Batterie électronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une batterie électronique

La batterie électronique est un instrument électronique de percussion inspiré de la batterie : les fûts et cymbales sont remplacés par des pads équipés de capteurs électriques qui permettent le déclenchement électronique d'un son.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières batteries électroniques seraient apparues dans les années 1970, bien que peu populaires avant les années 1980 et l'apparition de la marque Simmons. Le groupe Kraftwerk utilisait déjà une forme basique de batterie électronique qui ne prenait pas en compte la force de frappe[1].

La batterie électronique s'est démocratisée dans les années 2000, plusieurs marques de batteries électroniques sont disponibles sur le marché, comme par exemple Roland, Yamaha, Ion audio, ou Alesis.

Composition[modifier | modifier le code]

Le plus souvent, une batterie électronique se compose des 3 éléments suivants :

  • les pads, en caoutchouc ou en peau maillée, sur lesquels sont disposés des capteurs piézo-électriques (dénommés également triggers) ;
  • le convertisseur, chargé de transformer les signaux émis par les capteurs, en signaux numériques ;
  • le module, matériel ou virtuel, chargé de déclencher un son qui peut être un sample, ou un son synthétisé.

Dans les batteries électroniques du commerce, le convertisseur est directement intégré au module. Une sortie MIDI permet cependant de récupérer le signal numérique afin d'utiliser un autre module de son.

À ces éléments s'ajoutent les accessoires indispensables pour la pratique de l'instrument :

  • la pédale de grosse caisse et les baguettes, permettant de frapper les pads ;
  • la pédale de charleston électronique, qui permet d'assigner un son différent au pad charleston selon l'ouverture de la pédale ;
  • une sonorisation, ou simplement un casque, permettant d'entendre le signal généré.

Variantes[modifier | modifier le code]

PerformancePad de Alesis

Il est possible d'obtenir un instrument hybride en plaçant des capteurs sur une batterie acoustique. On obtient ainsi un instrument acoustique permettant également de déclencher des sons électroniques.

Des modèles de batteries électroniques très compactes appelées multipads prennent une forme de planche recouverte par un ensemble de pads.

Principe de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Un capteur piézo-électrique, situé sous la surface de frappe d'un pad (ou au contact de celui-ci dans le cas des peaux maillées), va se polariser électriquement sous l'effet de la frappe et émettre un signal électrique analogique.

Le signal émis par le capteur va être transmis, le plus souvent via un câble jack standard, au convertisseur chargé d'interpréter ce signal et de le traduire en note. Selon le nombre d'entrées dont il dispose (généralement huit), le convertisseur pourra traiter simultanément plusieurs signaux en provenance de plusieurs pads. En sortie, le convertisseur émet un message MIDI composé de notes, chaque note correspondant à un pad.

Le module va interpréter ces signaux MIDI et générer des sons en conséquence.

Avantages[modifier | modifier le code]

La batterie électronique est appréciée pour plusieurs raisons :

  • La possibilité de jouer au casque pour ne pas déranger autour de soi (le bruit de frappes des baguettes n'est cependant pas négligeable[1]) ;
  • La possibilité d'amplifier la batterie directement sur une sonorisation sans avoir à installer de micros.
  • La possibilité de déclencher les samples de son choix, et donc d'élargir incroyablement le panel de sonorités produites ;
  • L'uniformité du rendu, quelles que soient les conditions de jeu (humidité, température, etc.) ;
  • Le fait de pouvoir assigner à un pad un sample dont le volume reste constant, peu importe la force de frappe (utile par exemple lors du jeu à double pédale sur la grosse caisse, afin de compenser l'éventuelle perte de puissance du batteur) ;
  • Un module électronique proposant des fonctionnalités variées (métronome, musique d'accompagnement, exercices, etc.) ;
  • La légèreté et le gain de place.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La batterie électronique », sur Audiofanzine,‎ (consulté le 8 novembre 2015)