Chanoines réguliers de la Mère de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chanoines réguliers de la Mère de Dieu
Ordre de droit pontifical
Approbation pontificale 1997
par Jean-Paul II
Institut chanoines réguliers
Règle règle de saint Augustin
Structure et histoire
Fondation 1969
Site web www.chanoines-lagrasse.com
Liste des ordres religieux

Les Chanoines réguliers de la Mère de Dieu forment une communauté religieuse catholique de chanoines réguliers, fondée en 1969.

Élevée au rang d'abbaye de droit pontifical, la communauté est installée depuis 2004 en l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse, dans le diocèse de Carcassonne.

Ils sont membres de la confédération des chanoines réguliers de saint Augustin, instituée en ordre religieux par Jean XXIII en 1958.

Chanoines réguliers[modifier | modifier le code]

Les chanoines réguliers sont des religieux, en majorité prêtres, vivant en communauté sous la Règle de saint Augustin au sein d'un monastère, et voués à l’apostolat et à la célébration de la liturgie. Cela donne donc un triptyque : vie commune, vie contemplative et vie apostolique.

L'office divin est pour eux une charge de tradition immémoriale, ce que le pape Jean-Paul II a rappelé aux chanoines confédérés en 1984 : « Vous êtes chargés, en tant que chanoines, du culte divin solennel de l'Église, qui consiste principalement dans la célébration chorale de la Liturgie des Heures et de l’Eucharistie, vous souvenant que la Liturgie est le sommet auquel tend l’action de l'Église, et en même temps, la source d’où découle toute sa force. »

Les chanoines réguliers de la Mère de Dieu font partie de la Confédération des Chanoines réguliers de saint Augustin érigée par Jean XXIII le 4 mai 1959, par sa lettre apostolique Caritatis Unitas[1], qui regroupe différentes congrégations canoniales suivant la Règle de saint Augustin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Chanoines réguliers de la Mère de Dieu[modifier | modifier le code]

Abbaye de Lagrasse

Fondée en 1969, la communauté est d'abord installée à Moissac pendant une quinzaine d'années puis à Gap au monastère du Saint-Cœur de Notre-Dame. En 1997, Rome élève la communauté au rang d'abbaye de droit pontifical. Leur supérieur reçoit la bénédiction abbatiale des mains du cardinal Paul Augustin Mayer en la basilique Saint-Paul-hors-les-murs de Rome.

En 2004, la maison mère de la communauté déménage en l'abbaye Sainte-Marie de Lagrasse, située aux portes du village médiéval de Lagrasse, dans le département de l'Aude. Divisée en deux parties depuis la Révolution, l'une comprenant notamment le dortoir et la chapelle de l'abbé est propriété du Conseil général de l'Aude, et c'est la seconde, comprenant l'église, le cloître, les bâtiments conventuels du XVIIe siècle et le jardin que rachètent les chanoines, avec le soutien de donateurs et l'appui de l'évêque de Carcassonne, Mgr Jacques Despierre[2]. En très mauvais état, les bâtiments sont alors progressivement restaurés par les chanoines en partenariat avec les Monuments historiques, grâce à des dons[3].

Fin 2014, la communauté compte 34 membres, dont 26 profès perpétuels et 16 prêtres.

Les Chanoinesses régulières de la Mère de Dieu[modifier | modifier le code]

En 2000, une communauté de religieuses a été érigée en monastère de droit pontifical sous le nom des Chanoinesses régulières de la Mère de Dieu.

Le Saint-Siège, en 2001, a réuni dans une même association la famille canoniale les deux communautés, sous l'autorité de l'abbé de Lagrasse, tout en permettant aux religieuses de conserver leur autonomie.

En 2008, les religieuses ont établi leur monastère Mater Dei à Azille, à trente kilomètres au nord de Lagrasse. En 2015, leur monastère accueillait près de vingt religieuses[4].

Liturgie[modifier | modifier le code]

Les Chanoines réguliers de La Mère de Dieu ont obtenu d'utiliser les livres liturgiques de 1962 pour tout ce qui concerne la messe et l'office canonial, selon les modalités du motu proprio Ecclesia Dei. Ils célèbrent donc les offices dans la forme extraordinaire du rite romain, et en chant grégorien[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Jean XXIII, « Caritatis Unitas » [html], Litterae Apostolicae, sur vatican.va, (consulté le 30 septembre 2014)
  2. Claire Lesegretain, « L’abbaye de Lagrasse, lieu de ressourcement du colonel Beltrame », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2019)
  3. a et b Élisabeth Caillemer, « Lagrasse, quand les pierres évangélisent », Famille Chrétienne,‎ (lire en ligne, consulté le 7 janvier 2019)
  4. Site officiel des Chanoinesses régulières de la Mère de Dieu

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]