Roméo et Juliette (Berlioz)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roméo et Juliette (homonymie).

Roméo et Juliette (op. 17 = H. 79) est une symphonie dramatique d’Hector Berlioz inspirée par la tragédie homonyme de William Shakespeare. Le livret a été écrit par Émile Deschamps. Considérée comme l'une des plus belles œuvres du compositeur, la partition frappe par son extrême originalié sur le plan de la forme[1].

Livret[modifier | modifier le code]

Le livret est dû à Émile Deschamps ; voir le texte sur wikisource.

Composition[modifier | modifier le code]

1839

Genèse[modifier | modifier le code]

L'inspiration initiale vint d'une représentation de Roméo et Juliette (la version modifiée de David Garrick) au théâtre de l'Odéon à Paris. Harriet Smithson, qui a aussi inspiré la Symphonie fantastique, faisait partie de la troupe. Dans ses Mémoires, Berlioz décrit l'effet électrisant du drame[2].

La gamme de sentiments, d'émotions autant que les inventions poétiques et formelles que Berlioz trouve chez Shakespeare ont eu une forte influence sur sa musique, qui rend cette adaptation directe d'une de ses œuvres naturelle. En fait, il avait prévu la réalisation de Roméo et Juliette longtemps avant 1838 mais d'autres projets l'ont occupé dans l'intervalle[3]. Émile Deschamps, (l'auteur du livret), a indiqué qu'il avait travaillé avec Berlioz sur la symphonie peu de temps après la saison 1827-28 de l'Odéon. En effet il est probable que la genèse de Roméo et Juliette est liée à la composition d'autres œuvres écrites avant son séjour pour le Prix de Rome en 1830-32. Sardanapale, la cantate avec laquelle Berlioz obtient enfin le Prix de Rome en 1830, inclut des mélodies de la partie Roméo seul du second mouvement et de la Grande fête chez Capulet[2].

Il y a de nombreuses preuves que Berlioz concevait petit à petit un schéma pour Roméo et Juliette durant son séjour en Italie. En février 1831, dans un compte rendu de I Capuleti e i Montecchi de Bellini, il souligne comment il composerait une musique pour Roméo et Juliette : le combat d'épée, un concert pour l'Amour, les piquantes bouffoneries de Mercutio, la terrible catastrophe, et le serment solennel des deux familles rivales. Un court passage de ce texte figurera d'ailleurs dans le livret de la symphonie[2].

Réalisation[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Acte I

1. Introduction : Combats - Tumulte -

Intervention du prince -
Prologue - Strophes - Scherzetto

Acte II

2. Roméo seul - Tristesse -

Bruits lointains de concert et de bal -
Grande fête chez les Capulet

3. Scène d'amour - Nuit sereine -

Le jardin des Capulet, silencieux et désert -
Les jeunes Capulet sortant de la fête en chantant des airs de la musique du bal

4. Scherzo : La reine Mab, reine des songes

Acte III

5. Convoi funèbre de Juliette : « Jetez des fleurs pour la vierge défunte »

6. Roméo au tombeau des Capulet -

Invocation : Réveil de Juliette - Joie délirante, désespoir -
Dernières angoisses et mort des deux amants

7. Finale :

La foule accourt au cimetière -
Des Capulet et des Montagu -
Récitatif et Air du Père Laurence : « Pauvres enfants que je pleure » -
Serment de réconciliation : « Jurez donc par l'auguste symbole ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]