Claire Gibault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gibault.

Claire Gibault

Description de cette image, également commentée ci-après

Claire Gibault en 2007

Naissance 31 octobre 1945 (69 ans)
Le Mans, Drapeau de la France France
Activité principale Chef d'orchestre
Style Opéra
Activités annexes Membre du Conseil économique, social et environnemental
Formation Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris
Distinctions honorifiques Officier des Palmes académiques
Chevalier de l’Ordre national du Mérite
Chevalier de la Légion d’honneur
Docteur Honoris Causa de l’université catholique de Louvain
Site internet www.clairegibault.fr

Œuvres principales

Détail

Répertoire

Détail

Scènes principales

Détail

Claire Gibault, née le 31 octobre 1945 au Mans, est une femme chef d'orchestre, membre du Conseil économique, social et environnemental.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière musicale[modifier | modifier le code]

Née au Mans le 31 octobre 1945, d'un père professeur de solfège au conservatoire[1], Claire Gibault débute l'apprentissage du violon au conservatoire de sa ville natale où elle remporte en 1958 un premier prix dans sa discipline instrumentale et en musique de chambre. Elle poursuit ses études musicales au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris où elle obtient les premiers prix d'harmonie, de fugue, de contrepoint, d'esthétique et d'histoire de la musique en 1968 et le premier prix de direction d’orchestre en 1969.

Sa carrière débute en 1976 avec la fonction de directrice musicale de l’Orchestre de chambre de Chambéry, qu'elle exerce jusqu'en 1983. Elle est ensuite assistante de John Eliot Gardiner à l'Opéra national de Lyon. En 1995, première femme à ce poste, elle dirige l’orchestre de La Scala pour la création de La Station Thermale, opéra de Fabio Vacchi et, en 1997, elle est à la tête de l’Orchestre philharmonique de Berlin pour Jacob Lenz de Wolfgang Rihm.

De 1991 à 1998, elle crée avec l’Atelier lyrique et Maîtrise de l’Opéra de Lyon Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, Le Barbier de Séville et Cendrillon de Gioachino Rossini, L'Enlèvement au sérail et La finta giardiniera de Wolfgang Amadeus Mozart, Roméo et Juliette d'Hector Berlioz, L'Orfeo de Claudio Monteverdi, Les Brigands de Jacques Offenbach, L'Heure espagnole et L'Enfant et les Sortilèges de Maurice Ravel, Il mondo della luna de Joseph Haydn, Iphigénie en Tauride de Christoph Willibald Gluck, The Rape of Lucretia de Benjamin Britten et Le Chapeau de paille de Florence (it) de Nino Rota. La Station thermale — enregistrée par Ricordi et Les Oiseaux de passage de Fabio Vacchi, et Dédale d'Hugues Dufourt — gravé sur CD par MFA/Radio France — figurent parmi ses créations mondiales.

Entre 2000 et 2002, elle est directrice musicale de la Fondazione Musica per Roma. Elle crée au sein de cette institution le Laboratorio voci in musica (laboratoire voix en musique) qu'elle dirige pour Cosi fan tutte et L'Enlèvement au sérail de Mozart, Pollicino de Hans Werner Henze, Hänsel und Gretel d'Engelbert Humperdinck et West Side Story de Leonard Bernstein. Elle dirige également Pelléas et Mélisande de Debussy au Covent Garden de Londres, Le Comte Ory de Rossini au Festival de Glyndebourne, Cosi fan tutte de Mozart avec Opera North (en), L’Étoile d'Emmanuel Chabrier au Festival international d'Édimbourg, Zaïde et Le Directeur de théâtre de Mozart à l'Opéra Bastille, L’Enfant et les Sortilèges de Ravel au Théâtre du Châtelet, La Dame Blanche de François-Adrien Boieldieu à l'Opéra-Comique, La donna del lago de Rossini, Mitridate, re di Ponto, La Flûte enchantée, Les Noces de Figaro et Bastien et Bastienne de Mozart à l'Opéra de Nice, La Clémence de Titus de Mozart à l'Opéra d'Orléans, La Traviata de Giuseppe Verdi à l'Opéra de Nancy, Idoménée et Cosi fan tutte de Mozart à l'Opéra royal de Wallonie, Maria Stuarda de Gaetano Donizetti à l'Opéra de Turin, Cendrillon de Rossini à l'Opéra de Rome et les Oiseaux de Passage à l'Opéra de Bologne.

Elle assiste Claudio Abbado pour Pelléas et Mélisande au Royal Opera House, à la Scala et à l’Opéra de Vienne et dirige Idomeneo de Mozart avec Placido Domingo en 2002 à l’Opéra national de Washington (en). En 2003, elle dirige la création mondiale de Il letto della storia de Fabio Vacchi au Mai musical florentin, en 2004, elle est à la tête de l'Orchestre philharmonique de Copenhague (en) et en 2005, elle dirige Pollicino de Hans Werner Henze adapté en français pour le Théâtre du Châtelet. Elle poursuit la saison avec l’Orchestre Mozart de Bologne, l’Orchestre philharmonique de Sofia, et participe à l'enregistrement de la musique de Fabio Vacchi pour le film de Patrice Chéreau, Gabrielle. En 2006, elle dirige l'orchestre de l'Opéra d'Anvers, l'Orchestre philharmonique du Luxembourg, l'orchestre Mozart de Bologne, l'Orchestre des Pays de Savoie, et crée l'opéra Peter Pan ou la véritable histoire de Wendy Moira Angela Darling de Patrick Burgan au théâtre du Châtelet. En 2007, elle dirige l'Orchestra della Toscana pour la création de La Madre del Mostro de Fabio Vacchi à Sienne. Elle est l'adjointe de Claudio Abbado pour le nouvel orchestre Mozart de Bologne entre 2004 et 2007.

En 2008 elle dirige Anna Caterina Antonacci et l'Orchestre philharmonique de Slovaquie à l'occasion de la clôture de la Présidence française de l’Union Européenne. Lors de la saison 2010-2011 elle dirige l’Orchestre national Bordeaux Aquitaine, l’Orchestre philharmonique de Nice, l’Orchestre national des Pays de la Loire et l’Orchestre de l’Opéra de Marseille. Elle crée en 2010 le Paris Mozart Orchestra, formation de quarante musiciens.

Elle dirige en France, en Italie, en Suisse, en Belgique, au Canada, aux États-Unis, est invitée par le Halle Orchestra, le Royal Scottish National Orchestra, l'Orchestre symphonique de la radio-télévision irlandaise, l’Orchestre symphonique national de la RAI, l’Orchestre national de Belgique et l’Orchestre philharmonique de Liège. Elle enregistre Beethoven et Schubert avec le Royal Philharmonic Orchestra, dirige l’Orchestre philharmonique de Copenhague et le Våsterås Sinfonietta (sv).

Elle est officier des Palmes académiques, chevalier de l’Ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d’honneur et docteur Honoris Causa de l’université catholique de Louvain.

Carrière politique et sociale[modifier | modifier le code]

Suite aux élections européennes en 2004, Claire Gibault est députée européenne sur la liste UDF dans la circonscription du Sud-Est. Elle est membre de la commission de la Culture et de l'Éducation ainsi que de la commission du Droits des Femmes et de l'Égalité des Genres et s'occupe des dossiers relatifs aux femmes et à la pauvreté, à la conciliation de la vie professionnelle et familiale ou encore aux femmes migrantes. Elle a été rapporteur de deux résolutions du Parlement européen, l'une sur le statut social des artistes en Europe (adoptée le 7 juin 2007) et l'autre sur l'égalité de traitement et d'accès entre les hommes et les femmes dans les arts du spectacle (adoptée le 10 mars 2009).

Pour le scrutin législatif de juin 2007, Claire Gibault change de terre d'élection, en étant candidate dans la 4e circonscription de Paris (arrondissements VIII et IX) sous les couleurs du MoDem et obtient 14,08 % au premier et unique tour le 10 juin[2].

Dans le sillage de Jean-Marie Cavada, elle a annoncé son départ du MoDem et son ralliement au forum Avenir démocrate créé par ce dernier[3],[4]. En mars 2008, elle est élue sur la liste de la majorité présidentielle en tant que représentante d'Avenir démocrate conseillère d'arrondissement dans le 9e arrondissement de Paris. Elle quitte le PDE pour l'ELDR en janvier 2008 pour rejoindre Avenir démocrate.

Le 28 octobre 2010, elle est nommée membre du Conseil économique, social et environnemental[5].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La musique à mains nues : Itinéraire passionné d'une femme chef d'orchestre, Paris, Éditions L'Iconoclaste, 2010, 180 p. (ISBN 978-2-91336-628-2)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vie, 10 février 2011 no 3415, p. 44.
  2. « Résultats des élections législatives 2007 », Ministère de l'Intérieur,‎ 2007
  3. Jean-Marie Cavada lance Avenir démocrate
  4. Quatre ex-candidats Modem aux législatives à Paris rejoignent Cavada, Nouvelobs.com, 7 janvier 2008
  5. Décret du 28 octobre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]