Déjà vu (film, 2006)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Déjà Vu (film, 2006))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Déjà vu (homonymie).
Déjà vu
Description de l'image Déjà Vu Logo.png.
Réalisation Tony Scott
Scénario Bill Marsilii
Terry Rossio
Acteurs principaux
Sociétés de production Touchstone Pictures
Jerry Bruckheimer Films
Scott Free Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre thriller
Durée 126 minutes
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Déjà vu est un film américano-britannique de science-fiction réalisé par Tony Scott, sorti en 2006.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Tournage d'une scène du film.

Le jour de mardi gras, à La Nouvelle-Orléans, un ferry, le Sen. Alvin T. Stumpf, transporte plusieurs centaines de marins de l'U.S. Navy et leurs familles des docks d'Algiers à une fête. Il explose et coule tuant 543 personnes à bord. L'agent Doug Carlin (Denzel Washington) de l'ATF est envoyé pour enquêter sur l'explosion…

Carlin découvre des preuves qu'il s'agit d'un attentat terroriste. Il va à la rencontre des officiers de police enquêtant sur l'affaire dont l'agent du FBI Paul Pryzwarra (Val Kilmer) et leur expose ses découvertes. De retour à son bureau, Carlin est informé de la découverte d'un corps calciné dans la rivière. Il s'agit de celui de Claire Kuchever (Paula Patton) et il a été retrouvé, à l'inverse d'autres corps, avant l'explosion. Le shérif chargé de l'affaire pense que quelqu'un voulait faire croire qu'elle faisait partie des victimes de l'explosion mais que le corps est réapparu plus tôt que prévu. Carlin apprend également que son coéquipier, Larry Minuti (Matt Craven), a été vraisemblablement tué lors de l'explosion.

Pryzwarra, impressionné par les talents de détective de Carlin, le convainc de le rejoindre dans une unité gouvernementale nouvellement formée, chargée pour sa première enquête d'élucider les raisons de l'explosion. Avec une équipe emmenée par Jack McCready (Bruce Greenwood) et le docteur Alexander Denny (Adam Goldberg), ils étudient les événements ayant précédé l'explosion en utilisant un nouveau logiciel nommé Snow White (« Blanche-Neige ») qui permet de voir en détail le passé avec 4 jours, 6 heures, 3 minutes et 45 secondes de décalage. L'inconvénient de la machine est qu'elle ne permet de voir les événements qu'une seule fois et en temps réel. Convaincu que Claire est un élément crucial pour l'enquête, Carlin parvient à persuader l'équipe de suivre en particulier ses agissements. Grâce à Snow White, il découvre que le poseur de bombe veut lui acheter sa voiture pour la cacher dans le ferry. Même s'il ne l'achète finalement pas, cela permet à l'équipe de découvrir un endroit où le terroriste sera à une heure précise.

Au cours des recherches, Carlin découvre qu'en réalité, il peut interagir avec Snow White pour envoyer des signaux dans le passé. Il découvre qu'il peut même envoyer des objets. Denny explique à Carlin les dangers qu'il y a à influer sur le passé mais ce dernier y envoie quand même une note sur son propre bureau pour se communiquer à lui-même le moment et le lieu auxquels il pourra stopper le terroriste. C'est toutefois son partenaire, Larry Minuti, qui trouve le message et va à l'endroit du rendez-vous. Il y reçoit une balle de pistolet à travers la portière de la voiture du terroriste. Celui-ci le traîne inconscient dans son véhicule et quitte la zone d'observation. Pour suivre le terroriste, Carlin n'a qu'une solution : utiliser une version mobile de Snow White fixée sur un casque, qu'il emporte dans une voiture de l'armée. Celle-ci donne une vue du passé sur la zone l'entourant et Carlin doit se faufiler dans une circulation du présent relativement dense pour poursuivre le terroriste qui circule lui, dans le passé sur une route dégagée. Après un accrochage, le système est endommagé et l'équipe doit le guider sans que Carlin ait de retour visuel. Carlin parvient à arriver devant les ruines d'un bâtiment embouti par une ambulance. L'équipe y voit le terroriste tuer Minuti. Sur les lieux, Carlin trouve un objet appartenant à Claire. La voiture du terroriste ayant été endommagée par le tir de pistolet de celui-ci, il a donc dû avoir besoin d'un nouveau véhicule. Il a alors volé la voiture de Claire et enlevé la jeune femme.

Grâce à un système de reconnaissance faciale, le poseur de bombe est identifié et est placé en détention. Il s'agit d'un homme désabusé nommé Carroll Oerstadt (James Caviezel) haïssant le gouvernement américain parce qu'on a refusé son admission chez les marines et dans l'armée pour cause d'instabilité psychologique. Le cas étant résolu, le gouvernement décide d'arrêter le projet Snow White.

Carlin passe une dernière fois à l'appartement de Claire et trouve sur son frigo des aimants de lettres formant la phrase U CAN SAVE HER (« Tu peux la sauver »). L'agent refuse la situation, car pour lui l'objet de Snow White est de permettre en contrôlant le temps de sauver les victimes de la catastrophe en même temps que Claire. Carlin parvient à convaincre Denny de tenter une dernière expérience non autorisée : le renvoyer dans le passé pour sauver les victimes. La procédure n'est pas sans risque car aucun test de ce genre n'a jamais été fait et Carlin risque sa vie en tentant l'expérience, car son retour dans le passé arrêtera de manière certaine son cœur; si personne ne le ramène à battre, la mort s'ensuivra rapidement. Il se téléporte dans un hôpital, quatre jours dans le passé et, par chance, des médecins le prennent en charge dès son arrivée. Ceux-ci découvrent une inscription sur le torse de Carlin : Revive me (« Ranimez-moi »). Remis de son voyage, Carlin vole des vêtements et une ambulance pour rejoindre le lieu de la mort de Minuti où Claire est sur le point d'être exécutée par Oerstadt. Carlin parvient à la sauver en emboutissant l'ambulance dans le bâtiment où elle est retenue.

Blessé à l'épaule, Carlin va se soigner chez Claire. Après avoir laissé le message sur le frigo de la jeune femme avec les aimants et l'avoir convaincue de sa bonne foi, il part sur le ferry et tue Oerstadt avec l'aide de Claire. Mais il n'a pas le temps de désamorcer la bombe. Pour sauver les passagers du ferry, Carlin envoie la voiture qui contenait la bombe dans l'eau avant que celle-ci n'explose. Claire parvient à se sauver mais Carlin meurt dans l'explosion sous-marine. Claire est désespérée de la mort de Carlin quand le Carlin du présent arrive pour la consoler. Alors qu'ils s'en vont en voiture, on entend la chanson Don't Worry Baby des Beach Boys à la radio, celle que l'on entendait après l'explosion au début du film.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Drapeau des États-Unis États-Unis, Drapeau du Canada Canada :
Drapeau de la France France, Drapeau de la Suisse Suisse romande, Drapeau de la Belgique Belgique :

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Représentation topologique de l'idée de Brian Greene utilisée dans le film pour expliquer le trou de ver.
« Je veux que les spectateurs quittent les salles en se disant que ce genre de voyage dans le temps est réellement possible. Si la technologie nécessaire n'existe pas encore, les scientifiques le rendront possible demain[3]. »


Genèse et développement[modifier | modifier le code]

L'idée de faire un thriller autour du voyage dans le temps est développée par les scénaristes Bill Marsilii (en) et Terry Rossio, qui communiquent ensemble par mails[4]. Le projet va cependant mettre du temps à avancer, en raison de projets annexes (Terry Rossio coécrit notamment Pirates des Caraïbes : La Malédiction du Black Pearl qui sort en 2003). Ce n'est qu'en 2006 qu'ils parviennent à achever le scénario. Le physicien Brian Greene, spécialiste de la théorie des cordes, est engagé comme consultant scientifique pour peaufiner le script[4]. Ils présentent ensuite leur travail au producteur Jerry Bruckheimer, qui cherchait alors une nouvelle idée pour retravailler avec Tony Scott, après Top Gun, Le Flic de Beverly Hills 2, Jours de tonnerre, USS Alabama et Ennemi d'État[4].

« Le concept était original, le suspense réel, et l'histoire d'amour résolument différente de ce qu'on a déjà pu voir au cinéma. Quarante-huit heures après avoir reçu le scénario, nous l'achetions. (...) Nous sentions l'immense potentiel dramatique que comportait le scénario de Déja vu avec tout ce qu'il apportait autour de l'histoire d'amour. L'idée de pouvoir ramener à la vie une personne qu'on aime est un magnifique concept. Le scénario est riche en rebondissements, divertissant, et plein de romance. De plus, en amenant Tony Scott sur le projet, nous étions sûr que ce film serait rempli de scènes d'actions exaltantes. (...) Nous avions tous les deux le même objectif pour ce film : vous emmener pendant deux heures pour que vous oubliiez tout et que vous vous perdiez dans la magie du spectacle. Quand les lumières de la salle s'éteignent, vous êtes immergé dans un autre monde, le monde de Déja vu[3]. »

— Jerry Bruckheimer

Le développement du film a été profondément chamboulé par les ravages de l'ouragan Katrina en 2005 à La Nouvelle-Orléans, où le tournage devait avoir lieu en janvier 2006. Tony Scott quitte alors le projet, ce qui engendre le départ de Denzel Washington. Finalement, le Bureau du Film et de la Télévison de Louisiane a assuré aux producteurs qu'ils auront de bonnes conditions de tournage. Une partie des employés de l'équipe du film ont par ailleurs été engagés sur place, afin de relancer l'économie locale[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Denzel Washington avait déjà tourné sous la direction de Tony Scott pour USS Alabama (1995) et Man on Fire (2004). Ils se retrouveront par la suite pour L'Attaque du métro 123 (2009) et Unstoppable (2010), dernier film du réalisateur décédé en 2012. Val Kilmer et Tony Scott avaient quant à eux collaborés sur Top Gun (1986) et True Romance (1993).

Tournage[modifier | modifier le code]

Une caméra Genesis

Le tournage a eu lieu à La Nouvelle-Orléans et à Morgan City en Louisiane, à Los Angeles et Pasadena et aux Universal Studios d'Universal City en Californie[5].

Des caméras numériques haute définition dernier cri ont été utilisés pour le tournage. Ainsi, la caméra Genesis (en) de Panavision a permis de filmer avec des éclairage très faibles sans altérer la qualité de l'image[3]. La Tim Track de Digital Air a servi quant à elle à donner l'impression d'un mouvement figé dans le temps alors. Une caméra Lidar a elle permis de scanner les structures, comme avec la maison de Claire. Tony Scott explique :

« Pour moi, ces caméras ont été autant d'outils pour l'enquête qu'est le film. Tous les styles d'images de Déjà vu s'unissent pour rendre plus convaincant encore le mélange d'histoire d'amour, d'enquête criminelle et de voyage dans le temps[3]. »

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Harry Gregson-Williams, qui signe ici sa 5e collaboration avec Tony Scott. La bande originale de Déjà vu contient beaucoup de musique préexistante. Trois des chansons utilisées dans le film contiennent des éléments de soul et de gospel. La chanson Don't Worry Baby des Beach Boys sert d'aide au téléspectateur pour replacer les événements du film dans le temps en tentant de provoquer chez lui le phénomène de déjà-vu servant de toile de fond au film. Le compositeur Harry Gregson-Williams a supervisé la musique du film et des artistes comme Charmaine Neville et Macy Gray ont joué des morceaux spécialement pour celui-ci[7].

Liste des titres
  1. Algiers Ferry (3:05)
  2. The Aftermath (4:29)
  3. Dazzle Me (2:24)
  4. Claires Apartment (4:11)
  5. Better Have Some KY (5:36)
  6. You Can Save Her (9:02)
  7. Humvee Chase (6:02)
  8. Tell Me the Truth (3:07)
  9. The Hideout (4:20)
  10. Claires Rescue (4:19)
  11. Coming Back to You, interprété par Macy Gray (3:21)
  12. Humvee Chaserists (The Sonic Terrorists Remix) (3:29)
Autres titres présents dans le film

Sortie[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Box-office arrêté le… Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
64 038 616 $[1] [8] 14[8]
Drapeau de la France France 739 510 entrées[9]
Alt=Image de la Terre Mondial 180 557 550 $[1] - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[10]

Récompense[modifier | modifier le code]

  • Nielsen/EDI Gold Reel Awards 2007 : International Gold Reel Award

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Déjà vu », sur Box Office Mojo (consulté le 24 novembre 2015)
  2. (en) Release info sur l’Internet Movie Database
  3. a, b, c, d et e Secrets de tournage - Allociné.fr
  4. a, b et c (en) Sheila Roberts, « Bill Marsilii Interview, Screenwriter of Déjà Vu », sur Movies Online,‎ (consulté le 12 avril 2013)
  5. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) Déjà Vu (Original Soundtrack) - iTunes
  7. (en) « Déjà vu (2006) - Soundtracks », IMDb.
  8. a et b (en) « Déjà vu - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 24 novembre 2015)
  9. « Déjà vu », sur JP box-office.com (consulté le 24 novembre 2015)
  10. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]