Calendrier byzantin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Comput byzantin)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La création du monde selon le livre de la Genèse.

Le système de datation byzantine ou calendrier byzantin, aussi appelé « Ère de la création du monde » (en grec ancien : Ἔτη Γενέσεως Κόσμου κατὰ Ῥωμαίους, Ἔτος Κτίσεως Κόσμου ou Ἔτος Κόσμου) ou plus simplement « Ère byzantine »[1], fut d’abord le calendrier utilisé par l’Église orthodoxe du patriarcat œcuménique de 691 à 1728 avant de devenir le calendrier officiel de l’Empire byzantin vers 988 jusqu’à la chute de Constantinople en 1453, ainsi que de la Rus’ kiévienne, puis de la Russie jusqu’à 1700.

Ce calendrier était basé sur le calendrier julien. Toutefois, l’année commençait le 1er septembre et l’année elle-même était numérotée selon l’ère de la Création du Monde (en latin : Anno Mundi ou Ab Origine Mundi, en abrégé AM) selon la version de la Bible dite des « Septante » pour laquelle le monde aurait été créé 5509 ans avant la naissance de Jésus-Christ [N 1].

L’année 1 marquant la création du monde se serait ainsi écoulée du 1er septembre 5509 av. J.-C. jusqu’au 31 aout 5508 av. J.-C.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers siècles chrétiens[modifier | modifier le code]

Les méthodes étant utilisées par les Grecs et les Romains pour calculer le temps étant fonction de pratiques et coutumes païennes, les premiers chrétiens adoptèrent très tôt l’habitude juive de dater les années à partir de la création du monde[2].

Le modèle biblique fait remonter la création du monde aux environs de 5500 av. J.-C. ou de 4000 av. J.-C. selon le calcul des généalogies que l’on retrouve dans la Genèse, premier livre de la Bible. Le modèle le plus ancien, remontant aux Père de l’Église et à l’ « ère byzantine » ou à son prédécesseur, l’ « ère alexandrine » (voir ci-après), est basé sur la version des Septante[N 2]. Les dates plus récentes sont basées sur l’archevêque James Ussher, primat de l’Église d’Irlande de 1625 à 1656, et le calendrier hébraïque basé sur le texte hébraïque massorétique.

Fragment de la version des Septante de la Bible. Livre d’Esdras, d’après le Codex Vaticanus

Les premières mentions que l’on trouve dans les textes chrétiens sur l’âge du monde apparaissent chez Théophile, sixième évêque d’Antioche, (115-181) dans son traité apologétique, Traité à Autolycus[3], ainsi que chez Sextus Julius Africanus (v. 160/180 - v. 240 ), auteur d’une chronologie de l'histoire du monde depuis la Création biblique jusqu'à son époque [4]. Ces deux auteurs chrétiens se basant sur la version des Septante de l’Ancien Testament estimaient que le monde devait avoir environ 5 530 ans à la naissance du Christ[5]. Divers Pères de l’Église, comme Tatien le Syrien (né vers 110-120), Clément d’Alexandrie (vers 150 - vers 215), Hippolyte de Rome ((v. 170 – †235), Eusèbe de Césarée (vers 265 – 339), ont fait référence aux écrits d’auteurs de la période hellénistique qui s’étaient penchés sur la datation de divers évènements mentionnés dans la Bible [6].

L’ère alexandrine[modifier | modifier le code]

Prédécesseur de l’ère byzantine, l’ère alexandrine apparut en 412, suite aux travaux d’Hippolyte de Rome et de Clément d’Alexandrie. Celle-ci fixait la date de la création du monde au 25 mars 5493 av. J.-C.[7],[N 3].

Le moine égyptien Panodore, qui vécut aux environs de l’an 400, calcula que 5904 ans s’étaient écoulés entre la création d’Adam et l’an 412. Le calcul de ces années commençait avec le 29 août, correspondant au 1er du mois de Thoth, premier mois du calendrier nilotique (correspondant aux mois de juillet-aout et à la crue du Nil)[8]. Toutefois, Annanios d’Alexandrie critiqua ce calcul comme se basant trop sur des sources païennes plutôt que sur des sources bibliques. Il élabora donc sa propre chronologie qui plaçait la création de 25 mars 5492 av. J.-C. Dans ce système, trois des principales dates de l’histoire de l’humanité se trouvaient à coïncider le 25 mars : la création du monde, l’annonciation de l’incarnation du Christ et sa résurrection[1].

L’ère alexandrine fut adoptée par plusieurs Pères de l’Église comme Maxime le Confesseur, Théophane le Confesseur, de même que par des chroniqueurs comme Georges le Syncelle [9]. Son aspect mystique le rendit très populaire surtout dans les cercles monastiques de Byzance. Cependant, ce symbolisme se heurtait à deux obstacles de taille. La première concernait la date de la Résurrection telle que fixée par le comput de la date de Pâques[N 4]; la deuxième était la contradiction avec l’évangile de saint Jean qui fixe la crucifixion au vendredi de la Pâque juive[1].

L’indiction, l’ère du monde et le Chronicon Paschale[modifier | modifier le code]

Exemplaire du Chronicon Paschale, édition vénitienne de 1729

On ne sait qui créa l’expression « Ère du monde » (Ἔτος Κόσμου), ni quand elle fut créée. Elle apparait pour la première fois vers 638/639 dans un traité écrit par le « moine et prêtre » Georges qui mentionne dans son texte toutes les variantes de cette expression[10],[1]. Pour lui, ce système avait l’avantage d’avoir en commun le début des cycles astronomique lunaire et solaire, ainsi que des « indictions », le système de datation en vigueur à Byzance depuis le VIe siècle. Il considérait qu’elle facilitait également la détermination de la date de Pâques[11].

Au départ, l’indiction romaine – du latin indictio, « annonce » –, correspondait à une imposition en nature, basée à la fin du IIIe siècle sur une évaluation fiscale devant être révisée tous les cinq ans. À partir de 312 apr. J.-C., l’empereur Constantin Ier fixa cette période à 15 ans et rendit obligatoire la mention de l'année de l’indiction, c’est-à-dire le numéro d'ordre de l’année dans le cycle, pour qu’un acte juridique soit valide. Par glissement de sens, le mot « indiction » cessa ainsi de désigner l’impôt lui-même pour signifier une période de 15 ans[12]. Le premier jour de l’année commençait alors le 23 septembre, jour anniversaire de l’empereur César Auguste. Durant la deuxième moitié du Ve siècle, probablement en 462 apr. J.-C., cette date fut transférée au 1er septembre et le restera par la suite tout au long de la vie de l’empire. En 537, l’empereur Justinien dans sa Novelle (édit) 47 décréta que toutes les dates officielles devaient inclure mention de l’indiction.

Les années étaient ainsi numérotées de 1 à 15 dans chaque cycle d’indiction; toutefois, les cycles eux-mêmes n’étaient pas numérotés. Par exemple, « en la huitième indiction » signifie en fait « en la huitième année de l'indiction en cours », la première indiction commençant le 1er septembre 312. À notre époque, les cycles d'indiction commenceraient donc le 1er septembre 1977, 1992, 2007, 2022, 2037, 2052, etc. Pour calculer l’indiction selon notre ère, il faut ajouter 3 au total et diviser celui-ci par 15 allant au chiffre immédiatement supérieur aux fractions obtenues. Ainsi, le 1er septembre 2018 marquerait l’entrée dans l'année d'indiction 12 dans le cycle qui a commencé le 1er septembre 2007[N 5].

Une variation de l’ère du monde fut suggérée dans le Chronicon Pascale, chronique byzantine de l'histoire du monde utilisant un système de chronologie fondé sur le cycle pascal. Il fut élaboré vers l’an 630 par un représentant de la tradition d’Antioche. Cette chronologie se base sur les principaux personnages de la Bible; il prend comme point de départ le 21 mars 5507 av. J.-C. et va jusqu’au règne d’Héraclius.

Avec quelques modifications (il différait de 16 ans de l’ère alexandrine et de 2 ans du Chronicon Pascale), le système de datation de l’ère byzantine fut fixé à partir de la deuxième moitié du VIIe siècle et fut connu en Europe occidentale [1]. On trouve mention de cette ère dans des novelles (édits) d’empereurs byzantins datant de 947, 962, 964. Elle devint officielle à partir de Basile II en 988 et se répandra à travers tout l’Empire romain d’Orient. L’ère byzantine prenait pour point de départ le 1er septembre et fixait la naissance du Christ en l’an 5509 avant notre ère.

Commençant avec la création du monde, le calendrier byzantin était identique au calendrier julien, introduit par Jules César en 46 av. J.-C. (708 depuis la fondation de Rome [en latin : ab Urbe condita ou AUC]) sauf pour les points suivants :

  • Le nom des mois était traduit du latin vers le grec ;
  • le premier jour de l’année était le 1er septembre de telle sorte que l’année civile et l’année religieuse s’étendaient du 1er septembre au 31 aout ;
  • les dates ne faisaient pratiquement jamais référence aux calendes, nones et ides des mois à la façon romaine, mais étaient numérotés à partir du 1er du mois à la manière grecque [13], syrienne [14] et égyptienne, ect.
  • la première année était celle de la création, soit du 1er septembre 5509 av. J.-C. au 31 aout 5508 av. J.-C., plutôt que celle de la fondation de Rome; de plus, la numérotation en fonction des années d’indiction remplaça la mention des consuls en fonction.

Le jour intercalaire du calendrier byzantin s’obtenait de façon identique à celui de la version originelle du calendrier julien en doublant le sixième jour avant les calendes de mars, c.à.d. le 24 février (le 29 février devint la date fixe à la fin du Moyen-Âge).

Ce qui était devenu l’ère byzantine du monde devait progressivement être remplacée dans le monde orthodoxe par l’ère chrétienne, d’abord par le patriarche Théophane Ier Karykes en 1597, puis par le patriarche Cyril Lucaris en 1626 avant d’être formellement adopté par l’Église en 1728[15].

Lorsque la Rus’ kiévienne se convertit au christianisme sous l’influence de Byzance, elle hérita du calendrier orthodoxe de l’ère byzantine traduit en slavon. Après la chute de l’Empire byzantin en 1453, il continua à être utilisé jusqu’en 1700 après J.-C. lorsque Pierre le Grand adopta le calendrier julien[16]. Ce dernier ordonna que le 1er janvier 7208 « depuis la création du monde » soit considéré comme le 1er janvier 1700 du calendrier julien et que l'année civile commence ce jour là, au lieu du 1er mars[17]. Il constitue encore la base des calendriers orthodoxes traditionnels où le mois de septembre 2000 commença l’année 7509 AM.

Pour traduire l’ère byzantine vers notre ère, il faut ajouter 5509 ans de septembre à décembre et 5508 de janvier à août.

Utilisation par quelques auteurs byzantins[modifier | modifier le code]

À partir de 537 et l’édit de Justinien obligeant à inclure l’indiction dans les dates apparaissant sur les actes officiels, il devint important de mentionner à la fois la date de la création du monde, alors toujours en discussion, et l’année d’indiction qui était alors la mesure normale des ans.

On trouve ainsi dans les actes du concile Quinisexte tenu à Constantinople en 692 sous Justinien II :

« […] À partir du quinzième jour du mois de janvier dernier, dans la quatrième indiction, en l’an six-mille-cent-quatre-vingt-dix…[18]”.

Au Xe siècle on trouve mention de l’ère byzantine dans des Novelles ou édits impériaux datant de 947, 962, 964 et 988, ainsi que dans les actes du patriarche Nicolas II Chrysobergès en 987[1].

Au siècle suivant, Jean Skylitzès (vers 1040-1118) utilisera souvent ce système de datation dans son œuvre Synopsis Historiarum (en grec Σύνοψις ἱστοριῶν / Synopsis historiôn), une chronique qui couvre la période allant de 811 à 1057 (dynasties amoriennes et macédonienne). Il se réfère ainsi à l’une des campagnes de Basile II :

« En l’an 6508 [notre an 1000], dans la treizième indiction, l’empereur envoya une puissante armée contre les positions fortifiées des Bulgares au plus loin des montagnes des Balkans[19]. »

Skylitzès se réfère ici à la treizième année d’un cycle de taxation de 15 ans qui doit avoir commencé le 1er septembre 6495 AM.

Nicétas Choniatès (vers 1155 – 1217), décrivant la chute de Constantinople, en fixe la date de cette façon :

« La Reine des villes (Constantinople) tomba aux mains des Latins le douzième jour du mois d’avril de la septième indiction de l’année 6712 (donc 1204 apr. J.-C.) (Magoulias (1984) p. 338). »

Heures et jours[modifier | modifier le code]

Comparaison entre les calendriers égyptien, julien, grégorien, hébreux et musulman.

Suivant l’antique coutume romaine, la journée byzantine était divisée en deux cycles de douze heures commençant et se terminant avec le coucher et le lever du soleil. La journée (nychthemeron) commençait ainsi à minuit et la première heure du jour (hemera) au lever du soleil. La troisième heure correspondait au milieu de la matinée, la sixième heure à midi et la neuvième heure au milieu de l’après-midi. Le soir (hespera) ou onzième heure débutait une heure avant le coucher du soleil (apodeipnon) qui était la première heure de la nuit. L’intervalle entre le coucher et le lever du soleil (nyx) était également divisé en douze heures correspondant aux douze « veilles » (vigiliae) romaines[20].

Mais alors que le calendrier romain, et donc païen, avait assigné une déité à chaque jour de la semaine, les Byzantins leur donnèrent un numéro d’ordre sauf pour le premier et les deux derniers jours qui reçurent une connotation chrétienne. Ainsi le premier jour était « le jour du Seigneur » (Kyriake), suivi par le « deutera » (lundi), « trite » (mardi), tetarte (mercredi), pempte (jeudi), paraskeve (jour de la préparation ou vendredi) et sabbaton (samedi)[21].

L’Empire byzantin étant profondément religieux, chaque jour de la semaine était consacré à un évènement marquant la vie du Christ, de la Theotokos (« Celle qui porta Dieu » c.a.d. la Vierge Marie) ou des saints, dont la commémoration remplaça progressivement les festivités païennes. Le dimanche remplaça ainsi le jour du soleil et marquait la Résurrection du Christ. Le lundi remplaça la lune et était consacré aux anges. Le mardi remplaça le dieu Mars et rappelait saint Jean-Baptiste, le précurseur (prodromos) du Christ. Le mercredi remplaça Mercure et était consacré à la Vierge Marie. Le jeudi remplaça Jupiter et commémorait les apôtres. Le vendredi remplaça Vénus et rappelait la crucifixion du Christ, alors que le samedi jusqu’alors journée de Saturne devint la commémoration de tous les saints et croyants décédés [22].

Chronologie de l’humanité selon le calendrier byzantin[modifier | modifier le code]

  • 1 AM = 5509 av. J.-C. / Création du monde
  • 4755 AM = 753 av. J.-C. / Fondation de Rome
  • 4841 AM = 667 av. J.-C. / Fondation de l’antique Byzance
  • 5464 AM = 44 av. J.-C. / Assassinat de Jules César
  • 5481 AM = 27 av. J.-C. / César Auguste devient le premier empereur de Rome
  • vers 5504 AM = 4 av. J.-C / Naissance de Jésus-Christ
  • vers 5538 AM = 30 apr. J.-C. / Crucifixion de Jésus
  • 5838 AM = 330 apr. J.-C. / Constantinople devient la nouvelle capitale de l’Empire romain
  • 5903 AM = 380 apr. J.-C. / Le christianisme devient la religion officielle de l’empire
  • 6045 AM = 537 apr. J.-C. / Décret de Justinien obligeant à inclure l’indiction
  • 6200 AM = 692 apr. J.-C. / Concile Quinisexte. Première apparition officielle de l’ère byzantine dans la datation
  • 6496 AM = 988 apr. J.-C. / Utilisation officielle de l’ère byzantine par Basile II
  • 6562 AM = 1054 apr. J.-C. / Date officielle du schisme entre les Églises d’Orient et d’Occident
  • 6579 AM =1071 apr. J.-C. / Bataille de Manzikert, marquant le début du déclin de Byzance
  • 6712 AM = 1204 apr. J.-C. / Sac de Constantinople par les croisés de la IVe siècle Croisade
  • 6769 AM = 1261 apr. J.-C. / Rétablissement de l’Empire byzantin par Michel Paléologue
  • 6961 AM = 1453 apr. J.-C. / Chute de Constantinople aux mains de Mehmet II
  • 7000 AM = 1492 apr. J.-C. / Mouvements millénaristes à Moscou marquant le 7000e anniversaire du calendrier liturgique
  • 7018 AM = 1510 apr. J.-C. / Le moine Philotheus de Pskov dans une lettre au tsar parle de Moscou comme de la « Troisième Rome ».
  • 7338 AM = 1830 apr. J.-C. / La Grèce obtient son indépendance de l’Empire ottoman
  • 7526 AM = 2017-2018 / Année en cours de l’ère byzantine débutant le 1er septembre 2017 et s’étendant jusqu’au 31 août 2018.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette expression « depuis la création du monde » revient à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament (Matthieu 25 (34); Luc 11 (50), Épitre aux Hébreux 4 (3) et Apocalypse 13 (8), 17 (8)
  2. La version des Septante est une traduction en grec de l’Ancien Testament rédigée au IIIe siècle avant Jésus-Christ. Elle est appelée ainsi parce que la tradition veut que 70 hommes travaillant indépendamment l’un de l’autre aient produit un texte rigoureusement identique. Elle fut considérée comme la version autorisée de la Bible pendant plusieurs siècles après Jésus-Christ. La version massorétique est un texte hébraïque compilé soigneusement par des érudits entre le sixième et le dixième siècle pour s’assurer qu’aucune erreur de transcription ne s’y était glissée. La plupart des bibles occidentales y compris la version dite du roi Jacques (The King James version) et la version dite « Vulgate » de saint Jérôme s’appuient sur ce texte.
  3. Un autre système de datation, dit « ère d’Antioche » apparut à peu près en même temps, mais différait du premier par une dizaine d’années. Toutefois les deux systèmes se rejoignaient après l’année 284, année où Dioclétien devint empereur
  4. Suivant le calendrier des cycles lunaires, il n’est jamais arrivé que la première pleine lune du printemps coïncide avec la date traditionnelle de la passion (25 mars) et tombe un vendredi.
  5. Il est à remarquer toutefois que l'indiction toujours en vigueur dans le calendrier liturgique romain commence le 1er janvier, ainsi toute l'année 2017 est dans l'année d'indiction 10 qui est devenue 11 le 1er janvier 2018

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Kuzenkov (2006) pp. 23-24
  2. Chilsom (1911) pp. 305-318.
  3. Theophilus of Antioch. « Theophilus of Antioch to Autolycus”. Book III. Chap XXIV (Chronology from Adam) – Chap. XXVIII (Leading Chronological Epochs)
  4. Bryn Mawr Classical Review 2008.04.43 [en ligne] http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http%3A%2F%2Fccat.sas.upenn.edu%2Fbmcr%2F2008%2F2008-04-43.html.
  5. Rose (2000) p. 236
  6. Wacholder (1968) pp. 451-452
  7. Bickerman (1980) p. 73
  8. Schaff (1908), « Era ».
  9. Ostrogorsky (1977) p. 217-218.
  10. Diepkamp (2900) pp. 14-51
  11. Rautman (2006) p. 7.
  12. Petit (1974) p. 548.
  13. Newton (1972) p. 515
  14. Butcher (2003) p. 127
  15. "Οικουμενικόν Πατριαρχείον", ΘΗΕ, τόμ. 09, εκδ. Μαρτίνος Αθ., Αθήνα 1966, στ. 778 / « Patriarcat œcuménique », Encyclopédie religieuse et éthique, vol. 9, Athènes, 1966, p. 1966
  16. Ellis (2008) Russian Calendar (988-1917)
  17. Philippe Frison (dir.) et Olga Sevastyanova (dir.) (préf. Florand Mouchard), Novgorod ou la Russie oubliée : une république commerçante (XIIe-XVe siècles, Charenton-le-Pont, Le Ver à Soie-Virginie Symaniec éditrice, coll. « Histoires effacées », (ISBN 979-1-092-36415-6, notice BnF no FRBNF44305447), p. 148 et 149.
  18. Canons of the Council in Trullo, URL : http://www.newadvent.org/fathers/3814.htm
  19. Stephanson (2006)
  20. Rautman (2006) p. 3
  21. Rautman (2006) p. 5
  22. Wolper, « Kirchenjahr »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Basil the Great (St). Hexæmeron. Nicene and Post-Nicene Fathers of the Christian Church, 2nd Series (NPNF2). Transl. Philip Schaff, D.D., LL.D. (1819–1893): Volume VIII – Basil: Letters and Select Works. Wm. B. Eerdmans Publishing Co., Grand Rapids, Michigan.
  • (en) Doukas. Decline and Fall of Byzantium To The Ottoman Turks. An Annotated Translation by Harry J. Magoulias. Wayne State University Press, 1975. (ISBN 978-0-814-31540-8).
  • (en) Choniates. Magoulias, Harry J. (trad.). Choniatès. O City of Byzantium, Annals of Niketas Choniates. Detroit, Wayne State University 1984. (ISBN 978-0-814-31764-8).
  • (en) Ibn Ezra, Abraham ben Meïr, (1092–1167). Ibn Ezra's Commentary on the Pentateuch: Genesis (Bereshit). (Vol.1 – Genesis). Transl. and annotated by H. Norman Strickman & Arthur M. Silver. Menorah Pub. Co., New York, N.Y., 1988. (ISBN 978-0-932-23207-6).
  • (en) Iulius Africanus: Chronographiae. The Extant Fragments. Martin Wallraff (ed.) In collaboration with Umberto Roberto and Karl Pinggéra, William Adler. Die griechischen christlichen Schriftsteller der ersten Jahrhunderte, NF 15. Translated by W. Adler. Berlin-New York: Walter de Gruyter, 2007. (ISBN 978-3-11-019493-7).
  • (en) Synkelos. The Chronography of George Synkellos: a Byzantine Chronicle of Universal History from the Creation. Transl. Prof. Dr. William Adler & Paul Tuffin. Oxford: Oxford University Press, 2002. (ISBN 978-0-199-24190-3).
  • (en) Theophanes. The Chronicle of Theophanes Confessor: Byzantine and Near Eastern History, AD 284–813. Cyril Mango, Roger Scott, Geoffrey Greatrex (Eds.). Oxford University Press, 1997. (ISBN 978-0-198-22568-3).
  • (en) Theophilus of Antioch. Theophilus of Antioch to Autolycus. Book III. Chap XXIV (Chronology from Adam) – Chap. XXVIII (Leading Chronological Epochs). ASIN: B008DIZ7C2.

Sources secondaires[modifier | modifier le code]

  • (en) Beckwith, Roger T. Calendar, Chronology, and Worship: Studies in Ancient Judaism and Early Christianity. Brill Academic Publishers, 2005. (ISBN 978-9-004-14603-7).
  • (en) Bickerman, Elias J. Chronology of the Ancient World, Cornell University Press, 1980. (ISBN 978-0-214-20088-5).
  • (en) Bryer, Anthony. "Chronology and Dating". In: Elizabeth Jeffreys, John Haldon, Robin Cormack . The Oxford Handbook of Byzantine Studies. Oxford University Press, 2008. (ISBN 978-0-199-25246-6).
  • (en)Butcher, Kevin. Roman Syria and the Near East, Los Angeles, Getty Publications, 2003. (ISBN 978-0-892-36715-3).
  • (en) Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Chronology - Era of the Creation of the World ". Encyclopædia Britannica. 6 (11th ed.). Cambridge University Press.
  • (de) Diepkamp, FR. “Der Mönch und Presbyter Georgios, ein unbekannter Schriftstelleer des 7. Jahrhunderts.”, Byzantinische Zeitschrift, 9 (1900).
  • (fr) Frison, Philipe (dir.) et Olga Sevastyanova (dir.) (préf. Florand Mouchard), Novgorod ou la Russie oubliée : une république commerçante (XIIe-XVe siècles), Charenton-le-Pont, Le Ver à Soie-Virginie Symaniec éditrice, coll. « Histoires effacées », 2015 ( (ISBN 979-1-092-36415-6), (notice BnF no FRBNF44305447).
  • (fr) Grumel, V. « L'année du monde dans la Chronographie de Théophane », Échos d'Orient , vol. 33, no 176, 1934.
  • (en) Kuzenkov, Pavel. "How Old is The World? The Byzantine Era and its Rivals". Institute for World History, Moscow, Russia (dans) Elizabeth Jeffreys, Fiona K. Haarer, Judith Gilliland. Proceedings of the 21st International Congress of Byzantine Studies: London, 21–26 August 2006: Vol. 3, Abstracts of Communications. Ashgate Publishing, Ltd., 2006.
  • (en) Newton, Robert R. Medieval Chronicles and the Rotation of the Earth. Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1972. (ISBN 978-0-801-81402-0).
  • (fr) Ostrogorsky, Georges. Histoire de l’état byzantin, Payot, 1977, (ISBN 2228070610).
  • (fr) Petit, Paul. Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775).
  • (en) Rautman, Marcus Louis. "Time." (dans) Daily Life in the Byzantine Empire. Greenwood Publishing Group, 2006. (ISBN 0-313-32437-9).
  • (en) Rose, Fr. Seraphim. GENESIS, CREATION and EARLY MAN: The Orthodox Christian Vision. St. Herman of Alaska Brotherhood, Platina, California, 2000. (ISBN 978-1-887-90402-5).
  • (en) Schaff, Rev. Philip (1819–1893), Ed. "Era." Schaff-Herzog Encyclopedia of Religious Knowledge. New Edition, 13 Vols., 1908–14. Vol. 4.
  • (en) Stephenson, Paul. "Translations from Byzantine Sources: The Imperial Centuries, c.700–1204: John Skylitzes, "Synopsis Historion": The Year 6508, in the 13th Indiction: the Byzantine dating system". November 2006.URL : http://www.paulstephenson.info/trans/scyl2.html.
  • (en) Theopohile d’Antioche. Trois livres à Autolycus (vers 170-177), éd. par G. Bardy, trad. J. Sender, Cerf, collection « Sources chrétiennes », vol. 20, 1948.
  • (en)Wacholder, dr Ben Zion. “Biblical Chronology in the Hellenistic World Chronicles” (dans) Harvard Theological Review, vol. 61, no 3, July 1968.
  • (en) Wallraff, M. (éd.). Julius Africanus und die christliche Weltchronistik. Text und Untersuchungen zur Geschichte der altchristlichen Literatur. Bd 157, Walter de Gruyter, New York - Berlin, 2006. (ISBN 978-3-110-19105-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Byzantine ways at reckonning Time. Web cities. ligne
  • (en) Church Calendar (dans) Orthodoxwiki en ligne
  • (en) Ellis, Charles. Russian calendars (dans) Literary Encyclopedia en ligne