Victor Pelevine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Viktor Pelevine)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Victor Pelevine
Naissance (55 ans)
Moscou
Drapeau de la république socialiste fédérative soviétique de Russie RSFS de Russie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture russe

Victor Olegovitch Pelevine (en russe : Виктор Олегович Пелевин), né le à Moscou, est un écrivain russe. Après une formation d'ingénieur en électromécanique à l'Institut de génie énergétique de Moscou, il suit un séminaire de création littéraire.

Pelevine se tenant un peu à l'écart des médias, on sait peu de choses sur lui. Il a commencé à accéder à la notoriété avec la publication de La flèche jaune, de OMON-Ra et de nouvelles.

Figure de proue de la littérature russe actuelle, son œuvre est traduite dans de nombreuses langues dont le chinois et le japonais.

L'œuvre de Victor Pelevine[modifier | modifier le code]

Les récits et les romans de Pelevine reposent souvent sur des éléments fantastiques ou absurdes : train de voyageurs sans arrêt ni destination connue (La flèche jaune), personnage évoluant dans un monde transformé en univers de jeu vidéo (Le Prince du Gosplan) ou vivant une vie parallèle sous forme d'insecte (La vie des insectes)…

L'aspect onirique de son œuvre fait de lui un héritier d'une tradition littéraire russe que l'on peut faire remonter à Nicolas Gogol et qui inclurait le Mikhaïl Boulgakov de Cœur de chien ou du Maître et Marguerite.

Les récits et les romans de Victor Pelevine sont tissés de références à la vie quotidienne en Russie et en URSS et à la culture populaire (jeux vidéo, groupes de rock américains, séries télévisées brésiliennes). Les mythes de la culture officielle soviétique (Tchapaïev, les cosmonautes) ainsi que les considérations d'ordre mystique inspirées par le bouddhisme sont également très présents. Ce mélange amène certains à qualifier l'œuvre de Pelevine de postmoderne.

Saturés de références multiples et baignant dans l'absurde, les textes de Pelevine sont d'une grande portée satirique sur la société contemporaine ou ex-soviétique. L'auteur s'abstient pourtant bien d'éclairer ses lecteurs sur le sens à donner à son œuvre. Optant le plus souvent sur le procédé narratif de la focalisation interne, il ne nous laisse généralement entrevoir la réalité qu'à travers le regard d'un personnage qui ne livre ni ses pensées ni ses émotions, perception qu'altèrent ou illusionnent progressivement les drogues ou des incertitudes psychiques sur une réalité transmutée ou manipulée par les montages du pouvoir. Le caractère nécessairement subjectif de toute perception des choses est d'ailleurs un thème récurrent dans l'œuvre de Pelevine.

Viktor Pelevine écrit à l' époque des années 1990, et beaucoup de ses lecteurs ne pouvaient pas encore s'exprimer aussi librement que lui. C'est ce qui explique sans doute le succès phénoménal qu'il a connu. À travers ses œuvres ses lecteurs cherchent encore aujourd'hui une réponse au chaos du monde contemporain. Grâce à son écriture particulière, Pelevine remet en question les frontières entre les genres littéraires tout en niant la possibilité d'une perception objective de la réalité et d'une communication sincère entre les individus. À l'exception du modèle de femme-renarde de Le Livre sacré du loup-garou, tous les modèles de femmes sont présentés et souvent déconstruits dans l'ironie. L'objet de sa critique est toutefois avant tout la Russie post-soviétique, le pouvoir politique corrompu, le règne de l'argent et du pétrole, de la consommation absurde[1].

A la question de savoir en quoi consiste «L'Idée russe » ou (idée nationale) qui est soulevée dans son roman Homo zapiens (Génération P) par exemple, il n'est pas possible de conclure . Lors d'un interview de Pelevine, comme on lui demandait s'il avait trouvé l'idée nationale, il a répondu : « Bien sûr. C'est Vladimir Poutine»[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles :

Collections des récits :

  • Синий фонарь - Le Réverbère bleu
  • Зомбификация - Zombification
  • Затворник и Шестипалый - L'Ermite et Sixdoigts, Éditions Jacqueline Chambon, 1998 (Traduit par Christine Zeytounian-Beloüs) ; Éditions du Rouergue, 2003.
  • П5: Прощальные песни политических пигмеев Пиндостана, ЭКСМО, 2008

Romans :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

[En ligne], 29 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 29 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/ilcea/420

.