Christophe Prazuck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Officier général francais 5 etoiles.svg Christophe Prazuck
Image illustrative de l'article Christophe Prazuck

Naissance (57 ans)
Oran, Algérie
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Marine nationale
Grade Amiral
Années de service 1982-
Commandement Bâtiment amphibie Champlain
Frégate Floréal
SIRPA Marine
FORFUSCO
Distinctions Commandeur de l'ordre national de la Légion d'honneur
Chevalier de l'ordre national du Mérite
Officier de l'ordre du Mérite maritime
Autres fonctions Chef d'état-major de la Marine
Famille Stéphane Prazuck (père)

Christophe Prazuck, né le à Oran, est un officier de marine français. Promu au grade d'amiral à compter du , il devient chef d'état-major de la Marine à cette date.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et premières affectations[modifier | modifier le code]

Fils de l'amiral Stéphane Prazuck[1], Christophe Prazuck entre à l'École navale en septembre 1979. À l'issue de l'école d'application sur la Jeanne d'Arc, il est affecté de 1982 à 1984 sur le patrouilleur Altaïr puis sur le bâtiment amphibie Champlain, basés à La Réunion. Il reste dans la zone de l'océan Indien pour son affectation suivante en tant qu'officier en second du patrouilleur Épée à Mayotte[2].

De 1984 à 1989, il rejoint les forces sous-marines, d'abord sur le Ouessant, puis sur la Doris comme officier opérations ; il est ensuite officier de marque « armes » à la commission d’études pratiques des sous-marins[2].

De 1989 à 1991, il est étudiant à la United States Naval Postgraduate School de Monterey en Californie où il obtient un doctorat (Ph.D.) en océanographie physique[2]. À l'issue de cette formation, il dirige la cellule d’environnement de la marine de Toulouse[2].

Commandements[modifier | modifier le code]

En 1994, il devient commandant en second du bâtiment de commandement et de ravitaillement Var[2] avant de prendre le commandement du bâtiment amphibie (BATRAL) Champlain l'année suivante[2].

En 1996, il intègre le Collège interarmées de Défense (École de Guerre)[2] puis devient chef du groupement opérations (CGO) à bord de la frégate anti-sous-marine Tourville[2]. Il prend en 1999 le commandement de la frégate Floréal basée à La Réunion[2].

Relations publiques[modifier | modifier le code]

En 2000, il rejoint le Service d'informations et de relations publiques des armées - Marine (SIRPA - Marine) où il exerce d'abord la fonction de second, avant d'en prendre la direction en 2001 pour une période de trois ans. En 2004, il est placé à la tête du département Médias de la Délégation à l'information et à la communication de la Défense (DICoD) puis, en 2006, il devient le conseiller communication du chef d’état-major des armées[2].

Officier général[modifier | modifier le code]

Le , il est nommé au grade de contre-amiral et prend, en août 2010, le commandement de la Force maritime des fusiliers marins et commandos (FORFUSCO) à Lorient[2].

Promu vice-amiral d’escadre le , il devient directeur du personnel militaire de la marine et sous-chef d’état-major - Ressources humaines - de l’état-major de la Marine[2].

Par décision du Conseil des ministres du , il est nommé chef d'état-major de la Marine et élevé aux rang et appellation d’amiral, à compter du 13 juillet suivant[3] en remplacement de l'Amiral Bernard Rogel promu Chef d'État-Major du Président de la République.

Décorations[modifier | modifier le code]

Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Ordre national du Merite Chevalier ribbon.svg Ordre du Merite maritime Officier ribbon.svg
Medaille de la Defense Nationale Argent ribbon.svg Medaille commemorative Francaise ribbon.svg OPMM-cX.svg
NATO Medal Yugoslavia ribbon bar.svg

Intitulés[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. forfusco. Affecter commando de penfentanyo en 1980Stéphane Prazuck, sur ecole.nav.traditions
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Biographie du vice amiral d'escadre Prazuck sur le site du ministère de la Défense
  3. Décret du 7 juillet 2016, JORF no 158 du 8 juillet 2016