Champoly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Champoly
Champoly
Château des Cornes d'Urfé.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Urfé
Maire
Mandat
Ingrid Meunier
2020-2026
Code postal 42430
Code commune 42047
Démographie
Gentilé Champolitains, champolitaines
Population
municipale
327 hab. (2019 en augmentation de 0,62 % par rapport à 2013)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 30″ nord, 3° 50′ 11″ est
Altitude Min. 490 m
Max. 952 m
Superficie 14,89 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Renaison
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Champoly
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Champoly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champoly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champoly
Liens
Site web http://www.champoly.fr/

Champoly est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Mairie : 718 mètres d'altitude.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Champoly est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. La commune est en outre hors attraction des villes[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (48,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (50,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (43,9 %), prairies (41,8 %), zones agricoles hétérogènes (6,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,3 %), zones urbanisées (2,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

De Campo polito (XIe siècle), terrain mis en culture, nettoyé de sa végétation. Champoly n’est paroisse que depuis le XVIIe siècle. Avant, la chapelle était celle du château d’Urfé. Une voie romaine reliant Saint-Martin-la-Sauveté et Cervières passait à Champoly.

Une activité économique se développe par la présence d'une carrière, d'une scierie, d'un artisanat important et d'exploitations agricoles. Un tissu associatif contribue à une vie sociale importante.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2020 Daniel Perotti[7]   Fonctionnaire
Président de la
Communauté de communes du Pays d'Urfé
mai 2020 En cours Ingrid Meunier[8],[9]   Technicienne qualité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Il est difficile de connaître la population exacte de la paroisse avant la Révolution. En 1788 on comptait 850 habitants. Une nette progression s'effectue et en 1806 c'est l'apogée avec 1140 habitants. Ce chiffre restera relativement stable jusqu'en 1891 (990 habitants). Puis la révolution industrielle provoquant le déclin de l'économie traditionnelle, c'est la désertion des campagnes qui entraînera le dégringolade des chiffres.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2019, la commune comptait 327 habitants[Note 2], en augmentation de 0,62 % par rapport à 2013 (Loire : +1,18 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0008321 1401 0381 0061 0059781 0411 032
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9951 047983994976980979990925
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
900870820715658656610616542
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
520437361373307260276278309
2017 2019 - - - - - - -
329327-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (35,0 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 36,7 % la même année, alors qu'il est de 28,4 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 162 hommes pour 166 femmes, soit un taux de 50,61 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (51,65 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,5 
90 ou +
0,6 
8,8 
75-89 ans
9,1 
28,1 
60-74 ans
24,3 
15,5 
45-59 ans
15,7 
22,0 
30-44 ans
18,4 
4,9 
15-29 ans
11,2 
18,1 
0-14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de la Loire en 2018 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,2 
7,7 
75-89 ans
10,9 
17 
60-74 ans
17,9 
19,6 
45-59 ans
18,9 
17,8 
30-44 ans
16,9 
17,8 
15-29 ans
16,1 
19,3 
0-14 ans
17 

Si la tranche d'âge des 0-14 a retrouvé des effectifs très corrects, celle des 15-29 ans reste très sous-représentée du fait du départ des étudiants et des jeunes actifs.

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château des Cornes d'Urfé (berceau de la famille d'Urfé dans la Loire). Visite gratuite. Édifié entre les XIIe et XIVe siècles à 927 m d'altitude, le château des Cornes d'Urfé offre une position privilégiée d'observation sur trois provinces historique distinctes : le Forez / Roannais - le Bourbonnais - et l'Auvergne. Du château il ne reste que des légendes et d'imposantes ruines qui pointent vers le ciel leurs cornes minérales. Objet de luttes incessantes entre sires de Beaujeu et comtes de Forez, pillé et ruiné en 1789, on peut encore voir une enceinte quadrangulaire, un donjon du XIIe de 18 m de hauteur avec une table d'orientation en lave émaillée, une tour-porte carrée, des tours et courtines. Après l'hypothétique assassinat de Jean d'Urfé en 1418, la famille s'établira dans la plaine du Forez à la Bâtie Urfé, où Honoré d'Urfé écrira L'Astrée. Le château est actuellement en cours de restauration. Aujourd'hui, une association s'est constituée pour la renaissance d'Urfé. Chaque été, « REMPARTS » organise des chantiers de jeunes et restaure le château pierre par pierre. Le point de vue offert par la plate-forme du donjon permet de voir le puy de Dôme à l'ouest (au-delà du village médiéval de Cervières), et la chaîne du Mont-Blanc à l'est (au-delà des monts du Lyonnais).
  • Le Gour Dodu : suite de cascades ayant creusé des marmites dans des roches granitiques (les gours). Les cascades sont situées dans un vallon encaissé au cœur d'une forêt de feuillus, donnant au site un charme unique. L'accès au site, par le hameau de Corbillon, n'est aujourd'hui pas particulièrement aménagé. Ce qui en fait une curiosité pour visiteurs avertis.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Le village de Champoly possède une vie culturelle riche, qui se structure autour d'une vingtaine d'associations.

Le village compte également un lieu d'échanges culturels : Passerelle 109. Ouvert depuis 2009 dans l'ancienne cure de la commune, Passerelle 109 est à la fois résidence d'artistes, salle de spectacles, bibliothèque, structure de proximité, relais CAF. Y sont proposés des animations, des stages, des soirées thématiques et des spectacles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. Champoly, association des maires de France - consulté le 13 mars 2015
  8. Champoly, association des maires de France - consulté le 2 août 2020
  9. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  14. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Champoly (42047) », (consulté le ).
  15. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Loire (42) », (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :