et le macabre The Skull exhibe un suaire noir et une tête de mort dans Terry et les Pirates. Parmi toutes ces crapules, c'est The Monk qui « a l'allure la plus ténébreusement fantomatique » dans Red Barry ; ce faux moine se révèlera être une femme[11].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dans Les Belles Histoires de Walt Disney, voir (en) Base INDUCKS : The Phantom Blot
  2. a b c d e f g et h Andrae 2020, p. 10.
  3. a et b (en) Base INDUCKS : YM 039Mickey Mouse outwits The Phantom Blot. Première publication en France en 1940, puis en 1998 sous le titre Mickey contre le Fantôme noir.
  4. Massé, « Mickey contre le Fantôme noir : le duel éternel - L'héritage de Conan Doyle », 2021, p. 14.
  5. a b c d et e Stajano et Gori 2020, p. 160.
  6. a b c d et e (en) John Wells, American Comic Book Chronicles : The 1960s, 1960-64, Raleigh, TwoMorrows Publishing, , 224 p. (ISBN 978-1-60549-045-8), chap. 5 (« 1964 : Don't Get Comfortable »), p. 191.
  7. Miqueu, « Le Fantôme Noir », 2021, p. 3.
  8. a b c et d Hamilton 1993.
  9. Miqueu, « Le Fantôme Noir, un génie du crime », 2021, p. 4.
  10. a et b Rodolphe Massé, Sherlock Holmes : anthologie du célèbre détective, sur papier et à l'écran, Vanves, Hachette Heroes, , 192 p. (ISBN 978-2-01-628350-9), p. 69.
  11. a b c et d « Mickey contre le Fantôme noir », 1988.
  12. (en) Gary Dowelléd.), Greg Holmanéd.) et James L. Halperinéd.), Heritage Comic and Comic Art Signature Auction #821 : August 10-11, 2006. Dallas, Texas (catalogue), Dallas, Heritage Auction Galleries, (ISBN 978-1-59967-063-8), p. 279.
  13. (en) Leonard J. Kohl, « Cartoons and Technocracy : Disney's The Mad Doctor and Fleischer's Dancing on the Moon », dans David J. Hogan (dir.), Science Fiction America : Essays on SF Cinema, Jefferson (Caroline du Nord), McFarland & Company, (1re éd. 2006), 280 p. (ISBN 978-0-7864-6612-2), p. 30-31.
  14. a b c d et e Torcivia 2020, p. 267.
  15. Massé, « Mickey contre le Fantôme noir : le duel éternel - Machines infernales », 2021, p. 12.
  16. Massé, « La quintessence du méchant », 2021, p. 6.
  17. a b et c Rodolphe Massé, Sherlock Holmes : anthologie du célèbre détective, sur papier et à l'écran, Vanves, Hachette Heroes, , 192 p. (ISBN 978-2-01-628350-9), p. 70.
  18. a et b Miqueu, « Le Fantôme Noir, un génie du crime », 2021, p. 5.
  19. a b c et d Massé, « La quintessence du méchant », 2021, p. 7.
  20. « Le monde de Mickey : Fantôme, génie et laboratoire secret », 2012, p. 6.
  21. (en) John Michael Barrier, Funnybooks : The Improbable Glories of the Best American Comic Books, Oakland (Californie), University of California Press, , XXI-407 p. (ISBN 978-0-520-28390-9), p. 92.
  22. (en) Keith Booker (dir.), Comics through Time : A History of Icons, Idols, and Ideas, Santa Barbara (Californie), Greenwood Publishing Group, , 1921 p. (ISBN 978-0-313-39750-9), p. 407.
  23. (en) John Michael Barrier, Funnybooks : The Improbable Glories of the Best American Comic Books, Oakland (Californie), University of California Press, , XXI-407 p. (ISBN 978-0-520-28390-9), p. 96.
  24. Gerstein 2020, p. 268.
  25. Massé, « Mickey contre le Fantôme noir : le duel éternel - Adoucir les mœurs », 2021, p. 13.
  26. Gerstein 2020, p. 268-273.
  27. (en) Ryan Holmberg, « Tezuka Osamu Outwits the Phantom Blot : The Case of New Treasure Island Cont'd », The Comics Journal,‎ (lire en ligne).
  28. Ryan Holmberg, « Les héritiers de Gottfredson : Osamu Tezuka », dans Floyd Gottfredson, Mickey Mouse, t. 5 : Mickey Mouse contre le Fantôme noir, et autres histoires, Grenoble, Glénat, , 286 p. (ISBN 978-2-344-03050-9), p. 280-285.
  29. (en) Base INDUCKS : Statistiques Le Fantôme Noir
  30. (en) Base INDUCKS : I TL 116-APTopolino e il doppio segreto di Macchia Nera.
  31. Massé, « La quintessence du méchant - Résurrection transalpine », 2021, p. 7.
  32. a et b (en) John Wells, American Comic Book Chronicles : The 1960s, 1960-64, Raleigh, TwoMorrows Publishing, , 224 p. (ISBN 978-1-60549-045-8), chap. 5 (« 1964 : Don't Get Comfortable »), p. 191-192.
  33. (en) Base INDUCKS : W WDC 284-08PThe Return of the Phantom Blot. Première publication en France en 1965 sous le titre de Le Mystère du Fantôme noir, puis sous le titre La Vie cachée de Dingo en 1987.
  34. a b c et d Massé, « La quintessence du méchant - De tous les mauvais coups », 2021, p. 7.
  35. (en) Base INDUCKS : The Phantom Blot's nephews
  36. (en) Base INDUCKS : B 74498A Visita dos Manchinhas.
  37. Massé, « La quintessence du méchant - Les neveux du Fantôme Noir », 2021, p. 8.
  38. (en) Bob Levin, The Pirates and the Mouse : Disney's War Against The Underground, Seattle, Fantagraphics Books, , 266 p. (ISBN 1-56097-530-X), p. 65.
  39. Floyd Gottfredson, « Les aventures de Mickey : un amateur de tranquillité », Le Petit Parisien, no 22975 (65e année),‎ , p. 3 (lire en ligne).
  40. (en) Base INDUCKS : W WDC 101-28POutwits the Phantom Blot.
  41. (en) Base INDUCKS : Le Journal de Mickey n° 662
  42. (en) Base INDUCKS : I MG 442-ATopolino e il grande colpo di Macchia Nera. Histoire publiée pour la première fois en France en 1996 dans le Super Picsou Géant
  43. (en) Base INDUCKS : I TL 2619-1Topolino e il caso sottilissimo. Histoire publiée pour la première fois en France en 2011 dans le Mickey Parade Géant
  44. a et b Massé, « Mickey contre le Fantôme noir : le duel éternel - Le duel renouvelé », 2021, p. 15.
  45. (en) Base INDUCKS : I TL 2654-1PWizards of Mickey : Lune de diamant.
  46. Frédéric Rabe, « Mickey T5 : Le Cycle des magiciens », sur https://www.planetebd.com/, (consulté le ).
  47. (en) Base INDUCKS : I TL 2726-2PUltraheroes. Histoire publiée la première fois en France en 2009 dans le Mickey Parade Géant.
  48. (en) Base INDUCKS : I TL 2940-1PDarkenblot. Histoire publiée la première fois en France en 2013 dans le Mickey Parade Géant.
  49. Anthony Roux, « Darkenblot, le futur est déjà là : un hors-série de Mickey Parade Géant en librairie », sur bdencre.com, (consulté le ).
  50. a b et c Massé, « La quintessence du méchant - Par delà les cases », 2021, p. 8.
  51. (en) « All Ducks on Deck », sur imdb.com.
  52. (en) « All Ducks on Deck », sur The TVDB.com (consulté le ).
  53. Miqueu, « Le noir lui va si bien », 2021, p. 11.
  54. (en) « All Ducks on Deck (1987) - Full Cast & Crew », sur imdb.com.
  55. (en) « Pluto Gets The Paper: (...) Mickey Foils The Phantom Blot », sur imdb.com
  56. (en) « Mickey Foils the Phantom Blot », sur The TVDB.com (consulté le ).
  57. (en) « House of Crime », sur imdb.com.
  58. (en) « Mickey and the Color Caper », sur intanibase.com (consulté le ).
  59. (en) « Sock Burglar », sur imdb.com (consulté le ).
  60. (en-US) « DuckTales: The Members of FOWL, Explained », sur CBR, (consulté le ).
  61. (en-US) « DuckTales Turns Phantom Blot Into Disney's... Thanos?! », sur CBR, (consulté le ).
  62. (en) « La Bande à Picsou (2017–2021) - Full Cast & Crew », sur imdb.com.
  63. Damien Leloup, « Epic Mickey, de l'autre côté du miroir », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  64. (en) « After Mickey’s Makeover, Less Mr. Nice Guy », sur nytimes.com.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Mickey contre le Fantôme noir [introduction] », dans Merrill De Maris (scénario), Floyd Gottfredson (dessins), William George Wright et Ted Thwaites (encrage), Mickey contre le Fantôme noir (trad. de l'anglais par Frank Reicher), Paris, Hachette, coll. « L'Âge d'or de Mickey », , [36] (ISBN 2-7316-0543-X, présentation en ligne).
  • « Le monde de Mickey : Fantôme, génie et laboratoire secret », dans Floyd Gottfredson, L'âge d'or de Mickey Mouse, t. 3 : Mickey contre le Fantôme noir et autres histoires, 1939-1940, Grenoble, Glénat, , 112 p. (ISBN 978-2-7234-8891-4, présentation en ligne), p. 6-8.
  • « Mickey contre le Fantôme noir : l'histoire », dans Floyd Gottfredson, L'âge d'or de Mickey Mouse, t. 3 : Mickey contre le Fantôme noir et autres histoires, 1939-1940, Grenoble, Glénat, , 112 p. (ISBN 978-2-7234-8891-4), p. 10.
  • Thomas Andrae, « La souris et l'homme. Floyd Gottfredson et les continuités de Mickey Mouse, 1938-1940 : gags et gravité », dans Floyd Gottfredson, Mickey Mouse, t. 5 : Mickey Mouse contre le Fantôme noir, et autres histoires, Grenoble, Glénat, , 286 p. (ISBN 978-2-344-03050-9), p. 8-13.
  • Francesco Stajano et Leonardo Gori, « Fantômes, frayeurs et perspectives », dans Floyd Gottfredson, Mickey Mouse, t. 5 : Mickey Mouse contre le Fantôme noir, et autres histoires, Grenoble, Glénat, , 286 p. (ISBN 978-2-344-03050-9), p. 160.
  • Joe Torcivia, « Les personnages : le Fantôme noir », dans Floyd Gottfredson, Mickey Mouse, t. 5 : Mickey Mouse contre le Fantôme noir, et autres histoires, Grenoble, Glénat, , 286 p. (ISBN 978-2-344-03050-9), p. 267.
  • David Gerstein, « L'envers du décor : le mystère du Fantôme s'obscurcit », dans Floyd Gottfredson, Mickey Mouse, t. 5 : Mickey Mouse contre le Fantôme noir, et autres histoires, Grenoble, Glénat, , 286 p. (ISBN 978-2-344-03050-9), p. 268-273.
  • (en) Bruce Hamilton, « The Year That Was 1965 : What the Blot Wrought », Walt Disney's Comics and Stories, Prescott (Arizona), Gladstone Publishing, no 627,‎ .
  • Adrien Miqueu, « Le Fantôme Noir », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 3 (ISSN 2681-7586, présentation en ligne).
  • Adrien Miqueu, « Le Fantôme Noir, un génie du crime », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 4-5 (ISSN 2681-7586).
  • Rodolphe Massé, « La quintessence du méchant », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 6-8 (ISSN 2681-7586).
  • Adrien Miqueu, « Le retour du Fantôme Noir », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 9 (ISSN 2681-7586).
  • Adrien Miqueu, « Le noir lui va si bien », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 10-11 (ISSN 2681-7586).
  • Adrien Miqueu, « Analyse d'un trait : Claude Marin », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 11 (ISSN 2681-7586).
  • Rodolphe Massé, « Mickey contre le Fantôme Noir : le duel éternel », Mickey, Donald & Cie : la grande galerie des personnages, Vanves, Hachette Collections, no 30 « Le Fantôme Noir, un génie du crime »,‎ , p. 12-15 (ISSN 2681-7586).

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Le Fantôme noir sur la base de données INDUCKS (lire en ligne).
  • (en) Fiche du Fantôme noir sur Disney.fandom.com (lire en ligne).