Cobonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cobonne
Eglise Saint-Pierre de Cobonne
Eglise Saint-Pierre de Cobonne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Die
Canton Crest
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Drôme
Maire
Mandat
José Lothe
2014-2020
Code postal 26400
Code commune 26098
Démographie
Population
municipale
164 hab. (2015 en diminution de 0,61 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 37″ nord, 5° 04′ 32″ est
Altitude Min. 231 m
Max. 750 m
Superficie 11,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de la Drôme
City locator 14.svg
Cobonne

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Cobonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cobonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cobonne

Cobonne est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Situé au sud du massif préalpin du Vercors, le bourg ancien se présente sous la forme d'un village perché dominant la vallée de la Sye.

Sous l'ancien régime, le village dépendait de la seigneurie de Montoison dont la famille de Clermont-Tonerre a été propriétaire. Durant la Seconde Guerre mondiale, le village, situé dans une zone de maquis, a subi un bombardement intensif de la part des allemands et fut quasiment abandonné par la suite. Il connut ensuite un certain repeuplement et son bourg a bénéficié de quelques restaurations effectuées par des citadins depuis les années 1970.

En ce début de XXIe siècle , bien qu'il reste encore quelques paysans originaires de la commune et des environs, il y a une forte population de néoruraux, notamment dans la partie basse de la vallée de la Sye, en grande partie due au fait que l'agglomération valentinoise, bassin principal d'emplois de la région, est située à moins de 35 km du centre de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Photographie présentant la vallée de la Sye et le territoire de la commune de Cobonne (le vieux village est située en haut à droite de la photo)

Cobonne se positionne au sud du 45e parallèle et son territoire se positionne donc dans le quart sud-est de la France. Elle marque également les limites méridionales du massif du Vercors.

La mairie se situe à 8 km au nord-est de Crest et à 33 km à l'est de Valence, préfecture de la Drôme, ainsi qu'à 140 km de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune est administrativement située dans l'arrondissement de Die, dans le Canton de Crest. Elle est également une commune adhérente de la Communauté de communes du Val de Drôme qui comprend trente communes et dont le siège est situé à Eurre.

Description[modifier | modifier le code]

La plus grande partie du territoire de la commune est situé dans la vallée de la Sye, tandis que le vieux village de Cobonne situé au nord du territoire, est un village perché du Val-de-Drôme[1], lieu d'une ancienne fortification.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vaunaveys-la-Rochette Gigors-et-Lozeron Rose des vents
N Suze
O    '    E
S
Crest Aouste-sur-Sye

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Plan de la ville de Cobonne

Cobonne est située dans la vallée de la Sye, elle-même située à l'ouest de la vallée de Gervanne.

À l'ouest de Beaufort-sur-Gervanne, les marnes bleues affleurent largement en rive nord de la Gervanne et presque jusqu'au lit de la Sye. Elles remplissent là le large synclinal de Gigors[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé, selon un axe nord-sud (légèrement orienté vers le sud-ouest) par le torrent de la Sye, affluent de la Drôme, d'une longueur totale de 12 km.

La source de cette rivière est estimée à une altitude de 706 m[3], au pied du plateau de Savel sur le territoire de la commune de Gigors-et-Lozeron.

Climat[modifier | modifier le code]

Voie de communication[modifier | modifier le code]

La commune de Cobonne est située sur la route départementale N°731 (RD 731) qui relie la commune d'Aouste-sur-Sye et la commune de Gigors-et-Lozeron.

Cette route se raccorde au sud à la RD 93 qui relie Crest à Aspres-sur-Buëch et au nord à la RD 732 qui relie Beaufort-sur-Gervanne à Combovin.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie de la commune[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un village à vocation rurale dont la grande majorité des habitations sont situées le long d'une unique route départementale remontant un torrent qui s'écoule depuis les contreforts du massif du Vercors. L'ancien bourg a été restauré et attire de nombreux de touristes durant la période estivale[4]

Hameaux et lieux-dits de la commune[modifier | modifier le code]

La liste ci-dessous présente ces hameaux ou lieux-dits depuis le nord du territoire vers le sud.

  • Baume Rousse
  • La Combe
  • Le Moulin (ferme)
  • Courrier (ferme)
  • Le Village (vieux bourg)
  • Marianne
  • Martinon
  • Tournon (ferme)
  • Tramelas
  • La Bouillone
  • Peyrinier
  • La Gaye (ferme)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au Moyen-Âge, Cobona ou Cobonna, puis Cobonum, et enfin, Cobonne[5]
Peut-être, du gaulois cumba signifiant « combe » décrivant une petite vallée entourée de montagnes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

A l'époque gauloise le secteur du village de Cobonne se situé à l'entrée du territoire des Voconces

A l'époque romaine, un village gallo-romain a été créé[6] et il est situé non loin d'une ancienne agglomération antique dénommée Augusta Vocontiorum et correspondant à la ville actuelle d'Aouste-sur-Sye.

Moyen-Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1000, le territoire est rattaché au royaume de Bourgogne.

Le bourg féodal dépendait de la seigneurie de Montoison. Celle-ci fut propriété des comtes du Valentinois et du Diois jusqu'en 1238, puis de la famille du Pouzin, de 1238 à 1351[7] qui changea son nom pour Montoison,

Enfin la maison de Clermont fut seigneur des lieux de 1351 à la Révolution.

Articles connexes : Montoison et Maison de Clermont-Tonnerre.

Les Temps modernes[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • Les combats des vallées de la Gervanne et de la Sye

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2014 Michèle Gascoin    
2014 en cours
(au 30 octobre 2014)
José Lothe[8] SE Retraité de l'enseignement

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le village n'est jumelé avec aucune localité française ou étrangère.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 164 habitants[Note 1], en diminution de 0,61 % par rapport à 2010 (Drôme : +4,11 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
260 141 241 253 244 246 245 251 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
255 256 249 211 205 206 272 214 219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
208 214 181 157 133 154 142 120 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
124 116 96 117 119 130 156 165 164
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les enfants de la commune peuvent être accueillis dans deux écoles[13].

  • École maternelle
L’école maternelle de la commune voisine d'Aouste sur Sye accueille les enfants de petite et grande section.
  • École primaire
L’école primaire de Cobonne, située quartier Chamblard accueille les grandes sections de maternelle et les primaires.

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux[modifier | modifier le code]

  • Le Crestois
Il s'agit d'un journal hebdomadaire local de la vallée de la Drôme imprimé à Crest.
  • Le Dauphiné libéré
Il s'agi d'un journal quotidien de la presse écrite française régionale distribué dans la plupart des départements de l'ancienne région Rhône-Alpes, notamment la Drôme. La commune est situé dans la zone d'édition de Crest-Die.

Cultes[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le vieux village[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre dépendait du prieuré voisin de saint-Pierre de Gigors. Le premier édifice religieux fut construit au XIIe siècle. En 1998, des travaux de restauration ont été entrepris et comprenaient une réfection complète de la toiture, la reprise des maçonneries extérieures et des enduits intérieurs.
Le décapage de ces maçonneries a permis de découvrir des peintures murales d'origine médiévale[14].
  • Les restes d'enceintes du XIVe siècle avec une tour cylindrique appuyée sur l'abside de l'église romane (aujourd'hui détruite) et porte de la Herse avec passage couvert d'un arc brisé et assommoir entre deux voûtes en tuf.
  • Un Four à pain banal, visible dans la rue principale.

Patrimoine forestier[modifier | modifier le code]

La forêt communale de Combone, soumise au règlement de l'ONF, est divisée en quatre parties, toutes situées dans la partie nord-ouest de la commune[15]

Patrimoine faunistique[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Michèle Bois et Chrystèle Burgard, Fortifications et châteaux dans la Drôme, éditions Créaphis, 192 p, 2004

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communauté de Communes du Val de Drôme – Cobonne Village Perché sur valdedrome.com
  2. Site géol-Alp, page sur la vallée moyenne de la Gervanne
  3. Site "annuaire mairie", page sur la Sye
  4. Site de la mairie de Cobonne, page d'accueil
  5. Dictionnaire topographique du département de la Drôme
  6. Site Drôme Tourisme, page sur Cobonne
  7. Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349. Tome 2,Fascicule 4-6 / par le chanoine Ulysse Chevalie, 1913-1926
  8. Cobonne sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de la Drôme (consulté le 30 octobre 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Site de la mairie, page sur l'enfance
  14. Site de suavegarde de l'art français, page sur Cobonne
  15. Site IDE de la Drôme, carte des forêts de Combonne