Élections législatives irakiennes de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élections législatives irakiennes de 2021
Les 329 sièges du Conseil des représentants
Corps électoral et résultats
Inscrits 22 116 368
Votants 9 077 779
41,04 % en diminution 3,5

Hadi Al-Amiri.jpg Alliance Fatah – Hadi al-Ameri
Sièges en 2018 48
Haider al-Abadi portrait.jpg Alliance de la Victoire – Haïder al-Abadi
Sièges en 2018 42
Nechirvan Barzani meets with Ali Shamkhani, Tehan 21 January 2018 (29915) (cropped).jpg Parti démocratique du Kurdistan – Netchirvan Barzani
Sièges en 2018 25
Nouri al-Maliki in Iraqi parliamentary election, 2018 08 (cropped).jpg Coalition de l'État de droit – Nouri al-Maliki
Sièges en 2018 25
Ayad Allawi.jpg Al-Wataniya (en) – Iyad Allaoui
Sièges en 2018 21
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Union patriotique du Kurdistan – Lahur Talabani et Bafel Talaban
Sièges en 2018 18
Ammar al-Hakim in Iraqi parliamentary election, 2018 02 (cropped).jpg Mouvement de la sagesse nationale (en) – Ammar al-Hakim (en)
Sièges en 2018 19
Premier ministre
Sortant
Moustafa al-Kazimi
Indépendant

Les élections législatives irakiennes de 2021 se déroulent de manière anticipée le en Irak afin d'élire les 329 membres du Conseil des représentants. Initialement prévues pour et un temps avancé au 6 juin 2021, le scrutin est avancé du fait des manifestations de 2019-2021 en Irak.

Contexte[modifier | modifier le code]

Manifestations en novembre 2019.

Des manifestations anti-gouvernementales ont lieu en Irak à partir du . Les protestataires manifestent contre le chômage, la corruption, la déliquescence des services public, la tutelle de l'Iran et réclament la « chute du régime ». Le mouvement, qui se déroule principalement à Bagdad et dans les villes du sud du pays à majorité chiite, se développe en un véritable soulèvement populaire. La répression, conduite par les forces de sécurité, et notamment par les milices pro-iraniennes des Hachd al-Chaabi, fait entre 470 et 600 morts entre octobre et [1].

Le mouvement finit par provoquer la démission du Premier ministre Adel Abdel-Mehdi le . Son remplaçant, Moustafa al-Kazimi annonce le la tenue d'élections législatives anticipées pour le [2]. En janvier 2021, cependant, le scrutin est reporté au 10 octobre 2021 par le gouvernement en raison de son impréparation à la conduite du scrutin[3].

Le Parti communiste irakien et d'autres organisations politiques ayant pris part aux manifestations de 2019 appellent au boycott du scrutin, estimant qu'il ne pourrait se dérouler librement tant que des partis posséderont des branches armées capables de faire pression sur les électeurs, notamment dans les quartiers populaires de Bagdad[4].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Conseil des représentants de l'Irak est la chambre basse du parlement bicaméral irakien. Elle est cependant de facto le seul pouvoir législatif, le Conseil de la fédération censé constituer la chambre haute ne s'étant encore jamais réuni depuis la mise en place de la constitution de 2005.

Le conseil est composé de 329 représentants élus pour quatre ans au vote unique non transférable dans 83 circonscriptions plurinominales, avec un quota de 25 % des sièges réservés aux femmes dans chacune d'elles. Les électeurs votent pour un seul candidat dans leur circonscription, et les candidats ayant reçu le plus de voix dans celle-ci sont élus à hauteur du nombre de sièges qui y sont à pourvoir[5],[6]. Sur les 329 sièges, 9 sont réservés aux minorités religieuses ou ethniques, à raison de cinq sièges pour les chrétiens et un chacun pour les Mandéens, Yézidis, Shabaks et Kurdes Feylis, ce dernier ayant été ajouté en sur décision du conseil[5].

Il s'agit des premières élections organisées sous ce nouveau système, adopté en 2021 à la suite des importantes manifestations appelant à une réforme du système. Les précédentes élections avaient lieu au scrutin proportionnel de liste ouvertes dans 18 circonscriptions de sept à 34 sièges correspondants aux gouvernorats de l'Irak, et les sièges était répartis selon la méthode de Sainte-Laguë[5].

Conditions[modifier | modifier le code]

Le droit de vote s'acquiert à l'âge de 18 ans. Seules peuvent être élues les personnes âgées d'au moins 30 ans, diplômées de l'enseignement secondaire. Les membres actifs des forces armées ne peuvent se présenter comme candidats. Sont également exclues les personnes condamnées pour détournement de fonds publics ou pour crime d'honneur, ainsi que les anciens cadres du parti Baas[5].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats préliminaires des législatives irakiennes de 2021 (234/329 sièges)[7],[8],[9]
Partis Voix % +/- Sièges +/-
Mouvement sadriste N/a 73 en augmentation 73
Parti du progrès Nv 41 en augmentation 41
Coalition de l'État de droit 37 en augmentation 12
Parti démocratique du Kurdistan 32 en augmentation 7
Union patriotique du Kurdistan 17 en diminution 1
Alliance Fatah 14 en diminution 34
Alliance de la victoire
Alliance des révolutionnaires réformistes Nv
Liste Moutahidoun
Al-Wataniya
Coalition démocratie et justice Nv
Alliance civilisée
Autres partis -
Indépendants 20 en augmentation 18
Votes valides
Votes blancs et nuls
Total 9 077 779 100 - 329 en stagnation
Abstentions
Inscrits / participation 22 116 368 41,05

Analyses[modifier | modifier le code]

Alors qu'ils semblent en recul dans les urnes selon des résultats provisoires, les groupes militants pro-iraniens contestent les résultats. Bien que les élections se soient déroulées sans accroc, le taux d'abstention de 60 % est élevé. Si le mouvement sadriste remporte les élections, il n'a pas de majorité absolue et est appelé à former une coalition pour gouverner[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 4, « Plusieurs morts dans le démantèlement de sit-in en Irak », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  2. « Irak : en proie aux révoltes populaires, le gouvernement annonce des élections anticipées », sur RTBF Info, (consulté le ).
  3. « Iraqi cabinet votes to delay general election until October 10 », Al Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « En tant que communistes, nous boycottons ces élections », sur L'Humanité,
  5. a b c et d « IPU PARLINE database: IRAQ (Council of Representatives of Iraq), Texte intégral », sur archive.ipu.org (consulté le ).
  6. (ar) « تعليمات توزيع المقاعد لانتخابات مجلس النواب العراقي 2021 – IHEC Website », sur ihec.iq (consulté le ).
  7. (en) Rudaw, « Iraq Elections 2021 - Interactive Map, Survey, Results », sur rudawelections.com (consulté le ).
  8. https://twitter.com/IHECOfficial/status/1447419865824903174
  9. (en) « High-caliber surprises emerge after the announcement of the Iraqi elections' preliminary results », sur High-caliber surprises emerge after the announcement of the Iraqi elections' preliminary results, (consulté le ).
  10. (en) Mina Al-Oraibi, « The Biggest Loser of Iraq’s Election Could Be Iran », sur Foreign Policy, .