Conseil des représentants (Irak)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Conseil des représentants d'Irak
مجلس النواب العراقي

Description de l'image Baghdad Convention Center inside.jpg.
Type
Type Chambre basse
(en théorie)
Chambre monocamérale
(en pratique)
Présidence
Président Salim al-Jabouri (en) (LNI)
Élection
Structure
Membres 328
Groupes politiques Alliance irakienne unifiée (128)
Alliance patriotique démocratique du Kurdistan (53)
Front d'accord irakien (44)
Élection
Dernière élection Élections législatives de 2018
(12 mai 2018)

zone verte, Bagdad.

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site web http://www.parliament.iq

Le Conseil des représentants ou encore Chambre des députés (en arabe : مجلس النواب العراقي) est, selon la Constitution de l'Irak de 2005, la chambre basse du parlement bicaméral irakien.

En réalité, elle est la seule assemblée du pouvoir législatif irakien, le Conseil de la Fédération (chambre haute) ne s'étant encore jamais réuni.

Il est situé dans la zone verte à Bagdad.

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Conseil est composé de 329 députés représentants élus pour quatre ans au scrutin proportionnel de liste ouvertes dans dix huit circonscriptions de sept à trente quatre sièges correspondants aux gouvernorats de l'Irak. Les sièges sont répartis selon la Méthode de Sainte-Laguë avec un quota de 25 % des sièges réservés aux femmes. Aux élections de 2013, ces dernières ont totalisées 25,30 % des membres du conseil[1].

Sur les 329 sièges, 9 sont réservés aux minorités religieuses ou ethniques, à raison de cinq sièges pour les chrétiens et un chacun pour les Mandéens, Yézidis, Shabaks et kurdes Feylis, ce dernier ayant été ajouté en février 2018 sur décision du conseil[1].

Conditions[modifier | modifier le code]

Seules peuvent être élues les personnes âgées d'au moins 30 ans, diplômées de l'enseignement secondaire. Les membres actifs des forces armées ne peuvent se présenter comme candidats. Sont également exclues les personnes condamnées pour détournement de fonds publics ou pour crime d'honneur, ainsi que les anciens cadres du parti Baas[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

À la suite du concours organisé pour la construction du nouveau parlement irakien par le jury du Royal Institute of British Architects en 2012, le cabinet britannique Assemblage avait été désigné comme le vainqueur et s'était vu attribuer la somme de 250 000 dollars. Mais le gouvernement irakien a préféré sélectionner le projet de Zaha Hadid, pourtant arrivé en troisième position, Capita Symonds, filiale du Capita Group, étant positionné en deuxième place.

En 2010, le gouvernement irakien lui a commandé le nouveau bâtiment de la Banque centrale d'Irak qui est en cours de construction. Ce projet était son premier projet pour son pays natal, chantier estimé à 500 millions de dollars.

Le gouvernement fédéral de Nouri al-Maliki a confirmé la construction d’un nouveau parlement pour un milliard de dollars dans un contexte difficile pour l'Irak avec les exactions de l'État islamique en Irak et au Levant et les positions du gouvernement régional du Kurdistan irakien.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]