Sahune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sahune
Sahune
Vue sur l'église paroissiale et le vieux Sahune
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Canton Nyons et Baronnies (depuis mars 2015)

Rémuzat (avant mars 2015)

Intercommunalité Communauté de communes des Baronnies en Drôme Provençale
Maire
Mandat
Marc Bompard
2014-2020
Code postal 26510
Code commune 26288
Démographie
Gentilé Sahunais, Sahunaises
Population
municipale
315 hab. (2016 en diminution de 3,96 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 56″ nord, 5° 16′ 05″ est
Altitude Min. 331 m
Max. 1 000 m
Superficie 16,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Sahune

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Sahune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sahune

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sahune

Sahune est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vallée de l'Eygues à Sahune

Sahune est situé à l'entrée des gorges de Saint-May, à 12 km à l'ouest de Rémuzat (chef-lieu du canton) et à 15 km au nord-est de Nyons. La commune est arrosée par l'Eygues et son affluent l'Ennuye.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Sahune
Eyroles Villeperdrix Saint-May
Eyroles, Curnier Sahune Montréal-les-Sources
Curnier Arpavon Arpavon

Histoire[modifier | modifier le code]

Château et église

Les premières mentions du castrum de Sahune (Anseduna) datent du début du XIe siècle (cartulaire du chapitre de Vaison). Il relevait alors du diocèse de Die (alors que la paroisse releva dès le XIIe siècle du diocèse de Sisteron) et plusieurs manses sont donnés par une famille présente le long de la vallée de l'Eygues.

Les plus anciens vestiges du village, et surtout du château, datent du XIIIe siècle. Une chapelle, dédiée à saint Michel lui était accolée. Elle a été récemment transformée en maison d'habitation.

Entrée fortifiée
Baie de l'entrée fortifiée

La seigneurie relevait du domaine des Mévouillon et des seigneurs, portant le nom de Sahune, leur en rendait hommage. L'évêque de Die y avait également des droits dès le XIIIe siècle. Au XIVe siècle, à la suite de la disparition des seigneurs de Montauban et Mévouillon, qui dominaient la région des Baronnies, Jean de Sahune rassembla plusieurs seigneuries autour de Sahune et prit le titre de baron. Endetté et sans enfant, il vendit ses droits au Dauphin qui les céda lui-même à la famille des Baux. Ses descendants cédèrent leurs droits aux Pape de Saint-Auban au XVIe siècle, qui eux-mêmes abandonnèrent leurs droits aux Pourcet en 1762.

Le vieux village d'abord détruit en 1654 par Montbrun durant les guerres de religion puis sur ordre de Richelieu au XVIIe siècle par le comte de Montoison, finit par être démantelé après la Révolution par les villageois pour récupérer les pierres de taille[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2016, la commune comptait 315 habitants[Note 1], en diminution de 3,96 % par rapport à 2011 (Drôme : +4,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500543570580672686642672690
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
685659662649672669616595559
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
557547505434412356332276248
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
240229242275290292300322315
2016 - - - - - - - -
315--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Sahune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1979 1995 Max Jouve PS  
1995 2014 André Félix SE  
2014 En cours Marc Bompard[6] DVD Agriculteur

Économie[modifier | modifier le code]

Sahune fait partie du Parc naturel régional des Baronnies provençales créé en 2015. Elle abrite d'ailleurs le siège de ce parc.

Commerce[modifier | modifier le code]

Le restaurant Dauphiné-Provence, membre du réseau Bistrot de pays[7], adhère a une charte qui a pour but de « contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien d’un lieu de vie du village »[8].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignoble à Sahune
Verger d'abricotiers

Il semblerait qu'il soit le berceau d'une race de brebis : la race de Sahune. Cette particularité était à l'origine, il y a quelques siècles d'une foire intercommunale durant laquelle les éleveurs vendaient quelques bêtes de leur troupeau.

Le vieux Sahune montre encore de nombreuses maisons abandonnées qui possèdent des grandes caves à vin qui absorbait une production vinicole importante[1]. Aujourd'hui, on cultive toujours la vigne des abricotiers, des cerisiers, des oliviers et d'autres arbres fruitiers.

Article détaillé : Coteaux-des-baronnies.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le village de Sahune est prisé des touristes, notamment des habitants du nord de la France, et des Européens du nord (Belges, Néerlandais, Allemands)[réf. nécessaire]. En été, le village voit sa population notablement augmenter, grâce à un hébergement hôtelier et aux trois campings dont il dispose. Le camping municipal, classé une étoile, est ouvert de début juin à début septembre. Il accueille touristes et travailleurs saisonniers qui viennent au village pour la cueillette des cerises et des abricots. Avant d'être utilisé pour accueillir des touristes, le terrain était un champ de lavande au début du XXe siècle. Puis, il a servi de parcours du combattant pour les participants aux chantiers de jeunesse pendant la Seconde Guerre mondiale. Au moment de sa création en 1963, il était l'un des premiers campings municipaux du département.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sahune dépend de l'académie de Grenoble. Les élèves débutent leur scolarité à l'école maternelle du village, composé d'une classe de 24 enfants[9]. Ils poursuivent leur étude à l'école élémentaire de la commune, composée d'une classe de 19 élèves[10]. Les collèges et lycées les plus proches se sitent à Nyons.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église paroissiale

La paroisse catholique de Sahune dépend du diocèse de Valence, doyenné de Sahune[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Il n'y a ni hôpital, ni médecin à Sahune, les professionnels de santé les plus proches se trouvent à Nyons.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le rocher de Bramard.
Chapelle Saint Joseph à Sahune.

Le vieux village, très largement abandonné à partir du XIXe siècle, a été dégagé par une équipe de bénévoles. On peut y parcourir d'anciennes ruelles, pour découvrir les vestiges de quelques ateliers de cordonniers, avant de rejoindre l'ancienne église paroissiale (XVIIe siècle) et les restes du château féodal et de la chapelle castrale (XIIIe siècle, propriété privée).

Les restes de la chapelle Saint-Jean, au pied du Bramard, ont été intégrés à un bâtiment agricole. Il en subsiste le chœur à chevet plat qui est très bien appareillé. Cette chapelle est citée dès le XIIe siècle et relevait en 1183 du prieuré de Saint-May et par cet intermédiaire de l'abbaye de l'Île Barbe à Lyon.

Sahune est situé à l'entrée occidentale des gorges de l'Eygues dites aussi « gorges de Saint-May ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]