Alain Oudot de Dainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Officier général francais 5 etoiles.svg Alain Oudot de Dainville
Alain Oudot de Dainville

Naissance (72 ans)
Marsat
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Amiral
Années de service 1966-2008
Autres fonctions Major général de la marine (2001-2005)
Chef d'état-major de la marine (2005-2008)

Alain Oudot de Dainville, né à Marsat (Puy-de-Dôme) le , est un amiral français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Alain Oudot de Dainville est le fils de Michel Oudot de Dainville (1915-2001), général de brigade, et de Renée de Mullot de Villenaut. Son grand-père paternel est l'archiviste et historien Maurice Oudot de Dainville. Il est le neveu de François de Dainville, jésuite et historien, et le frère cadet de l'historienne Ségolène de Dainville-Barbiche.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Prix d'honneur du Prytanée Militaire de La Flèche, il entre à l'École navale en 1966 et choisit l'aéronautique navale. De 1993 à 1995, il commande le porte-avions Clemenceau. En 1999, il est nommé chef de cabinet du chef d'état-major des armées. Il est Vice-amiral d'escadre en 2001, major général de la Marine en 2001, et enfin chef d'état-major de la Marine en 2005. À cette méme date, il est élevé au grade d'amiral.

Carrière dans l'industie de l'armement[modifier | modifier le code]

En 2008, il devient président-directeur général de la SOFRESA, société qui associe l'État et les principaux industriels de l'armement pour la commercialisation de systèmes et matériels militaires au Moyen-Orient, principalement en Arabie saoudite. Il la transforme en une société mieux contrôlée par l'État : l'ODAS[1].

Publications[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Il est grand-officier de la Légion d'honneur, commandeur de l'ordre national du Mérite et titulaire de la croix de la valeur militaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Point, 4 juin 2008.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]