Chinois de Sibérie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Les Chinois de Sibérie (en russe : Китайцы в Сибири) sont un groupe ethnique de la Fédération de Russie vivant sur le territoire de la Sibérie et en Extrême-Orient russe, deux régions appelées traditionnellement Sibérie.

Histoire[modifier | modifier le code]

XVIIeXVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Les premiers contacts occasionnels et irréguliers entre les principautés russes et la Chine datent du XIIIe siècle à l'époque de l'Empire mongol. Au milieu du XVIIe siècle les troupes russes ont commencé à pénétrer dans la région de l'Amour à la recherche de peuples et de terres qui n'avaient pas encore été étudiés et propices à l'agriculture. À cette époque ces territoires étaient des principautés vassales de la Dynastie Qing. En 1649-1650, des actions ponctuelles et rapides du détachement EP. Khabarov permirent de créer un lieu d'hivernage en face de la ville fortifiée d'Albazino. En 1651, le détachement a pris un certain nombre de forteresses Daur et Duchers (en) en ce compris Albanizo. Ces actions de l'unité russe conduisent à l'éclatement d'affrontements armés entre les Cosaques russes et les divisions manchoues[1].

En 1657, les Mandchous créent des chantiers navals dans la colonie de Jilin pour la construction d'une flotte fluviale. À ce sujet il faut signaler que cette ville était jadis appelée Tchuanchang (littéralement chantiers). En 1658, le développement de leurs forces permet aux Mandchous de vaincre les détachements de Onufriy Stepanov dans l'embouchure de la rivière Songhua et d'évincer les Russes du bassin de l'Amour durant les deux années qui suivent.

Durant ces années qui suivent la Russie poursuivit ses tentatives de normalisations de ses relations avec la Chine. En 1675, une ambassade considérable est envoyée de Moscou à Pékin sous la direction de Nicolae Milescu. Cette ambassade dénommée Spathari du surnom donné à Milescu, n'est pas en mesure d'arriver au moindre résultat positifs malgré sa présence à Pékin durant une année entière. L'empereur présente même un ultimatum aux russes au terme duquel la Chine refusera de recevoir les ambassadeurs russes aussi longtemps que les Russes n'auront pas quitté le Kraï de l'Amour.

Après une lutte féroce pour la forteresse d'Albazino en 1685, la Dynastie Qing conclut, le 27 août 1689, le Traité de Nertchinsk avec la Russie. Le traité a été appliqué pendant 150 ans et règlemente le commerce entre les sujets des deux parties, l'extradition des criminels, les conflits frontaliers. Selon l'article 3 du traité, la ville russe d'Albazino est rasée et en échange, un serment est donné par les Chinois de na pas peupler les terres voisines de la ville, ce qui représente une limitation de la souveraineté chinoise sur la rive gauche de l'Amour.

Ce traité règlemente la frontière le long des fleuves Amazar et Tchiornaïa et reconnait la neutralité de la bande de terre au nord de l'Amour. Mais en raison de l'ambiguïté de repères, et l'absence de ligne de démarcation et de cartes il ne satisfait pas les intérêts des parties.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

comte Nikolaï Pavlovitch Ignatiev par Boris Koustodiev, signataire de la convention

Le 16 mai 1858, est signé le Traité d'Aigun, qui fixe le passage de la frontière russo-chinoise. Il détermine que la rive gauche de l'Amour, depuis la rivière Argoun jusqu'à l'embouchure, est territoire russe, tandis que le Kraï de l'Oussouri depuis le confluent de la rivière Oussouri dans l'Amour (près de Khabarovsk) jusqu'à la mer demeure une possession commune jusqu'à la fixation de la frontière. La navigation sur l'Amour, le Songhua et l'Oussouri, n'est autorisée qu'aux bateaux chinois et russes et interdite à tout autre bâtiment. Par la suite, en 1860, le traité est confirmé et considérablement élargi par la convention de Pékin. À partir de cette époque, le pouvoir mandchou a ouvert la Mandchourie aux migrants du sud qui était fermée jusqu'alors.

Pour conclure un traité qui définirait le statut du kraï de l'Oussouri, la Russie envoie à Pékin une mission spéciale à la tête de laquelle est placé le comte Nikolaï Pavlovitch Ignatiev. La Chine se trouvant à ce moment préoccupée par la seconde guerre de l'opium se voit obligée de faire des concessions et c'est ainsi que le 2 (14 selon le calendrier grégorien) novembre 1860, la Convention de Pékin est signée par les deux parties en présence. En 1861, un protocole est ajouté au traité de Tianjin qui porte sur l'échange de cartes et la description des délimitations des frontières ajoutées. La frontière est indiquée par un trait rouge (dans la littérature on parle de la ligne rouge) le long de la rive chinoise de l'Amour, de l'Oussouri et du canal de Kazakevitch. Il en résulte que toutes les rivières citées appartiennent à la Russie.

Le Prince Gong, frère de l'empereur de Chine, signataire de la Convention de Pékin

Après 1861, la plupart des terres du kraï appartenaient à l'État. 600 000 acres étaient propriété collective des paysans, tandis que ceux-ci ne possédaient seulement que 1 276 acres en propriété personnelle. L'ensemble de la communauté des citoyens étrangers possédait en tout 31 000 acres. C'était un système économique de type semi-féodal où les paysans ne possédaient à titre personnel que 0,2 %, pour 3 300 familles russes, 2 732familles coréennes et 1 078 familles chinoises[2].

À la fin du XIXe siècle, la population du kraï du Primorié n'était pas très élevée. En 1890, le chiffre s'élève à 103 330 habitants (sans tenir compte des unités militaires), dont seulement 41,9 % de Russes et 16,6 % étrangers ayant reçu la nationalité russe. Le reste de la population représente 42 % (parmi lesquels les Coréens 13 % ; les Chinois 6 % ; les Japonais 0,4 % et des apatrides 0,5 %)[2].

En dix ans, de 1890 à 1900, la population du kraï du Primorié a sensiblement augmenté passant à 171 650 habitants, parmi lesquels les russes ont vu leur pourcentage passer à 59,6 %, et même à 75,6 %, si l'on tient compte des étrangers ayant obtenu la nationalité russe. Quant à la diaspora chinoise, elle a vu sa proportion passer de 6 % à 14 %. Mais en terme absolu elle a vu son nombre d'habitants multiplié par six[2].

Ce qui caractérisait l'immigration asiatique est que sur base de diasporas chinoises et coréennes en nombre égal, les Chinois restaient en masse sujets de l'Empire du milieu alors que les Coréens (qui risquaient la peine de mort dans leur pays pour avoir émigré) acceptaient de recevoir la nationalité russe et de se convertir à l'orthodoxie.

Si la coopération conjointe des Russes et de la diaspora asiatique a permis l'échange d'expériences dans la culture de produits asiatiques (le riz, le soja, etc.), et encore dans la compétence piscicole, cette immigration a eu plutôt des effets négatifs pour le développement de ces régions. En effet, la concurrence asiatique a réduit la part des Russes sur le marché du travail. Par ailleurs, la consommation mensuelle du travailleur russe s'élevait à l'époque à 23 roubles alors qu'elle n'était que de 18 roubles pour les Coréens et de 8 roubles pour les Chinois[3]. C'est ainsi que chaque année 6 millions de roubles sortaient de ces régions pour l'étranger. Mais de plus, l'Extrême-Orient était moins peuplé et donc plus difficile à défendre au plus la part de la population d'origine asiatique grandissait.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Déjà avant 1917, il existait en Russie une diaspora chinoise importante en nombre, qui a joué un grand rôle dans le développement économique de l'Est du pays. Elle a attiré l'attention sur elle et en règle générale l'intérêt qui leur était porté n'était pas toujours bienveillant de la part de la communauté russe et a été l'objet d'une politique plutôt contradictoire de la part des autorités [4].

On estime que, en moyenne, entre 1906 et 1910, chaque année sur le territoire de l'Empire russe sont entrés 150 000 Chinois légalement et illégalement[5]. En 1910 cependant, il y a eu une diminution de leur nombre liée à la mise en place d'une politique destinée à limiter l'activité des immigrés chinois dans la région du fleuve Amour, et en particulier à la mise en vigueur de la loi du 21 juin 1910 qui interdit le travail des travailleurs étrangers dans des secteurs liés à l'État[4].

Sous le régime soviétique, la diaspora a été éliminée et le problème des relations avec le peuple chinois a cessé d'intéresser la majorité des habitants de l'URSS[4].

Une nouvelle vague d'immigration s'est produite en 1982 , quand Hu Yaobang se rend à Harbin, et approuve la reprise des relations commerciales transfrontalières. Cette vague atteint son apogée en 1988, après la signature d'un accord sur le tourisme entre la Chine et l'Union soviétique.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Selon les données officielles, en 2002 14 300 Chinois vivaient dans les districts fédéraux de Sibérie et d'Extrême-Orient[6]. Mais, selon l'historien V. Diatlov, leur nombre est estimé entre quelques centaines de mille et deux millions de personnes[4].

En évaluant les problèmes démographiques potentiels qui peuvent se développer lorsque le nombre de Chinois augmente en Fédération de Russie, le politologue Alexandre Khramtchikine recommande de prendre en compte le fait que le gouvernement de la Chine a déjà l'expérience d'une offensive démographique réussie dans le Xinjiang, région qui a connu des troubles en 2008 (Troubles au Xinjiang en 2008). En 1953, la proportion de Chinois y était de 5 % et elle a grimpé à 40%[7]. Lors de l'évaluation du nombre de Chinois en Fédération de Russie, il n'est pas tenu compte de ceux qui passent la frontière entre le Kazakhstan et la Fédération de Russie de manière illégale. La frontière entre la Fédération de Russie et le Kazakhstan n'est pratiquement pas contrôlée; et parmi les Chinois migrant au Kazakhstan on ne trouve que 5% de Chinois qui se trouvent dans les liens d'un contrat de travail régulier.

La migration des Chinois vers la Fédération de Russie est bénéfique pour le gouvernement de la Chine qui la stimule, la soutient et l'organise[7]. Le président de l'académie des sciences sociales de la province d'Heilongjiang estime que la Russie a besoin de millions de travailleurs chinois et qu'il faut que des mesures soient prises en Fédération de Russie pour que l'opinion publique soit prête à la mise en œuvre d'une telle migration. Selon des informations non confirmées, le gouvernement chinois verserait des primes à ses migrants vers la Russie.

Les activités économiques des Chinois provoquent des inconvénients économiques et naturels importants pour la Russie. Seule une partie de l'argent gagné en Russie retourne de manière légale en Chine, mais on estime que près de la moitié y retourne par d'autres voies (par exemple par du commerce populaire transfrontalier). Avec cet argent les Chinois achètent du bois, des métaux non-ferreux etc. Puis des intermédiaires commerciaux les transportent en Chine. La Chine est par ailleurs le premier fournisseur de stupéfiants dans le Primorié[8].

Tigre de Sibérie

Dans le Primorié sont récoltés chaque année (illégalement en 2002) 1,5 million de mètres cubes de bois[9]. Cela provoque des inquiétudes de la part du Fonds mondial pour la nature. Pour certains[10], sur base de dizaines d'années d'observation et du suivi de la situation, le volume d'abattage dépasse largement celui qui est permis et déclaré. En 20 ans d'exploitation forestière illégale, la destruction de bois de valeur pour le commerce, qui ne sera pas récupéré dans un avenir prévisible, a privé les peuples autochtones de l'Extrême-Orient russe de sources de revenus pour leur existence[11]. Les dernières zones d'habitat du tigre de Sibérie sont détruites ; les zones de protection de l'eau et des forêts sont réduites, de même pour la protection du pignon de pin, et encore les zones de pèche dans la région de la Bikine (zones incluses dans la liste du patrimoine mondial en Russie et dans la liste du patrimoine culturel de l'Unesco). Une partie du bois abattu, présentant une valeur commerciale peu élevée, est abandonnée sur place dans les tailles et peut tomber dans les rivières lors des grandes crues du printemps [12]. En même temps, on discute de la question de l'installation en Fédération de Russie de l'industrie papetière chinoise, dangereuse pour l'environnement [13].

Séchage du pignon de pin

En 2018, ont été donnés en location à la société chinoise ZAO Roskitinvest 2 millions d'hectares de terres dans l'oblast de Tomsk [14].

Les scieries et les entrepôts appartenant aux Chinois jouent un rôle clé dans la propagation de l'exploitation forestière illégale ([10]). Dans ce domaine les triades chinoises ne sont pas les dernières à jouer un rôle[15]. Seules les protestations menées avec l'énergie du désespoir par les habitants locaux ont permis d'interdire l'abattage de pins de Sibérie, l'abattage de forêts dans l'Altaï [16]. Le gouvernement russe n'a pas relevé les droits à l'exportation de bois non transformé vers la Chine et cela a mis en péril l'existence d'entreprise de transformation de bois locales [17] Les consommateurs de produits en bout de chaîne de consommation, principalement aux États Unis et dans l'Union européenne ne sont même pas conscients d'acheter des produits finis chinois réalisés à partir de bois abattu illégalement. Les médias russes relayent régulièrement des tentatives de faire passer certains produits en fraude vers la Chine. Des tentatives de contrebande portant sur des pignons de pins sont ainsi déjouées[18]. En ce qui concerne le Panax ou Ginseng, on relève également du trafic intrafrontalier [19].

China Ginseng

Le braconnage (combiné à la destruction de la taïga par des prélèvement de bois excessifs) contribue à la réduction de l'effectif d'espèces animales rares comme le tigre de Sibérie, le léopard de l'Amour. Ceux-ci entrent dans les circuits de la contrebande sous forme de toutes sortes de produits dérivés[20] La bile d'ours provenant de l'ours brun de Sibérie est réputé en Chine et dans les pays du Pacific Rim. Elle fait également partie des produits ciblés par les douanes et les contrebandiers [21]. Des tentatives ont lieu pour exporter illégalement des crabes[22]. Leur insuffisance de terre arable incite les Chinois à en chercher en dehors de la Chine, et leurs aspirations sont soutenues par leur gouvernement. Un programme gouvernemental est développé qui vise à encourager les fermiers qui achètent des terres arables à l'étranger, et la Russie est en première ligne comme pays étranger[23]. Les fermiers chinois diffèrent des fermiers russes non seulement par leur amour du travail et leur moindre propension à l'alcoolisme mais aussi parce qu'ils utilisent des produits chimiques qui provoquent des dommages graves et irréversibles au sol et à la nature, et mènent à des catastrophes écologiques qui provoquent régulièrement le mécontentement des populations russes[24],[25]. Après l'adoption de la nouvelle législation (appelée TOR) dans le Primorié, ce sont 200 nouvelles entreprises agricoles aux capitaux provenant de Chine qui sont actives, et les exportations agricoles vers la Chine ont doublé, le chiffre d'affaires dépassant 4 milliards de yuans [26].

Peuvent aussi survenir des conflits ponctuels entre les touristes venant de Chine et la population locale en Russie, comme cette prise d'assaut d'un ferry par des touristes Chinois sur le lac Baïkal [27]

Le gouvernement de la Fédération de Russie a signé un accord avec la République populaire de Chine pour la construction d'une ligne ferroviaire entre Moscou et Pékin (Ligne à grande vitesse Moscou-Pékin) Les travaux commenceront par la ligne LGV Moscou-Kazan et débuteront en avril 2018 (en principe). Dans la mise en œuvre du projet, la Russie a accepté une condition clé : que la ligne soit construite avec des équipements et de l'ingénierie chinoise.

Perception russe[modifier | modifier le code]

Actuellement, une partie significative de la population de la Russie éprouve la crainte de voir la Sibérie colonisée par les Chinois d'une manière lente, mais massive. Souvent les Russes expriment l'opinion suivant laquelle cela peut avoir des conséquences négatives pour la Fédération de Russie[28]. Notamment parce que dans les années qui viendront, le nombre de Chinois en Sibérie pourrait dépasser celui de la population slave, ce qui pourrait mener à un séparatisme de la Sibérie au profit de la Chine[28],[29]. Pour certains experts et certaines organisations politiques cela est perçu comme une menace réelle pour l'existence d'un Extrême-Orient dans le cadre et au sein de la Fédération de Russie[28].

- Actuellement, la Chine poursuit son expansion économique sur notre territoire. Sans guerre, parce que pourquoi se battre si on peut tout acheter avec l'argent. Et c'est ce que font les Chinois. Cela signifie qu'il nous est impossible de prendre cet argent, disent les Russes[30].

Une affirmation est répandue en Russie, selon laquelle les manuels de géographie et d'histoire chinois contiennent des cartes sur lesquels l'Extrême-Orient russe est présenté comme faisant partie de la Chine. Selon le politologue russe président de l'Institut d'évaluation stratégique, Alexandre Konovalov, la Sibérie et l'Extrême-Orient sont souvent coloriés, dans les manuels scolaires de la même manière que la Chine elle-même. La Chine est un sérieux problème en puissance pour la Russie selon les experts[31].

Selon le vice-recteur de l'académie diplomatique du ministère russe des affaires étrangères, Evgueni Bajanov :

« …les Chinois considèrent et continuent de croire, ils peuvent le lire dans leurs manuels, qu'à partir du lac Baïkal et jusqu'à l'Est ils se trouvent dans la sphère d'influence de la Chine et que ce n'est que tardivement que ces territoires sont devenus russes [32] »

Le 23 septembre 2009, un programme de coopération entre les régions orientales de la Russie et celles du Nord-Est de la Chine a été signé par les présidents de Russie et de Chine pour la période 2009-2018. Ce programme prévoit que la Chine construira des entreprises sur le territoire de la Sibérie[33]. Selon plusieurs médias cette construction d'entreprises s'accompagnera de peuplement de la Sibérie par des travailleurs chinois[33].

Selon le sociologue I. A. Romanov[34], les problèmes les plus pointus dans la partie asiatique de la Russie sont ceux relatifs à la démographie et à la sécurité sociale. Un reflux de population russe se dessine de la part de la population en âge de procréer du fait de l'absence de perspectives et des conditions sévères du travail dues au climat rigoureux. Ce sont les citoyens à l'âge de la retraite ou prépensionnés qui restent en Sibérie. La société russe a perdu ses lignes directrices et ses valeurs et se trouve à un stade de dégradation de ses valeurs. L'indice du potentiel de développement humain se trouve à un niveau bas. Les problèmes liés à l'alcoolisme et à la toxicomanie sont extrêmement répandus. Le nombre de maladies dont les origines sont les conditions sociales augmente. Il résulte de ces phénomènes un faible développement économique de la région, une utilisation inefficace et obsolète des ressources naturelles, un symptôme fréquent de déresponsabilisation par rapport à sa terre et son travail, une multiplication des contrats de travail temporaire.

Le vice-président du centre de technologie politique Sergueï Mikheev, en s'exprimant à propos de la menace chinoise, signale que si la migration se poursuit au même rythme, le nombre de Chinois atteindra un chiffre tel qu'ils commenceront par exiger une représentation dans les organes du pouvoir. Le résultat pour la Russie sera l'obligation dans sa politique intérieure de tenir compte des intérêts de la Chine. Ce qui signifie qu'elle perdra une partie de sa souveraineté[35].

Dans ce contexte les migrants chinois font preuve d'une plus grande estime de soi et d'un sentiment de supériorité par rapport à la population locale[36]. Peu à peu, la situation devient telle que la dépendance économique vis-à-vis des producteurs chinois et la perte des valeurs patriotiques par les Russes peuvent conduire à une catastrophe géopolitique de la Russie dans la région du pourtour de l'océan Pacifique[34].

Selon l'opinion de Steve Blank, tous ces phénomènes se sont aggravés du fait de la situation économique du pays : « Les échecs économiques et politiques de la Russie… ont ruiné son ambition d'être un État stable et une grande puissance en Asie et sa capacité même de jouer ce rôle … Si ces tendances se maintiennent sous la forme actuelle, la Russie deviendra un petit partenaire de la Chine et un fournisseur de matières premières plutôt qu'une puissance indépendante en Asie[37]»

Voici comment le politologue et sociologue américain, l'homme politique Zbigniew Brzeziński voit les problèmes :

« Si un espace est vide, demandez-vous combien de temps il restera vide ? Regardez la carte et comparez la taille de l'Asie russe et celle de l'Asie non-russe. La partie russe est aussi grande que le reste de l'Asie. Et par combien d'habitants est-elle habitée ? En tout par 35 millions contre 3,5 à 4 milliards pour le reste de l'Asie. C'est là qu'on trouve la puissante Chine avec ses villes et ses voies de communication modernes, comme en Amérique. C'est là que se développe l' Inde, et un Iran prometteur. Si la Russie peut attirer dans son Extrême-Orient et en Sibérie les investissements et les habitants, y envoyer un flux migratoire, alors elle aura un avenir. Vous avez, Russes, des gens de talents, un sentiment puissant d'identité nationale, mais vous gardez des schémas dépassés qui vous isolent et créent une situation, où tout vos voisins n'aiment pas la Russie et en ont peur[38] »

Brzeziński affirme que s'il y a quelques centaines d'années la Russie était plus forte que la Chine, aujourd'hui la situation est radicalement modifiée : « La puissance économique de la Chine associée à l'énergie dynamique de sa population de 1,2 milliard d'habitants modifie de manière sensible les comparaisons entre les deux régions avec ces zones inhabitées de Sibérie qui appellent presque un développement chinois[39]»

Le politologue américain Pat Buchanan, arrive à des conclusions similaires dans son livre Mort de l'Occident[40].

Port de Nakhodka dans le kraï de Primorié

Le président Vladimir Poutine déclare à propos de l'immigration chinoise: « Si dans un proche avenir nous ne faisons pas de pas en avant pour le développement de l'Extrême-Orient, dans quelques décennies, la population russe parlera chinois, japonais et coréen»[41].

Le nombre exact de Chinois en Russie est un sujet controversé. Selon le recensement de 2002 en Russie il n'y avait que 34 500 habitants en Russie (citoyens russes et étrangers) qui s'identifient comme étant des Chinois ethniques. Parmi ceux-ci, la moitié vit dans la partie occidentale de la Russie et surtout à Moscou. Selon l'opinion de nombreux démographes russes, les données du recensement peuvent être sous-estimées, et il faut supposer que la réalité varie entre 200 000 et 400 000 ou même500 000[42]. Janna Zaïonkovskaïa, par exemple, directrice du laboratoire des migrations de populations de l'institut national d'économie près l'Académie des sciences, cite en 2004 le chiffre de 400 000 Chinois (touristes, de passage et habitants permanents) [43]. En six mois, en 2017, sont entrés 180 000 Chinois dans la Kraï du Primorié[44].

Dalnegorsk dans le Primorié

Point de vue alternatif[modifier | modifier le code]

Plusieurs auteurs expriment des opinions différentes et considèrent qu'il faut rejeter les idées provoquées par la peur de la migration des Chinois en Fédération de Russie. Parce que ces migrations ont une influence positive sur l'économie et le développement du pays. Le président de l'académie des sciences sociales de la province du Nord-Est de Heilongjiang Tsiouï Veï considère que :

« La Russie n'a pas besoin de dizaines ou de centaines de mille de travailleurs chinois, mais de millions … Il faut que le gouvernement russe mette à l'ordre du jour la question de l'encouragement de l'arrivée de Chinois et de leur force de travail sur le marché russe en créant un courant favorable dans l'opinion publique [45]. »

Selon le sinologue, écrivain et traducteur Vladimir Maliavine à propos des travailleurs migrants chinois :

« Notre but, bien entendu, est qu'ils travaillent pour la Russie et non pour la Chine. Qu'ils travaillent dans leurs jardins et vendent leur production chez nous en Russie et qu'ils n'organisent pas chez nous leurs structures de gangsters et renvoient chez eux tous leurs capitaux. Et que les grenouilles ne soient plus abattues dans la région de l'Oussouri et transportées par sacs en Chine au détriment de la Russie [46],[47] »

Selon le principal journal chinois Le Quotidien du Peuple, le mythe de la menace chinoise est artificiel et délibérément exagéré par les médias russes. Le même journal reprend les propos du spécialiste russe Valeri Tichkov collaborateur de l' Académie des sciences de Russie (Institut de l'Extrême-Orient auprès de cette académie), qui remettent en doute la menace de l'expansion chinoise[48]. Ainsi, selon le directeur de l'institut d'ethnographie et d'anthropologie auprès de l'Académie des Sciences Valeri Tichkov :

« Aujourd'hui, il existe deux attitudes extrêmes par rapport aux immigrants provenant de Chine: d'un côté les immigrants chinois apportent beaucoup pour le développement de l'économie locale. D'un autre point de vue le mythe de la menace que représentent ces immigrants se répand, ce qui occasionne de graves dommages aux relations entre les deux pays…[48] »

Le directeur adjoint de l'institut d'Extrême-Orient (près de l'Académie des Sciences), A. Ostrovski, considère que :

« La menace représentée par les immigrants chinois est un fantasme maladif de petits journalistes, à qui il plait d'effrayer le peuple russe[49] »

Herman Doudtchenko, spécialiste de l'Institut d'histoire, d'archéologie et d'ethnographie des peuples d'Extrême-Orient considère que dans l'évaluation de la situation démographique en Russie et en Chine l'inégalité est fortement exagérée en tant que résultante de cette menace [50]

De même, Tszianine Tchjoï[51], analysant les atteintes aux intérêts de la Russie dans les relations entre les deux pays, reprend Youri Galenovitch, le spécialiste sinologue dans son ouvrage Russie-Chine-Amérique, de la rivalité à l'harmonie des intérêts [52]), dans lequel l'auteur sans avoir construit une argumentation conclut que, malgré l'existence de quelques problèmes mineurs, le partenariat stratégique a de bonnes perspectives. Quant à la question de l'expansion démographique elle n'est même pas abordée dans l'article.

Question à propos de la migration de Chinois vers l'Extrême-Orient russe[modifier | modifier le code]

La durée du séjour des citoyens chinois en Extrême-Orient par des données sommaires[53]
Durée de séjour 2000 2003
1-3 mois 28,6 % 4 %
4-6 mois 6 % 4 %
7-12 mois 8,3 % 14 %
1-2 années 19 % 38 %
3-4 années 13,1 % 24 %
plus de 4 années 25 % 16 %

Les Chinois qui viennent en Russie, viennent dans la cadre d'accords entre la Fédération de Russie et les autorités des villes du Nord-Est de la Chine. La migration massive a commencé en 1992, après la signature d'accords sur l'entrée sans visas dans les villes frontalières[53]. La majorité des immigrés chinois provient des régions limitrophes de la province de Heilongjiang. Selon les sondages réalisés en 2005, dans les villes de Vladivostok d'Oussouriisk, de Blagovechtchensk et Zabaïkalsk ce sont 80% des immigrants qui ont cette origine en Chine. Les hommes sont plus nombreux, leur âge varie entre 20 et 50 ans et leurs revenus sont faibles[53].

En 2004 , 335 000 citoyens chinois ont franchi la frontière sino-russe. Parmi ceux-ci une partie a échappé à l'enregistrement, certains sont partis vers d'autres régions de la Russie, une partie n'y est restée que pour une période de moins de 72 heures[53].

L'écrasante majorité des Chinois est engagée dans des entreprises individuelles ou travaille dans des entreprises chinoises. Selon les données du Bureau des affaires de migration du ministère de l'intérieur, la plupart travaillent dans la construction (23,7 %), l'industrie (18,2 %), l'agriculture (6,3 %) et le commerce en général (9 %)[53].

Comment décririez vous dans l'ensemble les relations entre les peuples russes et chinois[54]
Année de l'enquête 2005 2007 2009
sympathie 15 % 19 % 17 %
bon voisinage 19 % 17 % 17 %
normal, calme 40 % 40 % 39 %
cool 11 % 10 % 10 %
contraint 3 % 3 % 5 %
hostile 2 % 1 % 1 %
difficile de répondre 10 % 10 % 11 %

Compte tenu des différences ethniques, culturelles et sociales entre les deux pays, les populations d'Extrême-Orient russe et du Nord-Est de la Chine sont très contrastées et diffèrent dans de multiples domaines: langue, culture, attributs raciaux, principes de civilisation, expérience historique de développement etc. Ce qui crée des obstacles à l'immigration plutôt que des stimuli[55] Selon l'opinion d'une série d'experts responsables la différence entre les potentiels démographiques des deux pays peut conduire à de sérieux problèmes géopolitiques pour l'Extrême-Orient russe[34],[35]. La déprédation des ressources naturelles par les entreprises agricoles chinoises, l'utilisation de produits chimiques interdits, ou qui dépassent une teneur au-delà duquel ils sont nocifs (Benzopyrène, nitrate etc.) provoque l'indignation des résidents locaux alors que les autorités locales sont elles impuissantes[56]. Mais les conflits avec les habitants locaux prennent aussi une connotation ethnique[57]

La population fait preuve d'une attitude négative lorsqu'il s'agit de voir leurs terres développées par des entrepreneurs chinois, du fait notamment du comportement peu respectueux de l'environnement de ceux-ci[58],[59].

En même temps, les médias observent parmi les migrants chinois une détermination de plus en plus forte à faire valoir leur opinion[60], suivant laquelle une partie significative du territoire russe d'Extrême-Orient (en ce compris, par exemple, Vladivostok) a été arrachée à la Chine et doit y retourner (même si ce n'est pas dans l'immédiat)[61] Cette attitude augmente du fait du soutien du gouvernement chinois qui continue à éditer des cartes dans les manuels scolaires, dans lesquels l'Extrême-Orient est présenté comme étant temporairement séparé de la Chine[62]): « Grâce au Traité d'Aigun en 1858, la Russie tsariste a enlevé plus de 600 000 km2 au territoire chinois. À la suite de la convention de Pékin (1860) elle a repris 400 000 km2 au territoire chinois et à la suite du traité de Saint-Pétersbourg de 1881 et de cinq conventions qui l'ont suivi la Russie a pris encore plus de 70 000 km2 à la Chine...». Une propagande de ce style peut être utilisée pour préparer l'opinion publique à l'intérieur du pays à des solutions aux problèmes posés par la pénurie de ressources en Chine.

Les voies de résolution des problèmes[modifier | modifier le code]

Comme solution à l'ensemble complexe des problèmes démographiques les experts proposent[63] de poursuivre des politiques protectionnistes par :

  • l'activation de la vie économique et sociale de la région
  • la mise en place d'un contrôle des prix (pour l'électricité, les déplacements)
  • la fixation de la population âgée russe .

Loi 473-ФЗ[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Port franc de Vladivostok.
Schéma descriptif du port franc de Vladivostok

Selon Boris Mironov, l'adoption le 29 décembre 2014 de la loi sur le développement prioritaire en Fédération de Russie N 473-ФЗ[64] peut influencer considérablement la situation en Extrême-Orient [65]. Ceci du fait que l'adoption de la loi a été accompagnée de changement au Code civil, au Code de l'urbanisme, au Code du Travail, au Code de l'agriculture et au Code forestier[66]. L'ensemble des modifications introduites dans la législation ouvre de larges perspectives de faire des affaires dans la Fédération de Russie pour les sociétés étrangères utilisant de la main d'œuvre étrangère. Et la région la plus probable de réalisation des perspectives espérées se situe en Extrême-Orient à la frontière avec la Chine.

Ainsi, l'article 17 de la loi instaure un régime juridique spécial pour les entreprises, qui exonère du paiement des droits de douane, des taxes foncières, et des impôts sur la propriété. L'article 28 autorise les sociétés étrangères à demander d'acheter des lots de terres et de biens immobiliers.

L'article 18 de la loi 473-ФЗ oblige l'employeur à se conformer au Code du Travail de la Fédération de Russie qui a été modifié par la loi du 31 décembre 2014 (N 519-ФЗ)[67]. Cette modification (article 8в de la loi 519-ФЗ) renvoie au chapitre 55 de l'article 351 du Code du travail:

  1. il n'est pas requis d'obtenir des permis de travail pour attirer et utiliser des travailleurs étrangers;
  2. Les autorisations de travailler pour les citoyens étrangers qui sont employés par un résident du territoire pour le développement socio-économique sont délivrées sans quota fixé d'avance …

Un certain nombre d'autres changements [68] autorisent les sociétés étrangères (gestionnaires) à extraire des minerais en bénéficiant d'un taux zéro d'impôt sur les bénéfices.

Ces modifications législatives peuvent aider à attirer vers les territoires peu peuplés d'Extrême-Orient et de Sibérie des migrants provenant de Chine et accélérer cette migration là où elle se produit déjà. Cela a suscité une réaction négative, par exemple, de la part de l'association les Russes. Mais cette organisation a été interdite comme extrémiste en octobre 2015. Boris Mironov considère que l'adoption de telles lois crée les conditions favorables à la mainmise de territoires russes de manière pacifique par des Chinois, ce qui peut toutefois, selon Mironov, avoir des conséquences négatives non pas à court mais à long terme.

Le journal The Guardian a publié les projets de la Chine d'utiliser l'eau du lac Baïkal pour l'approvisionnement de la ville de Lanzhou. Selon l'opinion des représentants de la Chine, de la réalisation de ce projet découleront des avantages pour les deux pays. La Chine pourra résoudre son problème de pénurie d'eau. Alors que sa population représente 20% de la population mondiale, elle n'a accès qu'à 7% des réserves d'eau mondiales [69],[70].

Lac Baïkal, le Chamanka

Le Fond de développement de l'Extrême-Orient et la China National Gold Group Corporation (China Gold) envisagent de travailler ensemble à l'extraction d'or en Extrême-Orient russe[71]. 90 % du capital du fond sera chinois. Les réserves d'or en Extrême-Orient russe représentent environ la moitié de l'ensemble des réserves de la Fédération de Russie en octobre 2017. Le gouvernement russe a adopté un projet d'accord autorisant la société China National Gold Group Hong Kong Limited (Hong Kong) d'acquérir entre 60 et 70 pourcent des actions de la société d'exploitation minière Les clés du Nord (Западная Ключи)[72]. Les réserves d'or sont estimées à plus de 70 tonnes.

L'une des conséquences de l'adoption de la loi 473-ФЗ est la création d'une zone spéciale dans le port franc de Vladivostok par la loi fédérale № 212-ФЗ[73], entrée en vigueur le 12 octobre 2015, pour tenter d'étendre son champ d'application à la base navale de Vilioutchinsk[74]; au port de Petropavlovsk-Kamtchatski)[75] et à l'aéroport de Petropavlovsk-Kamtchatski (aéroport Elisovo) au Kamtchatka ; aux ports de Vanino, De-Kastri, Nikolaïevsk- sur-Amour, Okhotsk et Savietskaïa-Gavane dans le kraï de Khabarovks [74]; et encore aux ports de Beringovski, Pevek, Providentia et Egvekinot dans le Tchoukotka; et encore aux ports maritimes de l'Oblast de Sakhaline, aux complexes de Korsakov, Nevelski et Kholmsk[76]; à une partie du raïon de Lazovski dans le kraï de Primorié[77].

Centre commercial en Chine à Suifenhe

À Suifenhe, en Chine, a été créée une zone économique libre (la transgranitchnaïa ТОR- Zone Transfrontalière TOR), où les marchandises transitent en franchise et où les personnes se déplacent librement[78]. Cette zone comprendra 233 hectares du côté russe, et 180 du côté chinois; le projet est évalué à 1,5 milliard de dollars.

Dans le contexte de cet évènement destiné à équilibrer le chiffre de la population et assurer le développement, le 29 octobre 2015 l'interdiction d'avoir un second enfant a été levée en Chine[79] et en Russie on envisage des cours de chinois à partir de 2018-2019[80]. La connaissance du chinois deviendra une exigence pour entrer dans les universités et les écoles supérieures. Selon les données d'une enquête [81] qui date de 2017, le nombre de migrants vers l'Extrême-Orient a augmenté de 15 % (soit de 400 000 alors que durant la même période le district extrême-oriental a perdu 20 % de la population de souche, soit 2 000 000 d'habitants.

sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai du 10-06-2018 V. Poutine et Xi Jinping
Nikita Mikhalkov

Il existe un point de vue alternatif. Le réalisateur russe Nikita Mikhalkov refuse de le mettre en œuvre pour un film dont le scénario lui a été proposé dans le style de Occupied programmé en Europe (notamment sur ARTE). Il consiste à réaliser, qu'au lieu d'un développement constant sur le plan économique et démographique des régions de l'Extrême-Orient les conditions existent pour permettre à l'armée chinoise de prendre rapidement les territoires proches de la Chine qui sont convoités [82]. Ceci étant donné la faible capacité de l'armée russe de défendre l'Extrême-Orient, confirmée par les experts[83] : pour les forces armées russes non nucléaires en Extrême-Orient les deux districts chinois de Chine ne peuvent être comparés, et le transport de troupes par le chemin de fer Transsibérien pourrait être facilement empêché par un ennemi potentiel. L'utilisation d'armes nucléaires stratégiques contre les villes de la partie européenne de la Russie (fort peuplées mais sans ressources naturelles) restant possible du fait de leur faible protection[84]. Dans le journal pro-gouvernemental Wen Wei Po on peut lire que la Chine peut gagner 6 guerres avec ses voisins, parmi lesquels la Russie[85]. Sur la base de la théorie de l' augmentation de l'espace vital de l'État au-delà de ses frontières terrestres, maritimes et spatiales (en proportion de sa puissance totale), Pékin considère que les frontières stratégiques de cet espace vital dépassent les frontières nationales. Toutefois, dans le cadre des conditions existantes «... La Chine doit faire preuve de retenue et de discrétion ... se comporter discrètement et ne pas entrer en confrontation directe avec des ennemis pour des conflits insignifiants, pour atteindre finalement ses objectifs. L'enjeu fondamental de l'augmentation de l'espace vital devient une expansion économique et démographique. Cependant les dirigeants chinois comprennent qu'à un moment donné ce processus exigera un renforcement des garanties d'approvisionnement.»[86]

La Russie c'est un gigantesque territoire, alors qu'en Chine on a le peuple le plus travailleur au monde... La Russie a son énorme territoire et peu de population, en Chine c'est l'inverse.

- Li Yuanchao, vice-président de la République populaire de Chine[87]

Positions occidentales[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps, les occidentaux ont minimisé l'importance de la coopération Pékin-Moscou. Il soulignent la naïveté des appels de Poutine aux investisseurs chinois pour qu'ils participent au développement de la région du Pacifique, au risque de favoriser une occupation de l'Extrême-Orient russe. Ils tournent cette relation en dérision, la Chine étant assurée de sortir gagnante. Selon Nina Bachkatov, journaliste spécialiste de la Russie, les dirigeants chinois et russes n'ont aucune inhibition idéologique et partagent la même volonté d'intégration dans un monde globalisé. Ils font partie d'un groupe croissant de pays qui n'est pas anti-occidental mais a-occidental et qui veut suivre ses propres voies de développement. Pour eux les divergences de vues ne constituent pas un obstacle diplomatique. La Chine a dénoncé l'annexion de la Crimée mais a ensuite vendu à la Russie le câble électrique permettant de contourner le blocus ukrainien[88].

Citations[modifier | modifier le code]

« …Au moment de l'effondrement de l'empire soviétique, la Russie s'est trouvée dans une situation géopolitique menaçante même en Extrëme-Orient, bien qu'aucun changement territorial ou politique n'y soit intervenu. Au cours des siècles précédents, la Chine était un état faible et arriéré en comparaison à la Russie, en tout cas dans les sphères politiques et militaires. Aucun Russe, préoccupé par l'avenir de son pays et perplexe devant les changements dramatiques de la dernière décennie ne peut ignorer le fait que la Chine se trouve actuellement sur la voie d'une transformation et d'un développement plus dynamique et plus prospère que la Russie. La puissance économique de la Chine, combinée au dynamisme d'une population d'1,2 milliard d'habitants change la donne historique entre les deux régions si l'on tient compte du fait que les territoires de la Sibérie son inhabités et attirent le développement chinois ( Zbigniew Brzeziński)[39] »

« On rencontre des chinois à partir d'Irkoutsk, mais ici à Blagovechtchensk ils sont plus nombreux … ils nous prendront le fleuve Amour, sans aucun doute. Peut-être pas eux-mêmes mais d'autres leur donneront, les Anglais par exemple, qui gouvernent et construisent des forteresses en Chine. Sur l'Amour vit un peuple narquois; tous s'amusent de ce que la Russie se soucie de la Bulgarie, qui ne vaut pas un kopeck et oublie complètement le fleuve Amour. Imprévoyant et pas malin Anton Tchékov (1892) Lettre à Sourevine  »

— «Письмо А. С. Суворину», 1892 г[89].

« Les échecs politiques et économiques de la Russie dans le développement de l'Extrême-Orient ont ruiné son ambition d'avoir un statut stable en Asie et sa capacité à jouer ce rôle... Si ces tendances se maintiennent, la Russie deviendra un petit partenaire de la Chine, son fournisseur de matières premières et ne sera plus une puissance autonome en Asie. (Steve Blank - 2011) [90] »

« Aujourd'hui est arrivé le moment en Chine où l'administration temporaire de la région Nord réduira la population des territoires adjacents à cinquante millions d'habitants, à la suite de quoi la grande doctrine du chemin de Tao arrivera enfin aux étendues infinies de l'Eurasie (Viktor PelevineChiffres) »

« Varvara a ri: — Voilà, elle n'a aucune idée de la façon d'arriver à épouser un Chinois sibérien. J'ai appelé une connaissance qui a marié un millionnaire, le directeur d'un kolkhoze vraiment chinois qui plante des orangers à Magadan. Je lui ai demandé conseil et voilà ce qu'elle répond: imbécile qui t'a raconté ces bobards? Et puis ne m'appelle plus ici parce que je ne suis plus Natacha Gavrilova, mais Tszin Chou, ce qui signifie à peu près «bouleau paisible» ou quelque chose d'approchant...Andreï RoubanovChlorophile »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Албазинский конфликт. Дипломатический словарь
  2. a b et c (ru)L'Extrême-Orient sur le chemin du marché du travail Дальний восток на пути к рынку труда
  3. (ru) Les Chinois, les Coréens et les Japonais dans le Kraï du Primorié : Travaux de l'expédition sur l'Amour/ Труды Амурской экспедиции. Вып. XI. — Saint-Pétersbourg ., 1912. — p. 147
  4. a b c et d (ru) V Diatlov : Les Chinois en Sibérie et en Extrême-Orient est-ce un bien ou un mal pour la Russie ? Китайцы в Сибири и на Дальнем Востоке — хорошо это или плохо для России? В. Дятлов
  5. (ru) T. N. Sorokina : l'immigration chinoise à la fin du XIXe début du XXe s./Т. Н. Сорокина Китайская иммиграция на Дальний вотсток России в конце XIX — начале XX вв
  6. (ru)Перепись населения
  7. a et b (ru) Alexandre Khramtchikine/Александр Храмчихин, Le Dragon s'est réveillé ?/Дракон проснулся? : внутренние проблемы Китая как источник китайской угрозы для России, Moscou/Москва, Издательство "Ключ-С",‎ , 2 изд éd., 192 p. (ISBN 978-5-906751-22-5, lire en ligne), chapitre III/Глава III. Le problème de la migration chinoise vers le territoire de la Russie dans le cadre de l'expansion de l'espace de vie en Chine/Проблема китайской миграции на территорию России в аспекте расширения жизненного пространства Китая, p. 43-53
  8. (ru) « Programme le Primorié sans narcotiques à partir du 28 octobre 2017 /Программа «Приморье без наркотиков» от 28 октября 2017 года », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 28 октября 2017 15:16 (consulté le 11 février 2018)
  9. (ru) Vilia G. Gebras/Виля Г. Гельбрас (chercheur directeur de l'Institut de l'économie mondiale et internationale de l'Académie des sciences de Russie(РАН), « Perspectives de la migration chinoise en Extrême-Orient », 4 (19), écrits sur la patrie /Отечественные записки,‎ (ISSN 1683-5581, lire en ligne)
  10. a et b (ru) A. G. Kabanets/А. Г. Кабанец, B. D. Milakovski/Б. Д. Милаковский et E. A. Lepechkine/Е. А. Лепешкин,, l'exploitation forestière illégale en Exrtême-Orient: la demande mondiale de bois et la destruction de la taïga de l'Oussouri/ уничтожение Уссурийской тайги: обзор, Moscou, Полиграф Медиа Групп,‎ , 40 p. (lire en ligne)
  11. (ru) Irina Trofimova/Ирина Трофимова, Анна Кулигина, « C'est notre Crimée... mais la Sibérie est à vous! La Chine prend la Sibérie sans un bruit et sans poussière/Китай забирает себе Сибирь без шума и пыли », sur Заб ТВ, Premier télécanal du kraï de Zabaïkalski /Первый независимый телеканал Забайкальского края www.zab.tv,‎
  12. (ru) Ivan iNspiter, « Déforestation en Sibérie/Вырубка леса в Сибири », «Прима Медиа»,‎ (consulté le 2 février 2018)
  13. (ru) « La Chine peut construire un usine de pâte à papier en Extrême-Orient/ Китай может построить целлюлозно-бумажный комбинат на Дальнем Востоке », sur www.vestiprim.ru, Teleradiocompagnie Vladivostok/ГТРК "Владивосток" - Vesti (Primorié),‎ 1 novembre 2017 10:20 (consulté le 11 février 2018)
  14. (ru) A. V. Mosgovoï/.В. Мозговой, « La taïga sibérienne part en Chine pour quelques kopeks »,‎ 21-03-2018, 09:57
  15. (ru) РБК, « Chine à l'article 6 de l'Asie mystérieuse: 6. », holding média russe /Мультимедийный холдинг России РосБизнесКонсалтинг (РБК),‎ (consulté le 22 octobre 2017)
  16. (ru) « А теперь за пеньки Рассчитайтесь », sur www.gazeta-pravda.ru, organe du comité central du Parti communiste de la fédération de Russie,‎ (consulté le 15 mars 2018)
  17. (ru) P. Kortchaguine/Корчагин П., « pour les entreprises de transformation du bois en crise un tiers du Primorié serait touché », www.PrimaMedia.ru, Медиахолдинг ООО «Прима Медиа»,‎ (consulté le 29 juin 2017)
  18. « (ru)Un lot record de pignons de pins saisie par les douanes de l'Oussouri (63 tonnes) », sur www.vestiprim.ru, Lac Khassan, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 16 novembre 2017 14:38 (consulté le 11 février 2018)
  19. (ru) « Les douaniers ont saisi environ 120 racines de [[ginseng]] sur des citoyens chinois », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 4 août 2017 10:30 (consulté le 11 février 2018)
  20. (ru) Евгений и др. Талов, « La plus grande quantité de produits dérivés de contrebande saisie dans le Primorié », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 31 janvier 2018 09:52 (consulté le 11 février 2018)
  21. (ru) S. N. Liapoustine/Ляпустин С.Н.,P. V. Fomenko/ Фоменко П.В, Lac Khanka(2009–2014 гг.), Vladivostok, Апельсин,‎ , 90 p. (ISBN 978-5-9590-0633-4, lire en ligne)
  22. (ru) « À Vladivostok du crabe vivant est tombé sous la main des contrôles des douanes », sur www.vestiprim.ru, Kraï du Primorié, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 28 аvril 2017 16:55 (consulté le 11 février 2018)
  23. (ru) Igor Dmitriev/Игорь Дмитриев, « Les étrangers contrôlent 1 million d'hectares en Russie », Ежедневное аграрное обозрение, sur www.agroobzor.ru, Издательский дом «Независимая аграрная пресса»,‎ (consulté le 22 octobre 2017)
  24. (ru) Youlia Pelekhova/Юлия Пелехова, Влад Крымский, « Déluge chinois (Фермеры из Поднебесной убивают российскую землю) », Газета «Наша версия» №24 от 27.06.2016, sur www.versia.ru, Издательский дом «Версия»,‎ (consulté le 22 octobre 2017)
  25. (ru) Alexeï Svichtchiov/Алексей Свищёв, « Les hectares russes et les fermiers chinois/Российские гектары манят китайских фермеров (Земли Дальнего Востока стали желанной целью для жителей северных провинций КНР) », Газета «Наша версия» №24 от 17.08.2016, sur www.versia.ru, Издательский дом «Версия»,‎ (consulté le 22 octobre 2017)
  26. (ru) « Le chiffre d'affaires avec la Chine atteint 4 milliards de roubles par an », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 30 июня 2017 10:43 (consulté le 11 février 2018)
  27. (ru) По материалам телеканала «Звезда», « Environ 300 touristes Chinois ont pris d'assaut un ferry sur le lac Baïkal et ont battu des membres de l'équipage », sur www.lenta.ru, Электронное периодическое издание ООО «Лента.Ру»,‎ (consulté le 26 octobre 2017)
  28. a b et c (ru)Центр Политических Технологий
  29. (ru)Китай завоюет Россию без единого выстрела
  30. (ru) Alexandre Lebed/Александр Лебедь, Et relancer la Russie, Moscou, Fond de développement de la culture nationale / Благотворительный фонд развития отечественной культуры,‎ , 304 p. (ISBN 5-93302-003-6), Pour la puissance c'est malheureux. Discours lors de la conférence de l'organisation ONG "Mission de maintien de la paix dans le Caucase du Nord", p. 239-240
  31. (ru)Pourquoi ne sommes nous pas amis avec n'importe qui ?Радио ЭХО Москвы :: В круге СВЕТА, 04.01.2012 21:07 Почему мы ни с кем не дружим? Будет ли новая Холодная война?: Александр Коновалов, Александр Гольц
  32. (ru) Défilé militaire à Pékin. Développement de la Chine et leçon pour la Russie par Alexandre Golts et Evgueni Bajanov Радио ЭХО Москвы :: Назад в будущее, 11.10.2009 12:08 Военный парад в Пекине - развитие Китая и уроки для России: Александр Гольц, Евгений Бажанов
  33. a et b (ru) La Russie ne s'informe pas Россия не справится
  34. a b et c (ru) Le répétiteur de langue chinoise/Репетитор китайского языка
  35. a et b (ru) Centre de technologie politiqueЦентр Политических Технологий.
  36. (ru) Evgueni Karasiok/Евгений Карасюк, « Que fait la Chine avec la terre étrangère ?Сдается Россия. Что делает Китай с чужой землей? »,‎
  37. (ru) Steve Blank : Vers un nouvel ordre chinois en Asie: la chute de la Russie Стивен Дж. Бланк „На пути к новому китайскому порядку в Азии: Провал России (Toward a New Chinese Order in Asia: Russia’s Failure)“ NBR Reports (Mar 2011)
  38. (ru) La Russie risque de devenir un espace vide. Збигнев БЖЕЗИНСКИЙ: Россия рискует превратиться в пустое пространство
  39. a et b (ru)Z. Brzeziński Le grand échiquier: la primauté américaine et ses impératifs géo-stratégiques /= The grand chessboard: American primacy and its geostrategic imperatives — New York : Basic books, October 1997 / Пер. с англ. О. Ю. Уральской. — М. : Международные отношения, 1998.
  40. (ru) Pat Buchanan, Mort de l'Occident, АСТ,‎
  41. (ru) Sommet de la Coopération économique pour l'Asie-Pacifique APEC ; La Russie a réussi le premier examen Саммит АТЭС: Россия выдержала первый экзамен
  42. (ru) Larine Alexandre : combien y a-t-il de migrants chinois en Russie ? /Ларин, Александр (29 сент.-12 окт. 2008), «Сколько в России китайских мигрантов?»
  43. (ru) Janna Zaïonkovskaïa/Зайончковская, Жанна(2004), la migration rentre dans l'ombre «МИГРАЦИЯ ВЫШЛА ИЗ ТЕНИ. На вопросы Виталия КУРЕННОГО отвечает заведующая лабораторией миграции населения Института народно-хозяйственного прогнозирования РАН Жанна ЗАЙОНЧКОВСКАЯ» Отечественные Записки 4 (19), проверено 2009-01-20
  44. (ru) « Le Primorié obtient le deuxième score dans la liste des territoires les plus prisés par les citoyens chinois en Russie », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 25 août 2017 16:43 (consulté le 11 février 2018)
  45. (ru) A Vertchenko/Верченко А. (traduit du chinois), « collaboration régionale russo-chinoise », 1, Moscou, Problèmes de l'Extrême-Orient, no 6,‎ , p. 45-54 (ISSN 0131-2812, lire en ligne)
  46. (ru) « La douane de l'Oussouri arrête un gros lot de graisse de grenouille », sur www.vestiprim.ru, Kraï du Primorié, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 15 августа 2017 10:10 (consulté le 11 février 2018)
  47. (ru) Interview : La stratégie de l'Empire céleste Интервью: Стратегия Поднебесной
  48. a et b (ru) Les experts russes nient la menace que représentent les immigrants chinois en Extrême-Orient russeРоссийские эксперты отрицают наличие угрозы китайских иммигрантов Дальнему Востоку РФ
  49. (ru) « La menace représentée par les immigrants chinois en Russie extrême-orientale est un fantasme maladif de journalistes », 1,‎ (lire en ligne)
  50. (ru) Demoskope, « Comment encombrer de chapeaux chinois ? : déséquilibre démographique entre la Chine et l'Extrême-Orient russe », 1, Demoskope/Демоскоп Weekly, nos 167-168,‎ (ISSN 1726-2887, lire en ligne)
  51. (ru) Tszianine Tchjoï, « De nouveau l'alarmisme? », 1, Россия и АТР, no 3,‎ , p. 173-177 (ISSN 1026-8804, lire en ligne)
  52. (ru) Youri Galenovitch Галенович Ю.М., Russie-Chine-Amérique, de la rivalité à l'harmonie des intérêts ?, Moscou, Русская панорама,‎ , 573 p. (ISBN 5-93165-113-6)
  53. a b c d et e Экономическая организация китайской миграции на российский Дальний Восток после распада СССР
  54. Russian Foreign Policy: The Return of Great Power Politics. Jeffrey Mankoff. 2011
  55. (ru)Chine et Extrême-Orient ; les questions de déséquilibres démographiques Китай и Дальний Восток России: к вопросу о демографическом дисбалансе
  56. (ru) Юлия и др. Ольховская, « Comment les Chinois tuent les Russes en Russie ? », sur www.1tv.ru, RussianСross,‎ (consulté le 10 juillet 2016)
  57. (ru) Яна Лисина, « Bagarre dans l'oblast d'Irkoutsk: pourquoi les habitants de Biltchira chassent les hommes d'affaires chinois du village », Комсомольская правда,‎ (lire en ligne)
  58. (ru)Irina Trofimova, Anna Kouligina Китайский тупик —émission télé de Zabaïkalski sur la location de 2 millions d'hectares en Bouriatie dans le Raïon de Tarbagataïski
  59. Мария и др. Нетребенко, « Que cherchent les géologues chinois dans la taïga d'[[Oussouri]]? », sur www.vestiprim.ru, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 30 juin 2016 10:58 (consulté le 11 février 2018)
  60. (ru) Igor Poutinov. Un endroit où les russes en sont pas admis. Le musée des relations russo-chinoises en Chine à Aigun ( lieu de la signature d'un des traîtés sur la frontière entre les deux pays, que la Chine considère comme inéquitable ) Видео. 22 мая 2016 г
  61. (en) Zeihan Peter, « Analyse de l'Extrême Orient russe revient à la Chine », ABS news,‎ (lire en ligne)
  62. (ru) Elena Massiouk/Елена Масюк, « aimer le dragon /Любить дракона », 1, [Новая газета], no 70,‎ (lire en ligne)
  63. Les journaux demandent, à propos des problèmes de l'Extrême-Orient, Газеты пишут о проблемах Дальнего Востока
  64. (ru)Loi du 29 décembre 2014 N 473-ФЗ sur le développement prioritaire «О территориях опережающего социально-экономического развития в Российской Федерации»
  65. Enregistrement Neïromir-TV sur YouTube Сдача Российской властью, РОССИИ — Китаю. Борис Миронов 29.07.2015
  66. (ru)Après l'adoption en 2006 du code forestier, l'institut de protection des forêts a été supprimé. Le territoire concerné par cette mesure dans le Kraï de Khabarovsk représente une surface de 120 000 hectares: (ru) A. G. Kabanets, E. V. Tchouvassov,, А. V. Sytchikov, B. D Milakovski, La pratique de l'éclaircissement de la taïga en Extrême-Orient/Практика рубок ухода и санитарных рубок на Дальнем Востоке России, Vladivostok/Владивосток, Всемирный фонд дикой природы,‎ , 4, 17 p. (ISBN 978-5-91849-115-7, lire en ligne)
  67. (ru) «О внесении изменений в отдельные законодательные акты Российской Федерации в связи с принятием Федерального закона „О территориях опережающего социально-экономического развития в Российской Федерации“»
  68. (ru) à la suite de l'introduction d'amendements à la deuxième partie du code fiscal dans le cadre de l'adoption de la loi du 29 novembre 2014, N 380-ФЗ « Sur la modification de la deuxième partie du Code des impôts de la Fédération de Russie dans le cadre de l'adoption de la loi sur le développement social et économique de la Fédération de Russie / О внесении изменений в часть вторую Налогового кодекса Российской Федерации в связи с принятием Федерального закона „О территориях опережающего социально-экономического развития в Российской Федерации“»
  69. (en) Tom Phillips, « plans des villes chinoises sans eau qui prévoient un aqueduc de 1 000 kilomètres pour les relier au lac Baïkal », 1, The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne)
  70. (ru) Sergueï Aksénov /Сергей Аксенов, « La Russie vendra le Baïkal à la Chine? (L'eau du plus grand lac d'eau douce du monde pompée par le Empire du milieu par un aqueduc) », sur www.svpressa.ru, Organisme sans but de lucre Presse-Internet (Интернет-Пресса),‎ (consulté le 12 mars 2017)
  71. (ru) Алексей Чекунков, « La Russie et la Chine créent un fonds pour soutenir l'industrie de l'Extrême-Orient russe /Россия и Китай создадут фонд для поддержки промышленности Дальнего Востока », РИА Новости,‎ (consulté le 10 juillet 2016)
  72. (ru) Ivan Rochtchepi/Иван Рощепий, « La Russie et la Chine vont développer ensemble les gisements aurifères Россия и Китай будут совместно разрабатывать Ключевское месторождение золота », sur www.pnp.ru, Парламентская газета,‎ (consulté le 15 octobre 2017)
  73. (ru) « Loi fédérale du 13 juillet 2015 N 212-ФЗ Port franc de Vladivostok », Rossiiskaïa gazeta/Российская Газета (consulté le 28 juillet 2015)
  74. a et b (ru) Юрий Нехайчук, « Le port franc de Vladivostok de Khabarovsk au Kamtchatka », газета «Ведомости», Bisness news média/ЗАО «Бизнес Ньюс Медиа»,‎ (lire en ligne)
  75. (ru) « Le gouvernement du Kamtchatka demande une extension du régime de port franc au territoire du Kraï du Kamtchatka », интернет-газета «Полуостров Камчатка», Iskander Khakimov /Искандер Хакимов,‎ (lire en ligne)
  76. (ru) « Korsakov, Nevelsk, et Kholmsk reçoivent le statut de ports francs de Sakhaline /Статус свободного порта на Сахалине получат Корсаков, Невельск и Холмск », ИА SakhalinMedia.ru, ООО «Прима Медиа»,‎ (lire en ligne)
  77. « Le raïon de Lazovski veut être dans la zone du port franc de Vladivostok », РИА «Vladnews», ЗАО «Владивосток-новости»,‎ (lire en ligne)
  78. (ru) « La transgranitchnaïa TOR est créée à Suifenhe », sur www.vestiprim.ru, Pogranitchny, ГТРК "Владивосток" - Вести (Приморье),‎ 8 février 2018 11:32 (consulté le 11 février 2018)
  79. (ru) « Chapitre de la Chine: une modification de la politique de l'enfant unique rétablira l'équilibre des chiffres de population », 1, RIA Novosti/РИА Новости,‎ 15:22 - 03.11.2015 (consulté le 4 décembre 2015)
  80. (ru) РИА, « Dans les écoles russes, dans 2 ans il y aura des cours de chinois », 1,‎ 17:44 - 04.02.2016 (lire en ligne)
  81. (ru) « Le nombre de migrant vers l'Extrême-Orient a grimpé de 15% cette année », sur www.interfax.ru, Moscou, Международная информационная группа Интерфакс,‎ 7 Августа 2017 (consulté le 10 août 2017)
  82. (ru) Никита Михалков, « Les Russes ont des sentiments de culpabilité; émission Bessogon TV/ "Бесогон TV" », Moscou, Телекомпания «Россия 24», официальный канал ВГТРК на Youtube,‎ (consulté le 16 octobre 2016), (ru) Alexandre Khramtchikine/Александр Храмчихин, « ce qui pourrait être le 22 juin 2.0 », Сноб, sur www.snob.ru,‎ (consulté le 21 novembre 2017)
  83. (ru) Amexandre Khramtchikine /Александр Анатольевич Храмчихин, Et en tout il n'y a que 85 brigades de l'armée prêtes à agir, Journal indépendant /Независимое военное обозрение (Независимая газета),‎ (lire en ligne)
  84. (ru) А. Khramtchikine / A. Храмчихин, « Chine contre Russie. La victoire n'est pas derrière nous / Китай против России. Победа будет не за нами », 1, [Популярная механика],‎ , p. 84-89
  85. (ru) « La sixième guerre : retour de la terre russe à la Chine (les six guerres auxquelles la Chine devra participer durant les 50 prochaines années) », Военное обозрение, sur www.artpolitinfo.ru,‎ (consulté le 24 juin 2017) sources: http://bbs.chinanews.com/web/mil/65/2013/0705/68242.shtml
  86. (ru) M Panov/Панов М., Маневич В., « Conflits armés de frontières en 2030 », 1, Moscou, revue militaire étrangère/Зарубежное военное обозрение, no 1,‎ , p. 3-15 (ISSN 0134-921X)
  87. (ru) Татьяна Романова, « Дружба с драконом - Чем Россия может заплатить за дружбу с Китаем », sur Lenta.Ru (Лента.Ру), Москва, ООО «Лента.Ру»,‎ 08:08, 3 июня 2014 (consulté le 11 mars 2018)
  88. Nina Bachkatov, Poutine, l'homme que l'occident aime haïr, Bruxelles-Paris, Editions Jourdan, 200 p. (ISBN 9 782874 664816), p. 171-172 année=2018
  89. (ru) Tchékov, lettre à Sourovine ФЭБ: Чехов — Суворину А. С., 27 июня 1890. — 1976 (текст)
  90. (ru) Steve Blank Sur le chemin d'un nouvel ordre chinois en Asie ; échec de la Russie / Стивен Дж. Бланк "На пути к новому китайскому порядку в Азии: Провал России (Toward a New Chinese Order in Asia: Russia's Failure)" NBR Reports (Mar 2011)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]