Condorcet (Drôme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Condorcet.
Condorcet
Image illustrative de l'article Condorcet (Drôme)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies

Nyons (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Jean-Claude Brus
2014-2020
Code postal 26110
Code commune 26103
Démographie
Population
municipale
474 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 31″ nord, 5° 12′ 03″ est
Altitude Min. 301 m – Max. 1 217 m
Superficie 22,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Condorcet

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Condorcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Condorcet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Condorcet

Condorcet est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Condorcet est situé à 10 km au nord-est de Nyons. En plus du village principal, cette commune de la Drôme provençale comporte plusieurs hameaux : la Bégude, proche du village, les Cognets, Saint-Pons, les Ouvières, et la Bonté, le plus au sud.

Communes limitrophes de Condorcet
Teyssières Saint-Ferréol-Trente-Pas Eyroles
Venterol Condorcet Sahune
Aubres Les Pilles Curnier

La commune est arrosée par le Bentrix, cours d'eau de 15,4 km, affluent de l'Eygues[1], ainsi que par certains de ses affluents, comme le ruisseau de Roubiousse[2], ou le ravin de Maras[3].

Le relief de la commune est accidenté, composé de plusieurs vallons, des affluents du Bentrix, et quelques sommets entre 600 et 800 mètres. Le point culminant est le Cougoir, à 1 214 m[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de la Drôme.
Condorcet

Les armes peuvent se blasonner ainsi : D'azur au dragon volant d'or, lampassé et armé de sable à la bordure du même.


Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L’origine de Condorcet remonte à l'époque gauloise, comme en témoigne le toponyme. Une vieille tradition veut que l’emplacement du village actuellement en ruines, ait été occupé autrefois par un bois sacré des druides.

L’abbaye de Cluny y fonda un prieuré au IXe siècle et les comtes de Die paraissent en avoir été les seigneurs dès les débuts de la féodalité.

Jusqu'à la Révolution, on utilisait sur le marché de Condorcet les unités de mesure en cours à Orange, sauf pour les poids, pour lesquels on utilisait ceux du Buis[5].

Les princes d’Orange de la maison des Baux en possédèrent le haut domaine à partir de 1239[6] et l’inféodèrent plus tard à la famille de Caritat d’où devait sortir un jour le célèbre conventionnel Jean Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet qui a illustré à jamais le nom du pays. Aussi bon écrivain que philosophe, mathématicien il devint l’un des hommes politiques et des penseurs parmi les plus marquants de la Révolution française.

Le péage de Condorcet fut supprimé au XVIIIe siècle[7].

Plusieurs gisements de baryte, gypse, calcite, plâtre, plomb ainsi qu'une fontaine minérale furent exploités. La fermeture de la ligne de chemin de fer de Pierrelatte à Nyons le , sonna la fin de ces activités.

L'eau de la source du Rouet a servi de remède à de nombreux malades, Condorcet les Bains fut le nom du village entre 1880 et 1914 mais cette activité cessa également, la commune n'ayant pas les moyens de rivaliser avec d'autres villes d'eaux.

Vers 1870, une nouvelle route pour Dieulefit fut construite dans la vallée en remplacement de celle qui passe par le vieux village. C'est à cette époque que les villageois démolissent leurs maisons et construisent dans la vallée, à l'emplacement du village actuel. C'est aussi de cette époque que datent l'église et les écoles actuelles. L'ancien cimetière au pied du vieux village a été fonctionnel jusqu'aux années 1950.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le t final remplaça le s étymologique au XVIIe siècle. Cet orthographe condorces a pour origine le Castrum Condorcense = château bâti sur le fundus, propriété de Condorcus, latinisation du nom de personne gaulois Condorcos = celui qui voit, ou celui qu’on regarde [8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Patrick Coullet    
2014 en cours
(au 14 novembre 2014)
Jean-Claude Brus[9] SE Fonctionnaire

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 474 habitants, en diminution de -1,66 % par rapport à 2009 (Drôme : 3,24 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
602 450 626 639 748 734 714 704 689
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
639 617 561 528 594 572 558 585 516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
505 494 495 461 436 430 408 287 256
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
222 224 252 340 386 447 471 482 474
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coteaux-des-baronnies.

La commune fait partie de la zone de production des coteaux-des-baronnies.

Artisanat et commerces[modifier | modifier le code]

De nombreux commerces et entreprises de proximité sont implantés sur la commune : boulangerie, maçons, services à l'habitat plus généralement[14].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Plusieurs modes d'hébergement sont à la disposition des touristes : 1 camping, 4 gîtes ruraux, 1 chambre d'hôte, 1 gîte d'étape équestre. Le tourisme de la commune est essentiellement tournée vers les sports de plein air, notamment la randonnée pédestre et équestre, via le GR9, et plusieurs circuits proposés. La commune bénéficie également de sa proximité de Nyons, avec quelques monuments à visiter[15].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Grenoble, et dispose d'une école maternelle à classe unique (20 enfants)[16]. L'école primaire la plus proche est celle de Saint Férréol Trente Pas. Les élèves poursuivent leurs études à Nyons.

Santé[modifier | modifier le code]

Aucun professionnel de santé n'est installé sur la commune de Condorcet. Les médecins généralistes les plus proches, ainsi que l’hôpital se situent à Nyons. Par contre, une maison spécialisée, de l'association Perce-Neige est à disposition des personnes handicapées, au lieu-dit Saint-Pons[17].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Condorcet dépend du diocèse de Valence, doyenné de Sahune[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’ancien château fort, qui fut le berceau de la famille du grand conventionnel, est en ruines. Il en subsiste seulement quelques tours. Le donjon en est la partie la mieux conservée. Les fortifications du château et celle du village de Condorcet furent comprises au nombre des « places non frontières » dont l’édit royal de 1627 ordonna le démantèlement.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Bentrix sur le site du SANDRE
  2. Fiche du Roubiousse sur le site duy SANDRE
  3. ravin de Marnas sur le site du SANDRE
  4. Le cougoir, point culminant de la commune
  5. Roger Pierre, « Les mesures sous l'Ancien Régime », Bulletin de l'association universitaire d'études drômoises, no 26, 1972, p. 17.
  6. Charles-Laurent SALCH, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen-Âge en France, Strasbourg, PUBLITOTAL, , 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3), p. Condorcet
  7. Michel de la Torre, Drôme: le guide complet de ses 371 communes, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Condorcet
  8. (Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny, t. II, p. 547, fondation du prieuré clunisien)
  9. Condorcet sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 14 novembre 2014).
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. entreprises à Condorcet
  15. tourisme à Condorcet
  16. école maternelle de Condorcet
  17. Maison Perce Neige
  18. paroisse de Condorcet

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]