Gontran Bonheur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonheur (homonymie).

Gontran Bonheur
Personnage Disney
Nom original Gladstone Gander, Glastone Goose
Autres noms Le Trèfle
Espèce jars anthropomorphe
Sexe Masculin
Conjoint Daisy Duck, ...
Parents Daphnée Duck
Gustave Bonheur
Autre(s) ascendants Daphnée Duck, Gustave Bonheur, Elvire Ecoutum, Clinton Ecoutum, Cornélius Ecoutum
Lieu de résidence Donaldville
Caractère Chanceux, vantard, paresseux, hautain, vaniteux, prétentieux, hostile et insupportable
1re apparition
dans
janvier 1948
"Les deux vantards"
Univers Donald Duck

Gontran Bonheur, aussi appelé Gontran Glouton ou Jonathan le Veinard (Gladstone Gander ou parfois Glastone Goose en VO) est un personnage de fiction de l'univers des canards créé en 1948 par Carl Barks pour les studios Disney. Petit-fils de Grand-Mère Donald, il est le cousin de Donald Duck et rival auprès de Daisy. Dans les Ultrahéros, il est Le trèfle à quatre feuilles.

Profil[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Gontran est caractérisé par une chance insolente qui lui apporte tout ce qu'il désire sans le moindre effort et qui contraste avec la déveine permanente qui s'acharne sur son cousin Donald. Sa chance lui permet une grande oisiveté jalousée par Donald qui doit trimer pour l'avare Balthazar Picsou afin de rembourser son inépuisable dette. Selon le dessinateur Don Rosa qui commentait ce personnage : « Gontran ne souhaite pas faire le moindre effort pour obtenir quelque chose que sa chance peut lui offrir, et quand les choses tournent mal, il se résigne immédiatement, certain qu'un portefeuille perdu l'attend au prochain coin de rue. » Avec cette chance, Gontran n'accomplit aucune réalisation dont il puisse être fier, ne fait preuve d'aucune ambition et est incapable d'envisager quoi que ce soit à l'avance. Ceci contraste fortement avec l'oncle Picsou qui est capable de saisir les opportunités qui se présentent mais aussi de travailler dur pour se créer des situations favorables.

Bien que personnage important de l'univers Disney, Gontran est très rarement au centre d'une aventure. Il fait plutôt office d'éternel antagoniste pour Donald, sa chance le mettant naturellement en travers du chemin de ce dernier. En général, les histoires où Gontran apparaît sont d'ordre « domestique », c'est-à-dire qu'elles concernent le quotidien donaldvillois. Il est très rare qu'on voie Gontran embarqué dans une épopée aux quatre coins du monde, oisiveté oblige. La Bataille des héros[1] (Paperiade en version originale italienne) est l'une des exceptions : dans cette adaptation très libre de l'Iliade réalisée par Luciano Bottaro et publiée en janvier 1959 où, fait rare, les canards s'associent à Dingo, Gontran se montre plus déloyal que jamais en aidant les Rapetou à voler son oncle Picsou.

Personnalité[modifier | modifier le code]

Volontiers hautain, vaniteux, voire malhonnête, et sûr de son charme, Gontran se pose également en rival de Donald auprès de Daisy. Il faut dire qu'il a des manières de dandy et une classe naturelle (costume, cheveux crantés) qui contrastent avec son cousin, d'apparence plus prolétaire. Mais là encore, il n'est guère persévérant : si la belle lui préfère Donald, Gontran se résigne de bonne grâce, sa chance lui apportant souvent une compensation moins fatigante. Et si la joute amoureuse le motive pour des raisons de fierté, c'est aussi avec soulagement qu'il échappe aux contraintes de la vie de couple. Dans le fond, c'est un célibataire endurci, comme Picsou. C'est même un solitaire : on ne lui connaît pas d'amis, et il n'est pas très populaire auprès de Riri, Fifi et Loulou. Picsou lui-même est agacé par la chance provocante de son neveu. De son côté, Gontran ne semble avoir d'affection pour personne. Individualiste, il déteste qu'on se serve de lui.

La « chance » de Gontran[modifier | modifier le code]

Sa chance est apparentée à un phénomène mystérieux, dont il est le seul bénéficiaire. À chaque fois que Donald a tenté d'en profiter, son plan a échoué. La chance est également infaillible : quoi qu'il arrive, la chance met Gontran à l'abri des coups du sort, et le fait gagner dès que le hasard est en jeu.

Mais cela ne veut pas dire que Gontran soit imbattable : en effet, sa chance est très matérialiste et ne prend pas en compte les enjeux émotionnels. Ainsi, Gontran peut très bien être humilié en public, rejeté par Daisy, voire rossé par Donald.

Gontran ne peut pas parfaitement contrôler sa chance, dans l'histoire La poisse au Thon de Don Rosa, une tombola a lieu. Donald a 9999 tickets et Gontran possède le dernier. Les neveux, sachant qu'un seul ticket suffit à Gontran pour gagner, inversent les noms des tickets, et Gontran se retrouve avec 999 tickets et Donald un seul. La chance de Gontran s'inverse alors, et il perd, car un seul ticket lui suffit. Sa chance vient de sa mère, Daphné Duck, qui pouvait trouver un diamant dans un œuf de poule.

Apparitions[modifier | modifier le code]

Sa première apparition a lieu en janvier 1948 dans Un pari ridicule[2] (Wintertime Wager) de Carl Barks, publiée dans Walt Disney's Comics and Stories no 88. L'histoire montre Gontran et Donald dans toute leur rivalité, malgré les tentatives de Daisy et de Riri, Fifi et Loulou pour les calmer.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

Depuis 1948, Gontran est apparu dans quelques milliers d'histoires. Le site INDUCKS recense en 2008 selon les pays et les producteurs[3] :

Principales histoires de Carl Barks[modifier | modifier le code]

On le retrouve dans :

  • Donald dans les mers du sud[4] (Race to the South Seas, 1949) : première apparition en histoire longue
  • Donald sur la banquise[5] (Luck of the North, décembre 1949)
  • Donald philatéliste[6] (The Gilded Man, septembre 1952)
  • Noël à Pauvreville[7] (A Christmas for Shackton, janvier 1952) où la chance de Gontran se retourne contre Picsou
  • L'Oncle Picsou cherche un héritier[8] (Some Heir Over the Rainbow[9], août 1953) : Picsou évalue ses héritiers
  • Onc'Picsou et la ruée vers l'or[10] (The Golden Nugget Boat, septembre 1961)

Principales histoires de Don Rosa[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Bien qu'il ressemble aux autres canards de Disney, Gontran est en fait un jars[14], d'où son bec plus pointu. Cependant, nombre de dessinateurs lui donnent l'apparence d'un canard, avec un bec plus carré.
  • Selon La Jeunesse de Picsou, Gontran a hérité sa chance de sa mère Daphnée Duck, chanceuse au point de trouver une bague dans un œuf de poule.
  • Gontran déteste travailler, mais il a une seule fois accepté un emploi et gagné deux sous dans Le Secret de Gontran (Gladstone's terrible secret) de Carl Barks. Pris de honte, il les a enfermés dans un coffre-fort. Donald et Picsou crurent un moment que le mystérieux objet enfermé dans son coffre était son porte-bonheur.
  • Dans les années 1950, Gontran s'est appelé Jonathan le Veinard dans l'hebdomadaire belge Mickey Magazine.
  • Dans la première histoire de Fantomiald, nommé le vengeur diabolique, la chance cesse de sourire à Gontran pour une fois et c'est Donald qui gagne à la fin.

Gontran à travers le monde[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Base INDUCKS : I TL 202-AP . Première publication (?) en France dans Mickey Parade (nouvelle série) n° 25 en janvier 1982 .
  2. (en) Base INDUCKS : W WDC 88-02 . Première publication en France en 1950 dans Les Belles Histoires Walt Disney n°25, puis sous les titres Les Paris stupides (1992) et Les Deux Vantards (1998).
  3. (en) Base INDUCKS : Gladstone Gander
  4. (en) Base INDUCKS : W MOC 41-01 . Première publication en France en 1950, puis sous les titres Donald et Gontran dans les mers du sud (1971) et La Course des mers du sud (1999).
  5. (en) Base INDUCKS : W OS 256-02 . Première publication en France en 1950, puis sous les titres La bonne étoile (polaire) de Donald (1970), Donald et le trésor du drakkar (1976) et En route pour le grand nord (1995).
  6. (en) Base INDUCKS : W OS 422-02 . Première publication en France en 1953, puis sous les titres Le Temple du géant (1970), Donald contre l'El Dorado (1976) et Les Timbrés du timbre (1997).
  7. (en) Base INDUCKS : W OS 367-02 . Première publication en France en 1957 sous le titre Oncle Picsou généreux malgré lui !, puis sous les titres Donald et le p'tit sou (1976), Un Noël à Pauvreville (1991) et Noël pour Pauvreville (2000).
  8. (en) Base INDUCKS : W WDC 155-01 . Première publication en France en 1953, puis sous les titres Le Meilleur Choix (1983) et L'Arc-en-ciel aux trésors (1999).
  9. Jeu de mots en référence à la chanson du film Le Magicien d'Oz, Somewhere over the rainbow
  10. (en) Base INDUCKS : W US 35-02 . Première publication en France en 1962, puis sous les titres Nouvelle Ruée vers l'or (1989) et Le Bateau-pépite (2001).
  11. (en) Base INDUCKS : D 94144 . Première publication en France en 1997, puis sous le titre Les Cartes perdues de Christophe Colomb (2003).
  12. (en) Base INDUCKS : D 97437 . Première publication en France en 1998, puis sous le titre Jour sans bol (2006).
  13. (en) Base INDUCKS : D 93488 .
  14. Comme son nom de famille en version originale l'indique : gander signifie jars en anglais.