Buire-sur-l'Ancre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buire (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ancre.
Buire-sur-l'Ancre
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nord-Pas-de-Calais-Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Jean-Christian Ruin
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80151
Démographie
Gentilé Buirois(es)
Population
municipale
307 hab. (2013)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 56″ N 2° 35′ 35″ E / 49.9655555556, 2.5930555555649° 57′ 56″ Nord 2° 35′ 35″ Est / 49.9655555556, 2.59305555556
Altitude Min. 38 m – Max. 102 m
Superficie 5,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Buire-sur-l'Ancre

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Buire-sur-l'Ancre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Buire-sur-l'Ancre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Buire-sur-l'Ancre
Liens
Site web Buire-sur-Ancre

Buire-sur-l'Ancre est une commune française, située dans le département de la Somme en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.
Le nom de la commune en picard est: Buire-su-l'Inque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Buire-sur-l'Ancre est située au nord-est d'Amiens, entre Corbie et Albert.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est constitué pour une large part de terrains calcaire. Sous une mince couche de terre végétale, se rencontre de la marne recouverte d'alluvions, dans la vallée; le marais communal ayant un sol tourbeux. Les coteaux sont composés de calcaire siliceux recouverte d'argile. On trouve du sable au nord-ouest[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau traversé par une vallée. Le point culminant se situe au nord de la commune au lieu-dit, Les Vignes (91 m d'altitude). La vallée se situe à 40 m d'altitude[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par l'Ancre rivière affluente de la Somme. Présence d'une nappe phréatique dans le sous-sol[1].

climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique avec vents dominants d'ouest et de sud-ouest[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé. Le village a été entièrement reconstruit après les destructions de la Première Guerre mondiale.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'activité dominante de la commune reste l'agriculture. Une activité artisanale subsiste dans la commune.

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Buire-sur-l'Ancre est située sur la voie ferrée Amiens-Lille.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Buire-sur-l'Ancre
Laviéville Dernancourt
Buire-sur-l'Ancre Ville-sur-Ancre
Ribemont-sur-Ancre Méricourt-l'Abbé Treux

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Buire-sur-l'Ancre, dans les textes anciens: Buriacum, Buyres, Buires-sur-Corbie, Buires versus Encram (1279), Buire[2]. Ce nom de lieu exprimerait une pente vers une vallée[3],[4],

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Père Daire signale que le chapitre de Fouilloy possédait, à Buire, une portion de dîme en 1203.

En 1279, Robert Waubert, bourgeois de Corbie, légua des terres aux Templiers. En 1284, les héritiers de sa fille Agnès vendirent 250 journaux de terre au commandeur des templiers du Ponthieu.

En 1372, Gilles de Buire se vit accordé par bail à cens, 44 journaux de terre appartenant aux Templiers de Belle-Église[2].

La seigneurie de Buire-sur-l'Ancre passa sous l'Ancien Régime à la famille Béry d'Essertaux[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Christian Ruin   Réélu pour le mandat 2014-2020[5], [6]

La commune fait partie de la Communauté de communes du Pays du Coquelicot[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune s’appellent des Buirois(es)[8].

En 2013, la commune comptait 307 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
314 230 323 379 387 405 428 422 419
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
397 391 375 342 348 316 312 315 290
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
287 284 251 203 267 301 314 310 310
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
324 301 293 283 304 312 328 334 319
2013 - - - - - - - -
307 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Vincent Lemaire dit Hardoc, auteur bandes dessinées (B.D.) et illustrateur : Vincent Lemaire a commencé sa carrière comme illustrateur pour la chaîne de télévision Antenne 2 (aujourd'hui France 2) à l'âge de 16 ans, puis, après des études d'arts plastiques, il publia ses premiers albums de B.D. aux Éditions Paquet (éditeur Suisse) en 2004. Il a travaillé depuis sur une nouvelle série d'albums, en 2010, pour les Éditions Casterman, éditeur historique de Tintin et de Corto Maltesse, Adèle Blansec etc.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne ou recherche sur les villes, bourgs et hameaux qui le composent, 1844, réédition Paris, Rassorts Lorisse, 1999, (ISBN 2 - 87 760 - 937 - 5)

Liens internes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Notice géographique et historique sur la commune de Buire-sur-l'Ancre, rédigée par M. Wattelet, instituteur, 1898, Archives départementales de la Somme
  2. a, b et c Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne ou recherche sur les villes, bourgs et hameaux qui le composent, 1844, réédition Paris, Rassorts Lorisse, 1999, p. 100 (ISBN 2 - 87 760 - 937 - 5).
  3. Site communal
  4. archives de l'église.
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 17 juillet 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  7. Pays du Coquelicot, « Buire-sur-Ancre » (consulté le 11 novembre 2010)
  8. habitants.fr, « Somme > Buire-sur-l'Ancre (80300) » (consulté le 14 novembre 2009)
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011, 2013.
  11. clochers.org, « Église Saint-Hilaire » (consulté le 11 novembre 2010)