Arquèves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arquèves
Arquèves
La mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité CC du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Christophe Deloraine
2020-2026
Code postal 80560
Code commune 80028
Démographie
Gentilé Arquévois
Population
municipale
165 hab. (2017 en augmentation de 1,85 % par rapport à 2012)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 21″ nord, 2° 28′ 10″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 152 m
Superficie 7,64 km2
Élections
Départementales Canton d'Albert
Législatives 5e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Arquèves
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Arquèves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arquèves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arquèves
Liens
Site web http://www.paysducoquelicot.com/arqueves.htm paysducoquelicot.com/arqueves.htm]

Arquèves est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Arquèves est un village picard situé à 23 km au nord-est d'Amiens et à 13 km au sud-est de Doullens, à proximité de la vallée de l'Authie.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol et le sous-sol de la commune sont de formation tertiaire et quaternaire. Le terrain du crétacé est recouvert d'argile à silex du tertiaire. En quelques endroits, on trouve des terrains légers ou crayeux[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est assez accidenté, quelques ravins et vallons sont séparés par de petits plateaux. Le point culminant de la commune se situe à 153 m d'altitude au lieudit le Moulin d'Arquèves au centre du territoire communal[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun cours d'eau qui traverse la commune. La nappe phréatique se situe à 80 mètres de profondeur[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune présente un habitat groupé.

Transports et déplacements[modifier | modifier le code]

En 2019, la localité est desservie par les autocars du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Arquèves
Marieux Vauchelles-les-Authie Louvencourt
Raincheval Arquèves Léalvillers
Toutencourt

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Arcave, Archavia en 1145[3], Arkaive en 1303, Arcaire en 1372, Arquise en 1579, Arquennes en 1634[1].

Du latin arca « citerne » et aqua « eau », ce qui a donné en picard arque - eawe « citerne d'eau », normalisé en arquève[3].

Artchève en picard.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé des haches en pierre taillée sur le territoire communal.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Une commanderie de templiers était située à l'emplacement actuelle de la ferme de Belle Église. En 1303, le prévôt de Beauquesne condamna les habitants d'Arquèves à payer une amende au commandeur de Belle Église.

Pendant la guerre de Cent Ans, la population se réfugia dans les muches[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

De 1635 à 1641, la population subit les rigueurs des invasions espagnoles. Des troupes espagnoles, croates et allemandes brûlèrent le village et les fermes des alentours. Une nouvelle fois, la population se réfugia dans les muches[1].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Pendant la guerre franco-allemande de 1870, trois jeunes hommes de la commune furent blessés au combat, l'un à Sedan, un autre au bois de La Houssoye à Querrieu et le troisième à Saint-Quentin. Rentrés, il moururent des suites de leurs blessures[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Par arrêté préfectoral du , la commune est détachée le de l'arrondissement d'Amiens pour intégrer l'arrondissement de Péronne[4].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 29 mai 2020)
Christophe Deloraine   réélu pour le mandat 2020-2026[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune sont appelés les Arquévois[6]. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[8].

En 2017, la commune comptait 165 habitants[Note 1], en augmentation de 1,85 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
422430486519527506501478507
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
509506521488417400373375353
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318296288262235217214197192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
179171148158137143147152162
2017 - - - - - - - -
165--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L'agriculture reste l'activité dominante de la commune.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Oratoire Saint-Joseph, du milieu du XIXe siècle, gardé par deux tilleuls[11].
  • Surplomb de la vallée de l'Authie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Notice géographique et historique sur la commune d'Arquèves, rédigée par M. Legenne, instituteur, 1897, Archives départementales de la Somme, lire en ligne
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. a et b Ernest Nègre - Toponymie générale de la France - Page 294 - (ISBN 2600028838).
  4. « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de la Somme - Recueil n°200 des actes administratifs du 27 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 15 janvier 2017).
  5. « Christophe Deloraine entame son quatrième mandat à Arquèves », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020).
  6. habitants.fr, « Arquèves » (consulté le 20 mai 2009)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 171 (ASIN B000WR15W8).