Jules de Cuverville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cuverville.

Officier général francais 5 etoiles.svg Jules de Cuverville
comte de Cuverville
Jules de Cuverville

Naissance
à Allineuc
Décès (à 77 ans)
à Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Grade Amiral
Années de service 1850-
Conflits Guerre de Crimée
Hommages Île de Cuverville
Autres fonctions Chef d'état-major de la Marine (France)
Sénateur du Finistère
Membre du Conseil supérieur de la marine

Chef d'état-major de la Marine (France)

Le comte Jules Marie Armand de Cavelier de Cuverville est un officier de marine et homme politique français, né le à Allineuc (Côtes-du-Nord) et décédé le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa famille paternelle descend des seigneurs de Maucomble (Seine-Maritime), dont certains[Lesquels ?] ont été écuyers du Roi. Il est le fils de Louis-Paul Cavelier de Cuverville, député des Côtes-du-Nord.

Ses plus proches ancêtres[Lesquels ?] sont marins, aussi après avoir étudié à Redon et à Rennes, intègre-t-il l'École navale en 1850.

Il combat à Sébastopol en 1854, accomplit des missions en Afrique et en Crimée, seconde l'amiral de Gueydon en Algérie en 1871-1872.

Vice-amiral en 1893, Commandant en Chef, Préfet maritime du 1er Arrondissement, à Cherbourg, il est par la suite membre du Conseil supérieur de la marine. Devenu commandant en chef de l'escadre de la Méditerranée, il devient chef d'état-major de la marine de 1898 à 1899, est élu sénateur du Finistère le , puis réélu le . Son mandat se termine le .

Jules de Cuverville est présent pendant l'été 1902 au Folgoët parmi les manifestants qui protestent énergiquement contre la fermeture de l'école congrégationniste des Sœurs du Saint-Esprit et l'expulsion des Sœurs.

Ami de Jacques Piou, il s'inscrit alors à l'Action libérale populaire dont il devient l'un des militants les plus zélés. Il en sera nommé vice-président en 1907.

Profondément catholique et très tôt rallié à la République, l'amiral comte de Cuverville donne deux priorités à son action politique : la défense de l'Église, et celle des intérêts de la Marine. Battu aux élections sénatoriales de 1912, il meurt trois mois plus tard, renversé par une voiture alors qu'il traversait la rue.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Le Canada et les intérêts français, J. André, 1898, 79 p.
  • Préface de Le Protectorat français sur la Côte des Esclaves, la campagne du "Sané" (1889-1890) de P. A. de Salinis, Perrin, 1908
  • La Marine française, 1911, M. Rivière, 73 p.

Remarques[modifier | modifier le code]

Statue du « Génie de la Navigation », sur le port de Toulon, par Louis Daumas, familièrement surnommée : « Cuverville (cul vers ville)».

Une statue appelée Génie de la navigation faisant l'objet d'un jeu de mot basé sur le nom de M. de Cuverville fut inaugurée en 1847 sur le port de Toulon.

Une île de l'Antarctique a été nommée île de Cuverville en son honneur par son découvreur, Adrien de Gerlache.

L'amiral de Cuverville fut aussi un animateur farouche de l'Association anti maçonnique de France lorsqu'il fut sénateur, cette association se réunissait au Palais Royal, galerie de Valois.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Jules de Cuverville », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • E. Franceschini, in J. Balteau (dir.), Dictionnaire de biographie française, tome X, p. 1435
  • Michel Lagrée (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine. 3. La Bretagne, Éditions Beauchesne, p. 101-102 (ISBN 9782701012025) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • P.N.M. L'Amiral de Cuverville : sa vie, sa carrière, ses œuvres (1834-1912), Desclée de Brouwer, 1920
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier, , 573 p. (ISBN 2-84734-008-4), p. 75-76.
  • Geneviève Salkin-Laparra, Marins et diplomates : les attachés navals, 1860-1914, SHM, Vincennes, 1990.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]